Atelier « Parcours médicaux individuels et critiques institutionnelles »

Vous trouverez dans ce post les résumés de deux communications (Cécile Thomé et Leslie Fonquerne), écrits par les communicantes elles-mêmes, pour l’atelier « Parcours médicaux individuels et critiques institutionnelles » du colloque Critiques féministes des savoirs : corps et santé.

Cécile Thomé

Cécile Thomé est doctorante en sociologie à l’EHESS/Iris. Elle travaille sur l’articulation entre sexualité et contraception, en France, depuis les années 1960. Elle codirige par ailleurs le laboratoire junior GenERe (ENS de Lyon), consacré aux études de genre.

 

« Les vrais féministes, en fait, c’est nous ! » Les paradoxes de la réappropriation de la contraception par les utilisatrices des méthodes de gestion de la fertilité

On note aujourd’hui une augmentation du recours à des méthodes de contraception non-hormonales (Bajos et al., 2014) et, parmi elles, aux « méthodes naturelles » de contraception, en particulier à celles qui s’appuient sur les MAO (méthodes d’auto-observation). Il s’agit de déterminer si la décision de recourir à ces méthodes, en s’appuyant sur des groupes institués, a pu s’inscrire et s’inscrit aujourd’hui, en France, dans une volonté de réappropriation des savoirs et des pratiques sur son corps, voire dans une démarche féministe – ou non.

Dès les années 1970, des discours féministes ont remis en cause l’idée d’une « libération » de la sexualité – et plus largement des femmes – par la contraception hormonale (Vandelac, 2004 ; Bernheim et al., 2009). Ces discours ont cependant eu une postérité faible dans les mouvements féministes français actuels (Quéré, 2016).

Si l’on cherche à déterminer les groupes qui, aujourd’hui, promettent aux femmes une « réappropriation » de leur corps en contournant cette contraception médicale, on voit apparaître deux pôles : d’une part des associations catholiques, et d’autre part des groupes s’inscrivant plutôt dans la mouvance écologique. Dans les deux cas, la pratique des MAO s’appuie sur un discours naturalisant et essentialiste – auxquels les utilisatrices (et utilisateurs, certaines méthodes s’adressant aux couples et non aux femmes) peuvent ou non adhérer. Ainsi, à partir d’un savoir qui se présente comme permettant aux femmes d’acquérir du pouvoir sur leur corps, c’est en fait à une réassignation de celles-ci à leur « nature » sexuée et aux limites que celle-ci engendre « naturellement » que l’on assiste.

Finalement, il semble que des solutions et des pratiques féministes, permettant un empowerment des femmes, restent aujourd’hui encore à trouver – et que c’est peut-être par une remise en cause plus globale des pratiques sexuelles que celles-ci peuvent passer (Delphy, 2001).

Bibliographie

Bajos N., Rouzaud-Cornabas M., Panjo H., Bohet A., Moreau C., l’équipe de l’enquête Fécond, 2014, « La crise de la pilule en France : vers un nouveau modèle contraceptif ? », Population & Sociétés, 511.

Bernheim, C., Kandel, L., Picq, F., Ringart, N. (dir.), 2009, Mouvement de Libération des Femmes. Textes premiers, Paris, Stock.

Delphy C., 2001, « Le patriarcat : une oppression spécifique », dans L’Ennemi principal, volume 2 : Penser le genre (1979-1997), Paris, Éditions Syllepse, p. 51‑83.

Quéré L., 2016, « Luttes féministes autour du consentement », Nouvelles Questions Féministes, 35, 1, p. 32‑47.

Vandelac L., 2004, « Contraception autoroute pour sexualité bolide », dans Dumont M., Toupin L. (dir.), La Pensée féministe au Québec. Anthologie (1900-1985), Montréal, Remue-Ménage, p. 515‑522.

 

Leslie Fonquerne

Leslie Fonquerne est doctorante en sociologie à l’UT2J. Elle réalise une thèse sur les prescriptions et utilisations de contraception orale en région toulousaine. Titulaire d’un Master en anthropologie, c’est dès le travail de mémoire qu’elle s’est intéressée aux parcours contraceptifs féminins. Elle est investie dans divers réseaux : EFiGiES, RRITME, AMADES, groupe Contraception et Genre. 

 

Savoir (faire) avaler ‘’la’’ pilule : Enjeux de transmissions de connaissances autour de la contraception orale

S’il y a cinquante ans les pilules étaient perçues comme objets de libération sexuelle pour les femmes, aujourd’hui elles suscitent de la méfiance. Pour autant, elles restent les contraceptifs les plus prescrits/utilisés en France (Bajos et al. 2014).

Les pilules demandant une observance quotidienne, les usagères développent un important contrôle de soi. À force d’expérience, elles se positionnent comme sachantes et font preuve d’empowerment en négociant et contournant des situations médicales. Cependant, tout ne dépend pas uniquement des usagères dans l’utilisation de cette contraception. En effet, les mères et les partenaires légitiment à la fois la place prédominante des pilules dans le panel contraceptif et un contrôle médical des corps de ces femmes. En ne proposant qu’une forme de médecine libérale, les mères se positionnent comme relais et prolongement de cette norme médicale. De même, face à des partenaires déresponsabilisés, les usagères les éduquent à la contraception en endossant un rôle de « sensibilisatrices » (Desjeux 2008).

Dans le cadre de consultations en cabinets libéraux donc, si les patientes se préoccupent de l’impact de la contraception sur leur mode de vie, pour les médecins celle-ci résulte d’abord d’un « diagnostic médical » (Ventola 2014). Par conséquent, les usagères constatent une certaine anomie explicative impliquant de la rétention d’informations (forme possible de violences médicales, gynécologiques) et une hiérarchisation entre savoirs médicaux et connaissances des usagères sur leur propre corps (considérées comme subalternes).

 Bibliographie indicative

Bajos Nathalie, Rouzaud-Cornabas Mylène, Panjo Henri, Bohet Aline, Moreau Caroline et l’équipe Fécond, 2014, « La crise de la pilule en France : vers un nouveau modèle contraceptif ? », Population & Sociétés, 2014, no 511, (coll. « bulletin mensuel d’information de l’Institut national d’études démographiques »), p. 1-4.

Desjeux Cyril, 2008, « La pilule hormonale féminine : de la fécondité « féminine » à la fécondité « conjugale » », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, 2008, no 3, p. 2-17.

Ventola Cécile, 2014, « Prescrire un contraceptif : le rôle de l’institution médicale dans la construction de catégories sexuées », Genre, sexualité et société, 1 décembre 2014, no 12, p. 2-16.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *