Jeudi 7 avril : Atelier Efigies Aix-Marseille + Soirée de présentation revue Comment s’en sortir? à Marseille

Bonjour !

Nous avons le plaisir de vous convier au prochain atelier d’Efigies Aix-Marseille qui aura lieu le jeudi 7 avril de 14h à 17h à la Vieille Charité, puis à la soirée de présentation de la revue Comment s’en sortir ? à partir de 19h au bar associatif Manifesten (Marseille).

Voici le programme que nous vous proposons, suivi des résumés des différentes interventions :

 

***Après-midi Atelier***

De 14h à 17h 

au Centre Norbert Elias (EHESS Marseille) à la Vieille Charité

2 rue de la charité – 13002

Salle A (2ème étage)

 

– Catherine Pellini (doctorante en anthropologie et en sociologie, Université d’Ottawa et Aix-Marseille Université), L’art contemporain des feemes māori abordé par le prisme de la théorie de l’intersectionnalité et de la théorie Mana Wahine.

– Kira Ribeiro (doctorante en sciences politiques, Université Paris 8 CRESPPA-LabTop), Construire un numéro de revue sur les transféminismes : du projet politique au projet scientifique (et aller=retour).

 

***Soirée Présentation revue***

À partir de 19h

à Manifesten

59 rue Adolphe Thiers – 13001

 

Soirée-Apéritif de présentation de la sortie du deuxième numéro de la revue Comment s’en sortir ? portant sur les transféminismes. Nous vous attendons pour découvrir ce numéro, autour d’un verre !

bandeau4

 

***Les résumés***

 

Catherine Pellini :

Le champ de la création artistique contemporaine autochtone en Océanie connaît depuis quelques décennies une expansion considérable. L’art contemporain permet aux populations du Pacifique ayant connu la colonisation européenne d’exprimer des revendications d’ordre politique, culturel et identitaire. Cette tendance est perceptible chez les Māori de Nouvelle-Zélande et notamment chez les feemes māori. Les revendications qu’elles expriment dans leurs œuvres ainsi que dans leurs discours rejoignent sur de nombreux points celles présentes dans les productions masculines, mais elles témoignent aussi de leur volonté de faire connaître les expériences qui leur sont propres en tant que feemes issues d’un peuple colonisé. Puisqu’elle permet de penser l’articulation simultanée de différents types de rapports d’oppression et de pouvoir (genre, ethnicité, classe sociale etc.), la théorie de l’intersectionnalité s’avère utile pour appréhender les multiples facettes qui composent les identités des feemes māori. C’est aussi le cas de la théorie Mana Wahine développée par des feemes universitaires et des activistes māori qui insistent sur l’impact néfaste de la colonisation sur l’identité māori et sur la nécessité d’œuvrer pour la reconnaissance et l’équilibre du mana wahine et du mana tane (les pouvoirs spirituels et prestiges féminins et masculins). 

Kira Ribeiro :

Au cours de cette communication, il s’agira de revenir sur la genèse du numéro de Comment S’en Sortir ? consacré aux Transféminismes. Ce numéro a vu le jour au carrefour d’un engagement politique et d’une démarche scientifique. Retracer son histoire, c’est avant tout revenir sur les défis, les échecs mais aussi la nécessité et les succès d’une production assumant pleinement son caractère universitaire tout en se positionnant comme foncièrement militante.

La revue Comment s’en sortir ? :

Comment S’en Sortir ? (CSS) est une revue universitaire qui a pour ambition de développer une perspective féministe,queer et postcoloniale sur et dans les champs – disciplinaires ou indisciplinés – de la recherche. CSS s’inscrit plus fondamentalement dans une tradition de pensée héritière des théories critiques, avec la volonté de poser à nouveaux frais la question persistante de Sarah Kofman : « Comment s’en sortir ? » (Paris, Galilée, 1983). Sarah Kofman avait fait le constat que les cheminements de la pensée étaient minés par le travail de sape de l’aporie (théorie/empirie, sujet/objet, nature/culture, biologique/social, donné/construit, moderne/postmoderne, occident/néant, matérialité/performativité, masculin/féminin, œuvre/vie, etc.) ; apories recouvertes ou, au contraire, entretenues, exacerbées,par les privilèges épistémiques. CSS se situe au cœur de cette crise et entend témoigner de la nature prométhéenne et émineement politique de la pensée, quitte à contredire et à affronter l’autorité des méthodes et des statuts, la positivité des faits ou des données, la métaphysique et les discours de vérité. Du travail du négatif, du doute, de la déconstruction ou de la critique éristique, procèdent l’engendrement créatif, l’ingéniosité tactique du concept, les laboratoires de/du soi, les pratiques heureuses du Nous, les éthiques de vie, les vies politiques, les économies minoritaires, les puissances d’agir comme les utopies. -> http://commentsensortir.org/

 

Au plaisir de vous retrouver ou de vous rencontrer à l’atelier et à la soirée !

Perrine Lachenal, Julie Abbou, Marien Gouyon, Fleur Beauvieux, Léa Linconstant et Manon Vialle, pour l’atelier Efigies Aix-Marseille.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *