Compte rendu Atelier n°1 : Les rhétoriques [anti]féministes à la croisée des sciences humaines et sociales

Les rhétoriques [anti]féministes à la croisée des sciences humaines et sociales

 

Cet atelier a été le point de départ de nos réflexions sur les rhétoriques [anti]féministes.

Nous avons souhaité non seulement montrer l’état des recherches en France sur ce sujet mais aussi, face à la difficulté de cerner rationnellement les manifestations diffuses de telles rhétoriques, tenter une analyse méthodique et conceptuelle.

Quatre disciplines ont été représentées par les doctorantes de l’atelier : l’histoire contemporaine, l’histoire médiévale, l’anthropologie et la sociologie (ordre d’intervention).

En voici le compte rendu. Pour tout complément, n’hésitez pas à nous écrire : 

Le terme rhétorique éloigne directement de l’action. Nous allons voir que cela pose moins problème pour l’anti-féminisme que pour le féminisme. En effet, le féminisme comme nous l’entendons aujourd’hui et sur lequel portent de nombreuses études, se définit par le militantisme et donc par l’action collective. L’anti-féminisme, lui, est plus diffus et il est difficile de désigner un mouvement qui se réclame ouvertement anti-féministe. Nous ne nous attarderons donc pas sur les manifestations de l’un et de l’autre concept mais bien plutôt sur les discours et sur les idées qui les sous-tendent et les portent.

atelier 1

Rhétoriques féministes et antiféministes en histoire contemporaine

En histoire contemporaine, histoire des femmes, du féminisme et du genre se confondent souvent. C’est avec l’émergence du Mouvement de Libération des Femmes (MLF) qu’apparaît l’histoire des femmes. Ces dernières deviennent à la fois sujet de recherche, actrices de l’histoire et même chercheuses. Les démarches militantes et académiques s’articulent d’ailleurs, et ces recherches sur l’histoire des femmes et de leurs mobilisations sont souvent considérées par les autres chercheurs et chercheuses de « militantes », qualificatif venant discréditer les recherches considérées comme moins scientifiques que les autres. Parmi ces chercheuses, citons Florence Rochefort et Michelle Perrot par exemple. Le Groupe de Recherches Interdisciplinaire d’Etudes des Femmes (GRIEF), constitué en 1979 à l’université de Toulouse le Mirail, est un bel exemple de cet « espace hybride » entre militantisme et université.

Le passage de l’histoire des femmes, à l’histoire du genre, a suscité des réticences chez les chercheuses, craignant qu’à peine rendu visible l’objet « femmes » soit évacué par le concept « genre ». Ce passage pourrait-il conduire à l’invisibilisation de l’oppression des femmes ? La question peut légitimement se poser.

Nous pouvons considérer l’histoire des femmes et du féminisme comme une forme de rhétorique féministe puissante au moment de sa naissance dans les années 1970, et encore nécessaire aujourd’hui.

Quant aux recherches sur les les rhétoriques antiféministes, elles sont moins nombreuses en histoire contemporaine. Cela est peut-être dû à la forte volonté de rendre visibles les femmes dans l’histoire de l’humanité, en se concentrant sur leurs rôles d’actrices à part entière. L’intérêt pour les processus d’évitement des femmes est venu plus tard.

Parmi les quelques travaux visibles, on peut citer le livre dirigé par Christine Bard (Un siècle d’antiféminisme, 1999) et quelques numéros spéciaux de revues académiques que nous citons dans la bibliographie ci-dessous.

Dans le dossier du numéro conjoint des Cahiers du genre et de la revue Recherches Féministes (2012) intitulé « Les antiféminismes », Anne-Marie Devreux et Diane Lamoureux qualifient l’antiféminisme de « nébuleuse aux manifestations tangibles ». Dans ce contexte, délimiter ce qu’est l’antiféminisme est un véritable enjeu intellectuel, d’autant plus que le vocabulaire a tendance à être flou : lesbophobie, post-féminisme, misogynie, sexisme, masculinisme… Ces termes tendent à être considérés comme des manifestations d’un seul et même antiféminisme. Mélanie Gourarier nous apportera de nouveaux éléments à ce sujet lors de notre deuxième atelier (cf. compte rendu).

Il faut s’attarder sur la misogynie. Selon Devreux et Lamoureux, elle est toujours en « toile de fond » dans nos sociétés et sert à justifier l’infériorité des femmes sur la base d’arguments naturalistes. Ainsi, dès le XVIIe siècle, l’antiféminisme se fait entendre dans le débat sur l’éducation des femmes : éduquer les femmes risquerait de rompre l’équilibre moral de la famille et de la société. Plus tard, les arguments contre le vote des femmes reprennent des arguments similaires, tout en y ajoutant l’argumentaire du conservatisme et du sentiment religieux, supposément plus présent chez les femmes dont le vote serait alors dangereux pour la république et la laïcité.

L’antiféminisme peut également être défini comme une réaction politique qui s’inquiète de ce que les femmes aient une expression politique. L’antiféminisme s’élève donc contre les femmes, et parfois contre l’idée de progrès tout simplement. L’antiféminisme aujourd’hui est donc partout et nulle part puisqu’il se retrouve sur plusieurs terrains : politique, religieux, économique et social.

 

Les discours sur les femmes à l’époque médiévale

Lors de cette période la condition des femmes dont on a commencé à faire l’histoire dans les années 1960-1970 a évolué. L’histoire médiévale est réticente au terme « genre » qui n’est pas forcément considéré comme un outil utile pour analyser les faits. Malheureusement, les recherches sur les femmes sont encore considérées comme « frivoles » par les médiévistes.

Néanmoins, quelques travaux sont à souligner : La femme, le prêtre et le chevalier de Georges Duby et les travaux de Ruth Maso Karras qui traitent du rapport entre femmes et religion, de la sexualité et du travail des femmes. La représentation conventionnelle du Moyen-Âge est celle d’une période très antiféministe durant laquelle les femmes étaient toujours dominées. Pourtant, à la fin de la période, leur condition est un peu meilleure par rapport à l’époque Moderne qui va suivre : elles travaillaient effectivement plus souvent et avaient plus de libertés.

Il y a plusieurs sortes de discours sur les femmes :

  •  les discours des clercs : les femmes sont considérées comme des monstres égoïstes, bavardes, colériques… Elles sont les pécheresses, les tentatrices. L’image de la « ribode » est utilisée pour désigner les personnes de « mauvaise vie » (les maquerelles et les femmes tentatrices soupçonnées d’ensorceler les hommes).
  •  à partir de la deuxième moitié du Moyen-Âge, une autre tendance consiste à valoriser les femmes saintes, fortes, pieuses et pénitentes. La figure emblématique en est Marie Madeleine, ancienne prostituée retirée qui se refait une « virginité » en devenant religieuse. Pour certain.e.s médiévistes cette période est vue comme « le moyen âge féministe » : pourtant cette figure de femme valorisée est très restrictive, le rôle des femmes est réduit à celui de sainte, rôle passif s’il en est…
  • d’autres discours se trouvent dans la littérature courtoise, où l’on croise la figure de la « Domina » (femmes « puissantes » car mariées à des seigneurs), dont les jeunes hommes tombent amoureux. Elles sont présentées comme intouchables. En cela, elles représentent le cliché de la femme sublimée. Le schéma classique est celui d’une belle femme blonde, au grand front, blanche de peau… par opposition, les femmes laides représentent le vice, tout comme les paysannes, les veuves et les femmes âgées… Ces modèles de femmes de la littérature ne représentent bien sûr pas l’ensemble des femmes de l’époque. Il ne s’agit là que de représentations. Car dans les faits, nombreuses travaillent, exercent des activités de la pensée.
  • Christine de Pisan (XIVe) en est la référence. Elle était une écrivaine, religieuse et abbesse. Elle est aujourd’hui perçue comme la « figure féministe » du Moyen-Âge, alors même qu’elle peut parfois avoir un discours considéré aujourd’hui comme misogyne.

 

Les rhétoriques [anti]féministes dans le champ scientifique de l’anthropologie

Plusieurs anthropologues féministes ont critiqué les travaux d’anthropologues hommes qui, sans être antiféministes, ont pu produire des travaux favorisant le point de vue et l’expérience des hommes. On parle alors de biais androcentrique. Parmi ces anthropologues, il y a Claude Levi Strauss qui ne traitaient pas les femmes au même titre que les hommes dans ses études. En effet, elles n’étaient pas considérées comme des sujets au même titre que les hommes.

Nous souhaitons revenir sur une controverse qui a agité la discipline : l’anthropologue Derek Freeman a été très critique des travaux de sa collègue Margaret Mead sur les Triobandais en Océanie. Mead estimait que les femmes de la tribu avaient une sexualité « libérée ». Pour Freeman, Mead sous-estimait l’importance et la fréquence des violences sexuelles. Cela aurait pu être une banale querelle entre anthropologues à propos d’un terrain de recherches. Pourtant, l’antiféminisme se retrouve dans l’attitude de Freeman envers Mead : il adopte un ton ouvertement paternaliste, tel le maître d’école qui réprimande son jeune élève inexpérimenté. Nicole Claude-Mathieu est ensuite revenue sur cette polémique pour y montrer l’importance des cadres de référence du/de la chercheur.e : selon elle, il faut être conscient-e que notre façon de voir les choses et de les comprendre sur un terrain même « lointain » reste influencé par notre expérience sociale, par la façon dont les choses se passe dans notre pays d’origine en somme.

 

Les anthropologues ayant critiqué le sexisme et l’androcentrisme en anthropologie :

Nicole Claude Mathieu a notamment critiqué le fait que les femmes ne sont jamais considérées comme des populations dominées. Elle a également déploré que la non critique des rapports de domination soit justifiée par les anthropologues sous couvert de « non intervention » et de leur rôle de défense d’une population dans son ensemble. Elle critique également le « biais androcentrique » qui consiste à penser qu’étudier les hommes d’une société est suffisant pour étudier la société dans sa généralité.

Il y a une réelle difficulté à se revendiquer du féminisme pour les femmes anthropologues au risque d’être décrédibilisées au sein de la communauté scientifique. Chose à la fois ironique et paradoxale, elles sont accusées d’androcentrisme en voulant appliquer leur grille de lecture à toutes les populations étudiées : la prise en compte des rapports sociaux de sexe est alors considérée comme une forme d’ethnocentrisme, de la même façon que l’importation des problématiques du pays d’origine des anthropologues sur leur terrain.

 

Des anthropologues qui ont étudié les rhétoriques antiféministes :

  • Mélanie Gourarier a travaillé sur la « communauté de la séduction » : il s’agit de rencontres formelles et informelles entre hommes, qui vont du groupe de paroles aux séances de coaching, pour apprendre à mieux séduire. L’apprentissage des techniques de séduction s’oppose aux règles de la galanterie (offrir des fleurs, payer une consommation…) qui donneraient aux femmes du pouvoir. Les femmes y sont essentialisées, et le mythe de « l’égalité déjà là » (Delphy) voire du renversement de l’oppression est bien présent.

 

Mélanie Gourarier est l’invitée de notre deuxième atelier : Compte rendu à lire !

  • Aurélie Fillod-Chabaud a travaillé sur les associations de pères séparées en France (SOS papa en est une). Elle montre que les militants actifs adhèrent aux rhétoriques antiféministes sur le divorce, la garde des enfants etc. et montent en épingle des situations de conflit sur la garde des enfants qui sont très marginales. Effectivement, la plupart du temps ce sont les parents qui se mettent d’accord ou le juge qui tranche. Ce dernier ne favorise ni les femmes, ni les hommes puisque les statistiques montrent que la garde principale est autant attribuée aux femmes qu’aux hommes.

 

Les apports de la sociologie et des sciences politiques

La littérature scientifique sur laquelle nous nous appuyons concerne principalement le Québec et le Canada, les Etats-Unis, la France et le Royaume Uni.

La sociologue québecoise Mélissa Blais (Blais, 2012) distingue trois formes d’antiféminisme :

  • l’antiféminisme ordinaire qui renvoie plutôt aux discours de sens commun allant à l’encontre des droits des femmes et qui est diffus dans les discours, donc peu identifiable de prime abord
  •  l’antiféminisme religieux et conservateur qui vise plus directement les militantes féministes et les organisations pro-choix. Les porteurs de cet antiféminisme récusent l’idée d’égalité pour y substituer celle de hiérarchie, d’ordre social et de complémentarité
  • Une troisième forme d’antiféminisme serait à trouver dans le masculinisme, particulièrement actif au Québec et au Canada, mais aussi en France à travers des associations comme SOS Papa ou à travers des personnages publics comme Eric Zemour dont les discours sont centrés sur les effets supposément néfastes du féminisme sur les hommes. Le masculinisme est représenté principalement par les groupes de pères séparés qui revendiquent une automatisation de la garde alternée après les divorces (Blais, 2012).

 

L’antiféminisme ordinaire est théorisé dans un article éponyme par la sociologue Francine Descarries, qui le définit comme suit :

« les discours et les pratiques qui, sans nécessairement recourir à des interprétations fallacieuses, extrémistes ou moralisantes, s’opposent, implicitement ou explicitement, aux projets portés par le féminisme et font obstacle aux avancées des femmes dans les différents domaines de la vie sociale, ces avancées vers l’égalité étant perçues comme menaçantes pour un ordre social dont l’équilibre est fondé sur la hiérarchie sexuelle et la domination masculine. » (Descarries, 2005 : 142-143).

Cet antiféminisme est discret, subtil, se déguise en discours égalitariste, efficace, paraît peu agressant. Il n’est pas seulement pratiqué par des hommes et n’est donc pas seulement un militantisme masculiniste.

Il est « un compagnon constant du mouvement des femmes et la courbe de ses manifestations a suivi celle des avancées de la lutte des femmes » (Descarries, 2005 : 142).

Selon la sociologue, il existe quatre représentations essentialistes des femmes, notamment entretenues par les religions monothéistes :

o    La femme diabolique (responsable initialement du péché de chair et de la mort)

o La femme faible

o La femme objet (de consommation)

o La femme rivale (archétype utilisé par les masculinistes)

 

On retrouve plusieurs constantes des rhétoriques antiféministes :

  • La négation ou la minimisation des inégalités femmes-hommes, voire le renversement de la situation (les hommes seraient les victimes)
  • La dépolitisation des inégalités : par exemple dans le cadre des violences, on renvoie à la psychologie de l’homme, à un « manque de communication » au sein du couple voire à une manière de communiquer fondamentalement différente entre femmes et hommes (voir Irène Jonas Moi Tarzan, toi Jane qui analyse les théories de psychologie évolutionniste et de sociobiologie, vulgarisées dans les ouvrages grand public comme « les hommes viennent de mars, les femmes de Vénus » et qui sont en fait très antiféministes).
  • Les erreurs et les excès du mouvement féministe

 

Les discours post féministes

On revendique ou on fait référence au post féminisme pour exprimer une dé-légitimation du féminisme de la « deuxième vague », ce mouvement étant réduit aux manifestations de rue et l’égalité étant perçue comme déjà acquise. (Marie Hawkesworth).

Par ailleurs, le féminisme serait obsolète et ne correspondrait pas à certaines catégories de femmes (jeunes, femmes au foyer, femmes racisées…). Cela se manifeste par le développement chez ces femmes de la rhétorique du « je ne suis pas féministe, mais… » (Elaine Hall et Marnie Salupo-Rodriguez).

Enfin, le post féministe se présente comme un « nouveau féminisme, plus joyeux, non politique. Il valorisation la réussite individuelle et les femmes sont perçues comme également dotées en opportunités par rapport aux hommes (Blais et Dupuis-Déri, 2014).

 

Mouvement social ou rhétorique ?

L’un des moyens d’action des mouvements antiféministes consiste en des stratégies de lobbying, à l’instar des groupes de pères séparés qui pèsent dans l’élaboration de loi sur le divorce et la garde alternée même si en France leur influence reste à relativiser (Fillod-Chabaud, 2013 ; Delphy, 2010). En ce qui concerne les actions directes à l’égard des associations féministes et de défense des droits des femmes, la littérature sur le sujet se base principalement sur des terrains québécois ou canadiens. Surtout, il n’y a que très peu de données sur les formes plus invisibles de cet antiféminisme qui se jouerait au niveau institutionnel et politique (Dupuis-Déri, 2013).

Soulignons également l’antiféminisme d’état/antiféminisme dans l’état qui est représenté par des fonctionnaires directement antiféministes, ou tout simplement « hostiles » au féminisme. Les représentantes d’associations féministes sont alors contraintes d’éviter de dire le mot « féminisme » pour ne pas se voir couper leurs subventions.

Comme le souligne Christine Delphy, il existe des actions visibles (commandos anti-avortement, les papas sur les grues) mais elles sont des exceptions qui détournent trop l’attention des formes souterraines d’antiféminismes menées par des figures « d’experts » qui publient des ouvrages, témoignent dans des tribunaux ou interviennent dans les médias. L’argumentaire et les ouvrage de ces derniers constituent des « systèmes théoriques » dans lesquels les avocats d’hommes violents puisent leurs arguments : « fausses allégations », syndrôme des « faux souvenirs », etc.

Il faut aussi souligner la force du militantisme « anti genre ». Peu de recherches sont publiées tant le phénomène est actuel mais des recherches sont en cours sur le sujet (Léa Mobarito à Paris, un groupe genre autour de Martina Avanza et Magali Della Suda « MObilisations Religieuses autour de la Famille, du genrE et de la sexualitÉ », Habemus Gender (2016)).

 

BIBLIOGRAPHIE

 

BARD C., Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999, 481 p.

BLAIS M., DUPUIS-DERI F., « Antiféminisme : pas d’exception française », Travail, genre et sociétés, 32, 2, 2014, p. 151‑156.

BLAIS M., DUPUIS-DERI F., « Masculinism and the Antifeminist Countermovement », Social Movement Studies, 11, 1, 2012, p. 21‑39.

BLAIS M., « Y a-t-il un « cycle de la violence antiféministe » ? Les effets de l’antiféminisme selon les féministes québécoises », Cahiers du Genre, 52, 1, 2012, p. 167‑195.

BRAITHWAITE A., « Politics of/and Backlash », Journal of International Women’s Studies, 5, 5, 2004, p. 18‑33.

BROSSARD L., « Le discours masculiniste sur les violences faites aux femmes : une entreprise de banalisation de la domination masculine », dans Le mouvement masculiniste au Québec, l’antiféminisme démasqué, Montréal, Les Editions du Remue-ménage, 2008, p. 93‑110.

COUTURE D., « L’antiféminisme du « nouveau féminisme » préconisé par le Saint-Siège. », Cahiers du Genre 1/2012 (n° 52), p. 23-49

DELPHY C., « Retrouver l’élan du féminisme », dans Un universalisme si particulier, Syllepses, Paris, 2010, p. 69‑75.

DEVREUX A-M., Lamoureux D., « Les antiféminismes : une nébuleuse aux manifestations tangibles. », Cahiers du Genre 1/2012 (n° 52), p. 7-22

DUBY G., PERROT M., Histoire des femmes en Occident V. Le XXe siècle, Paris, Plon, coll. Tempus, 1992, 891 p.

DUPUIS-DERI F., « L’antiféminisme d’État », Lien social et Politiques, 69, 2013, p. 163‑180.

DUPUIS-DERI F., « Le discours de la « crise de la masculinité » comme refus de l’égalité entre les sexes : histoire d’une rhétorique antiféministe. », Cahiers du Genre 1/2012 (n° 52), p. 119-143

FILLOD-CHABAUD A., « Les groupes militants de pères séparés en France : assurer la visibilité de la lignée paternelle » Informations sociales, vol. 2, n°176, 2013, p. 90-98.

HALL E.J., RODRIGUEZ M.S., « The myth of postfeminism », Gender & Society, 17, 6, 2003, p. 878‑902.

HARDEN CHENUT H., « L’esprit antiféministe et la campagne pour le suffrage en France, 1880-1914. », Cahiers du Genre 1/2012 (n° 52), p. 51-73

HAWKESWORTH M., « The Semiotics of Premature Burial: Feminism in a Postfeminist Age », Signs : Journal of Women in Culture & Society, 29, 4, 2004, p. 961‑985.

HIRSCHMAN A., Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Fayard, 1991, 300 p.

JONAS I., Moi Tarzan, toi Jane, Paris, Éd. Syllepses, 2011, 133 p.

KLAUS E., « Antiféminisme et féminisme élitiste en Allemagne : les termes du débat », Travail, genre et sociétés, 24, 2, 2010, p. 151‑165.

MANSBRIDGE J., SHAMES S.L., « Vers une théorie du backlash : la résistance dynamique et le rôle fondamental du pouvoir », Toward a Theory of Backlash : Dynamic Resistance and the Central Role of Power, 25, 1, 2012, p. 151‑162.

MCROBBIE A., « L’ère des top girls: les jeunes femmes et le nouveau contrat sexuel », Nouvelles Questions Féministes, 28, 1, 2009, p. 14‑34.

PATERNOTTE D., PIETTE V., VAN DER DUSSEN S., Habemus gender ! Déconstruction d’une riposte religieuse, Bruxelles, Editions de l’université de Bruxelles, 2016, 264 p.

ST PIERRE E., « Lorsque des actions masculinistes ciblent des féministes », dans Le mouvement masculiniste au Québec, l’antiféminisme démasqué, Montréal, Les Editions du Remue-ménage, 2008.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *