10 février, 14h-17h – séance commune de l’Atelier féministe sur le langage et de l’Atelier Genre et Langage

unnamed

Nous sommes heureuses de vous annoncer la tenue de la séance commune de l’Atelier Féministe sur le Langage et de l’Atelier de Recherches Linguistiques sur le genre et les sexualités qui aura lieu à Paris :

Mardi 10 février, de 14h à 17h
à la Maison des Initiatives Étudiantes Bastille, Salle du Conseil
50 rue des Tournelles, 75003 Paris

Nous aurons le plaisir d’écouter :

Anne-Charlotte Husson (PLEIADE, Paris 13)
L’éthique langagière féministe et la possibilité d’un travail du care dans le discours

Cette communication s’inscrit dans une réflexion sur le discours et les argumentations féministes. Mon corpus, tiré d’internet, se concentre d’une part sur ce qu’on a appelé « l’affaire Orelsan » et, d’autre part, sur des débats à propos du procédé discursif du trigger warning (qui consiste à signaler à des lecteurs/trices souffrant de traumatismes des contenus pouvant provoquer des réactions violentes). Ce corpus permet d’envisager des enjeux liés à l’attention portée à l’autre dans l’échange, à la violence verbale ainsi qu’à la dimension située des discours.

Peggy Li (LASCO, Paris 5)
Une étude comparative des métaphores de genre en chinois et en français en fonction du sexe et de l’âge

Cette étude portera sur la question de la métaphore du genre en chinois et en français, faisant une comparaison entre les métaphores conventionnelles trouvées dans le dictionnaire et celles déterminées grâce à des questionnaires proposés aux sujets regroupés par âge et sexe de ces deux langues, pour aboutir sur une analyse des comparaisons interculturelles.

Dans la partie chinoise effectuée, ce procédé permet de mettre en évidence comment ces métaphores influencent la construction de conception du genre des personnes selon l’âge et le sexe de l’individu. De plus, un système superordonné de la culture chinoise « Yin-Yang » est proposé pour expliquer comment femme et homme, une paire d’une sous-catégorie de Yin-Yang, interagissent avec les autres catégories complémentaires de ce système.

Un pot informel suivra l’atelier pour poursuivre les échanges.

Au plaisir de vous y retrouver !

Mona Gérardin-Laverge et Julienne Fleury
pour l’Atelier Féministe sur le langage

Alice Coutant, Noémie Marignier et Julie Abbou,
pour l’Atelier Recherches Linguistiques sur le genre et les sexualités

http://gsl.hypotheses.org/category/atelier-genre-et-langage
http://efigies-ateliers.hypotheses.org/category/genre-et-langage
efigies.genrelangage@gmail.com

*****************************************************
L’atelier Recherches Linguistiques sur le genre et les sexualités
*****************************************************

L’atelier de Recherches Linguistiques sur le genre et les sexualités est un espace bienveillant de discussion sur les travaux en cours de jeunes chercheur.e.s autour des questions de genre et de langage.
L’atelier fait partie d’EFiGiES, une association interdisciplinaire créée en 2003 qui vise à créer de la solidarité entre étudiant·e·s, doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s travaillant en Études Féministes, Genre et Sexualités à travers une mise en commun de savoirs et d’informations : http://www.efigies.org/
L’atelier est également rattaché à l’association Genres, Sexualités, Langage,qui a l’ambition de créer un espace de recherche autour des articulations possibles entre genre (gender) et langage : http://gsl.hypotheses.org/

Vous trouverez en pièce jointe le programme complet de l’année (mis à jour). Plaquette2014-2015RLGS

Crédits : LI Yuan-Heng,  山谷春色 Paysage de printemps dans la vallée, 1997

Noémie Marignier

Doctorante en Sciences du Langage depuis 2012. Université Paris 13, Université Paris 3. Allocataire de l'Institut Émilie du Châtelet. Ma thèse porte sur les discours concernant les variations du développement du sexe.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Programme 2011-2012 de l’ARGU

Jeudi 8 décembre 2011

Séance d’introduction: “Où en est-on avec le genre?”

 

Jeudi 12 janvier 2012

Séance 1: “Genre et positionnementS du-de la chercheur.e: quels enjeux?”

 

Jeudi 9 février 2012

Séance 2: “Le concept de vulnérabilité à l’épreuve du genre: l’éthique du care et sa critique féministe”

 

Jeudi 1er mars 2012

Séance 3: “A propos de Judith Butler ou comment détroubler la lecture de Gender Trouble

 

Jeudi 19 avril 2012

Séance 4: “Le catholicisme troublé par le genre: perspectives historiques et enjeux contemporains”

 

Jeudi 10 mai 2012

Séance 5: “Le ‘don’ d’ovocytes, entre contrainte corporelle et liberté ‘consentie'”

 

Les Mensuelles 2011-2012

Séance sur “Care et politique”

Séance du 11 janvier 2011 – Care & politique

Que doit-on à autrui ? Les limites des concepts d’égalité, d’autonomie et de la revendication de justice : visibiliser une forme autre (tiers) de relation morale à partir des sentiments éprouvés (de la sensibilité) pour autrui.

Propos introductifs aux choix des extraits de textes :

Les rapports d’attachement de sollicitude de bienveillance d’entre-aide que la philosophe Sandra Laugier et la sociologue Patricia Paperman ont contribué à développer en littérature française depuis la fin des années 90 (les travaux américains sur les éthiques du care sont apparus en 1982). La diffusion de la théorie philosophique du care contribue à faire un travail de déplacement de cette activité sociale de prendre soin d’autrui, qui est le plus souvent dévalorisée par un confinement aux propriétés naturelles du féminin et du maternant ; et donc anthropologiquement impensable dans la sphère du politique tant que ces activités sont enfermées à ce niveau de l’intimité domestique

« On comprend que toutes les activités biologiques, manger, dormir, procréer, enfanter, soient bannies de l’univers extérieur “la poule dit-on ne pond pas au marché”, et relégué dans l’asile de l’intimité et des secrets de la nature qu’est la maison, monde de la femme, vouée à la gestion de la nature et exclue de la vie publique »

(Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980, pp. 449-450.)

Ces approches font un travail de déplacement de ces activités de la sphère du privé vers la sphère publique se posant comme une des formes contemporaines et renouvelées de la critique d’une société où le masculin est le genre symboliquement dominant et de rendre visible ses répercutions sur les questions morales.

« En développant une analyse historique et sociologique des conditions dans lesquelles la sollicitude est devenue une affaire de femmes ou assignée principalement aux femmes, il s’agit (…) de montrer comment une dimension centrale de la vie humaine est invisibilisée, marginalisée, dévalorisée »2

Ceci empêchant la pleine reconnaissance du « care » à deux niveaux de l’espace public :

  • Reconnaissance de l’activité de « care » en tant que véritable compétence professionnelle celle du travailleur social et médico-social notamment, contre l’a-priori que ce travail de sollicitude et de soin se limiterait aux seules relations personnelles au niveau de la sphère familiale.

« La perspective du care conduit alors à explorer nos façons de traiter la démarcation entre les sphères des relations personnelles (relations familiales, mais également amoureuses, amicales, affectives en général) et les sphères des relations publiques dites impersonnelles. Elle fraie, ce faisant, un chemin pour transgresser les dualismes établis : privé/public, raison/affection (in introduction) »3

  • et indissociablement de lui conférer un véritable statut d’une “disposition politique et morale” complémentaire à la théorie classique de la justice (John Rawls) qui elle ne fait pas de différence, reste impartiale et impersonnelle en ne pensant que l’égalité formelle en droit (tradition kantienne), la figure de l’individu « autonome » et « capable ». La Théorie de la justice classique qui néglige, oublie, voire, nie, l’inégalité de fait entre les individus, ne permettant donc pas de penser la spécificité de la relation de service dans le secteur de l’activité sociale et médico-sociale : en tant que relation d’aide bien que toujours dissymétrique (position non-interchangeable du soignant et du soigné – de l’aidant et de l’aidé) s’affirmant comme un travail éthique de responsabilisation des personnes capables et autonomes envers autrui, un travail de soutien et de réévaluation de l’intégrité des personnes vulnérables – désaffiliées – disqualifiées. La société produisant ces nouveaux précaires, a donc une dette envers eux si ce n’est d’assistanat en tout cas d’engager des dispositifs de soutien et d’accompagnement vers l’autonomie pour ces personnes dans le besoin.

C’est cette expérience de l’interdépendance, des relations inégales et non choisies, de relations où la responsabilité à l’égard de la personne dépendante implique plus que des devoirs – de l’attachement aussi – qui serait à la source d’une orientation morale distincte de celle de la justice.4

Il s’agit donc en définissant le « care », la relation de proximité, comme des ressorts possibles des dispositions politiques et morales de pouvoir prendre en considération de nouvelles approches de la « relation asymétrique », non plus uniquement comme forme de domination telle que le propose Pierre Bourdieu, et non plus uniquement sous l’angle socio-économique (comme le propose le marxisme). Mais également une asymétrie possiblement bienfaisante (la relation d’aide envers l’autrui vulnérable) et de nature socio-affective, où la prise en compte des affects devient centrale pour nos disciplines.

La dissymétrie sociale ne se limite plus dans une tradition marxiste aux composants matériels de la production des « relations de dissymétries » entre les acteurs sociaux (inégalité dans la propriété privée dans les revenus économiques). Elle s’ouvre en outre sur la prise en compte des inégalités non pas tant face à la mort biologique (liée pour une grande part aux conditions sociales et matérielles d’existence) mais bien davantage à la mort sociale, quand l’individu devient invisible et insignifiant au regard d’autrui, ouvrant ainsi le questionnement sur les ressorts des mécanismes de déni de reconnaissance – rejets – humiliations, dans la production des vulnérabilités socio-affectives.

La dépendance et la vulnérabilité sont les point aveugles de l’éthique de la justice. Il s’agit donc d’une approche descriptive et empirique et une approche normative et conceptuelle. (L’éthique du care propose ainsi de) mettre en évidence au sein de l’éthique des préjugés défavorables aux femmes ou à remédier au déséquilibre produit par l’absence des voix des femmes dans le domaine éthique 5

Carol Giligan est une psychologue sociale qui a fondé ce mouvement contestataire du care contre la théorie du développement moral de Kohlberg en psychologie sociale, dominante dans les années 1980… à partir de son ouvrage A Different Voice (1982)

Gilligan met en question la prépondérance de l’éthique de la justice dans le domaine du développement moral. Elle avance une objection majeure à l’idée soutenue par Kohlberg11 selon laquelle le degré le plus élevé de raisonnement moral met en œuvre des principes de justice abstraits et impartiaux. Elle démontre empiriquement que ce n’est pas toujours le cas, et qu’en particulier les femmes – mais pas seulement elles – considèrent d’autres facteurs comme des principes de décision morale tout aussi important. Le souci de maintenir la relation lorsque les désirs et les intérêts divergent, la prise en compte des particularités de la personne et de la situation, l’engagement à répondre aux besoins concrets, le rôle accordé aux sentiments et aux émotions dans la compréhension des situations, caractérisent, entre autres, cette façon de définir les problèmes moraux et d’y répondre. Mais ces considérations informant la définition de la question morale tout comme le type de raisonnement qui l’organise ne trouvent pas leur place dans le développement moral décrit par Kohlberg, si ce n’est comme expressions d’une “déficience” morale 6

Discussion : le passage de la relation dyadique (intersubjective) à la relation tryadique (sociétale)

Ce qui fait débat est de comprendre comment une relation de care peut être pensée sur la scène sociale, publique au près non de proches, mais de personnes anonymes… sans perdre sa force critique… Pour le dire vite… peut-on institutionnaliser le care ?

Selon Berenice Fisher et Joan Tronto, le care est « une activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre ‘monde’ de telle sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible. Ce monde comprend nos corps, nous-mêmes et notre environnement, tous éléments que nous cherchons à relier en un réseau complexe, qui soutient à la vie »7. Cette définition est indissociablement descriptive et normative : l’activité est caractérisée par sa visée, son intention ou sa finalité qui est morale. De ce fait il est difficile de décrire l’activité et le travail sans prendre en charge sa dimension éthique. Inversement on ne peut décrire et analyser l’éthique du care sans prendre en charge les activités et le travail qui en sont l’expression.

Le concept de care est descriptif au sens où il permet de saisir un ensemble d’activités et de préoccupations, central pour l’existence humaine, mais qui, en son absence,   apparaît marginal, émietté, ou spécialisé.

Le care comme processus :

1) Reconnaître, dans un cas donné, la nécessité d’un care, en reconnaissant celle d’un besoin auquel on doit répondre ( caring about)

2) prendre les dispositions pour qu’il puisse trouver une réponse (taking care of),

3) donner directement la réponse ou le soin (care giving), et

4) la recevoir (care receiving) constituent les éléments du processus  qui peuvent être dissociés et fragmentés, en étant associés à des positions hiérarchisées dans la division sociale du travail8.

Le care comme politique : points de vue critique

Trois critiques sont repérées :

  • La critique féministe renouvelée par l’analyse de l’intersectionnalité9 des dominations

Patricia Paperman l’indique bien, supra, le care comme éthique est un processus qui peut être enrayé par des logiques sociales et morales opposées comme lorsqu’il est analysé depuis une sociologie des activités de services à la personne : un exemple frappant est le maintien notamment du rapport patriarcal dans les sociétés démocratiques ainsi que des rapports de dominations de classes et de races… avec la mise en visibilité de la problématique de la « fuite du care » des pays en voie de développement vers les pays occidentaux… privant les enfants de ces pays de leurs mères qui travaillent pour les enfants occidentaux dans des conditions souvent plus que précaires. Cela permet également de revenir sur le procès qui a été fait à l’œuvre de C. Gilligan comme défendant une vision naturaliste du care comme compétence féminine… Il n’en est rien puisque ce temps libéré pour ne pas effectuer les taches de care concerne autant les hommes que les femmes occidentales qui sont en mesure de contribuer au développement des emplois de service à la personne… pour vaquer à d’autres occupations que de s’occuper des proches ou de l’entretien du foyer… On voit ici que la théorie de l’intersectionnalité des rapports de domination vient expliciter de manière plus convaincante le maintien des dominations, qu’une théorie classique de naturalisation des différences est en mesure de le faire.

  • La critique interne à la philosophie morale et politique

La problématique de la non reconnaissance du travail de care dans sa valeur et dans sa temporalité propre est une autre critique qui vient démontrer comme en pratique l’éthique du care est « émoussée » par les visées morales d’émancipation des individus (l’horizon de l’autonomie) qui traversent toutes les politiques contemporaines du travail social et médico-social. L’illustration ici est de constater la grande difficulté qu’ont les travailleurs du care à voir respecté le rythme de la personne vulnérable dans les programmes d’aide sociale et médico-sociale. Ces programmes tentent de réduire ce qui relève du décidable en terme de gouvernance démocratique à la satisfaction des besoins humains fonctionnels et génériques (manger, se loger, se reposer, avoir une descendance…) ce qui revient à écraser toute l’attention à la singularité défendue par la perspective du care, et à nier l’insuffisance morale de ce que la justice redistributive apporte à la société démocratique.

Tension morale que Caroll Giligan résumait ainsi :

« L’erreur potentielle dans le raisonnement fondé sur la justice se trouve dans son égocentrisme latent, la tendance à confondre sa propre perspective avec un point de vue objectif ou la vérité, la tentation de définir l’autre dans ses propres termes. L’erreur potentielle dans le raisonnement fondé sur le care se trouve dans la tendance à oublier ses propres termes, à se voir comme “sans-moi” (selfless), à se définir dans les termes des autres »10

Le care ne serait donc au mieux qu’une incarnation de ce que Paul Ricoeur appelle la petite éthique de la sagesse pratique qui correspondrait dans une sociologie des mouvements sociaux à la faculté d’indignation

« En rendant manifeste la disproportion qui existe entre la médiation de la règle et sa finalité, la sagesse pratique nous rappelle l’exigence de créativité que requiert la tâche infinie d’effectuation de la visée éthique que la perspective déontologique de la morale peut occulter. Elle nous fait prendre conscience que la relation réciproque entre visée éthique et norme morale doit continuellement être relancée dans le dessein de (re)créer les normes qui nous permettent d’agir de la meilleur manière avec et pour autrui dans des institutions justes. Mais la sagesse pratique n’est pas seulement ce qui nous rappelle l’exigence de création des normes, elle est également, telle est notre thèse, ce qui peut nous disposer à cette tâche. Pour démontrer cette thèse, il est nécessaire de rendre compte du caractère « faillible » de l’action autonome pour la vie bonne. Il nous faut montrer que, pour Ricoeur, cette action, du fait de sa faillibilité intrinsèque, dépend de quelque chose qui n’est pas elle pour s’effectuer. A l’appui d’une telle thèse nous mobiliserons les réflexions de Ricoeur sur ce qu’il appelle la dialectique de l’amour et de la justice. Un geste d’amour dans sa surabondance, nous donne à penser la totalité que vise l’éthique. Pour Ricoeur ce geste, si nous nous l’approprions, peut nous « capaciter » à la tâche infinie d’effectuation de la visée éthique. Notre thèse est que, pour lui, la sagesse pratique est ce qui peut nous disposer à la réception et à l’appropriation de tels gestes excessifs.

(…) La finalité d’une vie bonne, à la fois téologie interne de l’action et fin en excès par rapport à ce que l’action peut atteindre, exige de re-créer continuellement, à travers l’exercice de la sagesse pratique, les normes au travers desquelles l’action pour la vie bonne s’effectue.

Et l’auteur de poursuivre …

(…) Il faudrait se pencher sur les processus qui permettent de faire le relais au plan collectif du geste excessif. Réfléchir aux conditions de la performance sociale du geste excessif nous paraît essentiel car si nous voulons bien accorder à Ricoeur que des gestes excessifs peuvent initier un mouvement de création sociale, nous retenons également de lui qu’il est « des témoins qui ne rencontrent jamais l’audience capable de les écouter et de les entendre »11

Dans la même veine, nous trouverons la philosophie de la responsabilité pour autrui de Levinas qui nous interpellera également sur la veine ambition de fonder une politique à partir de la visée critique de la responsabilité pour autrui… qui s’épuise pour lui dans l’indicible (le pré rationnel, l’indécidable) de la mauvaise conscience.

  • La critique de la sociologie cognitive et de la psychologie du développement :

« Le fait qu’une réaction ou un comportement soit moral n’implique pas automatiquement qu’il soit politique. De ce point de vue, l’activité de care pourrait participer plus d’une interrogation sur les fondements moraux et cognitifs de la conduite humaine que d’une interrogation proprement politique, tout au moins au sens classique (…) L’attitude d’attention ou de sollicitude vis-à-vis de la détresse et de la vulnérabilité d’autrui peut être considérée comme un comportement moral naturel non appris, propre aux humains, et qui serait déjà présent chez les enfants de 18 mois (…) La justice n’est plus alors à penser comme quelque chose à supplémenter mais comme une restriction de quelque chose de plus originelle. Ce qui supposerait que le care se situe à un niveau beaucoup plus constitutif de la vie sociale et beaucoup plus micro au niveau collectif sans pouvoir garantir une extension au niveau communautaire des interdépendances relationnelles »12



Bibliographie

Emily Abel et Margaret Nelson (dir.), Circles of Care : Work and Identity in Women’s Lives, State University of New York Press, Albany, NY, 1991.

Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980.

Catherine Félix et Julien Tardif, Actes éducatifs et de soins, entre éthique et gouvernance, Actes du colloque international, Nice 4-5 juin 2009. [En ligne] URL : http://revel.unice.fr/symposia/actedusoin/index.html

Carol Gilligan, « Moral orientation and developpment », ouvrage collectif de 1987 (référence ?).

Lawrence Kohlberg, Essays on Moral Development, vol. 1 : The Philosophy of Moral Development, New York, Harper & Row, 1981 ; et vol. 2 : The Psychology of Moral Development, New York, Harper and Row, 1984.

Alain Loute, « La création sociale des normes chez Paul Ricoeur », Les carnets de philosophie du droit, n°131, 2007.

Patricia Paperman, « Perspective féministe sur la justice », L’Année sociologique, n° 2, 2001, pp.413-434.

Patricia Paperman et Sandra Laugier, « Le souci des autres – éthique et politique du care », Raisons Pratiques, n° 16, 2006.

Paul Ricoeur, La mémoire, L’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p.208.

Joan Tronto, Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Éditions La Découverte, Paris, 2009.

Joan Tronto, Moral Boundaries, Routledge, Londres et New York, 1993.

Notes

1 Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980, p.449-450.

2 Patricia Paperman, « Perspective féministe sur la justice », L’Année sociologique, n° 2, 2001, pp.413-434.

3 Patricia Paperman et Sandra Laugier, « Le souci des autres : éthique et politique du care », Raisons Pratiques, n°16, 2006.

4 Paperman P., in Patricia Paperman et Sandra Laugier, « Le souci des autres : éthique et politique du care », op. cit.

5 Patricia Paperman, « Perspective féministe sur la justice », L’Année sociologique, n° 2, 2001, pp.413-434.

6 Ibid.

7 Berenice Fischer et Joan Tronto, « Towards a Feminist Theory of Care », in Emily Abel et Margaret Nelson (dir.), Circles of Care : Work and Identity in Women’s Lives, op.cit., p.40 ; et Joan Tronto, Un monde vulnérable. Pour une politique du care, op. cit., p.143.

8 Joan Tronto, Moral Boundaries, Routledge, Londres et New York, 1993, p. 114 : « I think we come closer to reality when we say : caring about, and taking care of, are the duties of the powerful. Care-giving and care-receiving are left to the less powerful ».

9 Sur l’intersectionnalité : Julien TARDIF, « Penser l’hétérosexualité, la masculinité, les questions sexuelles en lien avec les questions raciales et sociales », 2009. [En ligne] URL : http://www.polychromes.fr/spip.php ?article369.

10 Carol Gilligan, « Moral orientation and developpment », ouvrage collectif de 1987 (référence ?).

11 Paul Ricoeur, La mémoire, L’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p.208.

12 Bernard Conein, « Discussion », in C. Felix, J. Tardif (éd.), Actes éducatifs et de soins, entre éthique et gouvernance, Actes du colloque international, Nice 4-5 juin 2009. [En ligne] URL : http://revel.unice.fr/symposia/actedusoin/index.html?id=752