Genre, linguistique et littérature

19 décembre 2011
Par

L’atelier EFiGiES Aix-Marseille s’est réuni le 23 novembre dernier. A cette occasion, nous avons pu entendre Julie Abbou (LPL, Université de Provence)  et Ann Coady (Sheffield Hallam University) présenter à deux voix un tour d’horizon des études linguistiques qui mobilisent la notion de genre, depuis les premiers travaux sur la question, dans les années 1970, jusqu’à aujourd’hui. Claire Ducournau (CESSP, EHESS) a ensuite présenté une partie de son travail sur les trajectoires et reconnaissances littéraires d’écrivaines socialisées dans des pays francophones d’Afrique subsaharienne : il s’agissait de comparer à partir d’outils quantitatifs les trajectoires de ces femmes entre elles et avec celles d’hommes écrivains.

Genre et langage : tour l’horizon

Intervention de Julie Abbou et Ann Coady

A l’intersection entre linguistique et genre se trouvent plusieurs courants de recherche, aux dominations multiples : Gender language, linguistique du genre, etc. Ces recherches ont débuté en 1975. Aujourd’hui, on dispose sur la question de quelques états de l’art, mais il reste difficile d’en avoir une vision d’ensemble.

Dès qu’on parle de genre, on touche au langage, même si la linguistique n’a évidemment pas le monopole du discours sur le genre. Cependant, la dénomination constitue un enjeu important sur ces questions de genre. Julie Abbou en donne deux exemples : Lors de l’« affaire DSK », la discussion qu’on entretenu Joan Scott & Irène Théry via des tribunes dans Le Monde & Libération a entre autres porté sur l’opposition entre French feminism et féminisme à la française. De la même manière, lors de la polémique sur l’insertion de la théorie du genre dans les manuels scolaires, les opposants au projet ont parlé de « gender », et non de genre, renvoyant ainsi ce concept à la culture anglo-saxonne.

Il existe trois grandes critiques du concept de genre : une critique féministe, qui reproche au genre d’être devenu trop institutionnel; Une critique essentialiste, pour qui le centrement sur les questions de féminité ou de langage des femmes, oblitère les rapports de pouvoir dont le genre est le terrain; Une critique postmoderniste, qui souhaiterait voir dépasser l’opposition entre nature et social qui est au fondement de la distinction sexe / genre.

La présentation a pour objectif de faire le point sur cette question de langage et du genre à partir trois articulations :

  • Comment parlent les hommes et les femmes ?
  • Comment parle-t-on des hommes et des femmes ?
  • Comment construit-on le genre en discours ?

Comment parlent les hommes et les femmes ?

Il existe trois principales approches en genre & langage :

  • Une approche en termes de déficit, qui correspond aux 1ers travaux

L’idée est que les femmes ne sont pas « au niveau » par rapport à une norme, qui est en réalité la langue des hommes (Jespersen, 1922) : leur vocabulaire est considéré comme moins large, moins novateur…D’autre études soulignent (Lakoff, 1975) l’utilisation par les femmes d’expression telles que « il me paraît », « comme », « une espèce de », « il semble », considérées comme la marque de leur manque de confiance en elles. Le langage des femmes est alors défini comme une langue faible.

  • Une autre approche en termes de dominance

le langage des femmes est lié à leur position de dominées dans la société (Spender, 1980). Ainsi, une étude a montré que les hommes coupent plus souvent la parole aux femmes que ce que les femmes coupent la parole aux hommes. Cette étude a été critiquée depuis sur le plan méthodologique mais également dans la mesure où on ne peut pas généraliser cette approche dominance. Ainsi, une femme directrice d’entreprise coupera sans doute facilement la parole à un homme qui lui est subordonné dans l’entreprise.

  • Une approche en termes de différence qui est la plus répandue aujourd’hui

L’idée est que hommes et femmes appartiennent à des groupes culturels distincts et ont été socialisés différemment depuis l’enfance, ce qui donne lieu à des styles de communication constrastés. Ainsi les femmes auraient un « style coopératif » et les hommes un « style compétitif » (Deborah Tannen). Aujourd’hui, cette perspective en termes de différence connaît un regain de succès avec des travaux qui s’appuient sur l’idée de différences biologiques entre hommes et femmes.

Quelles que soient les approches développées, on a le maintien d’une différence entre hommes et femmes et une absence de la remise en cause de la dichotomie genre / sexe, dans la mesure où le socle biologique reste inentamé.

 Comment parle-t-on des hommes et des femmes ?

 Sont ici abordées les dimensions sémantique & grammaticale du langage. Il existe deux points de vue  sur cette question :

  • Une approche qui soutient que le langage est arbitraire et ne reflète pas la réalité, et que donc les mots ne peuvent pas être sexistes ;
  • Une approche qui considère que les mots reflètent bien la réalité, et que dans cette mesure, ils peuvent être sexistes car liés aux rapports de pouvoir qui structurent la société (Yaguello, 1978)

Ce point de vue est celui développé par la socio-linguistique. Ainsi dans les années 1970 sont publiés des travaux sur le sexisme sémantique qui se penchent sur un certains nombre de dissymétries langagières (ex : on dit « une femme facile », mais pas « un homme facile »).

Dans les années 1980, différentes politiques linguistiques de féminisation sont mises en place. Dans les pays latins, elles relèvent de stratégies de visibilisation du féminin. Dans les pays anglo-saxons, il s’agit davantage de stratégie de neutralisation.

Une des questions posées dans le monde de la recherche est celle de l’impact de ces politiques. Changer les mots changent-ils la réalité ? Par ailleurs, ces réformes ont parfois eu des conséquences inattendues. Ainsi, au Royaume-Uni,  « Ms » a été introduit pour dépasser en théorie l’opposition entre « Miss » (mademoiselle)  et Mrs (madame). Dans les faits cependant, ce terme est venu s’ajouter aux précédents, emprunt d’une connotation particulière (renvoyant au statut de lesbienne, de féministe, de divorcée), bien loin de l’idée de neutralité, que lui avaient initialement attribué les réformateurs.

Un courant de recherche appelé « Feminist critical discourse analysis » analyse la manière dont sont  présentés hommes et femmes dans les discours, avec l’idée que les discours sont des manifestations culturelles de penser et voir les choses. Ces linguistes s’affichent comme féministes : leur objectif est de déconstruire les discours que l’on prend comme des évidences, afin d’en expliciter les implicites sexistes. Il s’agit alors de déconstruire les discours dans la mesure où on les considère comme producteurs de normes.

 D’autres courants de recherche nuancent cette idée de sexisme sémantique. On ne peut pas parler du sexisme inhérent au discours, tout dépend de ce que l’on en fait en pratique. Ainsi, le terme « queer » qui constituait au départ une insulte, a été en partie réhabilitée, devenant à la fois une façon positive de se désigner et un courant de recherche.

 Comment construit-on le genre en discours ?

Ici, on s’intéresse à la façon dont  on parle de la catégorisation « genre » elle-même. Le langage apparaît comme un espace où sont mises en débat des normes par rapport au genre. On est alors dans l’ordre de la rhétorique : le mensonge des uns est la vérité des autres (ex : l’avortement est un droit VS l’avortement est un crime). Si l’on souhaite sortir de ce cadre, on touche au rapport entre référent et signifié. Chez Saussure, le signe constitue une association arbitraire entre forme sonore et un signifié. Benvéniste a introduit un troisième terme : un objet du monde qui est le référent, une qualification de cet objet qui est le signifié, et une forme sonore.

En français, en ce qui concerne le signifiant, le genre grammatical apporte des informations redondantes (ex : la grande montagne blanche). Mais on peut aussi s’intéresser à la dimension sémantique de la catégorie grammaticale, ce qui revient à analyser la position du féminin dans l’univers symbolique. Dans ce cas, le genre est un signifié.

Se pose ici la question du rapport entre signifié et référent. Entre le monde et le langage, qui existe en premier ? Pour sortir de ce dilemme, il est possible de considérer que la catégorisation est à la fois cause et conséquence du monde, et que le langage consolide les catégorisations comme il peut participer à leur déconstruction. « Seulement en imaginant l’opposition sexuelle comme composante catégorielle de notre expérience, il devient possible de penser sa […] position du féminin dans l’univers symbolique » (Violi, 1987). Dans ce cadre le langage est un lieu de lutte, où se donnent à voir des contestations autour de la signification du mot (Michard, 1999, Sanchez 2002). Il est donc vain d’opposer le symbolique et le réel, ainsi que le dit Castoriadis  « Le geste du bourreau est aussi symbolique que réel ».

 On rejoint ici les problématiques du « linguistic turn ». Ce tournant linguistique correspond à une mise au centre du discours. Il fait aussi écho à la French Theory : le discours est appréhendé en tant qu’ordre du discours (Foucault). Les féminismes (surtout postmoderniste et queer et sutout anglo-saxons) se sont ainsi intéressés au linguistic turn. L’articulation entre « langage et genre » et « linguistic turn » ouvre un certain nombre d’interrogations :

La langue en tant que structure a été reprise comme modèle pour les sociétés. Benveniste rappelle cependant que les individus et groupes d’individus ne sont pas comparables à des unités de langues. Il s’agit là d’une métaphore. Pour le discours, est-ce la même chose ? Est-ce une métaphore ? Une redéfinition interdisciplinaire de concept ? Pas vraiment.

Dans les années 1970, lorsque les philosophes se tournaient vers le discours, la linguistique se tournait aussi vers le discours, abandonnant la langue pour les productions réelles des locuteurs, ce qu’on appelle une linguistique externe. On sort alors d’une lecture où la langue est là pour décrire le monde pour passer à une lecture où la langue est là pour agir sur/construire le monde (pragmatique, analyse du discours, performativité d’Austin, philosophie du langage). Du point de vue du genre, c’est la signification qui vient au centre, la construction de la signification et non plus les conséquences de cette signification. Le référent est écarté pour se concentrer sur le signifié. Le référent est une conséquence du signifié.

Cette centralité de la signification qui dépasse le référent n’est pas nouvelle. Il y a toujours eu en linguistique une cohabitation de langue-description et de langue-action. Dès 1929, Voloshinov met au centre le discours en ce qu’il est lutte et négociation : mensonges des uns, vérité des autres. C’est le discours comme lieu de négociation des rapports de pouvoir et des valeurs, comme espace rhétorique.

 Donc on voit que le tournant linguistique est en fait un tournant vers le discursif en tant que lieu de mise en signification. Le discours prend place dans une dynamique, un continuum de discours préexistants et potentiels, dans le temps et dans l’espace (variation diachronique, diatopique). Dans le discours, il y a une notion de variation, qu’il n’y a pas dans la langue, qui est un système, une structure. Dans le genre, il y a de la variation et en même temps c’est un système. On peut donc avoir plusieurs angles d’approches. C’est-à-dire que tout comme le geste du bourreau, le genre est aussi symbolique que réel. Il y a une mise en catégorisation et une solidification de ces catégories qu’on ne peut pas séparer. Par exemple, c qui se passe avec le queer, c’est la perturbation de la langue par le discours.

Pour conclure, on pourrait dire que dès qu’on saisit le genre, on rôde autour du discours, mais il est peut-être nécessaire de :

  • Ne pas cantonner le genre au discours, à sa dimension symbolique et pouvoir s’intéresser au discours comme lieu majeur (et non premier) de l’élaboration du sens du genre, de sa mise en signification.
  • Insister sur l’aspect sémantique de la catégorie de genre, dans une visée anti-essentialiste.

Éléments bibliographiques

 

  • BUTLER Judith, 2006, Trouble dans le genre, La Découverte.
  • CAMERON Deborah, 1992, Feminism and Linguistic Theory, St Martin’s Press.
  • FOUCAULT Michel, 1971, L’ordre du discours, Gallimard.
  • JESPERSEN Otto, 1922, The Woman. Language: Its Nature, Development & Origin, Allen & Unwin.
  • MICHARD Claire, 1996, « Genre et sexe en linguistique : les analyses du masculin générique », Mots vol. 49 n°1, pp.29-47.
  • MICHARD Claire, 1999, « Humain/femelle : deux poids deux mesures dans la catégorisation de sexe en français »,  Nouvelles Questions Féministes, vol. 20 n°1, pp. 53-95.
  • MILLS Sara & MULLANY Louise, 2011, Language, gender and feminism: Theory, methodology and practice, Routledge.
  • LAKOFF Robin, 1975, Language and Woman’s Place.
  • LOCKE John L., 2011, Duels and Duets: Why men and women talk so differently, Cambridge University Press.
  • PAUWELS Anne, 1998, Women Changing Language.
  • SPENDER Dale, 1980,  Man Made Language, Pandora.
  • VARIKAS Eléni, 2006, Penser le sexe et le genre, PUF.
  • SANCHEZ Dolorès, 2004, « La question linguistique et le genre : Paradoxe d’une rencontre », in Désexisation et parité linguistique – Actes du 3° colloque internationale de recherches féministes francophones, Université Toulouse II – Le Mirail, 20-22 septembre 2002, ANEF, pp. 107-115
  • VIOLI Patrizia, 1987, « Les origines du genre grammatical », Langages n°85, pp.15-34.
  • VOLOSHINOV Valentin, 2010 [1929], Le Marxisme ou la philosophie du langage in SÉRIOT Patrick & TYLKOWSKI-AGEEVA Inna (éd.), Lambert-Lucas.
  • WITTIG Monique, 2001 [1980], La pensée straight + on ne naît pas femme, Éd du Clos.
  • YAGUELLO Marina, 1978, Les mots et les femmes.
  • ZIMMERMAN Don et WEST Candace, 1975, « Sex Roles, Interruptions and Silences in Conversations », in Thorne Barrie et Henley  Nancy (eds.), Language and Sex: Difference and Dominance. Rowley; MA, pp.105-129.

Le discours de Larry SUMMERS: http://www.harvard.edu/president/speeches/summers_2005/nber.php

Ecrire l’Afrique du genre aux genres : trajectoire et reconnaissance d’écrivaines socialisées dans des pays d’Afrique francophone subsaharienne

Intervention de Claire Ducournau

Claire Ducournau s’intéresse dans cette présentation à la fois aux genres littéraires et au genre masculin et féminin. Le travail de thèse de Claire ne porte pas directement sur le genre. Son travail de thèse a pour objectif de comprendre comment on peut devenir un écrivain reconnu lorsqu’on est né dans un pays francophone d’Afrique subsaharienne. Sa recherche s’apparente au travail d’un détective pour comprendre comment la reconnaissance littéraire peut passer par différents territoires (pays d’Afrique mais aussi la France, la Belgique et le continent nord-américain). L’objectif de sa recherche est donc de reconstituer les parcours sociaux et géographiques d’auteur-e-s né-e-s dans des pays francophones d’Afrique subsaharienne, mais aussi les parcours éditoriaux et critiques de leurs livres.

Son travail se nourrit de travaux de critiques littéraires et de recherches sociologiques. Ainsi, la situation de diglossie dans laquelle est tenue le français dans les pays d’Afrique subsaharienne est importante pour comprendre les parcours des auteur-e-s issu-e-s de ces pays, de même que le centralisme éditorial parisien.

Il existe un certain nombre de travaux littéraires sensibles à l’approche sociologique. Cependant, celle-ci est le plus souvent mobilisée à l’occasion de débats qui consistent par exemple à savoir si l’on peut/doit parler de champ littéraire francophone. On est donc en présence d’une mobilisation abstraite des concepts sociologiques, en rupture de laquelle se situent les travaux de Claire. Le recours à la sociologie et à ses outils revêt dans sa recherche une fonction objectivante et empirique.

Il existe de nombreux travaux littéraires sur les écrivain-e-s francophones d’Afrique subsaharienne, mais la question du genre est longtemps restée absente de ces travaux. Il existe à cet état de fait une raison factuelle : les femmes auteures originaires de ces pays s’affirment très tard, cinquante ans après leurs homologues masculins. Ainsi, dans le mouvement littéraire appelé « négritude », on compte exclusivement des textes masculins. Les premières analyses qui s’intéressent aux femmes datent de 1975, année de la femme pour les Nations Unies : et, en l’absence de textes écrits par des femmes, on s’intéresse alors à analyser comment les hommes représentent les femmes dans leurs textes.

De l’étude de cas à la mise en place d’une analyse quantitative des trajectoires littéraires

Dans le cadre de son mémoire de master 2, Claire Ducournau a étudié les cas de femmes écrivaines, telles que Calixthe Beyala et Marie NDiaye. Il s’agit de femmes « labellisées » comme appartenant à un canon d’auteurs spécifiques alors qu’elles ont des parcours très différents. Ainsi, Marie NDiaye est très souvent catégorisée comme « écrivaine africaine » alors qu’elle a vécu toute sa vie en France et rejette cette étiquette. Au contraire, des auteures comme Calixthe Beyala et Fatou Diome ont connu rapidement des succès publics et critiques susceptibles d’accélérer leurs carrières littéraires ; leurs œuvres ont été rapidement l’objet d’une production critique croissante. Ce travail avait des limites méthodologiques importantes dans la mesure où l’approche par étude de cas ne permettait pas de comparer ces parcours littéraires avec ceux des hommes écrivains francophones issus des mêmes pays.

Cette démarche qui étudie les femmes en unité séparée des hommes, la plus présente dans la critique littéraire qui prend pour objet les écrivaines africaines, est susceptible de se heurter à une impasse, celle d’un traitement à part en vue d’une réhabilitation collective (Christine Planté). L’absence de comparaison entre écrivaines et écrivains empêche de réintégrer ces auteures dans le contexte social plus large dans lequel elles évoluent. Elle évacue ainsi le fait que la vie littéraire est mixte (ainsi des femmes sont relues par des hommes et inversement).

Pour construire cette comparaison, Claire Ducournau a élaboré une méthodologie de recherche comprenant deux volets :

  • une analyse qualitative :

L’étude comporte une entrée ethnographique (observation lors de salons du livre, manifestations culturelles, etc), des entretiens avec écrivain-e-s, des éditeur-trices, des professeur-e-s de littérature en France et aux USA. Ce volet qualitatif a permis de construire des études de cas.

  • une analyse quantitative :

Une base de données sur les écrivains actifs entre 1983 et 2008 a été constituée, à partir des critères d’une socialisation primaire et / ou secondaire dans un pays d’Afrique, et de la présence sur 35 listes de visibilité littéraire (présence dans des anthologies, des dictionnaires, des encyclopédies, l’obtention de prix littéraires, la présence dans des manifestations littéraires, etc… ). Cette méthode a été employée dans le cadre de recherches sur les artistes réalisées par Passeron et Moulin, ce qui leur a permis d’établir différents paliers de reconnaissance.

Cette base de données a permis de distinguer deux grands groupes : un 1er groupe comprend les écrivain-e-s présent-e-s sur au moins deux listes (ce qui équivaut à 404 écrivain-e-s) ; un 2nd groupe comprenant les écrivain-e-s présent-e-s sur au moins 6 listes (ce qui équivaut à 151 écrivain-e-s).

C’est à ce second groupe que la recherche s’est davantage intéressée, en essayant de reconstituer les parcours de ces écrivain-e-s. Sur ces 151 membres, on compte 29 femmes, ce qui équivaut à 19% de la pop totale. Aujourd’hui, la présentation propose de faire un zoom sur ces 29 femmes.

On distingue plusieurs dates clefs:

  • 1975 : 1ers travaux portant sur ces écrivaines / prise de conscience
  • 1994 : création d’un site internet par un professeur australien consacré aux femmes écrivains et à la littérature africaine.

Entre 1994 et le début des années 2000, les travaux critiques sur ces écrivaines se développent énormément. Au début des années 2000, certains chercheurs constatent que la critique s’intéresse davantage aux femmes qu’aux hommes, d’où l’idée d’un « rattrapage » des écrivaines communément admise dans l’histoire littéraire, mais que Claire Ducournau invite à nuancer. En effet, l’histoire littéraire a « oublié » certaines dimensions de l’histoire (comme un succès de librairie en 1951 emporté par Christine Garnier sous le pseudonyme d’une femme africaine). Par ailleurs, elle laisse de côté les productions littéraires orales où les femmes occupent une grande place (dans les sociétés d’Afrique de l’Ouest, il existe une indifférence quant au sexe pour remplir la fonction de griot). Enfin, elle laisse de côté les textes, les récits de soi qui ne sont pas publiés.

En tout cas, sur les 151 écrivain-e-s répertoriés dans le groupe des auteur-e-s ayant la plus grande reconnaissance littéraire, on compte 29 femmes, c’est-à-dire 1 femme pour 4 hommes. On peut se demander quelle est la valeur de tels chiffres ? On peut, pour se faire une idée, comparer avec d’autres prosoprographies. Ainsi, une prosopographie sur les écrivain-e-s en France pendant la seconde guerre mondiale sélectionnés à partir d’anthologies, a compté 4,3% de femmes. Une enquête très récente de B. Lahire sur des écrivains n’ayant pas été sélectionnés sur le critère de la reconnaissance littéraire, en Rhône Alpe comptait quant à elle 32% de femmes.

Comparaison des processus de reconnaissance littéraire selon le sexe: quelques résultats

A l’analyse des données, il apparaît que le genre constitue un handicap pour la reconnaissance de ces écrivaines à l’exception de quelques-unes.

Un indicateur de réputation littéraire a été élaboré, pondéré avec deux listes (le nombre de thèses soutenues sur tel-le auteur-e et nombre de traductions dont ses œuvres ont fait l’objet). Sur l’échantillon, pour 100 écrivain-e-s appartenant à la catégorie de « réputation faible », on compte 29% de femmes et 71% d’hommes. Par contre, pour 100 écrivain-e-s disposant d’une « très bonne réputation littéraire », on compte 19% de femmes contre 81% d’hommes, tandis qu’aucune femme n’est présente dans la catégorie des « excellentes réputations littéraires ». Il y a, dans ces résultats, un effet de structure qui doit être pris en compte : en effet les femmes qui sont dans la base sont nées après les hommes, et ont donc une carrière moins longue que les hommes, ce qui a nécessairement un impact sur leur indicateur de réputation (nombre de livres traduits, de thèses publiées…). L’analyse des données statistiques produites permet par ailleurs de préciser quelles sont les propriétés sociales de ces femmes.

On distingue plusieurs générations : 9 écrivaines, dotées d’une reconnaissance importante, constituent les pionnières (elles sont globalement entrées en littérature entre 1968 et 1987). Les 20 autres plus jeunes sont entrées en littérature entre 1987 et 1994 ou après 1994. Du côté des plus reconnues, on compte cependant deux jeunes écrivaines : Fatou Diome et Calixthe Beyala.

On remarque aussi que la question de la réputation est articulée aux lieux de vie de ces femmes. Elles vivent plus que les hommes en Afrique, en particulier en Côte d’Ivoire, et se distinguent par un investissement dans la vie littéraire locale. Cependant, très peu n’ont jamais quitté l’Afrique. En fait, la plupart ont fait leurs études à l’étranger et sont ensuite revenues dans leur pays. La plupart de ces femmes appartiennent à l’élite sociale de leur pays. Parmi elles, on a des filles d’écrivains, des femmes d’écrivains. Beaucoup évoluent dans un milieu d’inter-connaissance proche de la vie littéraire. On repère cependant au sein de l’échantillon une opposition entre un groupe qui a des origines sociales favorisées et petit groupe issu de milieux beaucoup plus modestes.

La comparaison avec les hommes de l’échantillon montre qu’elles sont beaucoup moins investies dans la vie politique et la diplomatie que leurs homologues masculins. On voit aussi qu’elles sont moins diplômées que les hommes, ont suivi des filières moins prestigieuses, ont plus souvent suivies des études littéraires. Sur le plan de la reconnaissance, on observe qu’elles passent beaucoup moins par les éditeurs français que les hommes et que certains de leurs titres sont mieux accessibles en traduction anglaise qu’en français : Calixthe Beyala et Fatou Diome exceptées, elles passent très peu par des éditeurs français généralistes.

Elles n’accèdent par ailleurs pas aux mêmes prix que leurs homologues masculins. Ainsi, elles sont beaucoup plus nombreuses proportionnellement que les hommes à avoir obtenu le prix Noma (un prix créé par un mécène japonais, de stature internationale) – certaines d’entre elles siègent également au jury de ce prix ; tandis que la voie d’excellence pour les hommes passe par le prix Renaudot et les éditions du Seuil (chemin qui passe davantage par la France, et que n’emprunte aucune femme).

On remarque aussi que les femmes sont surreprésentées dans les genres non légitimes tels que la littérature jeunesse, l’autobiographie ou le roman policier. Elles sont davantage représentées dans le genre autobiographique, parmi les auteurs de roman « rose » publié dans la collection Adoras aux Nouvelles éditions ivoiriennes, et sous-représentées dans le genre de la poésie. Enfin, elles sont moins dans la pluri-activité et moins productives que leurs homologues masculins.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : EFiGiES Aix-Marseille, compte-rendus, EFiGiES Aix-Marseille

2 commentaires pour “ Genre, linguistique et littérature ”

  1. AC Husson le 21/02/2012 à 21:31

    Existe-t-il une bibliographie contenant les références précises des travaux indiqués entre parenthèses dans cet article? Merci d’avance!

    • Atelier Efigies Aix-Marseille le 27/02/2012 à 10:43

      Nous complétons le billet avec sa bibliographie. Merci pour votre lecture.

Laisser un commentaire

Contrat Creative Commons


Carnets de recherche