Atelier pro n°1 : expression orale et gestion du trac

La première séance de l’atelier pro du samedi 27 novembre 2010, à l’EHESS, était consacrée à l’expression orale et à la gestion du trac. Elle a été animée par Émilie Cole, docteure en sociologie et Marie Quévreux, doctorante en philosophie.

La présentation orale de ses travaux et plus généralement la prise de parole sont des aspects essentiels du métier du chercheur·e. Plus généralement savoir s’exprimer à l’oral est un atout pour toute personne (étudiant·e, enseignant·e, etc.) qui doit s’adresser à un auditoire. Une intervention orale implique une interaction avec le public et nécessite de savoir se décrocher du texte écrit et de ne pas être prisonnier·e du par cœur. Malheureusement le trac et le stress rendent souvent cet exercice difficile, voire invivable pour certain·e·s. Bégaiement, manipulation d’objet, moments de silence sont autant de manifestations qui soulignent le malaise de l’intervenant·e et peuvent également gêner la compréhension de ce qu’il/elle dit.

Cependant si le trac en lui même est souvent difficile à contrôler, il est possible d’en limiter les effets visibles. Le trac n’est d’ailleurs pas qu’une mauvaise chose, il est aussi la petite poussée d’adrénaline nécessaire à tout bon discours.
Le trac peut se gérer sans avoir à recourir à l’industrie pharmaceutique. La grille ci-dessous permet d’évaluer ses propres faiblesses, mais aussi ses forces.

Pour s’améliorer, la meilleure solution reste donc :

  1. de s’exercer
  2. d’avoir des retours sur ses interventions (mieux vaut choisir des personnes de confiance)
  3. de s’entendre et/ou de se voir si un de nos oraux a été enregistré (l’exercice est extrêmement formateur et a l’avantage d’un point de vue objectif).

Afin de s’exercer à gérer son trac, on peut d’abord sélectionner le type d’intervention, en fonction du public et des enjeux. Il n’est pas nécessaire de combattre le mal par le mal en commençant d’emblée par une présentation en langue étrangère dans un colloque international de spécialistes.

On peut distinguer trois niveaux de publics et d’enjeux :

  • Les occasions de « se faire la main » : les ateliers d’étudiants ou de doctorants (le séminaire de votre laboratoire, ou un atelier EFiGiES par exemple), les journées d’études ou d’information dans les réseaux professionnels (où il n’y a souvent pas de spécialistes des sujets abordés) ;
  • Les interventions à enjeux relatifs et publics hétérogènes, donc souvent avec peu de spécialistes par sujet : les journées d’études et colloques ayant des thématiques larges et transdisciplinaires (le congrès de l’Association Française de Sociologie ou les journées d’études EFiGiES, etc.) ;
  • Les contextes les plus importants et/ou risqués : les colloques et congrès à thématiques très pointues (public de spécialistes) et les conférences, journées ou ateliers d’associations militantes (public très investi et possiblement agressif).

La voix comprend trois éléments : 1° le souffle, 2° le rythme et l’accentuation, et 3° la force (le volume sonore) qu’il est parfois bien difficile de maîtriser. Un petit exercice pour la contrôler et qui permet également de se détendre : inspirer en comptant dans sa tête (de 3 à 5, par exemple), faire une pause, puis expirer en comptant, faire une pause, etc.
Pour travailler la force de sa voix, il faut la tester : se mettre avec une autre personne aux deux extrémités d’une même pièce, et expérimenter la portée de votre voix.

En ce qui concerne sa gestuelle, quelques attitudes suffisent à dissimuler son stress et à mieux entrer en contact avec le public :

  • Avoir la tête droite et ne pas être affalé sur sa table ou sur sa chaise ;
  • Regarder son public : c’est-à-dire ne pas fixer une personne en particulier, mais distribuer son regard ;
  • Si on est assis, il faut éviter de changer trop fréquemment de posture et être en position de stabilité (jambes bien calées, pas de balancement) ;
  • De même, on peut avoir les mains mobiles mais il faut éviter les grands gestes ;
  • Il ne faut pas croiser les bras car cela traduit une position de repli, de renfermement voire d’hostilité ;
  • Et bien sûr mieux vaut ne pas être trop décontracté·e et éviter la familiarité.

Une bonne préparation est le meilleur moyen de ne pas se laisser dominer par son trac pendant une intervention. Quelques petits conseils faciles à mettre en pratique :

Préparer ses notes

Avoir le texte de son intervention en entier ou juste une trame dépend de chacun·e. Les deux comportent des « risques » :

  • Lire son texte sans arriver à créer le moindre contact, même visuel, avec le public ;
  • Avoir un moment de panique et avoir du mal à se rattraper et à remettre en place ses idées avec une simple trame ;

S’exercer au préalablement pour vérifier la durée de l’intervention :

  • Ne pas prévoir une intervention qui dépasse dès le début le temps accordé ;
  • Voire prévoir un texte un peu plus court (quinze minutes au lieu de vingt par exemple) si on a tendance à improviser à l’oral ou pour des imprévus (expliquer un peu plus une notion, répétition des points essentiels, pendant un colloque faire allusion à une intervention précédente, etc.) ;
  • Les tics de langage peuvent coïncider avec les tics d’écriture. Il faut donc avoir un texte travaillé pour l’oral car il ne faut pas oublier : l’oral n’est pas un écrit parlé.

La mise en page :

  • Éviter les feuilles recto-verso ;
  • Mettre en valeur les passages indispensables (ce qui permet de couper si on a moins de temps à cause d’une réduction inopinée du temps de parole, ou parce que l’on a déjà trop développé avant) avec son propre code (surlignage des choses importantes, caractères plus petits pour les idées ou exemples pas indispensables) ;
  • Espacer, faire des paragraphes, aérer les lignes.

Le fond :

  • Préférer les sources de première main que vous connaissez bien, que vous avez approfondies ;
  • Choisir les références d’après le niveau technique du lieu de la communication, adapter le vocabulaire ;
  • Repérer les points polémiques ou techniquement complexes : être capable d’expliquer une notion utilisée ;
  • Évaluer les évidences (qui n’en sont pas pour tout le monde) ;
  • Se préparer à se justifier, à rendre des comptes sur le protocole suivi pour un terrain (enquête, entretiens), les choix méthodologiques et épistémologiques ;
  • Savoir ce qu’on veut assumer (quelque chose qui est personnel, que quelqu’un a dit et qu’on a cité) ;
  • Adapter les annexes et les supports (papier ou audiovisuel) selon le public, le contexte et le sujet.

L’oral

Avant l’intervention :

  • Toujours se demander « où j’interviens ? », « face à qui ? », et « quelle est la retombée de mon intervention ? ». Savoir où on va est très important pour gérer son trac, comme savoir quelles personnes seront présentes, notamment pour nous répondre/discuter ;
  • Le retard étant un facteur de stress évident, mieux vaut arriver à l’avance et penser aux contretemps inopinés ;
  • Prévoir un vêtement de rechange (au moins le haut) en cas d’accident (tache de café, crotte d’oiseau, déchirure…) ;
  • Choisir des vêtements dans lesquels on se sent à l’aise, mais adaptés à la situation (saison, température) : le mieux est de prévoir les « couches » de vêtements, ou des hauts qui puissent s’ouvrir (vestes, gilets) et d’adapter le vêtement à ses manifestations de trac (par exemple, si vous avez les mains moites, évitez les tissus synthétiques ou le lin) ;
  • Ne pas oublier d’avoir quelque chose pour gérer son temps de parole. Mieux vaut une montre qu’un portable ;
  • Ne pas oublier sa bouteille d’eau (le bouchon sport est une très mauvaise idée) ;
  • Tester le matériel avant (pour un PowerPoint par exemple). Il y a très souvent la possibilité de préparer l’intervention avec le modérateur avant (installation de l’ordinateur, des branchements, etc.).

Durant l’intervention :

  • Ne pas hésiter à prévenir dès le début si on a la voix cassée, si on est malade, etc.
  • Si on parle trop vite, ou si le trac est trop envahissant : reprendre le contrôle de son intervention = faire une pause, regarder la réaction de la salle, boire un peu d’eau, respirer un grand coup ;
  • Si on n’est pas à l’aise, mieux vaut éviter les blagues.

Pendant les questions :

  • Faire attention à sa gestuelle et sa voix. Après l’intervention on est souvent plus détendu·e, mais la communication continue, et il ne faut pas se relâcher (notamment au niveau du vocabulaire utilisé) ;
  • Prendre des notes pendant qu’on vous pose une question : dans certains colloques, les questions sont posées par groupes de deux ou trois, et sans notes, vous allez être perdu·e ;
  • Ne pas paniquer face à une question qui semble incompréhensible ou difficile ! :
    • Ne pas hésitez à boire pendant que l’interlocuteur finit de poser sa question, ce qui donne un laps de temps supplémentaire pour réfléchir.
    • Demander à reformuler la question si on n’a pas compris, ce qui permet aussi de mieux préparer sa réponse.
  • Préparer des phrases pour désamorcer les problèmes idéologiques. Possibilité de faire parler davantage la personne qui s’exprime sur son point de vue, si vous n’avez pas envie/le temps de vous y confronter :
    • Assumer quand on se réclame de quelque chose ;
    • Savoir souligner la valeur scientifique de vos choix méthodologiques et/ou épistémologiques ;
  • Si l’on vous fait remarquer que vous avez oublié un auteur ou une référence, rebondir sur la question avec des phrases du type : « je connais bien cet auteur mais à quel ouvrage faîtes-vous référence ? »
    • Admettre qu’un ou des choix sont possibles. Quand on est étudiant ou doctorant, on a le droit de ne pas tout savoir. Mais il vaut mieux le dire avec des phrases du type : « non je ne savais pas parce que j’ai préféré privilégié tel terrain, tel thématique de recherche, etc. » ;
    • Rappeler et souligner ce qu’on a fait de bien ;
  • Prendre en notes les remarques, les conseils et les références.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. ines dit :

    Merci pour cette note très pratique.
    Petite correction, vers la fin : J’ai préféré privilégier (avec er car le premier verbe est déjà conjugué).
    Merci !

  2. une étudiant dit :

    Merci, je pense que ces conseils pourront m’aider par la grâce de DIEU à réussir mon examen d’oral ……

  3. Marie dit :

    Tous ces conseils me semblent bien précieux. Je vais m’en inspirer. Ils me donnent l’envie de me confronter à ce rite de passage et de valoriser mon travail.

  4. Karim Hammou dit :

    Très intéressant… merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *