Crédits

– Rédacteur en chef : Lola Gonzalez-Quijano
– Équipe de rédaction : Marie Quévreux
– Crédits photographiques : EFiGiES
– Logo EFiGiES et contenu du carnet : Licence CC 2.0


EFiGiES 2.0

Créée en 2003, EFiGiES est une association qui vise à créer de la solidarité entre étudiant·e·s, doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s en Études Féministes, Genre et Sexualités à travers une mise en commun de savoirs et d’informations.

L’isolement constitue une des principales difficultés pour les jeunes chercheur·e·s en EFGS. Pour permettre à celles et ceux qui travaillent sur les mêmes thématiques ou qui connaissent les mêmes difficultés de se rencontrer, l’association EFiGiES a développé plusieurs outils dans cet espace particulier qu’est le web :

  • Un site internet (http://www.efigies.org), qui rassemble notamment :
    • Une bibliographie thématique
    • Une rubrique « info-thèse » regroupant des informations pratiques sur le déroulement d’une thèse, les allocations et les bourses, ou l’insertion professionnelle
    • Une rubrique ressource présentant les revues scientifiques, centres de documentation, centres de recherche et laboratoires spécialisés en études féministes, sur le genre et les sexualités
    • La liste des différents ateliers organisés par l’association
  • Une liste de diffusion (efigies-info@rezo.net) :
    • Qui a pour vocation la diffusion d’informations scientifiques et/ou militantes concernant les féminismes, le genre et les sexualités
    • Qui cherche à créer la solidarité :
      • en offrant la possibilité aux abonné·e·s de poser des questions en lien avec la recherche (bibliographies, directeur/trice de master/doctorat, bourses/allocations, etc.)
      • en faisant place aux annonces ayant trait aux conditions matérielles (logement, emploi…)
  • Un carnet Hypothèses des ateliers (http://efigies-ateliers.hypotheses.org/) :
    • Qui rassemble toutes les informations « formelles » concernant les ateliers :
      • leurs objectifs
      • comment les créer/animer/réactiver
      • la Charte de fonctionnement (pour les responsables d’ateliers)
      • la liste des tous les ateliers existants (actifs ou non)
      • les programmes et les bibliographies de l’année
    • Met à disposition des comptes-rendus des séances réalisées
    • Permet de poser des questions ou d’entrer en contact avec les responsables d’ateliers, via les commentaires


Pourquoi un carnet hypothèses des ateliers ?

Depuis leur création, les ateliers EFiGiES rencontrent deux difficultés : d’une part, l’association est fortement ancrée en région Ile-de-France, ce qui rend l’accès à ses actions, activités et manifestations malaisée pour les personnes qui n’habitent pas Paris ou sa banlieue (très) proche ; d’autre part, n’ayant ni revue, ni autre support scientifique de relai, les participations aux activités EFiGiES sont peu accessibles, peu diffusées et peu valorisées.
C’est pourquoi l’association a décidé de renouveler et redynamiser ses supports & plateformes, avec la création d’un carnet Hypothèses dédié principalement aux ateliers.
Il s’agit de revenir aux objectifs fondateurs d’EFiGiES, qui coïncident ici avec ceux du cyberféminisme : « penser des outils de travail et de création qui soient collectifs, multimédia, hétérogènes » et « Dire notre attachement aux valeurs défendues par le féminisme et leur faire écho vers l’avenir, non répéter ce qui a été dit mais incorporer, transporter, renvoyer dans le réseau.  »
La solidarité, la mise en réseau et la mise en commun des savoirs et des informations, y compris – surtout – celles produites par EFiGiES.

Le Traité européen de Lisbonne, en 2000, dont l’enseignement supérieur et la recherche accusent pleinement les conséquences depuis les réformes françaises de 2009, avait mis dans ses priorités « la maîtrise des nouvelles technologies ». Les étudiant·e·s, doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s en EFGS, qui sont déjà dans une situation précaire du fait de la rareté des enseignements « genre », des allocations fléchées et des postes, ainsi que des directeurs/trices HDR compétent·e·s en « genre », se trouvent désavantagé·e·s par le retard de la France en matière de formation et de reconnaissance numérique, alors même que les EFGS sont parmi les études en SHS qui exploitent le mieux les ressources web.
EFiGiES a donc décidé de participer, à travers le cyberféminisme, à ce développement et cette mise en question du numérique dans la recherche, et ses (dés)avantages pour les précaires de l’enseignement supérieur.