COMPTE-RENDU DE L’ATELIER GENRE & MEDIAS DU 31/01/2013

PRESSE ET GENRE

Dans le cadre de l’atelier Genre & Médias du 31 janvier 2013, c’est l’articulation des thèmes « Presse » et « Genre » qui a été abordée. Marie-Sherley Valzema, co-organisatrice de l’atelier, a d’abord souligné la complexité de l’objet « presse », et de la presse écrite en particulier. Depuis près de quatre siècles, celle-ci a pris des formes extrêmement variées. De part son ancienneté dans le champ médiatique, elle s’est fait l’écho de multiples changements sociaux. Depuis toujours vecteur de discours et de représentations liées aux relations entre les sexes, son analyse en dit long sur l’évolution des rapports de genre dans nos sociétés modernes. Les deux intervenantes que nous avons eu l’occasion d’écouter ont choisi de lier leur intérêt pour ce média à la question du genre, l’une à l’aide d’une approche historique, l’autre dans une perspective communicationnelle. Dans sa présentation intitulée « Notion de genre dans des caricatures politiques de Zapiro en Afrique du Sud », Claude Fandjo est ainsi revenue sur les caricatures du sud-africain Jonathan Shapiro (alias Zapiro), qui ont pris pour objet l’implication du président Jacob Zuma dans une affaire de viol en 2005. Elle a tenu à replacer ces caricatures dans un contexte socio-politique où les notions de genre et de race se retrouvent mêlées. Isabelle Matamoros, dans son intervention «  La presse féminine des années 1830 : les ambiguïtés d’un genre », a ensuite abordé l’émergence d’une presse écrite par des femmes, pour des femmes, durant la première moitié du 19ème siècle. Elle a notamment montré l’importance de ce nouvel espace d’expression dans la constitution d’une sociabilité féminine, mais aussi comme levier de mobilisation et de reconnaissance.

Claude Fandjo, « Notion de genre dans des caricatures politiques de Zapiro en Afrique du Sud »

L’intervention de Claude Fandjo s’insère dans le cadre des réflexions plus large qu’elle mène à propos de l’influence du démantèlement des lois de l’apartheid sur le développement d’une presse libre en Afrique du Sud. Son intérêt particulier pour la caricature l’a conduite à s’interroger sur les spécificités de ce sous-genre du dessin de presse. Parmi ses caractéristiques principales, on peut dire de la caricature qu’elle repose sur l’exagération de certains traits physiques, et s’associe la plupart du temps à une visée satirique : souvent moqueuse, elle a presque toujours une intention critique.
Après avoir défini cet objet particulier, Claude Fandjo est revenue sur le parcours atypique de Zapiro, un des plus célèbres caricaturistes sud-africains  dont le travail aborde notamment l’histoire de l’oppression et les histoires de mœurs impliquant des membres du gouvernement. Le matériau de ce caricaturiste est généralement constitué des actualités qui suscitent le doute et l’indignation. Il a brutalement caricaturé les faiblesses de certains dirigeants actuels de l’Afrique du Sud, que ce soit sur la question de la prise en charge du VIH-Sida ou concernant les récentes suspicions de pressions sur le corps judiciaire par l’actuel président Jacob Zuma, alors vice-président et impliqué dans une affaire de viol.  Depuis 2006, ce personnage politique a été la cible récurrente du caricaturiste, qui le met en scène dans de multiples situations avec un humour incisif.
Dans son travail d’analyse, Claude Fandjo passe en revue quelques exemples de ces caricatures. L’une des plus célèbres, publiée en 2006, représentait Jacob Zuma sous un pommeau de douche, en référence à une déclaration de ce dernier lors de son procès pour viol. Pour se dédouaner, celui-ci avait alors affirmé avoir pris une douche vigoureuse après un rapport non protégé avec une jeune séropositive . Cette caricature avait valu à Zapiro une assignation en justice, mais aussi le soutien unanime de la presse sud-africaine. Une seconde caricature, davantage sujette à controverse, montrait une personnification de la justice en passe de se faire violer par Jacob Zuma  (dont le procès pour corruption venait d’être annulé). Particulièrement virulente, cette caricature décrivait ainsi une violation de la justice et de l’esprit de la Constitution, à travers la représentation  d’un viol physique imminent.
Le corps en passe d’être violenté était celui de la déesse de la divine justice. À l’origine, celle-ci est représentée par une femme drapée d’une robe fluide, les yeux couverts d’un bandeau, portant la balance de la justice dans une main et une épée dans l’autre. Symbolisant l’administration juste et égale de la loi, elle est synonyme de pureté et d’innocence, présidant à la protection des êtres et à la tenue de l’ordre social et politique. En la dessinant allongée sur le sol, à la merci d’un Jacob Zuma à demi dévêtu, et fermement maintenue par quatre personnages portant les initiales des principales forces au pouvoir, Zapiro dénonce la corruption du système judiciaire et la complicité de la classe dirigeante. Il écorne  aussi l’image de la nouvelle bourgeoisie sud-africaine, qu’il accuse d’user de méthodes violentes pour « détruire » les fondements de ce que les luttes de résistance à l’apartheid et la transition démocratique ont permis de bâtir.
Même si cette seconde caricature traite avant tout des pressions politiques exercées sur le système judiciaire, elle rappelle en même temps la précédente accusation de viol dont a fait l’objet Jacob Zuma. Représenté en personnage lubrique monstrueux, il est ici encore coiffé de son traditionnel pommeau de douche. D’une certaine manière, cette caricature peut aussi être lue comme une dénonciation des violences sexuelles contre les femmes, qui sont un véritable fléau en Afrique du Sud.

Bibliographie indicative :
Conseil Odile (coord.) Des animaux et des hommes. De l’aigle Kosovar à Zuma, Des animaux pour le dire, Courrier International, 2011.
Africultures, La caricature et le dessin de presse en Afrique, L’Harmattan, 2009.
Bénard Serge, Les mots de la presse, Belin, 2002.
Zapiro, Da Zuma Code. Cartoons from Mail & Guardian, Sunday Times, Independent Newspapers, Double storey, 2009.
Doizy (Guillaume) et Houdré (Jacky) Bêtes de pouvoir. Caricatures du XVIe siècle à nos jours, Nouveau monde éditions, 2010.
Doizy Guillaume, Dessin de presse et Internet, préface de Jean-Claude Gardes, Eiris, UBO, 2010.

Isabelle Matamoros, « La presse féminine des années 1830 : les ambiguïtés d’un genre »

Dans sa présentation, Isabelle Matamaros s’est interrogée sur les paradoxes soulevés par l’étude de la presse féminine (que l’on définira comme la presse écrite par des femmes et pour les femmes) des années 1830. Ces paradoxes sont de deux ordres : d’une part, cette presse a été pendant longtemps pointée du doigt comme un facteur (voire un moteur) de renforcement des différences de genre, ne faisant qu’entériner la représentation pérenne d’un modèle de la femme  au foyer, à la fois mère et épouse idéale ; d’autre part, le ciblage du public, la ligne éditoriale, l’image véhiculée – autant d’aspects régulièrement dénoncés encore de nos jours – ont contribué à délimiter un genre en lui-même, genre dévalorisé car peu « sérieux » par rapport aux quotidiens politiques, en faisant même un « sous-genre » de la presse. Lectorat, journalistes, contributeurs – que l’on imagine facilement exclusivement composés de femmes – ne bénéficient donc que de peu de crédit.
Pour Isabelle Matamoros, la presse écrite par des femmes et à destination des femmes, que l’on ne pourrait en 1830 qualifier de féministe, doit être resituée dans un contexte particulier : celui d’une histoire des femmes qui ne sont à ce moment-là pas pensées en tant que sujets politiques, et qui, sous le joug du code civil de 1804, demeurent sous la tutelle de leur mari, frère ou oncle. Ce contexte est aussi celui d’un espoir politique, à la suite de la Révolution de 1830, espoir alimenté par la relative liberté dont jouit la presse durant quelques années. Et loin de rester à l’écart du mouvement, des femmes, sans aucune expérience journalistique, créent des journaux . Tous ces journaux ne sont pas à étudier comme un bloc uniforme, et en cela les ranger dans un genre monolithique de la presse féminine semble un raccourci un peu rapide.
En dressant un panorama de ces différentes publications, les recherches d’Isabelle Matamoros permettent de nuancer la conception traditionnelle que nous en avons. S’il est vrai que les articles de mode, d’économie domestique, d’éducation prédominent, il n’en reste pas moins que des articles plus polémiques et revendicateurs s’intercalent régulièrement, laissant l’impression a posteriori d’un manque de cohérence de la ligne éditoriale. Cette variété polyphonique, tant sur le fond que sur la forme des contributions, est source d’ambivalence. Malgré les limites qui leur sont inhérentes, ces publications ont pu constituer un nouvel espace d’expression et de libération de la parole féminine.
Véritable levier de mobilisation et de reconnaissance, elles ont permis l’émergence de revendications politiques – par exemple en réclamant un droit au divorce ou l’abolition de la peine de mort. Même si ces journaux n’ont pas abandonné les discussions sur la mode et la vie du foyer, qu’on qualifie péjorativement à l’époque de « rhétorique du chiffon », ils ont non seulement permis aux femmes de faire valoir des compétences spécifiques, mais aussi de contourner l’interdiction d’exercer la profession de journaliste ou de gérer une publication à caractère politique . En rassemblant des rédactrices et des lectrices autour d’une communauté d’intérêts, elles se sont construites sur la base d’un principe de sororité constituant les prémisses de réflexions qui allaient se révéler essentielles dans la construction d’une culture féministe.

Bibliographie indicative :
Adler Laure, A l’aube du féminisme : les premières journalistes (1830-1850), Paris, Payot, 1979.
Kalifa Dominique, Régnier Philippe, Thérenty Marie-Eve, Vaillant Alain (dir), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde Editions, 2011.
Masculin / féminin dans la presse du XIXe siècle, colloque tenu à Lyon du 24 au 26 novembre 2011, actes à paraître.
Puech Marie-Louise, Le Mystère de la Gazette des Femmes. La presse féministe sous Louis-Philippe, extrait de la Grande Revue, numéro de mars 1935.
Riot-Sarcey Michèle, La Démocratie à l’épreuve des femmes. Trois figures critiques du pouvoir, 1830-1848, Paris, Albin-Michel, 1994.
Saminadayar-Perrin Corinne, Le discours du journal. Rhétorique et médias au XIXe siècle (1836-1885), Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2000.
Sullerot Evelyne, Histoire de la presse féminine des origines à 1848, Paris, Armand Colin, 1964.
Thérenty Marie-Eve, Vaillant Alain, 1836 : l’an I de l’ère médiatique. Analyse littéraire et historique de la Presse de Girardin, Paris, Nouveau Monde éditions, 2001.
Thérenty Marie-Eve, « Pour une histoire genrée des médias », Questions de communication, 15, 2009, p. 247-260.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.