Immersion en milieux catholiques conservateurs

Chères toutes, chers tous,

Comme promis, nous vous communiquons les résumés (écrits par nos intervenantes) des communications des journées Rhétoriques antiféministes.

Atelier : Immersion en milieux catholiques conservateurs

Avec une participation anonyme et Marie Labussière

AfficheJE

Participation anonyme : Entre rejet et incorporation du féminisme chez les militant.e.s catholiques en faveur de la famille et de la filiation : quelles convergences des rhétoriques antiféministes et conservatrices ? 

 

À partir de l’analyse d’un ouvrage paru en février 2016, écrit par une « jeune femme de trente ans, épouse et mère de trois enfants » issue d’une famille catholique, il s’est agit de démontrer l’existence de convergences entre les rhétoriques féministes et les rhétoriques catholiques (1).

En effet, tandis que les représentations stéréotypées des milieux catholiques les cantonnent dans des positions réactionnaires de systématique opposition, ce livre – dans lequel l’auteure expose son point de vue sur l’éducation à la vie affective et sexuelle des jeunes – témoigne, d’une part que tou·te·s les catholiques « militant·e·s » ne sont pas opposé·e·s à l’émancipation des femmes et, d’autre part, qu’ils et elles peuvent aussi, à l’instar des féministes de la Deuxième vague, être force de proposition sur des sujets relatifs à la sexualité (fécondité mais aussi plaisir). Ainsi, bien que l’auteure s’oppose au féminisme dit « beauvoirien » et aux acquis de la « révolution sexuelle » celle-ci se dit féministe. Sa critique de la pilule contraceptive et de l’avortement s’accompagne d’une promotion des méthodes dites « naturelles » qui permettraient aux femmes de gérer d’elles-mêmes leur fécondité (sans recourir à un médicament prescrit par un médecin), de connaître leur corps et de préserver leur libido. L’auteure se réapproprie finalement le leitmotiv féministe de l’empowerment puisqu’elle souhaite donner « un pouvoir et une autonomie réelle » aux femmes.

Considérer les rhétoriques des groupes conservateurs et/ou catholiques sous l’angle unique de la réaction semble donc être une « erreur interprétative » (Agrikoliansky et Collovald, 2014, p. 24). À ce titre, les concepts de backlash et de postféminisme, bien qu’ils soient utiles pour définir des mobilisations en réaction aux mouvements féministes, possèdent des limites heuristiques.

À l’inverse, nous avons souhaité nous appuyer sur le travail de la sociologue américaine Faye Ginsburg dont l’analyse des dialogues entre groupes pro-life et pro-choice aux Etats-Unis dans les années 1980 nous est apparue plus féconde (Ginsburg, 1992). Étudier les processus de rejet mais aussi de réappropriation des rhétoriques féministes par les conservateur·trice·s permet de saisir plus fidèlement les propos des indigènes et rappelle qu’« il n’y a d’essence ni du féminisme, ni de son antonyme, féminisme et antiféminisme sont non seulement en relation dialectique, mais à décliner au pluriel » (Bard et Paoletti, 2014, p143).

(1) Bien qu’ils ne soient pas représentatifs de l’ensemble des discours des groupes militants catholiques, les propos tenus dans cet ouvrage font écho à des rhétoriques de plus en plus répandues dans les sphères catholiques ; en témoignent notamment le rôle d’experte que joue l’auteure auprès d’associations et d’institutions catholiques et le fait qu’elle s’inspire – sans que cela soit explicité et assumé dans l’ouvrage – des mouvements pro-life (Avanza, 2016) et des discours du Saint-Siège (notamment en ce qui concerne l’écologie humaine).

Marie Labussière : Les Antigones : ethnographie d’un mouvement de femmes opposées au « féminisme contemporain »AfficheJE

Marie Labussière  a réalisé une classe préparatoire B/L Lettres et Sciences Sociales, avant d’entrer en 2013 à l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique. En 2016, elle réalise un Master 1 Pratique de l’Interdisciplinarité (ENS/EHESS) et prépare un mémoire sur les Antigones.

Cette communication repose sur une ethnographie réalisée au sein du groupe des Antigones de septembre 2015 à juin 2016, dans le cadre d’un mémoire de M1. En dépit d’un discours différentialiste et d’une critique nourrie de ce qu’elles nomment le « féminisme conventionnel », les Antigones ne se rangent pas aisément dans la catégorie de l’antiféminisme. En effet, les militantes ne rejettent pas le féminisme dans son ensemble, mais proposent plutôt une réappropriation sélective de l’héritage féministe, en adéquation avec leurs convictions politiques et religieuses. Loin de s’opposer à l’émancipation des femmes, les Antigones leur accordent au contraire un rôle politique primordial, et entendent disputer le monopole de ce que doit être le combat pour la cause des femmes. Dans la lignée des inspirations néo-païennes et écologistes du groupe, le capitalisme est désigné comme la principale source de leur oppression – tandis que le concept de patriarcat apparaît comme un impensé de leurs réflexions. Enfin, l’étude des trajectoires biographiques des militantes montre qu’un discours différentialiste peut être partie intégrante d’un processus d’autonomisation vis-à-vis d’une socialisation familiale et scolaire tournée vers l’apprentissage de rôles fortement sexués.

Bibliographie (anonyme)

AGRIKOLIANSKY E. et COLLOVALD A. (2014), « Mobilisations conservatrices :
comment les dominants contestent ? », Politix, n°106, p.7-29.

AVANZA M. (2016), « Mobilisations anti « idéologie du gender » et milieux catholiques
pro-life en Italie » in PIETTE V., VAN DER DUSSEN S. et PATERNOTTE D., Habemus gender !
Déconstruction d’une riposte religieuse, Bruxelles, Éds de l’université de Bruxelles.

BARD C. et PAOLETTI M. (2014), « La France, féministe ou antiféministe ? », Travail,
genre et sociétés, n°32, p.141-144.

GINSBURG F. (1992), « Quand les indigènes sont nos voisins », L’Homme, tome 32, n°121,
p.129-142.

 

Bibliographie Marie Labussière

COTT Nancy, 1989, « What’s in a Name? The Limits of “Social Feminism”; or Expanding the Vocabulary of Women’s History », The journal of American History, 76(3), p. 809-829.

BERENI Laure, 2012, « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des femmes », in C. Bard, dir., Les féministes de la deuxième vague, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

JACQUEMART Alban, 2013, « L’engagement féministe des hommes, entre contestation et reproduction du genre », Cahiers du genre, n°55, p. 49-63.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *