Séance filmée du 6 octobre 2016 – Décoloniser les savoirs sur le genre : La médecine en question

Le 6 octobre 2016 à l’EHESS Marseille (Centre de la Vieille Charité), l’atelier EFiGiES Aix-Marseille a organisé une table ronde avec le soutien du réseau GenderMed et la Vice-Présidence à l’égalité femmes-hommes et à la lutte contre les discriminations (Université Aix-Marseille) sur le thème Décoloniser les savoirs sur le genre : la médecine en question. Vous retrouverez ici les archives filmées de la table ronde.

 

Présentation de la rencontre :

Pour démarrer notre réflexion collective, nous sommes heureux-ses d’organiser une rencontre autour des approches décolonisées des savoirs médicaux sur le genre et les sexualités. Par « décolonisation des savoirs », nous nous inscrivons dans un cadre réflexif proposé par les Postcolonial studies et l’anti-colonial. Les travaux présentés peuvent donc être l’occasion de produire une réflexion méthodologique transdisciplinaire qui propose une mise en pratique de cette décolonisation du savoir.
Au cours de cette rencontre, il s’agit d’engager une réflexion sur les discours (aussi bien scientifiques que ceux émanant des politiques publiques), les catégorisations et les pratiques médicales qui manipulent la catégorie du coloniale ou du postcolonial à l’intersection de celle du genre ou des sexualités. Cette réflexion s’articulera autour de deux présentations : une proposée par Tom Cunningham, historien, sur la « crise de l’excision » provoquée par des missionnaires, au Kenya, dans les années 1930 et une autre par Sandrine Musso, anthropologue des politiques de la santé, autour de la catégorie de migrant dans les politiques du sida en France.

 

 

Présentation des interventions :

Tom Cunningham
PhD candidate at the Centre of African Studies, University of Edinburgh

The Question of the Body in Colonial Kenya: Missionaries, Gikuyu, and the « Circumcision Crisis » of 1929-1932 (en)

The paper, an ethnographic history, revisits the relatively well-researched ‘Circumcision crisis.’ The crisis occurred in central Kenya during the interwar years when the Church of Scotland mission attempted to halt the Gikuyu custom of ‘female circumcision’ (the missionaries termed it the ‘sexual mutilation of women’). The paper seeks to extend Lynn Thomas’ use Foucault’s concept of ‘biopower’ to explore the ‘crisis’ (The Politics of the Womb, 2003). I use largely unexplored archival material of the Church of Scotland Mission (recently recovered in a Nairobi-based endangered archives project) together with well-known colonial ethnographic sources. My aim is to restore attention to the role of ‘the body’ itself  (as opposed to political debates about body practices) in the crisis. I reconsider the rite as a ‘bodily technique’ that created particular kinds of (gendered) subjectivities (cf Jean Pierre Warnier, The Pot King, 2007) and explore the mission’s struggle against it in terms of their attempt to introduce new bodily techniques geared at creating different embodied persons. I set this struggle within a broader colonial context where increasing demands were placed upon African bodies (through labour) and emphasise the importance on missionaries (operating ‘outside’ or ‘below’ the level of the colonial state) to the history, politics, and culture of colonialism.

 

 

Sandrine Musso
MCF en Anthropologie, Centre Norbert Elias, Aix-Marseille Université (AMU)

Le gouvernement de la différence dans les politiques du sida : retour sur les usages pluriels du postcolonial et du « décolonial » dans les formes de catégorisation des « migrants » (fr)

L’intervention s’appuie sur un travail de terrain et de recherche entamé dans la seconde partie des années 1990 sur les enjeux et usages de la catégorie des « migrants » dans les politiques du sida en France (Musso, 2008). Le retour sur ce travail sera l’occasion de déplier la pluralité des usages (analogiques ou généalogiques) du « postcolonial » à l’intérieur de celui-ci. Afin de clarifier ce que pourrait être une perspective décoloniale dans l’approche des formes de catégorisations construites dans la médecine, les pratiques médicales et les politiques publiques, l’accent sera également mis sur les langages successifs ayant visé à décrire une « cible » en santé publique.

 

 

Nous vous souhaitons un bon visionnage !

L’équipe de l’atelier EFiGiES Aix-Marseille


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *