Radio et Genre (CR)

Dans le cadre de l’atelier Genre & Médias du 25 avril 2013, nous avons abordé la manière dont se posent les questions de genre dans les contextes médiatiques et politiques du Québec. Geneviève Drolet, doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Rennes 1 et l’Université Laval, est revenue sur les spécificités des talk-radios québécoises et leur traitement de la course à la mairie de la ville de Québec en 2007. Sur ces ondes caractérisées par la toute puissance d’animateurs masculins au ton provocateur, les analyses politiques de la campagne ont souvent fait place à un sexisme manifeste.

 Geneviève Drolet, « Domination masculine sur les ondes québécoises : « talk-radio », genre et politique »

 L’analyse de la course à la mairie de Québec présentée par Geneviève Drolet est le fruit d’une étude menée en 2007-2008 par le Centre d’études sur les médias à laquelle elle a participé. Dans le cadre de ce projet de recherche, elle s’est intéressée au rôle joué par les talk-radios québécoises dans la campagne. Si les talk-radios sont apparues à la fin du XIXe siècle aux États-Unis, elles ont en revanche pris leur forme actuelle dans les années 1960. Au Québec, elles ont cultivé un ton extrêmement provocateur et une idéologie conservatrice. Véritables radios d’opinion, elles reposent sur un dialogue direct avec les auditeurs et laissent une grande marge de manœuvre aux animateurs[1]. Dans la ville de Québec, l’extrême virulence des propos tenus sur ces radios a conduit certains analystes à les qualifier de « radios-poubelles » et même à évoquer un « mystère Québec ». Des animateurs vedettes des années 1990 et 2000 comme Jean-François Fillion ou André Arthur (CHOI FM) n’ont en effet pas hésité à tenir des propos injurieux à l’encontre de personnalités publiques, dont plusieurs femmes. L’éditorialiste du journal Le Soleil, Julie Lemieux, et l’animatrice de télévision Sophie Chiasson, ont ainsi été victimes d’attaques verbales répétées relevant d’un véritable lynchage médiatique. En 2004, la station CHOI FM s’est vue menacée de fermeture, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes lui refusant le renouvellement de son permis d’exploitation. L’événement marqua ainsi le début d’un grand débat juridique et populaire sur la liberté d’expression à Québec. En 2005, Jeff Fillion a finalement été remercié par CHOI FM, la multiplicité des poursuites dont il faisait l’objet coûtant trop cher à la station.

Dans ce contexte, il est extrêmement intéressant d’étudier comment ces stations qui se revendiquent à la fois radios d’opinion ET d’information couvrent les événements politiques tels que les élections. Dans une étude portant sur les talk-radios, Hofstetter et al. ont montré que leurs auditeurs semblaient davantage influencés que les autres citoyens par ce qu’ils ont identifié comme de la « désinformation »[2]. Au regard des places privilégiées occupées par ces stations dans le marché radiophonique de Québec[3], le problème des talk-radios recouvre donc des enjeux démocratiques majeurs. L’analyse conduite par le Centre d’études sur les médias sur les élections municipales de 2007 a pris en compte les émissions les plus écoutées de la programmation parlée de CHOI et CJMF pendant toute la durée de la campagne officielle, du 10 novembre au 2 décembre 2007. Dans cette élection, deux candidats se sont rapidement retrouvés au coude-à-coude : Ann Bourget, leader de l’opposition à l’hôtel de ville, qui était au départ favorite dans les sondages, et Régis Labeaume, à l’époque homme d’affaire peu connu, qui a finalement été élu maire de Québec à la suite d’un revirement de situation. On peut s’interroger sur le rôle joué par les radios parlées dans la campagne, dans la mesure où leurs animateurs ont exprimé à maintes reprises leur préférence pour le candidat Régis Labeaume, ou tout du moins, défendu le mot d’ordre « tout sauf Bourget ». Sur CHOI FM et CJMF, les deux candidats n’ont pas bénéficié d’un traitement médiatique équitable. Si Ann Bourget a davantage retenu leur attention, l’extrême majorité des propos tenus à son égard visait à discréditer sa candidature[4]. Sur les deux stations, les arguments mobilisés pour contester la capacité d’Ann Bourget à gérer la ville renvoyaient très directement aux stéréotypes traditionnels de l’incompétence féminine[5]. Présentée par les animateurs comme une personne faible et passive, ses convictions environnementales sont aussi dénoncées et mises en opposition avec la capacité de faire face aux enjeux économiques. Tandis qu’on lui reproche ce qui est susceptible de s’apparenter à la vision traditionnelle du féminin sur le plan politique, on pointe du doigt ce qui l’en éloigne dans sa vie intime. N’ayant pas d’enfants à presque quarante ans, elle est jugée inapte à comprendre les préoccupations de la population, dans la « vraie » vie.

Aujourd’hui, ces talk-radios sont devenues un lieu de circulation de discours masculinistes et anti-féministes. L’arrivée de Pauline Marois comme Première Ministre en 2012, par exemple, est devenue un prétexte pour développer le mythe d’une machination et d’une domination des « powerfemelles ». Tout en défendant fermement la liberté d’expression, on peut s’interroger sur la responsabilité de ces stations québécoises et leur capacité de s’adresser à tous les citoyens, dans la mesure où les ondes radiophoniques au Canada sont un bien public.


[1]    Voir MARCOUX, J.-M. et TREMBLAY, J.-F. Le néopopulisme de CHOI FM : de l’expansion de la logique consumériste, Centre d’études sur les médias, 2005.

[2]    HOFSTETTER et al. (1994) in ROSS, K. « Political talk radio and democratic participation : caller perspectives on Election Call », Media, Culture and Society, 26 (6), 2004, 785-801.

[3]    En 2007, les talk-radios CHOI FM 98.1 et le CJMF 93.3 se situaient respectivement en quatrième et cinquième position du marché radiophonique de Québec du point de vue de l’audience. En 2013, elles sont désormais première et deuxième du marché.

[4]    Sur CHOI FM, les animateurs ont parlé négativement de la candidate 86 % du temps où il a été question d’elle. En parallèle, 60 % des propos tenus sur Régis Labeaume étaient de nature positive. Sur CJMF, celui-ci a fait l’objet d’à peine 12 % de propos défavorables, contre 77 % pour Ann Bourget.

[5]    Sur les stéréotypes de la femme en politique, voir ACHIN, C. et DORLIN, E. « « J’ai changé, toi non plus ». La fabrique d’un-e Présidentiable : Sarkozy/Royal au prisme du genre », Mouvements, 2007.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.