Trajectoires féminines dans des filières scolaires scientifiques et bilan de l’atelier Aix-Marseille

8 juillet 2011
Par

Compte-rendu de l’atelier Efigies Aix-Marseille n°2, qui s’est déroulé le 22 juin 2011.

Présentation de l’enquête sur  des trajectoires de lycéennes dans des filières scolaires scientifiques

Il s’agit d’une enquête sur des jeunes filles scolarisées en filières scientifiques et techniques, issues des classes populaires ou de la petite classe moyenne et fréquentant un accompagnement scolaire organisé par une association dans le cadre de la bibliothèque des sciences – site de La Villette. Le but de l’exposé était d’essayer de mettre à jour les articulations entre appartenance de classe et identité sociale de sexe dans les trajectoires scolaires de ces jeunes filles.

Ainsi ont d’abord été analysés leurs choix d’options, de filières et de spécialités. Il est apparu que les jeunes filles choisissent en majorité la filière S comme voie de l’excellence scolaire : cette orientation leur permet à la fois de remettre à plus tard le choix d’un métier et d’espérer accéder à certaines professions à fort rendement économique et social (ingénieur, médecin, etc.), le « goût » pour les matières scientifiques apparaissant dans leurs décisions comme un élément secondaire. Il apparaît ensuite que beaucoup choisissent leur spécialité dans une logique de limitation des risques : elles souhaitent éviter les matières dans lesquelles elles pensent être les moins douées.

La question des obstacles à leurs projets a été ensuite abordée. Un ensemble de mécanismes pèsent sur les jeunes filles, les empêchant parfois de mener à bien leurs projets scolaires et professionnels initiaux. Il semble leur être particulièrement difficile de faire face à des configurations scolaires où elles se trouvent en minorité, du point de vue de la classe ou du genre : être dans un lycée bourgeois ou dans des filières très faiblement féminisées comme la filière SI (sciences de l’ingénieur) provoque très souvent chez elles un sentiment d’illégitimité et de découragement. Parfois, les jeunes filles expliquent leurs difficultés en termes de discriminations, mais cela est peu fréquent.

L’exposé s’est achevé sur la présentation de portraits de deux jeunes filles, chez qui appartenance de classe et identité sociale de sexe s’associent de manière particulièrement conflictuelle.

Discussion de bilan sur l’atelier au 2e semestre 2010-2011

À partir notamment de l’expérience de la première séance, les participant-e-s estiment que 2h est une durée trop courte pour le double exposé / discussion. Le principe d’une double discussion est conservé, mais avec une pause entre les deux, et une durée légèrement plus longue. Les séances à la rentrée 2011 seront donc de 3h. Le groupe a débattu du caractère généraliste ou spécialisé sur un thème précis des séances et de l’atelier dans son ensemble. La majorité préfère conserver au caractère généraliste a priori, sans s’interdire des séances ponctuelles avec un lien fort entre les deux exposés (mais de fait, les propositions retenues sur le premier semestre 2011 n’en prévoient pas). La fréquence de l’atelier à partir de la rentrée 2011 sera d’une séance tous les deux mois, en commençant fin septembre.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , ,

Posté dans : EFiGiES Aix-Marseille, compte-rendus

Laisser un commentaire

Contrat Creative Commons


Carnets de recherche