4ème séance de l’atelier Genre, Normes procréatives et Parentalité

Bonjour,
 
La prochaine séance de l’atelier “Genre, normes procréatives et parentalité” se tient ce mercredi 10 juin 2015, de 9h30 à 12h30, sur le site Pouchet, au 59-61 rue Pouchet, Paris (métro Guy Môquet / Brochant / Porte de Clichy). La salle sera indiquée à l’accueil.
 
Histoire et pratiques de la gynécologie dans l’espace francophone aux XIXème et XXème siècles
Séance coordonnée par Julie De Ganck et Lucile Ruault
Intervenantes :
Julie De Ganck (Aspirante FNRS – doctorante à l’Université libre de Bruxelles, membre de Grabuges – Groupe associatif belge de recherches féministes, de genre et sur les sexualités) : « Questionner l’histoire de la gynécologie dans l’espace francophone »
Aurore Koechlin (doctorante en sociologie et études de genre, Paris 8) : « Les mobilisations professionnelles et politiques contemporaines autour d’une spécialité de la santé des femmes, la gynécologie médicale »
 
Pour toute proposition ou demande de renseignement, vous pouvez nous contacter par mail : gnp.santeetsociete@gmail.com 
 
En espérant vous voir nombreuses mercredi!
 
Les coordinatrices du groupe de travail GNP : Irène-Lucile Hertzog (CERReV, Caen),  Marie Mathieu (Cresppa-CSU, Paris 8/IREF, UQAM) et Lucile Ruault (CERAPS, Lille 2)
Avec le soutien de l’association EFiGiES, de la MSH Paris-Nord et du Réseau des jeunes chercheur.es Santé & Société.
 
GNP 2015, séance 4 : Histoire et pratiques de la gynécologie dans l’espace francophone aux XIXème et XXème siècles
Les travaux à lintersection de lhistoire de la médecine, du genre et des sexualités occupent aujourdhui une place importante au sein des sciences humaines et sociales. Les années 2000 ont marqué un tournant de ce point de vue en francophonie. Les travaux sur les relations entre sexe et genre ont en effet investi le corps pour étudier la construction sociale de l’être sexué et sexuel. Le champ médical constitue de ce point de vue un terrain denquête privilégié. Ces nouvelles approches ont transformé la manière denvisager lhistoire des traitements du corps des femmes et cette évolution est déjà perceptible dans les nouvelles recherches consacrées à la maternité et aux usages des techniques de procréation notamment. Lhistoire des discours et des interventions sur les corps ont en ligne de mire l’étude de la production et des transformations des identités.
Malgré ce contexte historiographique, force est de constater que les travaux sur lhistoire de la gynécologie restent relativement peu nombreux. La consultation des différentes recherches autour de la « médecine des femmes »pour envisager la question très largement laissent en outre pantois. Très peu dentre elles ont jusquici questionné lhistoire de la gynécologie comme discipline particulière, si ce nest à travers des maladies ou des thérapeutiques isolées. Rares sont les réflexions sur la définition même de la gynécologie comme domaine de savoirs et de pratiques. Les travaux historiques régulièrement cités sont le plus souvent soit issus de lhistoriographie anglo-saxonne, soit consacrés à lhistoire de lobstétrique. Or, l’étude de lhistoire de la gynécologie comme spécialité et profession médicale peut apporter un éclairage intéressant sur la production, la circulation et lusage des savoirs et des thérapeutiques appliquées aux corps des femmes dans lespace francophone.
En effet, George Weisz a déjà indiqué dans ses travaux sur la spécialisation la singularité de la gynécologie française qui, contrairement à la situation dans les autres pays occidentaux quil a étudiés (USA, Angleterre, Allemagne), ne sest unie à lobstétrique quaprès la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre dune régulation des spécialités par lEtat. Cette union est néanmoins restée incomplète en France puisquune gynécologie distincte (médicale ou chirurgicale) continue à exister à côté la gynécologie-obstétrique. Lunion de la gynécologie et de lobstétrique na donc rien d’évident ou de naturel. Au contraire, les convergences entre gynécologie et obstétrique ont constitué un enjeu important, donnant lieu à de nombreux débats à lintérieur et à lextérieur de la profession. Par ailleurs, des gynécologues français du Second Vingtième siècle se seraient alliés au mouvement des femmes dans la lutte pour la contraception et lavortement, se distinguant en cela, semble-t-il, de leurs homologues américains. Cette potentielle alliance entre usagères et gynécologues, ses implications politiques, ainsi que la mise en débats des savoirs médicaux qui en aurait résulté, demeure à explorer et à interroger. Ni lhistoire de lobstétrique ni lhistoriographie anglo-saxonne de la gynécologie ne peuvent donc suffire à appréhender lhistoire de la gynécologie. Celle-ci se révèle pourtant être un objet d’étude incontournable pour étudier le rôle de la médecine dans la constitution contemporaine des corps et des identités.
Cette séance de latelier GNP aura pour but denvisager lhistoire de la spécialité et de la profession dans une perspective féministe et de genre. Elle sappuiera sur des études des cas belges et français. En outre, la question de la participation active des usagères à la prise en charge de leur corps et de leur santé est relativement peu traitée dans les travaux évoqués. Un pan entier de lhistoire des soins, et bien sûr de lhistoire des femmes, reste à élaborer de ce point de vue. Il sagirait notamment danalyser les modalités de fabrication des connaissances et instruments aux frontières de linstitution médicale. À partir de données empiriques, cette séance sera loccasion dappréhender certaines des formes contemporaines que prend cette perspective de réappropriationdes savoirs et pratiques médicales.

 

4 juin: “Pluraliser l’œdipe: mythes alternatifs, circulation exogamique d’objets et nouvelles maternités”

La huitième et dernière séance de l’atelier EFiGiES «psychanalyse(s) et savoirs situés» aura lieu le jeudi 4 juin 2015 à 19h45 à la MIE – Bastille (50, rue des Tournelles, Paris 75003).

Sarah-Anaïs Crevier Goulet (UC-Louvain/Paris 3), Nayla Debs (Paris 7), Elsa Polverel (Paris7) et Beatriz Santos (CEV/Toulouse2), y présenteront une intervention collective:

 

“Pluraliser l’œdipe: mythes alternatifs, circulation exogamique d’objets et nouvelles maternités

Dans cette présentation à quatre voix, nous aimerions revenir sur la place tenue par le complexe d’Œdipe dans les théorisations psychanalytiques contemporaines à propos de la sexualité et de la famille.

Depuis les années 1980 et l’arrivée des premiers bébé-éprouvettes, toute démonstration d’une possible disjonction entre sexualité et reproduction mobilise les cercles psychanalytiques. L’idée que la parentalité puisse être séparée (voire affranchie) du corps biologique de ceux et celles qui veulent devenir parents interpelle la pensée psychanalytique. Cette idée (présente notamment dans les parentalités par adoption et dans la construction de familles homoparentales) semble menacer aux yeux de certains un ordre fondamental et structurant qui garantirait l’équilibre psychique de chaque sujet. Elle inquiète les tenants des discours normatifs sur la société, qui voient dans des concepts tels que « l’Œdipe »,le « Nom-du-Père » ou « l’ordre symbolique » un argument contre la reconnaissance des schémas familiaux non-hétérosexuels (couples gays et lesbiens), non-fertiles (parents stériles et certains sujets trans-genres), ou non-duels (mère ou père célibataire).

Mais une telle orientation hétéronormative et familialiste est-elle la destinée de la psychanalyse ? Ou de nouvelles théorisations, toujours basées sur des préceptes psychanalytiques, sont-elles pensables comme réponses aux configurations familiales différant de celles connues par Freud ?

C’est sur cette dernière question que nous voudrions concentrer notre  présentation. Il s’agira de i) revenir sur les définitions de l’Œdipe, et le rôle qu’il tient dans la détermination de ce que Michel Tort a appelé la « solution paternelle », décrite comme une sorte de « solution psychanalytique par le père » [Beatriz Santos] ; ii) penser cette remise en question de l’Œdipe que nous retrouvons dans les travaux de Tort avec a) l’analyse du travail des cliniciens qui reçoivent des familles homoparentales [Elsa Polverel] et b) L’analyse anthropologique d’autres modèles de famille, telle que proposée par Maurice Godelier, qui interroge les notions de parenté et de filiation et qui présente l’intérêt sinon de remettre en question les thèses structuralistes de Lévi-Strauss, du moins de les nuancer. [Nayla Debs] ; et iii) proposer des mythes alternatifs à l’Œdipe,fondés sur une autre conception de la parentalité/maternité, comme on le retrouve dans les travaux des psychanalystes américaines Deanna Holzmann et Nancy Kulish [Sarah-Anaïs Crevier Goulet]

A table ! Les médias et l’alimentation au prisme du genre

Les messages de prévention incitant à consommer cinq fruits et légumes par jour, à boire de l’alcool avec modération, ou encore à ne pas abuser du sucre et du gras, saturent les médias. Dans le même temps, la télévision n’a jamais autant regorgé de programmes centrés sur la cuisine ou l’alimentation: concours, (Qui est le meilleur pâtissier?), télé-réalité (Cauchemar en cuisine) ou fictions (Chefs). Paradoxalement, si manger sainement relève presque d’une injonction, les représentations laissent néanmoins une large place à la junk food, aux aliments gras, sucrés, salés. Seul un message de prévention, placé en bas de l’écran vient réitérer les injonctions alimentaires.

Aliments et boissons occupent donc une place considérable au sein des médias que ce soit leur préparation et/ou leur consommation, faisant de l’ampleur de ce phénomène social un matériau de choix pour l’analyse scientifique. Ce constat s’étend à tous les médias, notamment internet, et à toutes les formes de représentation, y compris la fiction ou la publicité. Du traditionnel modèle du père de famille aux publicités pour alcools destinées aux hommes en passant par la promotion de régimes adressée aux femmes, peu d’aspects de la nourriture ne sauraient se prêter à une analyse au prisme du genre.

10h Accueil des participant.e.s

10h20 Introduction de la journée

10h35 Session 1 – C’est mal !

Modératrice : Nelly Quemener – Université Sorbonne Nouvelle / Paris 3

Sarah Lécossais – Université Sorbonne Nouvelle / Paris 3

Les méchantes frites et les gentils légumes. Alimentation, genre et maternité dans les séries télévisées françaises

Sylvie Fabre-Baudet – Docteure Es Lettre – Université Paris Sud

Hommes et femmes face à la gourmandise : sémiotique du discours publicitaire

Catherine Grangeard – Psychanalyste

Excès en tous genres

12h15 Déjeuner sur place

13h45 Session 2 – Socialisations alimentaires et normes

Modératrice : Claire Scodellaro – Université Paris 1 / Panthéon Sorbonne

Valentina Tomasini – EHESS

Les aliments et la table comme cadre normatif et performatif, réflexe d’une structure sociale

Alexie Geers – EHESS

Les pages cuisine de Marie-Claire : observatoires des conceptions médiatiques de la féminité

15h Pause

15h30 Session 3 – Une touche de gras

Modératrice : Isabelle Matamoros – université Lumière Lyon / Paris Descartes

Idil Oncuoglu – Université Paul Sabatier, Toulouse 

Les sites Web et blogs culinaires : étude de publications au regard du genre

Camille Lagarde-Belleville et Michel Otell – Université Pau Valéry, Montpellier

#TeamGros, #TweetCommeUneGrosse

Allusions alimentaires genrées comme référencement discursif sur les réseaux sociaux

16h45 Conclusion de la journée

A partir de 17h pot convivial

 

5ème séance de l’Atelier de Recherches Linguistiques sur le genre et les sexualités – 23 juin

 
L’Atelier de Recherches Linguistiques sur le genre et les sexualités
vous convie à sa 5° et dernière séance de l’année :


Mardi 23 juin 2015

de 14h à 17h

MIE Bastille, Salle des Conférences
50 rue des Tournelles, Paris 3°

Cette séance sera une séance à deux voix, autour des questions de genre, de didactique et de FLE.

Maude Vadot (Doctorante à Dipralang, Montpellier 3) et Grâce Ranchon (Doctorante au Cedilec, Université Jean Monnet) nous présenteront une intervention commune :

« Le patient s’appelle Anna Dubrovnik. »
Propositions méthodologiques pour l’étude de la dimension du genre dans les manuels de français pour étranger.e.s.

Depuis les années 1970, les analyses de manuels scolaires français ont abouti à la création d’outils d’évaluation des représentations sexistes dans ces ouvrages. Nous nous appuierons sur la proposition spécifique de Brugeilles et Cromer (2005) afin de montrer comment leur outil d’analyse quantitatif fonctionne. Nous soulignerons également les difficultés qu’il soulève lorsqu’il est employé dans un domaine spécifique : les manuels d’enseignement du français à destination d’adultes allophones. Nous interviendrons conjointement pour proposer une réflexion méthodologique autour de l’emploi et de la finalité d’une analyse des catégories du masculin et du féminin dans des manuels de français langue étrangère généralistes d’une part, et destinés spécifiquement à des personnes migrantes d’autre part.

web


Nous vous rappelons que l’atelier est ouvert à tous et toutes, et qu’il est suivi d’un apéro informel pour poursuivre les discussions.

Au plaisir de vous retrouver nombreux.ses à cette occasion.

 

Alice Coutant, Noémie Marignier, Mona Gerardin-Laverge et Julie Abbou,
pour l’Atelier Recherches Linguistiques sur le genre et les sexualités

3ème séance de l’atelier Genre, Normes procréatives et Parentalité (GNP)

La 3è séance de l’atelier« Genre, normes procréatives et périnatalité »  2015 aura lieu vendredi 29 mai, de 9h30 à 17h, au site Pouchet (59-61 Rue Pouchet, Paris, métro: Guy Mocquet ou Brochant) :

« La famille comme institution de la reproduction : évolutions historiques, XVIIIè-XXè siècles »

Séance coordonnée par Elsa Boulet (Centre Max Weber, université Lyon 2 et IRIS, EHESS) et Amaya Garcia Arregui (Centre d’Histoire des Sciences, Université Autonome de Barcelone et Institut d’Histoire du CSIC, Madrid).

La matinée (9h30-12h30) sera consacrée à deux communications suivies d’une discussion :

Intervenantes :
Pascaline Gobet, doctorante en sociologie, Centre de Sociologie Européenne, EHESS : « “Recherche des origines” : de la réification des géniteurs au désordre dans la parenté »
Aline Johner, doctorante en histoire, Université de Lausanne : « L’influence de la famille et de la sexualité dans la création de milieux politiques et religieux à Payerne au XIXè siècle »

Discutantes :
Nahema Hanafi, historienne, CERHIO, Université d’Angers
Anne Verjus, historienne, Triangle, École normale supérieure de Lyon

Lectures :
Fassin Eric, « Entre famille et nation: la filiation naturalisée », Droit et société, 2-72, 2009, p. 373‑382.
Iacub Marcela, L’empire du ventre. Pour une autre histoire de la maternité, Fayard., Paris, coll.« Histoire de la pensée », 2004, p. 14 à 25.
ShorterEdward, Naissance de la famille moderne, Seuil., Paris, coll.« Points Histoire », 1997, extraits du chapitre 3, «Les deux révolutions sexuelles », p. 98 à 106 et p. 134 à 152.

Lectures complémentaires :
Ariès Philippe, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Seuil., Paris, coll.« Points Histoire », 2014.
Bourdieu Pierre, « A propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la recherche en sciences sociales, 100, 1993, p. 32‑36.
Hanafi Nahema, « Le fruit de nos entrailles: la maternité dans les écrits des nobles toulousaines du siècle des Lumières », Annales du Midi – Revue de la France méridionale, 122-269, 2010, p. 47‑74.
Heuer Jennifer et Verjus Anne, « L’invention de la sphère domestique au sortir de la révolution », Annales historiques de la Révolution française (en ligne), 327, 2002, http://ahrf.revues.org/543
Verjus Anne et Boisson Marine, « Le parent et le couple au risque de la parentalité. L’apport des travaux en langue anglaise », Informations sociales (CNAF), 2-122, 2005, p. 130‑135.

L’après-midi (14h-17h) sera consacrée à une présentation d’une revue de littérature sur l’histoire de la famille et d’une discussion collective autour de textes :

Sur la « privatisation » de la famille :

Ariès Philippe, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Seuil., Paris, coll.« Points Histoire », 2014, extrait de la partie 3, chapitre 2, « De la famille médiévale à la famille moderne », p. 288 à 307.
Zaretsky Eli, Capitalism, the Family, and Personal Life, Harper & Row., 1986, chapitre 3, « Capitalism and the Family », p. 20 à 39.

Sur la biopolitique et l’intervention de l’État :
Lenoir Rémi, « Politique familiale et construction sociale de la famille », Revue française de science politique, 41-6, 1991, p. 781‑807, p. 792 à 802.
Rosental Paul-André, « Politique familiale et natalité en France : un siècle de mutations d’une question sociétale », Santé, Société et Solidarité, 2, 2010, p. 17‑25.

 

A très bientôt!

Les coordinatrices de l’Atelier GNP (Lucile Hertzog, Marie Mathieu et Lucile Ruault)

Le 22 mai, les habitués de l’atelier EFiGiES Antiquité se donnent rendez-vous à l’INHA pour une Journée d’Etude sur le genre et la souillure dans l’Antiquité.

Je vous transmets le message de l’organisatrice, Marie Augier ;

J’ai le plaisir de vous annoncer la Journée d’étude qui se tiendra le vendredi 22 mai 2015 à l’INHA (2, rue Vivienne), salle Vasari, en présence de Robert Parker et Vinciane Pirenne-Delforge :

 

 

Le genre de la souillure dans le monde Méditerranéen antique :

Miasma, 32 ans après.

 

 

 

 

Participants : Violaine Sebillotte-Cuchet (Paris), Vinciane Pirenne Delforge (Liège), Robert Parker (Oxford), Stella Georgoudi (Paris), Adeline Grand-Clement (Toulouse), Gerbert Bouyssou (Angers), Sandra Boehringer (Strasbourg), Michel Blonski (Le Havre), Philippe Akar (Paris), Marie Augier (Paris), Adeline Adam (Paris).

 

Organisatrice : Marie Augier (IEC/ANHIMA)

 

Contact : marie.augier@gmail.com

“Démocratiser l’espace thérapeutique: questions autour de la réalisation concrète d’une philosophie féministe de la psychothérapie” par Stéphanie Pache

Nous avons le plaisir de vous annoncer la septième séance de l’atelier EFiGiES «psychanalyse(s) et savoirs situés», prévue pour le jeudi 7 mai 2015 à 19h45 à la MIE – Bastille (50, rue des Tournelles, Paris 75003).

Nous écouterons l’intervention de Stéphanie Pache (IUHMSP, Université de Lausanne), qui sera suivie d’une discussion.

 

“Démocratiser l’espace thérapeutique: questions autour de la réalisation concrète d’une philosophie féministe de la psychothérapie”

 10678629_1070453756317776_614337099702621516_n

À partir de l’analyse d’une critique féministe de la psychothérapie traditionnelle, cette communication souhaite discuter ce que démocratiser la thérapie veut dire. Le développement d’une approche féministe de la thérapie s’incarne notamment dans une forte réflexivité sur les pratiques thérapeutiques et leurs dimensions oppressives, et une volonté de penser leur transformation en pratiques émancipatoires. Il semble ainsi essentiel de reformuler une théorie de la pratique psychothérapeutique qui cherche à respecter les valeurs égalitaires de l’engagement féministe. Ce projet se révèle particulièrement dans des aspects extrêmement pratiques et concrets du dispositif thérapeutique. Nous examinerons ainsi les stratégies mises en place par des thérapeutes féministes pour limiter leur pouvoir, le neutraliser, comme par exemple l’usage des contrats thérapeutiques ou leurs façons de mobiliser des connaissances sans prendre le pouvoir. Se poser la question de la démocratisation de l’espace thérapeutique est évidemment nécessaire à un engagement dans une pratique féministe de la thérapie (comme thérapeute ou comme personne en thérapie). Mais elle participe également d’une réflexion sur les modes d’exercice du pouvoir au quotidien, dans les relations interpersonnelles, que l’on peut considérer fondamentale pour penser notre émancipation.

“En finir avec l’hystérie?” (30/04/15) avec Mira Younes

Ras-Ras-N-14-Doris-text

Crédits: Ali Kaaf (Ras Ras N14 – Doris text)

 

La sixième séance de l’atelier EFiGiES «psychanalyse(s) et savoirs situés», aura lieu le jeudi 30 avril à 19h45 à la MIE – Bastille (50, rue des Tournelles, Paris 75003). On discutera une intervention de Mira Younes (UTRPP, Paris 13):  

 

 «En finir avec l’hystérie?»

Imputation (occidentale) populaire plus ou moins empreinte de sexisme et/ou de discrédit, l’ « hystérie » est à ce jour une catégorie usitée par la plupart des praticien.ne.s qui se réfèrent à la psychanalyse. Dans le champ psychiatrique, ou sa version américaine dominante, l’entité ne figure plus dans le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) depuis 1980 [1]. Une aubaine ? Rien de moins assuré, lorsque sa présence cryptée (nombre de « troubles » portent linguistement la trace des reconstructions de l’hystérie à l’aube du XXe siècle [2]) s’allie à un biologisme aussi peu soucieux du sujet que des rapports sociaux. À travers une brève historicisation des définitions neurologiques, psychanalytiques et psychiatriques de l’hystérie depuis le XIXe siècle, cet exposé mettra en relief les assignations genrées et hétéronormatives matérialisées dans les approches successives de l’hystérie, ainsi que les lignes de partage de la classe et de la race qui traversent les définitions de « l’hystérie virile » et de nombre de syndromes apparentés (sinistrose des ouvriers immigrés [3], syndrome méditerranéen, « syndrome nord-africain » [4]). Dans la mesure où le genre est « une façon première de signifier les rapports de pouvoir » [5] – qu’il s’agisse de rapports de domination institués, ou de relations de pouvoir plus contingentes, à partir desquels surgit le sujet – l’air de famille produit par les choix symptomatiques, et surtout par l’accueil qui leur est réservé, invite une lecture critique. Les symptômes de «conversion» semblent adresser les questions de la signification sociale des corps et de leur investissement ; des «idéalisations morphologiques» [6] et des pratiques matérielles différentielles dans lesquelles ceux-ci sont pris.

Nous avons besoin de construire « un discours qui nous permettrait de rendre compte de la manière dont une potentielle rébellion peut être subvertie » ; un discours sensible « aux mécanismes par lesquels le sujet s’empêtre parfois dans une connivence avec les forces qui maintiennent sa propre domination » [7]. En s’appuyant sur les apports de la psychodynamique du travail, ainsi que d’autres resignifications féministes et critiques, il s’agira d’en finir avec l’hystérie comme savoir-pouvoir, qui structure l’interprétation des voix qui se cherchent [8].

 

Les places étant limitées, mieux vaut s’inscrire pour chaque séance en écrivant à l’adresse:

psychanalyses.savoirs.situes@mailoo.org

 

============

[1] Le DSM-III se déleste des psychonévroses freudiennes, l’éclatement nosographique de l’hystérie est déjà sensible dans les « troubles névrotiques » de l’époque.

[2] Après la suppression du « trouble de la personnalité histrionique » , il s’agit notamment dans le DSM-V (2013) des deux entités suivantes : le « trouble dissociatif » (l’amnésie dissociative, le trouble de dépersonnalisation/déréalisation…) et le trouble des symptômes somatiques.

[3] SAYAD, Abdelmalek. « La maladie, la souffrance et le corps » in La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré. Paris: Seuil, 1999, p. 255-303 (coll. Liber).

[4] FANON, Frantz. « Le syndrome nord-africain », Esprit, 1952, p. 237-251.

[5] SCOTT, Joan. « Genre : Une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, nº37-38, 1988, p. 141.

[6] Pour cette notion destinée à déconstruire le phallus de la psychanalyse, voir : « Le phallus lesbien et l’imaginaire morphologique » in BUTLER, Judith. Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe. Paris: Éd. Amsterdam, 2009, p. 69 – 102 (trad. Charlotte Nordmann).

[7] [ma traduction], citation de BORDO, Susan. « The Body and the Reproduction of Femininity » in Unbearable Weight: Feminism, Western Culture, and the Body (chap. 5). Berkeley: University of California Press, 1993.

[8] Cf. MOLINIER, Pascale, « Différences dans les voix différentes » [à paraître], Recherches Féministes, 28, 1, 2015.

À table! Les médias et l’alimentation au prisme du genre

Appel à communications

Journée d’études de l’atelier Efigies « genre et médias », 10 juin 2015, Paris.

Les messages de prévention incitant à consommer cinq fruits et légumes par jour, à boire de l’alcool avec modération, ou encore à ne pas abuser du sucre et du gras, saturent les médias. Dans le même temps, la télévision n’a jamais autant regorgé de programmes centrés sur la cuisine ou l’alimentation : concours, (Qui est le meilleur pâtissier ?), télé-réalité (Cauchemar en cuisine) ou fictions (Chefs). Paradoxalement, si manger sainement relève presque d’une injonction, les représentations laissent néanmoins une large place à la junk food, aux aliments gras, sucrés, salés. Seul un message de prévention, placé en bas de l’écran vient réitérer les injonctions alimentaires.

Aliments et boissons occupent donc une place considérable au sein des médias que ce soit leur préparation et/ou leur consommation – faisant de l’ampleur de ce phénomène social un matériau de choix pour l’analyse scientifique. Ce constat s’étend à tous les médias, notamment internet, et toutes les formes de représentation, y compris la fiction ou la publicité. Du traditionnel modèle du père de famille « bread winner » aux publicités pour alcools destinées aux hommes en passant par la promotion de régimes adressée aux femmes, peu d’aspects de la nourriture ne sauraient se prêter à une analyse au prisme du genre.

Quelles normes de genre sur l’alimentation, les médias véhiculent-ils alors ? Les représentations de la cuisine et de l’alimentation évoluent-elles d’une période à l’autre, d’un pays à l’autre ? S’accompagnent-elles d’une redéfinition de la masculinité et de la féminité, ou des rapports de genre ?

Cette journée d’étude propose ainsi de conjuguer les 3 dimensions : du genre, des médias, et de l’alimentation. Le développement croissant des fat studies, des food studies, augure de perspectives nombreuses et variées, d’autant plus si l’on adopte une approche intersectionnelle des pratiques sociales.

Axe 1 : Troubles dans les comportements alimentaires : quelle(s) mise(s) en représentation médiatique(s) ?

On s’intéressera ici à la mise en représentation, dans les médias, des « excès » alimentaires. Anorexie, boulimie et autres troubles de l’alimentation seront ainsi, dans cet axe, examinés au prisme du genre. Ces rapports particuliers entretenus avec la nourriture sont-ils par exemple présentés comme étant davantage féminins (ou masculins) – invisibilisant ainsi d’une certaine manière l’existence de ces mêmes « troubles » chez des individus du « sexe » opposé ?

Les médias sont-ils par ailleurs susceptibles de participer – plus ou moins explicitement – à une socialisation alimentaire différentielle selon le genre ? Existe-t-il en effet une stigmatisation différenciée de l’ingestion excessive de nourriture, pouvant, à terme, conduire à un « surpoids » ? Au contraire, sans que ne soit nécessairement prônée la « maigreur », est-il possible de distinguer une valorisation inégale des comportements alimentaires restrictifs ? L’exigence de minceur est-elle la même pour toutes les femmes, quelle que soit leur origine ethnique (Bordo ; Wood) ?

On s’intéressera encore aux effets potentiels des médias – et notamment de la publicité – sur les pratiques alimentaires. L’obligation de faire figurer un bandeau de prévention dans chaque publicité relative à l’alimentation[1] (spots télévisés, affiches, etc.), met en lumière l’influence néfaste bien souvent attribuée aux contenus médiatiques. Est-il alors possible de prendre la mesure de l’impact de la publicité sur les « mauvais » comportements alimentaires des individus ? Inversement, peut-on appréhender et/ou évaluer le pouvoir des messages de prévention sur l’adoption de conduites « raisonnées » et/ou « raisonnables » ? Ces questions devront être posées en interrogeant une éventuelle réception genrée.

Il conviendra également de s’interroger – avec un regard plus diachronique – sur l’évolution des mises en représentation de tous ces « excès » alimentaires. Est-il en effet possible de mettre en lumière des transformations quant à la façon de traiter médiatiquement ces troubles de l’alimentation ? Le regard porté, par les médias, sur ces derniers s’est-t-il métamorphosé sous l’effet notamment de l’évolution de nos conceptions du corps et/ou de la santé ?

On pourra enfin s’interroger sur la façon dont est médiatiquement représenté, dans nos sociétés dites d’abondance (Fischler), un phénomène tel que la famine. Les corps de femmes sont-ils davantage « montrés » que ceux des hommes ? Ces mises en représentation viennent-elles alors souligner l’incapacité de ces femmes à allaiter leurs enfants ?

Axe 2 : Les symboliques alimentaires / L’ingestion métaphorique ou symbolique

De la pomme empoisonnée à la citrouille qui se transforme en carrosse (Salvat), les aliments peuvent être dotés de propriétés magiques qui peuvent avoir des conséquences positives ou néfastes. Ne dit-on pas, par exemple, qu’Ève a croqué le fruit défendu ? Quelles places ces éléments jouent-ils dans notre imagination ? Pour quelles raisons, certains fruits et légumes sont-ils associés au mal, au péché ? Et du coup à certaines figures maléfiques telles que la sorcière ? Quels effets ces aliments produisent-ils sur celle/celui qui les ingurgite ?

Mais aux aliments sont également associées des propriétés sexuelles et/ou sexualisantes. Les individus sont invités à favoriser tel aliment, et à proscrire tel autre afin d’être en « bonne santé », d’avoir une « bonne » libido et de concevoir de « bons » enfants dotant ces mêmes aliments d’attributs symboliques. Certains mets sont donc bien connus pour leurs propriétés aphrodisiaques censées « pimenter » tant les papilles que la vie sexuelle.

Les aliments censés doper l’activité sexuelle sont-ils les mêmes selon notre sexe ? Quels sont les arguments mobilisés pour légitimer l’impact des aliments sur notre sexualité ? L’ingestion de certains mets permet-elle de « choisir » le sexe de son enfant ?

Mais les aliments eux-mêmes peuvent être agencés de différentes manières afin de former une image ludique par exemple. Les aliments ainsi disposés peuvent être alors associés à la fun food (Brougère) et ces derniers doivent alors divertir/amuser afin d’être ingérés. Pour quelles raisons les aliments doivent-ils changer de forme pour plaire ? Quels formes/couleurs ces derniers prennent-ils ? Ou plus généralement, dans quelles circonstances l’aliment doit-il devenir autre pour stimuler/réveiller l’appétit ? Si, comme nous l’avons déjà dit, l’alimentation peut être surveillée, pour des raisons esthétiques, on observe également que l’alimentation doit être esthétique. Quelles sont les normes esthétiques véhiculées par et dans l’alimentation ?

Par ailleurs, la biotechnologie n’a pas épargné l’alimentation et l’alicament, contraction entre « aliment » et « médicament » ou l’aliment « fonctionnel » permettrait peut-être à terme, de prévenir les différentes maladies voire de guérir l’individu. Si des raisons de santé sont convoquées, des normes de genre et de race sont également sous-jacentes visant à termes à faire disparaître les corps disgracieux et/ou malades. Ces innovations/arrangement culinaires doivent aboutir à une « bonne » alimentation qui permettrait alors d’accéder à un épanouissement personnel et spirituel. Comment ces symboles alimentaires permettent-il de construire nos identités ? Quelles sont les propriétés données aux aliments ? Quels autres symboliques associées au genre (par exemple nationalistes) touchent l’alimentation ?

Axe 3 : Ne pas avaler

Cet axe propose d’interroger « la médiatisation du culinaire » à travers les interdits dont l’alimentation est frappée, et inversement les normes genrées qui lui sont associées.

L’interdit alimentaire peut être religieux (Douglas), et il frappe plus souvent les femmes. L’interdiction peut également être sociale, dans l’Antiquité, par exemple, les romaines n’avaient pas le droit de consommer du vin (Testart). C’est tout particulièrement pendant les menstruations, que l’accès à certains aliments leur était prohibé.

Le revers de l’interdit est en effet la norme sexuée. Des prescriptions différenciées faites aux femmes et aux hommes sont encore en vigueur. Ainsi certaines activités sont réservées aux hommes, tels qu’ouvrir les bouteilles de vin, découper la viande à table (Testart), faire un barbecue, ou préparer en public le gibier abattu par eux (Clio, n°14, 2001). Les boissons sont également sexuellement clivées, l’alcool reste par exemple présenté comme « une boisson d’homme », surtout s’il est fort, et les publicités sont conçues pour un public masculin (Messer & Montez de Oca), malgré l’évolution des pratiques. Tout comme l’alcool, la viande polarise les comportements genrés, comme si un aliment tendait à avoir un sexe. Les « mauvaises » pratiques varient également selon les catégories sociales et ethniques, ce qui complexifie leur lecture en termes de genre.

Historiquement, la préparation des repas est toujours dévolue aux femmes malgré le fait que ces dernières ont désormais souvent un emploi (Hoggart, Naulin). Le repas conjugal et/ou familial continue donc de leur incomber en majorité, ce qui peut avoir une traduction dans la manière dont les médias, notamment la publicité, s’adressent aux unes et aux autres. À l’opposé, lorsque les hommes cuisinent, ils sont alors « chefs » (la série télé du même nom), et exercent leur profession ou s’inscrivent dans une démarche compétitive (de l’émission Master chef au Festin chinois, réalisé par le spécialiste des films de combats Tsui Hark). De nouveaux comportements, comme les bento boys japonais qui préparent eux-mêmes leur déjeuner, changent-ils la présentation et la perception des rôles de genre et des frontières entre masculinité et féminité (Holden, Shu Min Yuen) ? L’alimentation et sa préparation se prête-t-elle à des performances de genre ?

Interdits et normes sociales tissent autour de l’alimentation et de la boisson un puissant carcan, néanmoins en constante évolution et recomposition, et subit de fréquentes transgressions.

L’appel est ouvert à toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, sans exclusivité. Les communications qui revisiteront, à travers le thème de la journée, un corpus déjà étudié avec une autre approche, sont bienvenues, y compris de non spécialistes du genre, des médias ou de l’alimentation. Les communications de jeunes chercheur-e-s, et de non-titulaires, sont particulièrement encouragées.

Modalité de soumission :

Les propositions de communication seront envoyées avant le 3 mai 2015 à l’adresse suivante : genreetmedias.efigies@gmail.com

D’une longueur maximale de 3000 signes, elles devront comporter un titre, un résumé de la communication et quelques indications bibliographiques. Merci de préciser vos nom, prénom et rattachement institutionnel.

 

Comité d’organisation :

Mathieu Arbogast, doctorant en sociologie, EHESS & Paris Ouest Nanterre

Doriane Montmasson, doctorante en Sciences de l’éducation, Université Paris 5

Marie-Sherley Valzema, doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

 

Bibliographie indicative :

Baron Cynthia, “Dinner and a movie : analysing food and film”, Food, culture and society, vol. 9, n°1, spring 2006, p. 93-117.

Bordo Susan, Unbearable Weight: Feminism, Western Culture, and the Body, University of California Press, 1995.

Brougère Gilles, “Fun food, et culture matérielle enfantine”, Colloque international “Alimentation, cultures enfantines et éducation », Angoulème, 1-2 avril 2010.

Butler Judith, Trouble dans le genre, La Découverte, 2006.

Coll., “Eating like a man”, special issue, Women studies international forum, vol. 44, 2014.

Coll., « Festins de femmes », dossier, Clio, n°14, 2001.

Coll., « Les imaginaires comestibles », dossier, Poli, n°7, juin 2013.

Coll., “Mapping men onto the menu: masculinities and food”, Special issue, Food and foodways, vol.13, n°1-2, 2005.

Douglas Mary, De la souillure, La Découverte, 2005.

Fischler, Claude. « Le paradoxe de l’abondance ». Sciences Humaines, n°135, 2003, pp. 22-26.

Giet Sylvette, Soyez libres ! C’est un ordre. Le corps dans la presse féminine et masculine, Autrement, 2005.

Hoggart Richard, La culture du pauvre, Minuit, 1970.

Holden T.J.M., “The overcooked and undone : masculinities in Japanese food programming”, Food and foodways, vol.13, n°1-2, 2005, p. 39-65.

Hole Anne, “Performing identity : Dawn French and the funny fat female body”, Feminist media studies, vol.3, n°3, 2003, p. 315-328.

Messer Michael A., Montez de Oca Jeffrey, ”The male consumer as loser : beer and liquor ads in media mega sports media events”, Signs, vol. 30, n°3, 2005.

Naulin Sidonie, « Le plaisir affranchi de la nécessité ? La représentation de l’alimentation dans le magazine Cuisine et vins de France (1947-2010) », Sociologie et sociétés, n°2, 2014, p. 109-131.

Saint-Pol, Thibaut de, Le corps désirable : hommes et femmes face à leur poids, PUF, 2010.

Salvat Émilie, « Sociabilités alimentaires et plaisir de se nourrir (dans les albums pour les moins de 6 ans) », in « Nourrir de Plaisir : régression, transgression, transmission, régulation ? », dossier sous la direction de Jean-Pierre Corbeau,  Cahiers de l’OCHA, n° 13, p. 54-61.

Shu Min Yuen, “From men to ‘boys’—The cooking danshi in Japanese mass media”, Women studies international forum, vol. 44, 2014, p. 220-227

Testart, Alain, « Pourquoi les femmes ne débouchent-elles pas les bouteilles de vin ? », L’Homme, n°212, 2014/4, p. 23-35.

Wood, Kate. “’Not Every Body Will Do’: Race, Body, and Beauty Ideals in Series Novels for Girls” Paper presented at the annual meeting of the American Sociological Association Annual Meeting, Hilton San Francisco, San Francisco, CA, Aug 07, 2009.

 

[1]    Cette obligation a été mise place dans le cadre du Programme National Nutrition Santé (PNNS). Elle concerne également les publicités de boissons.

L’expérience sérielle des adolescents : d’une initiation à la grammaire amoureuse à l’analyse de sa propre expérience

Cécilia Germain, Doctorante en sociologie à l’Université de Grenoble sous la direction de Sébastien Schehr et réalisant une thèse intitulée « L’entrée dans la sexualité, entre scénario idéalisé et réalité vécue », est venue nous présenter l’une de ses recherches portant sur la série télévisuelle Glee. Elle s’est intéressée non seulement au contenu de cette dernière, mais également à la réception de ce programme par de (jeunes) adolescent.e.s.

Après nous avoir présenté – dans ses grandes lignes – cette série télévisuelle, Cécilia Germain s’est attachée à exposer le caractère « antihéroïque » de la plupart des personnages y tenant un rôle important. Peu populaires au sein de leur lycée, ces protagonistes appartiennent en effet, à la chorale de l’établissement, club faisant l’objet d’une relative stigmatisation. En usant, par la mise en scène de ces personnages, d’un mode mimétique bas, la série permet alors aux jeunes téléspectateurs de se reconnaître plus facilement dans les expériences vécues de ces « antihéros ». La série Glee propose de surcroît – à chaque nouvel épisode – aux « jeunes » la regardant, une véritable « leçon de vie ». Les diverses expériences des personnages se font en effet le support de messages prônant tolérance et acceptation de soi. Les régulières coupures musicales (6 ou 7 par épisode) sont enfin un espace de visibilité pour les monologues intérieurs des personnages, offrent la possibilité de traiter plus légèrement des thématiques jugées « délicates », et permettent un accès privilégié aux points de vue des différentes protagonistes

Bien que mettant en scène une certaine diversité (origines sociales et ethniques ou encore orientations sexuelles), cette série télévisuelle diffuse toutefois une vision relativement normative du genre et de la sexualité. Les filles affichant une sexualité « active » souffrent en effet, par exemple, d’une image fortement négative, quand les garçons dans la même situation semblent pouvoir la vivre et l’exposer plus librement. La série offre par ailleurs une place non négligeable à la question de la « fidélité » comme à celle de l’ « abstinence ». Les jeunes filles connaissant une grossesse non désirée sont en conséquence bien souvent rejetées et font l’objet d’une forte stigmatisation. L’adultère « commis » par une femme hétérosexuelle ou un homme homosexuel est enfin davantage stigmatisé que lorsqu’il est « réalisé » par un homme hétérosexuel – laissant ainsi transparaître des formes de « domination masculine ».

Il est également possible de mettre en évidence l’existence, dans cette série télévisuelle, d’un « schéma » des relations amoureuses. Initialement dans une quête d’un « amour romantique », les personnages se tourneront (à la suite de déceptions plus ou moins nombreuses) vers une période de succession de « relations pures » – testant de la sorte différents partenaires à la quête de l’ « élu.e » –, avant de trouver la « bonne personne », avec laquelle ils pourront alors envisager de construire leur avenir, dans le cadre d’une relation à nouveau « romantique ».

Les témoignages d’adolescent.e.s sur la série télévisuelle Glee révèlent la manière dont ces dernier.e.s ont une très bonne connaissance des différents épisodes.

Il est toutefois possible de mettre en lumière des réceptions « contrastées » de la série Glee. Si certain.e.s adolescent.e.s semblent en effet l’apprécier en ce qu’elle donne à voir des personnages ayant sensiblement le même âge qu’eux/elles, tombant amoureux et se démêlant parfois d’histoires complexes ; d’autres lui reprochent au contraire son manque de réalisme. Cette dernière opinion apparaît comme étant principalement partagée par des jeunes ayant déjà connu des relations amoureuses et étant dès lors en mesure de mettre à distance, au regard de leur(s) propre(s) expérience(s), les relations mises en scène dans la série.

Abordant des thématiques qui intéressent les adolescent.e.s, mettant en scène des « antihéros », et fonctionnant sur un mode « mimétique bas », la série Glee permet aux jeunes téléspectateurs de se reconnaître dans les différentes expériences des personnages.

Si la série met en avant une grande diversité de pratiques, y demeurent néanmoins un certain nombre de stéréotypes de genre. Une distinction quasiment manichéenne est en effet par exemple opérée entre « bonnes » et « mauvaises » pratiques (nombre de partenaires, fidélité, etc.), et les comportements « déviants » féminins font plus facilement l’objet de stigmatisation que les mêmes attitudes masculines.

Des témoignages d’adolescent.e.s sur la série permettent de mettre en lumière l’écart de réception entre les « jeunes » n’ayant pas encore connu de relation – appréciant ainsi la série en ce qu’elle leur donne à voir des expériences – et ceux ayant déjà connu une ou plusieurs relation(s) – mettant dès lors plus facilement en évidence le manque de réalisme de la série.

JE “Raconter les sexualités depuis la marge”, le 22 mai à Marseille

.
L’atelier Efigies Aix-Marseille
avec le soutien du Centre Norbert Elias et du réseau Gendermed
a le plaisir d’annoncer sa 3° Journée d’Études interdisciplinaire
.
“Raconter les sexualités depuis la marge”


qui aura lieu à Marseille
le vendredi 22 mai 2015

 

Vous trouverez le programme ci-dessous (et ici).

La JE se déroulera au Centre Norbert Elias (EHESS, Vieille Charité, salle A, 2° étage), suivie d’une section nocturne au Vidéodrome 2.
Pour la session nocturne, nous vous remercions de vous inscrire par mail avant le 15 mai, en écrivant à : efigies.aixmarseille@gmail.com
 
Pour tous renseignements : efigies.aixmarseille@gmail.com
N’hésitez pas à faire circuler l’information dans vos réseaux !
 
 
Adresses :
CNE – Vieille Charité (salle A, 2° étage)
2 rue de la Charité, 13002 Marseille

Vidéodrome 2
49 Cours Julien, 13006 Marseille

PROGRAMME

9h – 9h30       Accueil et Introduction

9h30 – 11h       POSITIONNEMENTS ET INTERSECTION DES RAPPORTS SOCIAUX

  • La sexualité dans la domesticité : un tabou de la recherche à explorer, Colette Le Petitcorps (MINGRINTER, Université de Poitiers – Doctorante en sociologie)
  • La frontière comme production de la marge et du silence, de la résistance et de l’utopie. Réflexion sur mes rencontres avec des « femmes libres » de Bangui, RCA, Magdalena Brand (CRESPPA-CSU, Université Paris 8 – Doctorante en anthropologie)

11h30 – 13h      NORMES ET CONTRE-NORMES

  • L’inceste et le droit pénal français contemporain : lorsque l’application du droit dans les tribunaux révèle une indicible frontière, Marie Romero (CNE, EHESS – Doctorante en sciences sociales)
  • Témoignages de lesbiennes, bisexuelles et transexuelles suite à la consultation de leur gynécologue : sexualité, silence, marge,  Aline Fernandes de Azevedo Bocchi (Institut d’études du langage, Unicamp (Brésil) / Université Paris 13 – Postdoctorante en analyse du discours)


14h30 – 16h      DISCOURS DEPUIS LES MARGES

  • Faire dire, faire taire, faire adhérer : penser les tensions entre militantisme et sexualités dans un dispositif d’accueil écoute LGBT à partir des écrits de Dorothy Allison, Gabrielle Schnee (UTRPP, Université Paris 13 – Doctorante en psychologie sociale)
  • Patrimonialiser la pratique des lieux de drague ou, comment considérer une activité sexuelle marginale comme patrimoine culturel, Denis Trauchessec (ESO, Université d’Angers – Doctorant en géographie)


16h15 – 17h45   ESPACES-TEMPS DES SEXUALITÉS

  • Des territoires de la prostitution à la géographie hétéronormative de la ville : Paris au XIXe siècle, Lola Gonzalez-Quijano (CHR, EHESS – Chercheure associée en histoire)
  • Espaces autres et libertinage. Ce que l’espace fait aux sexualités plurielles/collectives, ce que le paria fait aux normes… Et inversement, Jean-Didier Bergilez (La Cambre / ULB – Doctorant en Architecture)

17h45 – 18h      Conclusion

19h – 20h30      NIGHT SESSION (VIDEODROME 2)

  • Assembling ‘Samira’ and ‘Travel’: affecting sexual humanitarianism through experimental ethnofictional filmmaking, Nicola Mai (London Met University / Aix-Marseille U. – Associate Prof.)
  • Projection de Samira (27mn), de Nicola Mai
  • Discussion et apéro

AfficheJErouge

 

 

4ème séance de l’atelier genre et langage – 13 mai

L’atelier de recherches linguistiques
sur le genre et les sexualités

organise sa 4° séance de l’année

le mercredi 13 mai  2015

14h-17h

à la MIE Bastille, en salle des Conférences
50, rue des Tournelles
75003 Paris
(M° Chemin vert ou Bastille).

La séance sera consacrée à une lecture féministe du genre grammatical en français.
Nous aurons le plaisir d’accueillir :

Ann Coady, Sheffield Hallam University

La construction discursive du masculin générique : une analyse historique

 Cette communication vise à démontrer la nature fluide et discursivement construite du masculin générique. Une analyse historique révèle que les règles grammaticales du français moderne n’ont rien de naturel ou d’immuable. Elles sont plutôt le résultat d’une lutte de pouvoir qui dure depuis des siècles autour des questions de langage et genre social.

Lucy Michel, Université de Bourgogne

Le genre grammatical dans le cadre de la dénomination de la personne : la question sémantique

Dans le cadre de la dénomination de la personne, la catégorie grammaticale du genre est traditionnellement présentée comme transparente, entièrement motivée : au genre grammatical féminin, le trait [+ femelle] ; au genre grammatical masculin, le trait [+ mâle]. Mais les différences de traitement sémantique entre les formes masculine et féminine d’un même mot (couturier, couturière ; professionnel, professionnelle) révèlent les insuffisances (et dangers) de cette lecture binaire et sans intersection possible. Une description sémantique intégrant les variations synchroniques et diachroniques du genre grammatical permet au contraire de visibiliser les mécanismes en jeu dans la construction de cette catégorie et de rompre avec son assise naturalisante : au genre grammatical féminin, non plus le trait [+ femelle], mais le trait [+ sétérotypes associés à la classe femme] ; au genre grammatical masculin, non plus le trait [+ mâle], mais le trait [+ stéréotypes associés à la classe homme].

Un pot informel suivra l’atelier pour poursuivre les discussions.

Cette séance précède la Journée d’Étude Arbitraire et motivation du genre grammatical qui aura lieu à Lyon (ENS) le vendredi 15 mai.

Au plaisir de vous retrouver lors de l’atelier,

Alice Coutant, Noémie Marignier, Mona Gerardin-Laverge et Julie Abbou,
pour l’Atelier Recherches Linguistiques sur le genre et les sexualités

11 avril – Foucault, la sexualité, l’Antiquité : 30 ans après

L’atelier Antiquité se donne rendez-vous le samedi 11 avril à l’amphi Buffon, à Paris 7.

“Foucault, la sexualité, l’Antiquité : 30 ans après”

Journée d’étude

organisée par Sandra Boehringer et Daniele Lorenzini
Samedi 11 avril 2015 de 9h à 18h
Amphi Buffon, Université Paris Diderot-Paris 7, Paris
Télécharger le programme :

 

2ème séance de l’atelier Genre, normes procréatives et parentalité (GNP)

Bonjour à toutes et à tous

La deuxième séance de l’atelier “Genre, normes procréatives et parentalité” aura lieu le mercredi 8 avril, de 9h30 à 12h30, au site Pouchet (59-61 rue Pouchet, Paris), salle 255.

Programme : Séance 2 – Mercredi 8 avril 2015 “Père, un parent subalterne? Normes, paternité et parentalité.”

Séance coordonnée par Myriam Chatot (doctorante en sociologie, IRIS, CMH, EHESS), Céline Puill (sage-femme, masterante à l’EHESS) et Marine Quennehen (Pré-doctorante au CESPRA, EHESS)

Intervenantes :

– Marine Quennehen, « Être père en prison. Une paternité en tension : entre modèle social du père engagé et situation incapacitante »

– Myriam Chatot, « Pères au foyer ou hommes à la maison ? Que font les pères lorsqu’ils sont les principaux pourvoyeurs de soins »

Discutante : Marie-Clémence Le Pape (enseignante-chercheuse au centre Max Weber, Lyon)

Lectures préparatoires (en pièces jointes) :

– Martial Agnès, « Paternités contemporaines et nouvelles trajectoires familiales », Ethnologie française, Vol. 42, n°1, 2012.

-Devault Annie, Lacharite Carol, Ouellet Francine et Forget Gilles, « Les pères en situation d’exclusion économique et sociale : les rejoindre, les soutenir adéquatement », Nouvelles pratiques sociales, Vol. 16, n°1, 2003.

– Doucet Andrea et Merla Laura, « Stay-at-home fathering. A strategy for balancing work and home in Canadian and Belgian families”, Community, Work and family, Vol. 10, n°4, 2007, p.455-473.

-Trellu Hélène, “Recompositions et résistances de la masculinité et de la féminité, de la paternité et de la maternité à l’épreuve du congé parental pris par les homes en France”, Recherches sociologiques et anthropologiques, Vol.38, n°2, 2007, p.123-141. (http://rsa.revues.org/471)

“Les discours psys de l’intersexuation” CR de la séance de l’atelier présentée par Noémie Marignier le 10/11/14

Lors de cette séance, on s’est intéresséEs à la manière dont les psys traitent la question de l’intersexuation (c’est-à-dire des personnes qui naissent avec des organes génitaux qu’on ne peut assigner au sexe mâle ou femelle) à partir de l’étude d’extraits d’articles médicaux de clinicien.ne.s. concernant l’intersexuation.

Tout d’abord j’ai présenté la prise en charge des enfants intersexes à l’hôpital : la naissance des enfants intersexes est toujours vécue comme un drame par l’équipe médicale, qui estime qu’il faut agir au plus vite pour assigner un sexe. Cette vision dramatique de la naissance a sans nul doute des conséquences sur la manière dont les parents eux-mêmes vont vivre et envisager l’intersexuation de leur enfant.

J’ai ensuite montré un certains nombres de stéréotypes concernant le genre et la sexualité présents dans le discours des psys : leurs discours relaient des idées sexistes, homophobes et transphobes (et bien sûr intersexophobes), ce qui a évidemment conséquences sur la prise en charge psy des parents et des enfants.

Il a ensuite été question du flou conceptuel entourant les notions de sexe, de genre et de sexualités dans le discours des psys, ce qui semble étrange pour des professionnelLEs pour qui les questions de sexes, genres et sexualité sont au centre de leur travail.

Cela m’a permis de montrer une absence de réflexivité problématique chez les psys spécialistes de l’intersexuation : en effet ceux-ci découvrent chez leurs petitEs patientEs et chez leurs parents des troubles identitaires qui reposent sur des concepts eux-mêmes extrêmement troubles de sexe et de genre. En fait, dans leurs discours, les psys tendent à prouver des théories qu’illes ont eux-mêmes forgées : leur raisonnement est souvent circulaire et tautologique. Le concept de bisexualité psychique, par exemple, semble devoir être questionné par rapport à la clinique de l’intersexuation plutôt que perpétuellement démontré.

Finalement, on remarque que dans les discours des psys, l’attention aux patientEs, à leurs souffrances et à leurs paroles est très peu présente : il s’agit bien plutôt de chercher à prouver la difficulté inhérente au fait de ne pas rentrer dans la binarité du sexe (et du genre) et de ne pas (forcément) être hétérosexuelLE.

Les discours psys se montrent alors très rigides, refusant d’accepter les paroles de parents ou d’enfants se vivant autrement que dans la binarité homme/femme et les qualifiant de pervers ou de déraisonnables.

En conclusion, il apparaît que dans ces discours il est très peu question du bien-être des enfants intersexes et de leurs parents ; les psys spécialistes de l’intersexuation semblent ne pas mettre au centre de leurs pratiques la démarche de soin.

Le diaporama de la séance est disponible à cette adresse: discourspsys.pptx – 2.8 MB