Atelier « Reproduction : entre violences et transgressions »

Vous trouverez dans ce post les résumés de trois communications (par ordre de communication : Marie Mathieu, Natacha D’Orlando et Céline Vicrey), écrits par les communicantes elles-mêmes, pour l’atelier « Reproduction : entre violences et transgressions » du colloque Critiques féministes des savoirs : corps et santé.

Marie Mathieu

Marie Mathieu est docteure en sociologie (CRESPPA-CSU, université de Paris 8/IREF, UQAM). Elle a soutenu sa thèse Derrière l’avortement, les cadres sociaux de l’autonomie des femmes. Refus de maternité, sexualités et vies des femmes sous contrôle. Une comparaison France-Québec en octobre 2006, travail de recherche analysant la construction sociale de l’expérience de l’avortement à Paris et à Montréal, mené sous la direction de Michèle Ferrand et Francine Descarries. Elle est une des coordinatrices de l’atelier Genre, Normes procréatives et Parentalité (atelier EFiGiES). marie.mathieu@cnrs.fr

 

Les 3D du Centre de Santé des femmes de Montréal, d’hier à aujourd’hui.

Des pratiques « alternatives » d’avortement en mouvements.

(Cette communication a donné lieu à un article soumis à évaluation à une revue à comité de lecture)

         Au Canada, l’année 1988 marque une victoire importante pour les femmes du Québec. En effet, la loi restreignant l’accès des femmes à l’avortement jusqu’alors est montrée inconstitutionnelle par le jugement dit « Morgentaler[1] ». Cette décision de justice fait suite à quinze années d’un combat au sein de l’arène judiciaire. Les charges retenues contre le Dr Morgentaler, jugé trois fois pour pratique illégale de l’avortement et emprisonné durant dix mois, sont annulées. Le médecin est alors libéré et l’avortement autorisé. Mais derrière la saga dite Morgentaler et le personnage autour duquel s’est cristallisée toute l’attention des média et de la population, est bien souvent effacé un pan de l’histoire de la bataille des Québécoises pour l’avortement libre et gratuit.

         À travers cette communication, j’ai souhaité rendre compte de l’action quotidienne d’un groupe de femmes qui a accompagné la bataille juridique pour le droit à l’avortement libre et gratuit pour toutes les femmes du Québec : le Centre de Santé des femmes de Montréal (CDSFM). Après un retour succinct sur l’histoire du Centre, j’ai présenté les principes (réunis sous « l’énoncé des 3D ») qui y ont été développés et qui guident les pratiques : « démédicalisation », « déprofessionnalisation » et « désexisation ».

         Puis j’ai donné à voir la manière dont sont incarnées en actes ces formulations théoriques  en me basant notamment sur les témoignages de femmes ayant avorté au Centre et d’observations menées en son sein[2].

         Enfin, j’ai montré les contradictions dans lesquelles le CDSFM s’est vu placé ces vingt dernières années. En effet, du fait des avancées obtenues par les femmes du Québec pour faire reconnaître l’avortement comme un acte primordial pour la santé des femmes, le Centre se doit de repenser son activité et ses ancrages théoriques pour pérenniser son action.

[1] R. c. Morgentaler, [1988] 1 R.C.S. 30.

[2] Cet article est issu d’un travail de thèse analysant la construction sociale de l’expérience de l’avortement en France et au Québec (Mathieu, 2016). Il s’appuie notamment sur une part du terrain réalisé au Québec et notamment les entretiens menés avec des femmes ayant avorté au CDSFM entre 2000 et 2010 – soit les expériences de dix femmes et de treize interventions – et l’analyse du compte-rendu de deux passages au Centre en octobre 2010 et en mars 2013, mêlant des temps d’observation dans les différents lieux et temps de la prise en charge des avortantes et des moments d’échanges avec des professionnelles y exerçant.

 

Natacha D’Orlando

Natacha D’Orlando est une ancienne élève de l’ENS Lyon. Elle est actuellement en première année de thèse en Littératures Comparées et en Etudes de Genre à l’université de Paris 8. Sa thèse s’intitule Ecrire le corps féminin stérile : non désir d’enfant et tentations d’infanticides dans les littératures caribéennes, sous la direction de Nadia Setti.

 

Le pouvoir des fleurs (abortives) : Pharmacopée caribéenne et refus d’enfanter chez Maryse Condé et Jamaica Kincaid

Cette communication entend interroger la représentation des pratiques de santé afro-caribéennes dans les œuvres de Maryse Condé Moi,Tituba, sorcière et de Jamaica Kincaid The Autobiography of my Mother, en s’intéressant plus précisément au motif des soins abortifs. Pratiqués grâce à des breuvages végétaux, les avortements témoignent, dans ces œuvres, de la survie de connaissances médicales afro-caribéennes et d’un réseau de transmission des savoirs entre personnages féminins. Ils permettent aussi d’interroger le conflit entre une médecine européenne, masculine et professionnalisée, et cette médecine féminine afro-descendante, fondée sur des savoirs et des croyances spécifiques ainsi que sur une intimité étroite avec le monde végétal. Les différentes soigneuses de ces romans, chargées de la survie d’une culture médicale africaine reconfigurée au contact du paysage caribéen, mettent donc en lumière le phénomène de résistance culturelle dont elles sont les principales garantes. Par ailleurs, les avortées proclament, par leur geste, leur refus de mettre au monde un.e esclave ou un.e colonisé.e, le breuvage abortif symbolisant la résistance féminine aux systèmes esclavagistes et coloniaux qui exploitent la matrice comme un outil de production de richesses.

Bibliographie :

BECKLES, Hilary. Natural rebels: A social history of enslaved black women in Barbados. New Brunswick, N.J.,  Rutgers University Press, 1989.

BUSH-SLIMANI, Barbara. « Hard labour: women, childbirth and resistance in British Caribbean slave societies ». In : History Workshop. Oxford University Press, 1993. p. 83-99.

CONDÉ, Maryse. Moi, Tituba, Sorcière: Noire De Salem : Roman. Paris, Mercure de France, 1986

EHRENREICH, Barbara et ENGLISH, Deirdre. Sorcières, sages-femmes et infirmières. Une histoire des femmes et de la médecine. Québec, Remue-Ménage E, 1976, vol. 976.

GAUTIER, Arlette. Les sœurs de Solitude. Presses universitaires de Rennes, 2010.

KINCAID, Jamaica. The Autobiography of My Mother. New York: Farrar, Straus, Giroux, 1994.

KINCAID, Jamaica. My garden (book). London, Vintage, 2000.

SCHIEBINGER, Londa L. Plants and empire. Cambridge, Mass, Harvard University Press, 2009.

TROUILLOT, Evelyne. Rosalie l’infâme. Paris, Dapper, 2003.

VERGÈS, Françoise. Le Ventre Des Femmes : Capitalisme, Racialisation, Féminisme. Paris, Albin Michel, 2017.

PINEAU, Gisèle et ABRAHAM, Marie. Femmes des Antilles: traces et voix: cent cinquante ans après l’abolition de l’esclavage. Paris, Stock, 1998.

Céline Vicrey

Céline Vicrey est sage-femme depuis 2006. Elle a d’abord travaillé en région parisienne dans un grand nombre de structures hospitalières de tous types, mais aussi à l’INSERM, et à l’international (Congo, Sénégal). Elle a réalisé un travail sur les projets de naissance dans le cadre d’un Diplôme Universitaire d’Ethique de la Santé (Université de Paris 11), puis suivi les enseignements du Master 2 « Soins, Ethique et Santé » (Université de Bordeaux 3).

Le sexe des femmes et la décision médicale

Sage-femme depuis 2006, j’ai réalisé un travail de recherche sur la notion de consentement aux soins en obstétrique, notamment au geste médical qu’est l’épisiotomie. En évoquant le parallèle entre la place accordée aux femmes et le développement de la médecine, nous avons pu appréhender ce qui fait de la gynécologie-obstétrique une spécialité particulière en médecine. Dans un contexte général paternaliste, la société a longtemps laissé tout pouvoir aux soignants, considérés comme bienveillants de principe. Cette vision a été remise en question suite à certains scandales médicaux, mais aussi grâce à l’accès à des informations autrefois mystérieuses. Aujourd’hui, la médecine semble glisser vers un modèle « autonomiste », basé en partie sur le concept juridico-politique du consentement aux soins, apposé dans une loi depuis mars 2002. Concrètement, certaines problématiques remettent en cause quotidiennement l’application de ce texte. Ce sont ces problématiques que j’ai exposées, d’un point de vue général, puis d’après les réponses de plus de 400 sages-femmes à un questionnaire que j’avais élaboré dans le cadre de mon travail.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *