Ô rage, ô doux espoir – La session d’étude « homosexualité » à la Catho de Lyon

A propos de:  la session thématique « Homosexualité. Quelques approches contemporaines non exhaustives » organisée par l’Institut des Sciences de la Famille de l’Université catholique de Lyon,  le vendredi 20 janvier 2011 (tous: 53 euros, étudiant: 25 euros).

« Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des humains de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur coeur. Leur communauté, en effet, s’édifie avec des humains rassemblés dans le Christ, conduits par l’Esprit Saint dans leur marche vers le royaume du Père, et porteurs d’un message de salut qu’il faut proposer à tous. La communauté des chrétiens se reconnaît donc réellement et intimement solidaire du genre humain et de son histoire » (1)
Voici les premiers mots de la constitution pastorale sur l’Eglise dans le monde de ce temps « Gaudium et Spes » qui a été acceptée par des évêques du monder entier et promulgué par le pape Paul VI au cours des cinq années du Concile qui s’était ouvert en 1962. Cinquante plus tard, j’ai envie de me demander : Eglise, qu’as tu fait des promesses de ton Concile ?
♣ Une journée « homosexualité » à l’Université Catholique
A « la Catho », nous avons à faire à des gens intelligents et cultivés. Ne vous attendez pas à de grandes déclarations fracassantes. Nous sommes là dans une atmosphère policée où on prend les formes pour dire les choses, même les plus cruelles. J’aurais du mal néanmoins à vous cacher l’inconfort que j’ai éprouvé durant toute la journée. Cela coûte affectivement de faire ce genre de rencontres même si c’est paradoxalement intéressant. Je ne me suis jamais senti aussi mal dans un environnement social qui m’est pourtant familier:  l’université. C’était absolument déroutant. Peut-être parce que sous les atours de la tradition humaniste et libérale de la vie universitaire, j’ai assisté à une promotion, peu déguisée finalement, de la doctrine sociale de l’Eglise officielle en matière d’homosexualité. A quoi bon s’en étonner ? certes… mais il y a un écart entre le comprendre et le vivre « anthropologiquement », de l’intérieur, sur le terrain.
Avant, la démonstration, mon avis général. Vous connaissez peut-être la devise du Cardinal Ottaviani pro-préfet du Saint-Office, qui, dans les années cinquante et lors du Concile Vatican II justement, a été l’opposant tenace et résolu au catholicisme d’ouverture et le pourfendeur de la nouvelle théologie : « semper idem ». Ce qui veut dire en français « toujours le même ». Il parlait de la tradition catholique bien sûr. Semper idem, toujours la même chose. Ce qui change, c’est l’emballage du bonbon, mais le bonbon reste ici bien amer. On prend juste beaucoup de précautions et de circonvolutions pour dire ce que l’on pense.
Or, mes bien cher.e.s frères et sœurs LGBT, la potion qu’on veut vous faire boire reste bien amère. Je vous en résume la recette à trois ingrédients:
– sur le plan éthique, idéalement, l’absence de rapports sexuels même si vous parvenez à vivre en couple,
– sur le plan politique, le placard : pas besoin d’organisation militante LGBT et la notion d’homophobie est contestable dans le droit, même si des discriminations existent,
–  sur le plan psychologique, l’acceptation de votre écart à la norme comme une souffrance.
Au cours de cette journée, on aura aussi entendu que la sexualité homosexuelle est un désordre. Le mariage gay une aberration juridique et anthropologique. L’homosexuel propre, calme, discret, qui ne défile pas et ne parle pas de sa vie privée, on l’aime. L’autre, il a tort. De manière générale, l’homosexualité a été présentée comme une tragédie grecque pour laquelle les catholiques forment le choeur des pleureuses. Mais, rassurons-nous, elles sont bien accueillantes les pleureuses et particulièrement  attentionnées à l’égard des homos. Elles vous tapotent généreusement sur l’épaule l’air contrit. C’est bien normal, les homosexuel.le.s ont l’air tellement malheureux. Tous au abri ! Le paternalisme est de retour et avec les habits des bons sentiments qui doivent en principe désarmer.

♣ Indications scéniques pour une pièce en quatre actes et trois acteurs principaux
Voir le programme (site du diocèse de Lyon).
Le metteur en scène privilégiera l’unité de temps. La pièce a quatre actes et se jouera du matin (9h) à la fin de l’après-midi (17h30) avec une entracte d’une heure trente pour le déjeuner.
On choisira comme décor l’université et ses usages. Une salle de cours, des chaises en rond. Sur une table : une cafetière, un paquet de gâteaux, des gobelets en plastique et des touillettes.
Les personnages : 22 participants (dont 6 hommes) : étudiants de la Catho, psychologues, médiatrices familiales. L’un d’entre eux « avouera » au cours de la journée être homosexuel pour dire qu’il ne se reconnaissait pas dans la marche des fiertés (argument d’autorité). L’orientation sexuelle des autres ne sera jamais mentionnée sans que l’on n’interroge pour autant la présomption d’hétérosexualité ambiante.
◊ Acte I : François de Muizon « approche philosophique. Le désir homosexuel : enjeux éthiques »
La première intervention était une réflexion qui se voulait une réflexion d’ordre philosophique et éthique. Il s’agissait plutôt d’une présentation en deux temps très distincts qui envisageait 1) les origines de l’homosexualité abordées particulièrement à partir du corpus freudien, 2) des repères éthiques dans l’accueil et l’accompagnement des homos. Son auteur était François de Muizon (FM). Agrégé de philosophie, professeur en classe préparatoire au très chic lycée des Chartreux de Lyon. Comme formation, FM a soutenu un master de théologie morale à la Catho de Lyon et poursuit actuellement en doctorat. FM est blanc, marié, père de 4 enfants, membre de la communauté du Chemin Neuf, mais également l’auteur d’un livre sur l’altérité fondatrice homme-femme où il exalte, entre autre, « l’irréductible dissymétrie entre le génie féminin et le génie masculin » (Homme et femme, l’altérité fondatrice,  Paris : Cerf, 2008).
◊ Acte II :  Georges Eyd, « approche sociologique. Homosexualité et citoyenneté »
La second intervenant était Georges Eyd (GE). Un sociologue auteur de plusieurs ouvrages et articles sur la recomposition familiale à l’époque contemporaine. Il a développé une réflexion entre l’homosexualité et la citoyenneté. En trois temps :
1) un retour sur l’explication freudienne de l’homosexualité et sa contestation contemporaine, notamment dans l’oeuvre de Judith Butler,
2) les 3 façons dont les sociétés humaines gèrent la sexualité et l’homosexualité :
– l’approche naturaliste où le sexe entraîne un genre et une orientation sexuelle,
– l’approche constructiviste où le genre est un construit social qui se surimpose à l’anatomique sans que cela soit déterminant. Il a évoqué plusieurs travaux d’anthropologie qui présentent des cas d’ « homosexualité » construite socialement (travestissement rituel, mariage homosexuel initiatique, etc).
– l’approche volontariste ou performative pour laquelle je suis ce que je veux être, un homme, une femme ou autre chose. Bien entendu, Judith Butler et le mouvement queer ont été convoqués.
3) enfin, GE a présenté les enjeux contemporains de la citoyenneté à partir une distinction entre les droits civiques (être citoyen), les droits politiques (voter) et les droits sociaux (le droit à être reconnu dans ses spécificités quitte à ne pas vouloir s’assimiler à la norme dominante). Sans prendre parti pour le mouvement LGBT, GE s’est attaché à montrer comment, comme pour les femmes ou les noirs aux Etats Unis, les homosexuels contemporains ont revendiqué d’abord les droits civiques et politiques, avant de demander les sociaux. Ce sont ces derniers qui posent le plus de problème aux sociétés contemporaines.
GE a distribué une bibliographie de travail dans laquelle on peut trouver des références à des ouvrages de Martine Gross, David Patternotte, Julian Jackson, Eric Fassin, à côté de ceux de Tony Anatrella.

◊ Acte III : Marie Douris « droit de la famille et homosexualité »
La dernière intervention était un exposé de droit fait par une juriste : Marie Douris (MD). Que retenir de ce propos ? Le droit, selon elle, n’est pas à concevoir comme un somme de règles contraignantes mais comme ce qui garantit les droits de chacun et notamment les plus faibles. Cela lui a permis de critiquer la « médiatisation » et l’influence de « groupes de pressions » qui instrumentalisent le droit au détriment de tous, et donc des plus faibles. La juriste a également souligné que la famille n’a pas de définition juridique claire en France à la différence de l’alliance et la parenté qui sont mieux codifiées. Elle a aussi montré comment ces deux champs juridiques ont été affectés par les changements contemporains. MD a fait un inventaire plutôt complet et didactique sur les les lois et arrêts qui ont changé filiation et parenté : la loi du PACS en 1999, la loi corrective du PACS de 2006, différents arrêts de cour d’appel de Paris ou de Province, la question prioritaire de constitutionnalité sur le mariage gay de l’année dernière, les arrêts de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Dans un dernier temps, elle a dressé le même bilan en matière de filiation et d’adoption. Prenons une image, disons que MD m’est apparue au cours de son exposé, comme le double parfait et inversé de l’avocate Caroline Mécary pour qui j’ai un profond respect et une grande admiration. Elles font la même chose avec un point de vue différent. Dur à évaluer personnellement, c’est du droit, galaxie intellectuelle qui m’est complètement inconnue.

◊ Dernier acte : la table-ronde. 
J’ai pris un court instant la parole pour essayer de faire revenir les intervenants sur la légitimité qu’ils étaient prêts à concéder à un mouvement LGBT dans la démocratie (voir infra). Vainement. Une dame bien chic a failli avaler son dentier en disant que la gay pride est une atteinte à l’intégrité psychologique de ses enfants. Une psychologue a ramené sérénité dans le débat en appelant, Dieu soit loué, au calme et recentré la conversation. Les intervenants ont alors conclu en s’auto-congratulant sur la placidité et l’humanisme avec lesquels nous étions, tou.te.s, parvenus à traiter si intelligemment une question si complexe. Amen.

♣ Comment rendre compte d’une situation complexe ? Positionnement éthique et spirituel 
Il faut bien comprendre qu’au cours d’une journée entière, il se dit énormément de choses. Dans un sens comme dans un autre, parfois de manière contradictoire, souvent de manière floue et ambiguë sans que l’on ait le temps de faire préciser un point, une pensée, une nuance. Je pourrais faire tout autant un bilan très noir qu’un bilan très positif selon l’assemblage des propos que je fais. Je ne prétends donc nullement ici à l’objectivité seulement à l’honnêteté. Je choisirai une méthode ignatienne. Comme dans les exercices spirituelles, je chercherais, dans un premier temps, à accorder complètement crédit à la parole de l’autre en essayant de faire un portrait à décharge de cette journée. Puis, dans un second temps, j’essaierai de discerner ce qui  m’a gêné, mis mal à l’aise afin d’essayer de comprendre intellectuellement et éthiquement pourquoi.
La pesée globale est plutôt négative à mes yeux. Je note pêle-mêle comme points extrêmement critiques : la relation instrumentale à l’autre, la minimalisation maximale des points de vue différents, l’utilisation de sources scientifiques anciennes sans leur contrepoints critiques contemporains (Freud), l’absence d’interrogation sur le fait qu’il n’y avait pas ouvertement d’intervenants homosexuels ou de représentants d’un courant intellectuel féministe ou LGBT.
Au plus dur de mon jugement, je me suis dit ceci : c’est l’homophobie propre des classes supérieures et intellectuelles, les accumulations théoriques sont le paravent d’une peur indicible des autres qui vaut bien les coups d’une homophobie plus  simpliste. Sous une apparente bienveillance ou une générosité affichée se cache souvent une véritable violence. C’est peut-être cela l’homophobie : la violence cruelle de l’évidence et le refus de l’autre pour ce qui l’est et l’occultation prudente de tout ce qui peut déstabiliser. Faute de le recevoir, on le réduit à ce qui nous arrange, une incongruité, une dérive psychologique, un phénomène socialement maîtrisable.

♣ Signes des temps et chemins d’espoir
Je ne peux pas minorer les points positifs de cette journée d’étude autant par honnêteté que par optimisme. L’homosexualité est un fait social qui est désormais digne d’intérêt et qu’on essaie d’approcher dans un souci de compréhension. Les attendus du colloque étaient mêmes extrêmement positifs. On aurait pu les faire nôtres sur ce blog :
« nous nous proposons de réfléchir à la place que réserve une société démocratique au citoyen en fonction de son orientation sexuelle. Ne devrait-il pas avoir les mêmes droits civiques, politiques et sociaux ? Le droit à une présence symbolique, une visibilité (non marginalisation), à une représentation digne (non stigmatisation), à une identité avec son style de vie (non assimilation) ? Attribuer à l’homosexualité une identité, sinon pathologique, du moins perturbée, ne relève-t-il pas d’un processus de dépersonnalisation qui cherche à la reléguer aux confins de l’existence humaine ? »

◊ L’appel à l’intégrité physique des LGBT 
A plusieurs reprises au cours de son exposé, FM et les autres intervenants ont rappelé qu’il fallait respecter l’intégrité physique et morale des homosexuels (H/F) et que, dans le passé, la violenc avait été malheureusement de mise. Les intervenants néanmoins n’ont invoqué, à aucun moment, positivement la notion d’homophobie. Cette dernière a d’ailleurs été publiquement remise en cause. FM a ainsi salué le fait que Christian Vanneste ait finalement gagné son procès contre SOS-Homophobie et la LICRA suite à ses propos sur la valeur supérieure de l’hétérosexualité sur l’homosexualité.
 
◊ le non-recours à la rhétorique de certains conservateurs catholiques 
Si vous souhaitez une échelle, nous étions, dans les meilleurs moments, dans le champ éthique et intellectuelle d’un « discours à la Xavier Thévenot ». Théologien morale à la Catho de Paris, XT avait fait une belle thèse d’habilitation sur les homosexualités masculines à partir d’un échantillon notamment de membres de David et Jonathan. Ce travail reste néanmoins très vieilli aujourd’hui (il se situe bien en amont du PACS et dans un contexte où l’homosexualité était bien moins visible). Nous sommes loin par contre, du côté de la virulence d’un Tony Anatrella dont j’ai déjà dénoncé sur plusieurs articles de mon blog la rage anti-gay même si certains accents du discours de FM peuvent en rappeler des éléments.
Ainsi toute une série d’arguments qu’on aurait pu attendre n’ont pas été évoqués et même parfois désamorcés :
1) la différence des sexes n’est pas la seule fondatrice de l’altérité et on ne peut pas réduire l’altérité dans un couple à cette dernière (l’argument du mimétisme d’Anatrella par exemple). FM a ainsi rappelé que dans un couple hétéro aussi il faut gérer la différence de culture, de langue de milieux socio-économiques.
2) le sexe naturel n’est pas tout et n’est pas un destin. L’anatomie ne fonde pas un destin social et ne dicte pas une conduite. Entre l’homme et l’animal il y a une différence qui s’appelle la liberté et le discernement (FM, GE).
3) personne n’a parlé de la « théorie du genre » de manière caricaturale, et comme cela se fait souvent en paysage catho, comme une doctrine de la subversion éthique qui appelle chacun à faire ce qui veut dans une douce anarchie des sexes et des sexualités. GE a été même un défenseur habile et intelligent de certaines analyses des études de genre contemporaine bien qu’il n’ait jamais revendiqué la parenté intellectuelle avec. A certains moments, les propos du sociologue GE ont clairement fait frémir l’assemblée et froncer les sourcils.

◊ deux ouvertures sur le mariage et l’adoption
Des « ouvertures » sont notables par moment. Pas tant au niveau de l’Eglise – ce n’était finalement pas l’enjeu de la journée – que dans la société civile. Je garde de l’intervention de MD deux positions personnelles qu’elle présentera, avec milles et une précautions, « comme des hypothèses demandant une réflexion mais restant envisageables et méritant, au moins, une amorce de réflexion », bref avec moult périphrases  :
1) plutôt que d’institutionnaliser le mariage gay, MD s’interroge sur une consolidation du PACS en matière de succession et, le mot a été lâché, « sur le plan symbolique »… Cette idée rejoint sûrement celle du « partenariat civil » qui revient souvent dans les débats et dans certains cercles de l’UMP aujourd’hui. Je rappelle ici que cette position est pourtant contraire au Magistère romain en la matière. Extrait d’une lettre de la doctrine de la Foi: « L’Église enseigne que le respect envers les personnes homosexuelles ne peut en aucune façon conduire à l’approbation du comportement homosexuel ou à la reconnaissance juridique des unions homosexuelles ».
2) même si c’est difficile à interpréter ce qui relève d’un raisonnement juridique auquel elle ne souscrit pas personnellement et une opinion, MD a  également dit ceci :
 » des personnes peuvent jouer le rôle de père en étant une femme (…) c’est quelque chose de la fonction parentale (…) déjà un droit le reconnaît puisqu’on admet qu’une personne puisse adopter un enfant et  s’en occuper. C’est cette question là de la fonction parentale qui, avec d’autres certainement, donnerait moyen de réflexion et pourrait donner lieu à penser (silence) la filiation par adoption (…) Couple et ce que je dirais d’abord dans le cadre de l’adoption de l’enfant d’un conjoint, d’un partenaire ou d’un conjoint, on pourrait déjà commencer à ouvrir la loi sur ce plan-là. »
Pour finir, il importe de relever à plusieurs reprises les appels au dialogue et à la compréhension même sur les points qui fâchent le plus (le changement de la loi sur l’adoption et le mariage) :
« Il ne faut pas agir en revendication des groupe car, alors là vraiment, c’est une catastrophe mais ces groupes là [les LGBT] en émergeant posent la question et l’intelligence ce n’est pas de leur dire NON ! »
♣ Quel est le statut scientifique de cette « session » ? Doutes épistémologiques… 
« Si on a la vérité,on n’a rien à apprendre, rien à chercher,mais tout à contrôler et tout à juger »Maurice Blondel, Catholicisme social et monophorisme, Semaines Sociales de Bordeaux, 1910, p. 77
Si l’institut de la famille avait organisé dans un cadre diocésain une journée de formation pour des personnels pastoraux ou des acteurs catholiques locaux, je pense qu’il aurait été difficile de faire des critiques de cet ordre là. Mais, ici, il faut souligner que nous avions à faire à une « session d’études » qui reprenait la rhétorique et les usages universitaires. Appelé Institut Catholique jusqu’à l’année dernière, la ratification par la France du Protocole de Bologne a changé la donne. Désormais les instituts catholiques sont reconnus comme « université » et peuvent employer un titre qui n’appartenait jadis qu’aux établissements publics d’enseignement supérieur. Cela demande peut-être une meilleure tenue des discours dont certains, nous allons le voir, restent très problématiques dans un contexte de recherche supérieure.
◊  les gays, ces vilains khmers roses… (si seulement c’était si simple)
Peut-on tout dire des gens avec qui on n’est pas d’accord ? Épineuse question qui ne semble pas avoir beaucoup guidé l’esprit de nos intervenants.  Sur ce blog, je crois que l’on refuserait de traiter Benoît XVI de « nazi » ; c’est absurde et infondé. En tant qu’acteur social, on ne peut pas tout dire ni tout amalgamer. Dans un dialogue serré et sérieux à l’Université ou dans l’Eglise, un minimum de déontologie appelle à éviter à la fois la diffamation, l’anachronisme, l’amalgame, la maladresse, l’imprudence, l’impolitesse, et la simplification. Pourtant cette règle a été loin d’être suivie au cours de la journée d’études en dépit de poignantes déclarations d’intention.
FM s’est ainsi livré à un surprenant parallèle au cours de son exposé sans que personne n’intervienne :
« Donc je dirais une analogie. Il y a autant de distance entre une personne qui pourrait avoir une tendance homosexuelle (…) et un militant de l’idéologie de la gay pride par exemple qu’entre un musulman sincère pratiquant sa religion et une islamiste militant. Les analogies ont leurs limites mais bon… »
Accordant crédit à FM de penser quelque chose de plus subtil, j’ai demandé, lors de la table-ronde, de revenir sur cette comparaison, pour être bien sûr d’avoir entendu:
« Monsieur de Muizon, maintenez-vous cette comparaison ? Disposez vous des preuves documentées d’un attentat qu’aurait fait un groupuscule homosexuel digne du 11 septembre ou d’une République homosexuelle digne des talibans où des homosexuels auraient créé des camps? Est-ce que vous maintenez cette comparaison? »
« FM-  (retranscription impossible) d’abord pour manifester un écart parce que souvent on ne fait pas la distinction. C’est un peu lourd c’est un peu gros, j’en conviens, ça ne me dérange pas mais ce que j’entends quand même c’est qu’entre une pratique qui correspond à une histoire, à une structure ou ce qui relève de l’identité village people et puis un discours social qui peut s’avérer beaucoup plus compliqué en terme d’image renvoyée de combats, de militantisme quoi. Voilà, je n’en dirais pas beaucoup plus mais il y a quand même une distinction à faire. »
« (Moi) – Vous reconnaissez le droit d’exister à des mouvements d’émancipation politique des homosexuels dans une société démocratique? »
« FM – le mot d’émancipation vous pouvez m’expliquer ? »
« Moi- M. Eyd a dit par exemple qu’il y avait des groupes minorés qui étaient exclus de certains droits et de certaines pratiques, les femmes du vote, les noirs du vote aux États-Unis ou pour certains aujourd’hui c’est l’homosexualité qui permet d’écarter. Est-ce qu’il y a une légitimité même si on n’est pas d’accord politiquement sur le fond ? Une légitimité d’un mouvement LGBT à s’organiser ?
FM – Comment dire… heu… moi ce que je dirais c’est qu’il n’est pas nécessaire de faire état de l’orientation sexuelle pour protéger le droit des personnes tant dans la vie professionnelle que politique. Alors après s’il y a vraiment discrimination avérée en regard de l’orientation sexuelle, oui évidemment, mais heu… comment dire ? je ne suis pas sûr qu’il n’y ait que quelque chose de cet ordre dans le mouvement que vous évoquez.
Moi – par exemple, la dépénalisation de 1982, selon vous, elle procède plus d’un mouvement humaniste général, elle aurait été possible sans l’émancipation des homosexuels des années soixante-dix ? (…) est-ce que pour vous, là, l’un est concevable sans l’autre ?
FM – il n’y a que le sociologue qui peut répondre. C’est la différence entre les mouvements de société et la manière dont se transforme le droit. En tout cas, j’ai l’impression que moi ce qui m’intéresse derrière c’est plus une histoire culturelle blessée. Une histoire qui était d’abord dans le sexisme. C’est ce qui est dans le mouvement féministe : compréhensible, nécessaire, et cætera mais on a le sentiment que cela aboutit à des mises en œuvre diverses et parfois un peu contradictoires parce qu’on n’en finit pas de gérer un héritage lourd. Les blessures sont encore là et je pense, vous voyez, que c’est un peu du même ordre. Moi si vous voulez c’est ça qui m’intéresse c’est d’entendre jusqu’au bout les souffrances réelles qui sont liées à une situation d’injustice. Là le droit, il est tout à fait, heu… J’aime bien ce que disait Marie Douris, le droit ce n’est pas d’abord « un droit  à » et en demandant indéfiniment des droits nouveaux mais la loi qui protège le faible (…) entre le faible et le fort c’est le droit qui protège
Moi – en tant que catholique, peut-on lutter pour la dépénalisation universelle de l’homosexualité à l’ONU comme le demandent de nombreux pays européens, la Grande-Bretagne, les États-Unis ? et les principaux opposants aujourd’hui sont le Vatican, l’Iran et l’Arabie Saoudite…
FM- J’entends la question, je ne sais pas si on peut y répondre comme ça… (retranscription impossible) moi je crois au respect de la personne etc. donc, est-ce une position chrétienne ? donc, oui.. Maintenant je ne connais pas exactement le dossier, donc voilà.
Une femme dans l’assistance- Moi je voudrais rebondir sur la comparaison entre islamiste et mouvement homosexuel et tout ça, heu, le mouvement revendicateur… et bon finalement cette gay pride qui a lieu tous les ans…
Moi – ça ne s’appelle plus « gay pride » techniquement mais « Marche des fiertés » … les mouvements militants à Lyon se revendiquent d’un héritage républicain français, avec un mot français et ne se revendiquent pas d’un héritage américain communautariste, différentialiste, « droit à chaque communauté », les mots ont leur importance, même si vous avez raison, on parle de la « gay pride » mais techniquement c’est la marche des fiertés LGBTI.
La même – Je me disais moi que je me promène dans la rue avec mes enfants qu’ils (sic) ont une façon de provoquer parce qu’ils sont dévêtus, parfois ils miment certaines scènes érotiques moi souvent je me suis demandé, est-ce que ce n’est pas un attentat à la pudeur pour les citoyens que nous sommes ? C’est une question que je me suis posé alors que des personnes homosexuelles n’aiment pas finalement cette revendication parce que c’est vraiment une souffrance. Bon voilà, je pense que… moi je l’ai compris comme ça ce parallèle, je me suis dit « voilà, la personne homosexuelle, elle souffre mais elle est discrète et puis il y a ces mouvements qui revendiquent comme un musulman qui veut absolument faire passer de force »
Je ne ferais pas le détail du commentaire de ce passage qui me semble finalement bien significatif, je relève seulement plusieurs points. FM n’a pas démenti sa comparaison, même « excessive » il la maintient. FM veut entendre les souffrances de l’injustice, pas les combattre. Cela repose en sous main sur l’interprétation psychologisante des phénomènes sociaux. Les LGBT ne revendiquent pas parce qu’il y a une injustice, mais parce qu’ils souffrent.
De façon générale, l’incapacité actuelle de certains catholiques à reconnaître la légitimité même, avant tout accord sur le fond, au mouvement LGBT et, en filigrane, au mouvement féministe. Attention, pas légitimité des idées mais des personnes et des structures qui les défendent de manière démocratique. Les militant.e.s sont  toujours une poignée exaltée, extrémiste, non représentative, porteuse de division et de faux combats. Pourquoi, plus simplement, ne pas envisager qu’il y a dans tout groupe social des modérés et des intransigeants ? Que les violents se distribuent souvent dans le même rapport ? Ce que relèvera l’intervenante suivant madame-qui-pense-que-la-marche-des-fiertés-est-un-attentat-à-la-pudeur en évoquant les débordements récents des intégristes catholiques. Mais, à la Catho de Lyon, le mouvement LGBT, en 2012, n’est seulement qu’un extrémisme dangereux et subversif.
Cette rhétorique est en fait assez proche de celle de l’extrême droite française et que l’on voit souvent apparaître sous les termes de « khmers roses« . On simplifie l’action d’un groupe social et sa revendication jusqu’à l’extrême pour la minorer et de ne pas l’écouter. On l’a fait avec les femmes féministes : des hystériques violentes, avec les noirs américains : des communistes (voir la belle scène de J. Edgar devant la remise du Prix Nobel de la Paix de Martin Luther King), et les gays maintenant : des terroristes religieux.
Ce qui est plus inquiétant c’est que cela semble s’insérer désormais dans une dynamique contemporaine du catholicisme qui ne parvenant pas à s’expliquer le changement social en vient à accepter ces formulations à l’emporte-pièce. Avant les vacances nous avons évoqué une phrase très ambiguë du cardinal Barbarin sur les infections microbiennes dans Lyon Capitale. Le cardinal Georges (Washington) a lui-aussi comparé, avant de se rétracter devant l’indignation générale il y a deux semaines, le mouvement LGBT au Ku Klux Klan, désormais les islamistes… Alors que c’est un basique de la conversation scientifique que d’écarter, en tant que modérateur·trice, le point Godwin (une comparaison extrême et mal venue) d’un propos, je m’interroge encore sur la façon dont on a laissé ici s’insinuer le pire.
Enfin, la comparaison ne renvoie-t-elle pas une logique plus profonde identitaire et anti-musulmanne ? je me le demande car ce qui est vraiment parlant c’est la logorrhée que j’ai ressenti comme haineuse de l’intervenante qui prend la défense, avec moins d’intelligence, de la phrase de FM. Pour elle bien sûr qu’il y a un lien structurel entre les deux !
◊ le chapelet des stéréotypes & le paternalisme
Ils n’ont pas manqué. Là-aussi, sans émoi de l’assemblée ni des modérateurs. Exemples : FM nous a expliqué doctement que les homosexuels masculins étaient sensibles et artistes ou que les lesbiennes vivaient plus en couple que les gays. Sa preuve ? « vous connaissez la blague des deux lesbiennes qui viennent de se rencontrer ? Et bien, elles appellent au bout de cinq minutes un camion de déménagement (rire de l’assemblée) »
De façon générale, l’explication reposait souvent sur l’instrumentalisation de l’expérience de l’autre. Parfois nous avons assisté à la manipulation éhontée d’un propos ou d’une situation, ainsi qu’un réductionnisme psychologique déroutant. Avec le calme d’un chirurgien opérant à cœur ouvert, FM a disséqué doctement l’homosexualité dans une relation instrumentale glaciale sans s’interroger, un seul instant, sur le caractère situé de son savoir et sur le fait qu’il parlait de vies qui ont une épaisseur psychologique et une complexité relationnelle. Exemple : FM peut expliquer qu’un homme est devenu homosexuel parce que sa petite amie avait avorté. Un cas particulier devient ici une parabole à valeur universelle.
Je qualifierais cela de paternalisme, nom que l’on donne historiquement à une personne qui sait mieux qu’une autre ce qui est bon pour elle et qu’il est mieux à même de juger une situation car elle dispose des ressources supplémentaires venant de l’argent, de l’instruction ou d’un savoir technique particulier. Ici, ce savoir c’est la psychologie qui a été employée le plus allègrement. Peut-être trop ? Dans les conversations, à un moment, GE a quand même commencé à lever le voile de la manipulation en se demandant : « mais, les homosexuels heureux, ça n’existe pas ? » Peut-être qu’il venait de mettre le doigt sur une question majeure du système rhétorique de la journée d’études. Pourquoi présenter l’homosexualité comme quelque chose d’intrinsèquement culpabilisant et impossible à vivre sans des tombereaux de mal-être ? Il y  a peut être là un ressort subtil et ancien de ce qui relèverait d’une forme de domination : la façon d’inclure la doléance de l’autre sans changer le dispositif global d’aliénation.
◊ diverses fautes d’ordre académique 
Je les relève sans les détailler ici mais on peut noter de façon générale :
– l’emploi d’un corpus sans références à des travaux plus récents : FM et Freud par exemple. Il en était resté à une lecture digne des années soixante sans aucune mise à jour critique.
– la minimalisation au maximum des voies discordantes ou des corpus contradictoires (sauf GE). Par exemple : Michel Foucault a été cité une fois, Didier Eribon et Eric Fassin, aucune.
– l’apparent pluralisme qui cache un fort unanimisme et repose en fait sur une forte connivence des intervenants et discutants.

♣ En guise de conclusion…

Je note juste deux derniers éléments d’analyse « positifs » et pleins d’espoir.
Tout d’abord, il y a un écart indéniable entre le catholicisme tel que le pensent et le disent Rome, le Pape et le Magistère et le catholicisme tel qu’il se vit dans une université française toute catholique soit-elle. Nous n’étions pas ici en face d’un catholicisme ultra-conservateur et intransigeant. Personne n’a ainsi fait référence, il faut le noter, au « droit naturel » supérieur au droit positif alors que c’est pourtant un thème récurrent dans la prose de Benoît XVI pour s’opposer au mariage homosexuel. A la fin de la journée, quelqu’un a salué que tout changement en la matière d’adoption et de mariage relève du débat démocratique et de la volonté nationale sans que personne ne s’en émeuve ! Ce n’est pas ce que dit le pape pour qui ce sont des points non « négociables » ni démocratiquement changeables. L’honneur du pays de Monseigneur Dupanloup est sauf.
Enfin, le vrai tabou du catholicisme ce n’est peut-être pas tant le mariage gay ni l’adoption, c’est l’homosexualité DANS L’EGLISE, chez les prêtres, chez les laïcs, dans les communautés, les aumôneries, les mouvements et les séminaires. Cela est vraiment surprenant mais tout le monde semblait finalement assez fataliste quant au terme final de l’émancipation LGBT et à la possibilité d’empêcher à chacun.e de mener sa vie comme il.elle l’entend. Y aurait-il eu autant d’ouverture (malgré tout) si la question avait été abordée ad intra ?

Anthony Favier

Note :
(1)  extrait de : Vatican II l’intégrale, édition bilingue révisée, Paris : Bayard, 2002, pp. 229-230.

Pour aller plus loin :
– voir notre commentaire du texte homosexualité de Jacques Perrier qui reprend différents éléments évoqués ici :  Sur Jacques Perrier, article « homosexualité », dans Simples questions sur la vie

– d’autres sessions prévues sur l’homosexualité à la Faculté de Droit Canon de l’Institut Catholique de Paris (pour les personnels d’officialités théoriquement)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *