CR 1 – Histoire et savoirs sur le corps : une perspective féministe

Par Marie Walin (Framespa, UT2J)

Dans la recherche historique, le lien entre histoire et épistémologie féministe n’est que rarement affirmé tel quel. Cela ne veut pas pour autant dire que les épistémologies féministes n’ont pas eu d’influence sur l’historiographie.

Comme souvent, on observe un décalage avec le champ de la recherche anglo-saxonne, où  la pénétration des Cultural Studies et de la French Theory ainsi que la création de départements d’études féministes a facilité l’utilisation de l’épistémologie féministe dans les études historiques. En France le développement de l’histoire du corps et de la médecine a pris d’autres voies, qui ne seront pas développées ici.

On cherchera plutôt ici à tracer un panorama (non-exhaustif) des divers travaux historiques qui s’inspirent des épistémologies féministes.

Histoire de la médecine et de la sexualité

Généalogie des normes dans le domaine de la sexualité

Ici, les travaux de Foucault (l’histoire de la sexualité, mais aussi la naissance de la clinique) sont incontournables et ont ouvert de nombreuses pistes de recherche, ensuite élargies par la perspective féministe. Sa notion de biopolitique, la question du discours-pouvoir et le refus de l’hypothèse répressive ont été d’une grande influence dans ces développements.

On trouve des travaux sur :

  • la pathologisation des plaisirs jugés “pervers”
  • l’eugénisme et le contrôle des pratiques procréatrices
  • les rôles de la médecine et de l’Eglise dans la construction des normes de genre et sur la sexualité

Perversions spécifiquement féminines

Sur l’hystérisation du corps des femmes, citons par exemple les travaux de Sabine Arnaud dont la thèse, publiée en 2014 s’intitule L’invention de l’hystérie au temps des Lumières: 1670-1820Paris: Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014. ; ou de Nicole Edelman, Les métamorphoses de l’hystérique (début XIXème-Grande Guerre), Paris, Éditions La Découverte, 2003.

Sur les perversités décrites comme spécifiquement féminines, on se référera notamment aux travaux de Sylvie Chaperon, La médecine du sexe et les femmes: anthologie des perversions féminines au XIXe siècle, Paris, la Musardine, 2008.les-metamorphoses-de-lhysterique

Sur la question des normes en matière sexuelle, ce n’est pas la-medecine-du-sexe-et-les-femmesseulement le rôle de la médecine mais aussi celui de l’Eglise qui a été mis en avant par les historiennes. En histoire du droit, la médiéviste Marta Madero travaille sur « le droit au corps du conjoint dans l’œuvre de casuistes des XIIe et XIIIe siècles », sur le célèbre « devoir conjugal ». Ses travaux explorent les questions du consentement et des normes dans le domaine sexuel portées par le droit canonique et de leur influence jusque dans la législation actuelle du mariage.

La déconstruction de la naturalisation des différences sexuelles par la médecine

Lorraine Daston est un grand nom de l’histoire des sciences. Elle dirige actuellement l’institut Max Planck à Berlin. Elle a notamment publié des travaux sur la naturalisation de l’infériorité féminine aux XVIIIe et XIXe siècles.

En France, on peut citer les travaux pionniers d’Yvonne Knibiehler qui a travaillé notamment sur des dictionnaires médicaux. Elle montre la naturalisation des femmes dans les discours médicaux théoriques et les descriptions anatomiques. On pourra notamment lire son article sur « les médecins et la “nature féminine” au temps du Code civil » ICI.

Actuellement, citons aussi les travaux d’Anne Carol, professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Aix-Marseille. Elle co-dirige avec Isabelle Renaudet un groupe de recherches à l’UMR Telemme sur « Le corps : expériences, identités, culture, du Moyen Age à nos jours. »

On lira aussi : « Le genre face aux mutations du savoir médical : sexes et nature féminine dans la fécondation », in Luc Capdevila, Sophie Cassagnes, Martine Cocaud, Le genre face aux mutations, Masculin et féminin du Moyen Age à nos jours, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2003, p. 83-92.

L’histoire de la sexologie

À partir des sources médicales, les historien·ne·s ont aussi retracé la généalogie des savoirs médicaux sur la sexualité en faisant l’histoire de la science du sexe – appelée la sexologie.

L’histoire de la sexologie est très axée sur la sexualité masculine, notamment parce que les sources elles-mêmes s’intéressent d’abord au sexe masculin et à ses dysfonctionnements – on compte ainsi de nombreux travaux sur l’impuissance à l’époque contemporaine, autour de la révolution “Viagra”. Les travaux d’Alain Giami s’inscrivent dans cette tendance.

Une perspective féministe peut être alors de s’intéresser à la sexualité féminine. Deux chercheures sont à noter :

  • Sylvie Chaperon et ses travaux sur le clitoris ou la frigidité. Mais également ses travaux sur l’influence des mouvements féministes sur le développement de la sexologie en France au début du XXe siècle.
  • L’américaine Kristen Leng. Lors du colloque sexologies européennes qui s’est déroulé à Toulouse en juin 2016, elle avait proposé une communication sur les apports à la sexologie des écrits de femmes féministes allemandes du début du XXe siècle.

Le compte rendu de Sexologies Européennes.

L’histoire des savoirs sur la procréation et la gynécologie

Il s’agit d’un champ important qui recoupe à la fois l’histoire des savoirs sur le corps des femmes et leur sexualité et l’histoire des savoirs féminins qui ont pu être invisibilisés par la professionnalisation (et donc la masculinisation) des professions médicales.

Barbara Ehrenreich et Deirdre English sont deux journalistes et militantes féministes qui ont publié des ouvrages sur les savoirs pratiques des sages-femmes et des femmes au Moyen Age et à l’époque moderne afin de montrer comment les femmes ont été expropriées de leurs corps et dépossédées des savoirs sur leur propres corps lors de la professionnalisation du métier de gynécologue et avant.

sorcieres-sages-femmes-infirmieres-couvSorcières, sages-femmes et infirmières. Une histoire des femmes et de la médecine, Canada, éd. du remue-ménage, 1976.

Fragiles ou contagieuses. Le pouvoir médical et le corps desfragiles-ou-contagieuses-couv femmes, éd. Cambourakis, 2016.

For Her Own Good. Des experts et des femmes. 150 ans de conseils prodigués aux femmes, Canada, éd. du remue-ménage, 1982.

La question de l’expropriation a notamment été reprise par Silvia Federicci, dans son ouvrage Caliban et la sorcière, qui revisite le marxisme à l’aune du féminisme. Dans ce livre, elle revient sur la chasse aux sorcières à l’époque médiévale et montre que les motivations étaient misogynes et qu’il s’agissait de poursuivre les femmes qui avaient le pouvoir sur la vie : les « sorcières » étaient bien souvent aussi celles qui avaient des connaissances sur les plantes abortives autant que celles qui aidaient à accoucher.

Ces ouvrages de militantes ou de non-historiennes ne sont pas nécessairement acceptés par la communauté historienne en raison de leur méthodologie. Ce qui n’empêche pas de s’en inspirer.

Travaux sur l’eugénisme et le contrôle des naissances

La thèse d’Anne Carol est à citer : Histoire de l’eugénisme en France. Les médecins et la procréation XIXe-XXe siècles, Paris : Seuil, collection l’Univers Historique, 1995.

Une thèse est en cours sur l’avortement en France à l’époque moderne (XVI-XVIIe) : celle de Laura Tatoueix sous la direction de Sylvie Steinberg.

Travaux sur les savoirs des femmes

Anne Carol : «Sage-femme ou gynécologue ? M. A. Boivin (1773-1841)», Clio. Histoire, femmes et sociétés, n° 33, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2011, p. 237-260voyantes-et-gueri

Nicole Edelman : Voyantes, guérisseuses, visionnaires en France (1785-1914), Paris, Albin Michel, 1995 ; Les femmes dans les sciences de l’homme (XIXème-XXème siècles). Inspiratrices, collaboratrices ou créatrices? avec J.Carroy, Annick Ohayon et N. Richard, Paris, Seli Arslan, 2005.

En Espagne : Ortiz Gómez Teresa et Montserrat Cabré i Pairet, Sanadoras, matronas y médicas en Europa : siglos XII-XX, Madrid, Icaria, 2001.

Julie de Ganck fait l’histoire du développement de la gynécologie en Belgique de 1880 à 1940. Lors du colloque Sexologies Européennes à Toulouse (juin 2015), elle a présenté une communication sur la question de la douleur en gynécologie.

Histoire des sexualités féminines

Sylvie Steinberg a dirigé avec Violaine Sebillotte Cuchet un numéro de Clio intitulé Erotiques, sur les sexualités féminines. On y trouve notamment un article de S. Steinberg sur les paroles des femmes sur leur sexualité au XVIIe siècle. La difficulté pour ce type de travail réside dans les sources : on ne parle pas de sa sexualité, encore moins les femmes. Il faut donc traquer cette parole au détour de biographies de religieuses et des sources judiciaires (procès d’annulation de mariage pour impuissance par exemple).

homosexualite

On trouve aussi un article de Sandra Boehringer qui travaille en histoire antique avec une perspective féministe. Sa thèse, au moment de sa publication, a fait l’objet d’un scandale. Elle portait sur l’amour lesbien, et l’un de ses collègues a jugé (en 2007) qu’il n’était pas décent de publier un ouvrage avec deux femmes qui s’embrassaient en couverture.

Histoire du corps

L’histoire du corps a tout intérêt à être revisitée du point de vue de l’épistémologie féministe, notamment en France où elle a d’abord été développée par des hommes, comme Georges Vigarello ou Alain Corbin.

Pour ne citer qu’un de ces nouveaux travaux, une thèse en histoire moderne va paraître en 2016, celle de Nahema Hanafi, Le frisson et le baume. Expériences féminines du corps au siècle des Lumières.

Mais en dehors de l’histoire du corps entendue sous l’angle de la médecine, de la sexualité et des pratiques corporelles, les épistémologies féministes ont pu avoir une influence sur des travaux d’histoire politique et d’histoire du droit :

Exemple : dans La matrice de la matrice-racerace, Elsa Dorlin montre l’assimilation du corps maternel au corps de la nation, ce qui entraîne une focalisation sur le corps des femmes que l’on veut voir procréer et qui devient dès lors sain (alors qu’historiquement le corps des femmes était intrinsèquement malade). Exclusion de fait de cette focalisation des “mauvais corps” que sont ceux des prostituées et des femmes des colonies, qui ne doivent pas participer à la régénération de la race.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *