Médias, réseaux sociaux et instrumentalisation du féminisme

Chères toutes, chers tous,

Comme promis, nous vous communiquons les résumés (écrits par nos intervenantes) des communications des journées Rhétoriques antiféministes.

Atelier : « Médias, réseaux sociaux et instrumentalisation du féminisme »

Avec Héloïse Michaud, Caroline Wintgens, Stéphanie Lamy (résumé ici), Maud Lamiable et Jennifer Quintas

AfficheJE

Héloïse Michaud : Retour sur la campagne « Women against Feminism » : Représentations, déformation et détournement des concepts du féminisme.

Héloïse Michaud est doctorante au laboratoire CodiRé (Constructions discursives des Représentations linguistiques et culturelles) à l’Université de Nantes. Parallèlement, elle enseigne l’anglais en qualité de vacataire à l’Université catholique de l’Ouest d’Angers. 

L’antiféminisme n’est pas seulement le fait d’hommes et des groupes masculinistes. Il est parfois revendiqué par des femmes qui réfutent, déforment, détournent les concepts du féminisme pour le discréditer. C’est notamment le cas des participantes du Tumblr « Women against Feminism ». En niant la construction sociale de la différence sexuée responsable des inégalités de genre dans la société, ces femmes anglophones font émerger l’idéologie du néolibéralisme qui exalte l’idée de responsabilité individuelle et de libre-choix. L’égalité serait avant tout une affaire privée, et les inégalités et discriminations seraient alors davantage à attribuer à des défaillances morales individuelles qu’à un système social organisant l’oppression des femmes. L’idéologie du néo-conservatisme qui renvoie à la différence marquée et à la hiérarchie des sexes est également exaltée : le féminisme « guerre des sexes » exclurait la prise en compte des droits des hommes, ceux-ci étant paradoxalement perçus comme « victimes de leur position dominante dans la société » (Descarries, 2005). Enfin, le féminisme serait inutile puisque l’égalité serait acquise aujourd’hui dans nos sociétés occidentales, ce qui selon Christine Delphy relève du « mythe-de l’égalité-déjà-là », mythe qui fait porter aux femmes le poids de leur(s) échec(s), ce qui résulte en une baisse de leur estime de soi.

http://womenagainstfeminism.tumblr.com/ (site consulté le 05/04/2016).

http://womenagainstfeminism.com/ (site consulté le 18/02/2016).

https://fr-fr.facebook.com/WomenAgainstFeminism/ (site consulté le 18/02/2016).

 

AfficheJE

Caroline Wintgens : Retour sur la campagne Tumblr « Women against feminism ». Interroger la communauté.

Caroline Wintgens est titulaire d’un Master en Information et Communication à finalité spécialisée en Médiation Culturelle (Université de Liège, 2014) et d’un Master en Cultural Studies (Goldsmiths, University of London, 2015). Elle est actuellement assistante et doctorante au département des Arts et Sciences de la communication de l’Université de Liège.

Cette communication avait pour objectif d’interroger la communauté, le collectif mis en place en ligne par ce projet. Quel type de communauté peut être créé autour des valeurs antiféministes telles qu’actualisées par cette campagne ? L’étude des arguments proposés, ainsi que l’analyse du média Tumblr et de ses spécificités nous ont permis de démontrer que le collectif mis en place s’apparentait plutôt à un agrégat d’individus pouvant être approché à travers le néolibéralisme (à partir du travail de Michel Foucault, de Wendy Brown et de Jeremy Gilbert, notamment), qui devient dès lors l’un des aspects à partir desquels envisager la campagne. L’individu semble être le référent de la campagne, le soi prévaut sur le collectif, ce soi ne cherche, en outre, ni à interagir, ni à débattre. Il ne s’agit donc pas d’agir collectivement afin de produire un changement social, mais plutôt de prendre position individuellement. Envisager la campagne comme expression culturelle du néolibéralisme semble dès lors ouvrir un spectre de questionnements féconds.

AfficheJE

Maud Lamiable et Jennifer Quintas : Le traitement médiatique des violences faites aux femmes : entre instrumentalisation et invisibilisation.

Maud Lamiable est chargée de mission sur la coordination des projets et la vie associative. Elle est également animatrice d’autodéfense féministe. Pour plus d’informations : http://www.faireface-autodefense.fr/

Jennifer Quintas est chargée de mission sur un projet de marche exploratoire au sein de l’association Faire Face. Elle est par ailleurs impliquée dans d’autres associations féministes.

 

Nous proposons de questionner l’instrumentalisation de la problématique des violences faites aux femmes et, en particulier, les impacts directs qu’elle peut avoir sur nos pratiques associatives féministes. Il s’agira ainsi de mettre la focale sur la visibilisation des violences faites aux femmes, notamment la surmédiatisation récente des violences envers les femmes dans les espaces publics et les transports en commun, et de tenter de déceler différentes formes de récupération de celle-ci au travers de discours ou de pratiques antiféministes et/ou plus largement discriminantes.

Nous nous baserons pour cela sur différents exemples concrets tirés d’expériences vécues dans le cadre de notre activité professionnelle, que ce soit en réunion institutionnelle, en échanges téléphoniques avec des partenaires ou des médias, ou encore en ateliers d’autodéfense féministe.

Comment la visibilisation et le traitement médiatique de la problématique des violences faites aux femmes sert des discours et pratiques antiféministes qui impactent directement sur nos pratiques militantes et associatives ?

Tout d’abord, nous nous questionnerons sur le traitement médiatique et les effets de la visibilisation des violences dans les espaces publics. Au travers d’exemples concrets et actuels, nous montrerons en quoi l’importante médiatisation de ce phénomène contribue à invisibiliser les violences dans l’espace privé et entretient, par là-même, un discours antiféministe visant à restreindre les libertés des femmes et à perpétuer les mythes selon lesquels la rue est plus dangereuse pour les femmes que l’espace privé. Par ailleurs, nous nous arrêterons sur la façon dont le traitement de ce phénomène renforce des discours racistes et sécuritaires contribuant d’une part à renforcer l’idée selon laquelle les violences seraient perpétrées par certaines population (racisées et/ou issues de la classe populaire) et d’autre part à invisibiliser certaines violences spécifiques vécues par les femmes racisées dans l’espace public. Pour nous, il s’agira de montrer en quoi, pour lutter contre l’antiféminisme, il est nécessaire de s’ancrer dans un féminisme intersectionnel. Ensuite, nous présenterons une pratique antiféministe concrète, le secteur florissant des stages de self défense féminine qui, s’appuyant sur la médiatisation des violences faites aux femmes, s’enrichit en contribuant à véhiculer des messages et des mythes allant contre l’émancipation et la liberté des femmes.

Bibliographie d’Héloïse Michaud

BARD, Christine (sous la dir. de), 1999, Un Siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard.

BLAIS, M., et DUPUIS-DÉRI, F., 2014, « Antiféminisme : pas d’exception française », Travail, genre et sociétés, 32, 2.

DELPHY, Christine, « Le mythe de l’égalité déjà là : un poison! », conférence prononcée à l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF), Montréal, 11 octobre 2007.

DESCARRIES F., 2005, « L’antiféminisme “ordinaire” », Recherches féministes, 18,2.

DEVREUX A.-M., LAMOUREUX D.,  2012, « Les antiféminismes : une nébuleuse aux  manifestations tangibles », Cahiers du Genre,  52, 1.

DUPUIS-DÉRI, Francis, 2012, « Le discours de la « crise de la masculinité » comme refus de l’égalité entre les sexes : histoire d’une rhétorique antiféministe », Cahiers du Genre, 52, 1.

GIUST, DESPRAIRIES, Florence, 2009, « L’imaginaire collectif », Poche-Société.

Bibliographie de Caroline Wintgens

BROWN, Wendy, 2003. “Neo-liberalism and the End of Liberal Democracy.” Theory & Event, 7 (1).

DAVIES, William, 2014. “Neoliberalism: A Bibliographic Review.” Theory, Culture & Society, 31 (7-8), pp. 309‐17.

GILBERT, Jeremy, 2013. “What Kind of Thing is ‘Neoliberalism’?” New formations: a journal of culture/theory/politics 80, pp. 7‐22.

GUNTHERT, André, 2015. « La consécration du selfie. Une histoire culturelle. » Etudes photographiques, 32.

JUNGER-AGHABABAIE, Mona, 2015. « Interaction par l’image et identité en ligne: le cas des selfies. » L’Autre 15 (3), pp. 365‐68.

KWON Yoo Jin et Kyoung-Nan KWON, 2014. “Consuming the Objectified Self: The Quest for Authentic Self.” Asian Social Science 11 (2).

MCGUIGAN, Jim, 2014. “The Neoliberal Self.” Culture Unbound: Journal of Current Cultural Research 6, pp. 223‐40.

MILIVOJEVIC, Tatjana, 2014. “#Selfie or Virtual Mirror to New Narcissus.” Medijska istraživanja 20 (2), pp. 293‐312.

RITZER, George, 2014. “Prosumption: Evolution, revolution, or eternal return of the same?” Journal of Consumer Culture 14 (1), pp. 3‐24.

STEUTER, Erin 1992. “Women against feminism: an examination of feminist social movements and anti‐feminist countermovements.” Canadian Review of Sociology/Revue canadienne de sociologie 29 (3), pp. 288‐306.

VAN DIJCK, José, 2013. “‘You have one identity’: performing the self on Facebook and LinkedIn.” Media, Culture & Society 35 (2), pp. 199‐215.

BARD, Christine et Michelle PERROT, 1999. Un siècle d’antiféminisme. Paris: Fayard.

FOUCAULT, Michel, 2004. Naissance de la biopolitique: Cours au collège de France (1978-79). Paris : Gallimard et Seuil, coll. « Hautes Etudes »

GILBERT, Jeremy, 2014. Common ground: democracy and collectivity in an age of individualism. Londres: Pluto.

HEINICH, Nathalie, 1997. L’art contemporain exposé aux rejets: études de cas. Nîmes: Jacqueline Chambon.

MIROWSKI, Philip, 2013. Never let a serious crisis go to waste: how neoliberalism survived the financial meltdown. London ; New York: Verso. (Kindle).

THUMIM, Nancy, 2012. Self-representation and digital culture. Houndmills, Basingstoke, Hampshire ; New York: Palgrave Macmillan.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *