Les frontières au prisme du genre

les frontières au prisme du genre

Journée d’études organisée par l’atelier EFiGiES Aix-Marseille, en partenariat avec le GEFEM.

Jeudi 29 mars 2012, salle PAF, MMSH, 5 rue du château de l’horloge, 13094 Aix-en-Provence

Argumentaire

La notion de genre a permis non seulement d’interroger et déconstruire l’attribution biologique à un sexe, mais aussi de populariser une pensée des tiers genres – qu’ils se nomment neutre, queer, hybride, mestiza…
Ainsi, elle a contribué à renouveler la manière de penser la personne, désormais conçue comme un ensemble complexe et articulé de relations et de rôles sociaux, plus qu’en termes d’essences dichotomiques. Les oppositions, féminin / masculin, noir / blanc, petit / grand enfant / adulte, ici / là… parmi d’autres, apparaissent alors comme des alternatives historiquement instables, dont les frontières sont constamment retravaillées.
De ce point de vue, la tradition féministe et les études de genre offrent nombre d’outils et de terrains pour renouveler la conceptualisation des frontières.
En premier lieu, on propose de déployer la polysémie de ce terme, pour lequel l’anglais dispose par exemple d’au moins trois termes aux connotations différentes : border, boundary, frontier. Ces deux derniers termes incitent à critiquer une conception des frontières comme lignes univoques délimitant deux catégories stables, pour interroger l’opération de bi-catégorisation elle-même et les pratiques sociales par lesquelles cette bi-catégorisation est reconduite ou contestée. On propose donc de penser la frontière comme le lieu d’activités collectives ambivalentes, associant à la production de systèmes de différences hiérarchisées des formes de subversions de ces partages.
Plusieurs pistes, mentionnées à titre indicatif, nous semblent ainsi offrir l’opportunité d’appréhender les frontières au prisme du genre de façon empirique et processuelle :
  • l’articulation entre frontières externes, frontières internes et subjectivité ;
  • les opérations de circulations, de passages et de transgressions au sein du système sexe-genre ;
  • la question de la consubstantialité / de l’intersection des frontières sociales.

F. Arena, K. Hammou, E. Zotian.

Eléments bibliographiques

  • Butler Judith, Trouble dans le genre : Le féminisme et la subversion de l’identité, Editions La Découverte, 2006.
  • Crenshaw Kimberle, « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color », Stanford Law Review, vol. 43, n 6, 1991.
  • Daune-Richard Anne-Marie, Devreux, Anne-Marie. 1989. « Catégorisation sociale de sexe et construction sociologique du rapport social entre les sexes » in Catégorisation de sexe et constructions scientifiques. Université de Provence.
  • Dorlin Elsa, « Sexe, genre et intersexualité : la crise comme régime théorique », Raisons politiques, vol. 18, 2005.
  • Fassin Didier, « Frontières extérieures, frontières intérieures » in Fassin D. (dir.), Les nouvelles frontières de la société française, La Découverte, 2010.
  • Haraway Donna, Manifeste cyborg et autres essais : Sciences – Fictions – Féminismes, Exils Editeur, 2007.
  • Hughes Everett et Helen, Where Peoples Meet: Racial and Ethnic Frontiers. The Free Press, 1952.
  • Kergoat Danièle, « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », in Dorlin E. (dir.) Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination. Presses Universitaires de France, 2009.
  • Lamont Michèle et Molnár Virág, « The Study of Boundaries in the Social Sciences », Annual Review of Sociology, vol. 28, 2002.
  • Lugones Maria, « On Borderlands/La frontera: An Interpretive Essay », Hypatia vol. 7 n°4, 1992.
  • Mathieu Nicole-Claude, L’anatomie politique. Côté-femmes, 1991
  • Rubin Gayle. 1998 (1975). « L’économie politique du sexe : transactions sur les femmes et systèmes de sexe/genre », Les cahiers du CEDREF n°7.
  • Scott Joan, « Gender: A Useful Category of Historical Analysis », The American Historical Review, vol. 91, n 5, 1986.

Programme

9h 30: Présentation de la journée : Karine Lambert (Gefem)

9 h 45 : Introduction  EFiGiES : Francesca Arena (Telemme), Karim Hammou (CESPRA), Elsa Zotian (Centre Norbert Elias)

10h : Julie-Jill Giffard (doctorante anthropologie Centre Norbert Elias) : Amitié et parenté dans les rites matrimoniaux du cycle de vie féminin à Mérida (Mexique)

Discutant : Jérôme Courduriès (Centre Norbert Elias / LISST-CAS)

Pause

11h15 : Delphine Peiretti (doctorante histoire, Telemme) : Entre race et genre, nature et culture: le corps de la femme africaine dans les représentations médicales et anthropologiques françaises au XIXe siècle

Discutante : Nicole Edelman (Université Paris Ouest Nanterre/ Ring)

12h15 : Sarah Memmi (doctorante socio –démographie Cedep) : « Which Side Story »: les couples mixtes palestiniens à l’épreuve de la politique de séparation israélienne

Discutante : Azadeh Kian (Cedref Université Diderot – Paris /Ring)

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. C’est un plaisir pour mois de lire les différents commentaires que
    j’approuve en tout état de cause ,je ne peut que les approuver,ils répondent a mes convictions de la compréhension du genre.
    Cependant ,la lutte que nous avons mené selon notre appartenance géographique,culturelle, religieuse, ethnique et autres ,nous a emmené a lutter pour la même cause ,de nous connaitre les uns,les autres ,que nous avons une vision de ce que nous voulons être.
    La requête que je veux vous envoyer ma donner une idée générale sur les problèmes que nos sœurs vivent dans ces pays .
    Cette requête que je veux partager avec vous et d’autres a travers le monde pour savoir plus sur leurs obstacles elles aussi /par le billet d’une formation sur cette requête et les frontières du prisme genre.
    Cette formation ou les femmes ici veulent ,par laquelle je vous demande de l’exploiter avec pour notre bien être et ceux de nos sœurs a travers le monde.

    SALUE A TOUT LE MONDE ET A BIENTÔT

    AMINETOU

  2. C’est un plaisir pour mois de lire les différents commentaires que
    j’approuve en tout état de cause ,je ne peut que les approuver,ils répondent a mes convictions de la compréhension du genre.
    Cependant ,la lutte que nous avons mené selon notre appartenance géographique,culturelle, religieuse, ethnique et autres ,nous a emmené a lutter pour la même cause ,de nous connaitre les uns,les autres ,que nous avons une vision de ce que nous voulons être.
    La requête que je vous envoyer ma donner une idée générale sur les problèmes nos sœurs vivent dans ces pays .
    Cette requête que veux partager avec vous et d’autres a travers le monde pour savoir plus sur leurs obstacles elles aussi /par le billet d’une formation sur cette requête et les frontières du prisme genre

  3. Dans le cadre du genre ,nous avons élaborer,une enquête dans le cadre de la propriété foncière qui est un problème majeur qui entrave les femmes rurales dans les zones du Magrhem arabe ,laquelle je vais vous l’envoyer ,si vous sentez le besoin pour cette expérience dans le cadre du genre …..

    AMINETOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *