Atelier Efigies du jeudi 27 avril 2017 – EHESS, Marseille

L’atelier Efigies Aix-Marseille reprendra le thème de l’année en cours lors de sa prochaine séance « Décoloniser les savoirs sur le genre ». Cette rencontre sera focalisée sur la question des sexualités :

Décoloniser les savoirs sur le genre
Les sexualités en question

Le jeudi 27 avril 2017 de 14h à 18h

à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Marseille
Salle de réunion, 3ème étage
Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille

 

Présentation du thème de la rencontre :

 Par la thématique de la décolonisation des savoirs, nous nous inscrivons cette année dans un cadre réflexif proposé par les postcolonial studies. Les séances et les travaux présentés sont l’occasion de produire une réflexion méthodologique transdisciplinaire qui propose une mise en pratique de cette décolonisation du savoir. Il s’agit d’engager une réflexion sur les discours, les catégorisations et les pratiques manipulant la catégorie du colonial ou du postcolonial à l’intersection du genre ou des sexualités. Cette rencontre s’articulera autour de deux présentations traitant de la question spécifique des sexualités : l’une sera proposée par Francesca Mininel, doctorante en anthropologie, autour de la prévention du SIDA au Togo; la seconde par Alice Servy, anthropologue, sur l’appellation MSM au Vanuatu.

 

Présentation des interventions :

Francesca Mininel, doctorante Idemec, AMU, IRD-TransVIHM

Virginity for Health. Le Trophée des vierges et la prévention du sida au Togo.
Ma recherche porte sur les dimensions sociales, culturelles et politiques de la promotion de la virginité féminine et du test de virginité en tant que stratégie préventive du VIH/sida au Togo dans le contexte de la croissance des mouvements religieux globalisés, mais aussi en relation aux politiques de prévention mises en place par les organismes de santé nationaux et internationaux. Elle analyse la manière dont les représentations et les significations locales de la « pureté » féminine s’articulent avec les notions médicales véhiculées par les agences internationales de développement, et la manière dont cette articulation façonne les pratiques contemporaines de la sexualité au Togo. Elle s’intéresse à la diffusion des mouvements socio-culturels étasuniens en Afrique ainsi que aux tendances néo-traditionalistes africaines et à leur impact sur les systèmes d’organisation familiale, de construction du genre et de catégorisation des comportements sexuels.

Dans cette présentation, après avoir donné des éléments utiles à comprendre le contexte politique et épidémiologique dans lequel la pratique du test se situe, je me focaliserai sur le Trophée des vierges, un concours de filles vierges organisés depuis 2009 au Togo dans le but de lutter contre le VIH et au même temps « réveiller la valeur de la virginité féminine dans les traditions africaines». Organisé par une ONG locale, le « Royaume des vierges », en partenariat avec le Conseil National de Lutte contre le Sida et l’UNPFA (Fond des Nations Unies pour la Population), le Trophée des vierges est lancé chaque année sur tout le territoire national togolais parmi les jeunes filles âgées de 16 à 25 ans en recueillant des milliers de candidatures. Avant la grande finale les candidates sont soumises au test gynécologique de virginité, dont les résultats sont rendus publics lors d’une conférence de presse. La reine élue devient le témoin de la lutte contre le sida pour l’année suivante.

Mon analyse montre que les mouvements pro-virginité au Togo sont en train de devenir des « laboratoires » de réception, réinterprétation et diffusion des nouvelles conceptions transnationales qui relèvent du domaine de la sexualité (virginité contre fertilité), des modèles familiaux (famille nucléaire monogame contre famille élargie / polygame) mais plus en général de l’organisation sociale (procès d’individualisation et façonnement du soi au travers du « choix personnel »).

 

Alice Servy, postdoctorante associée au CREDO (UMR 7308)

L’appellation Men who have Sex with Men (MSM) au Vanuatu. Analyse de l’appropriation d’une catégorie globalisée en contexte postcolonial.
L’appellation « hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes » (HSH ou MSM, Men who have Sex with Men, en anglais) a été créée aux États-Unis, au milieu des années 1980, afin de décrire un comportement jugé à risque dans le contexte de la prévention du virus de l’immunodéficience humaine (VIH). À travers les financements, le matériel éducatif, les programmes d’assistance technique, la circulation de documents électroniques et les conférences internationales, l’expression a très vite connu un essor mondial (Boellstorff, 2011 : 288-304). D’après le guide de terminologie des Nations unies 2011, l’expression « MSM » est l’appellation qui doit être privilégiée par les organismes de prévention du VIH pour désigner : « Des hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes, indépendamment de leurs rapports sexuels éventuels avec des femmes ou de leur identité bisexuelle ou gay sur le plan personnel ou social » (ONUSIDA, 2011 : 11, 19). Cette appellation internationale renvoyant à des pratiques sexuelles plus qu’à une identité individuelle ou sociale et masquant la complexité de la réalité a néanmoins souvent été localement adaptée (Boellstorff, 2011 : 288-304).

Dans l’archipel mélanésien du Vanuatu resté sous condominium franco-britannique de 1906 à 1980, l’expression « MSM » (comme celle de « transgenre » ou « TG ») est quasi-inconnue de la population. Les habitants de la capitale Port-Vila désignent les hommes efféminés par des termes bislama qui signifient « moitié-moitié » (fiftififti, haf-haf) ou « pédé » (bufta) et qualifient leurs partenaires masculins de « vrais hommes » (stret man). Les principales personnes à faire usage de l’appellation « MSM » sont les pairs éducateurs de l’organisation non gouvernementale (ONG) Wan Smolbag et les membres du réseau Solidarity, qui regroupe des « MSM » et des « femmes travailleuses du sexe », dont plusieurs employés de cette ONG.Dans cette présentation, j’analyse les manières dont la catégorie de « MSM » est utilisée à Port-Vila par ces acteurs de la prévention du VIH et des autres IST. Je montre que s’il existe des définitions internationalement plébiscitées des catégories MSM et TG, les pairs éducateurs de Port-Vila s’approprient ces appellations afin de continuer à distinguer les hommes efféminés de leurs partenaires masculins et de mettre en avant l’identité sociale des personnes plutôt que leur identité subjective ou leurs pratiques sexuelles. J’avance également que bien que la plupart des personnes s’auto-identifiant gay ou homosexuel à Port-Vila souhaitent que leurs pratiques sexuelles non hétéronormatives soient tenues secrètes, les membres du réseau Solidarity mettent eux en avant, du moins pendant leurs réunions hebdomadaires, une identité individuelle et sociale same sex. Bien que l’appellation MSM ait été créée pour décrire des comportements, les membres de ce groupe, recevant des financements étrangers associés à la lutte contre le VIH, tendent à en faire usage comme d’une catégorie identitaire.

Références

  • BOELLSTORFF Tom, 2011. But do not identify as Gay : A Proleptic Genealogy of the MSM Category, Cultural Anthropology, 26 (2), pp.287-312.
  • PROGRAMME COMMUN DES NATIONS UNIES SUR LE VIH/SIDA (ONUSIDA), 2011. Guide de terminologie de l’ONUSIDA (octobre 2011), Genève, Suisse, UNAIDS.

 

Au plaisir de vous y retrouver ou de vous y rencontrer !

Julie Abbou, Fleur Beauvieux, Marion Breteau, Aurélie Fillod-Chabaud, Léa Inconstant, Perrine Lachenal, Anaïs Martin et Manon Vialle,
pour l’atelier Efigies Aix-Marseille.

Contact : efigies.aixmarseille@gmail.com
http://efigies-ateliers.hypotheses.org/category/atelier-efigies-aix-marseille

 


Crédit photographique : Protect Ourselves and Protect Others, AIDS Prevention Campaign Billboard, Lome, Togo par Will Doherty, licence CC BY NC SA.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *