CR de la séance du 16 octobre 2014

La séance de l’ atelier Efigies Aix-Marseille a eu lieu le vendredi 16 octobre 2014 au Centre Norbert Elias (à la Vieille-Charité) à Marseille.

Nous avons eu le plaisir d’écouter et de discuter autour de deux communications:

  • Aurélie Fillod-Chabaud (IREDU, Université de Bourgogne) : “Au nom du père”. Une sociologie comparative du militantisme paternel en France et au Québec
  • Miyako Hayakawa (CNE, EHESS) : Devenir mère et prisonnière dans une société “traditionnelle” : une anthropologie sur la romantisation de l’amour maternel au Japon

résumé de la séance :

Aurélie Fillod-Chabaud (IREDU, Université de Bourgogne) : “Au nom du père”. Une sociologie comparative du militantisme paternel en France et au Québec

Dans cette présentation, nous nous intéressons à la manière dont les groupes de pères parviennent à transformer une cause individuelle en cause collective. A l’aide d’un terrain d’enquête franco-québécois réalisé dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie (Fillod-Chabaud 2014), cette présentation questionne la façon dont les groupes de pères séparés mettent sur l’agenda politique la question de la paternité post-conjugale. Premièrement, il est important de préciser que ces groupes se sont façonnés au sein d’un contre mouvement en réaction à la seconde vague du mouvement féministe dans les années 1970. Il s’agissait à l’époque de dénoncer la fin des privilèges masculins dans la sphère privée et professionnelle (Blais et Dupuis-Déri 2011). Puis ce mouvement, qui devient le mouvement « masculiniste » se scinde en deux tendances : la tendance masculine et la tendance paternelle (Devreux et Lamoureux 2012). 

C’est à cette seconde tendance que nous nous intéressons. Cette branche paternelle revendiquent des réformes du droit familial en lien avec la résidence des enfants et non en lien avec les pensions alimentaires, premier litige aux affaires familiales lorsqu’un couple avec enfant judiciarise sa séparation (Collectif Onze 2013). Les groupes de pères séparés portent ainsi des revendications qui ne sont pas représentatives de la masse des pères qui se séparent. Par ailleurs, peu d’entre eux viennent en association pour militer. L’exploitation d’un fichier adhérent d’une association nous a montré en effet que 87% des adhérents ne renouvelaient pas une deuxième année leur adhésion et que la première chose recherchée par les nouveaux adhérents était les services d’aide juridique proposés par les groupes.

Voyons à présent le processus engagé par les groupes pour parvenir à transformer une revendication non représentative de la population française en problème public (Hassenteufel 2010).

1. Dénoncer un ennemi et s’en dire victime

Aussi bien en France qu’au Québec, cet ennemi est le féminisme d’État. Il s’exprimerait en France par la « surféminisation » de la magistrature et au Québec par la « surféminisation » des enseignants d’école primaire mais aussi par la non prise en compte du suicide des hommes et des violences conjugales envers les hommes. Les associations cherchent à être reconnues publiquement comme victimes de ces discrimination, processus amorcé par Sos papa en 2005 lorsque l’association est reconnu comme association de droit aux victimes par le ministère de l’Intérieur.

2. Diffuser des répertoires d’action basés sur des registres émotionnels afin de sensibiliser le public à la cause des pères.

Ces répertoires d’action sont mis en œuvre pour toucher l’opinion publique à partir d’histoires individuelles. Les registres utilisés convoquent notamment un imaginaire enfantin en mettant en scène la parole de l’enfant, sa présence dans les manifestation ou en s’exposant déguisés en super héros, notamment parmi les groupes anglo-saxons (Jordan 2009).

3. Mettre sur l’agenda la paternité post-conjugale

Les répertoires d’action utilisés sont particulièrement efficaces pour sensibiliser l’opinion publique à la cause des pères séparés, même si cette cause n’a pas une réelle représentativité statistique. Il s’agit, par le biais de propositions de loi sur la résidence alternée par défaut, de pousser le législateur à légiférer sur une pratique discrétionnaire des juges, ce qui pour le moment n’a pas d’écho auprès de ce dernier.

Pour conclure, nous pouvons dire que les groupes de pères ont des capacités fortes en termes de moyens d’action afin de toucher l’opinion publique, mais ne sont pas assez représentatifs de la population des pères séparés pour avoir un impact sur la législation en matière de droit de la famille, les pensions alimentaires étant un sujet bien plus partagé que la résidence des enfants, qui fait généralement l’objet d’un accord entre les parents.

Blais, Melissa, et Francis Dupuis-Déri. 2011. « Masculinism and the Antifeminist Countermovement ». Social Movement Studies 11(1):21‑39.

Collectif Onze. 2013. Au tribunal des couples. Enquête sur des affaires familiales. Odile Jacob. Paris.

Devreux, Anne-Marie, et Diane Lamoureux. 2012. « Les antiféminismes: une nébuleuse aux manifestations tangibles ». Cahiers du Genre 52(1):7‑22.

Fillod-Chabaud, Aurélie. 2014. « “Au nom du père”. Une sociologie comparative du militantisme paternel en France et au Québec. » Thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Martin Kohli, Institut Universitaire Européen, Florence, ITALIE.

Hassenteufel, Patrick. 2010. « Les processus de mise sur agenda : sélection et construction des problèmes publics ». Informations sociales 157(1):50‑58.

Jordan, Ana. 2009. « ‘Dads aren’t Demons. Mums aren’t Madonnas.’ Constructions of fatherhood and masculinities in the (real) Fathers 4 Justice campaign ». Journal of Social Welfare and Family Law 31(4):419‑33.

aurélie

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *