Atelier « Self-Help et pratiques alternatives »

Vous trouverez dans ce post le résumé de Lucile Quéré pour sa communication dans l’atelier « Self-Help et pratiques alternatives » du colloque Critiques féministes des savoirs : corps et santé.

Lucile Quéré

Lucile Quéré est doctorante en Etudes Genre à l’Université de Lausanne. Elle travaille sur la pratique du self-help féministe en France, en Suisse et en Belgique depuis les années 1970 jusqu’à aujourd’hui.

 

Le Dispensaire des femmes de Genève, une forme d’institutionnalisation du self-help.

Cette communication est revenue sur l’histoire de la réception et de l’appropriation de la dynamique self-help en Suisse à travers l’étude du Dispensaire des femmes de Genève (1978-1987). Ce centre de santé féministe par les femmes pour les femmes créé dans la suite du mouvement de réappropriation collective par les femmes des savoirs sur le corps et la santé est une expérience sans équivalent en Europe francophone. Issu d’une longue préparation par un groupe self-help lié au Mouvement de Libération des Femmes de Genève et dans la lignée des groupes étatsuniens, le dispensaire a mis en place des stratégies organisationnelles pour institutionnaliser le self-help. La remise en cause de la division hiérarchique du travail, la distribution du savoir, l’aménagement de l’espace, les stratégies mises en place pour démédicaliser la consultation, et les luttes portées par le dispensaire et ses travailleuses pour un autre système de santé sont autant d’exemples de la volonté de limiter le pouvoir médical sur les corps des femmes.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *