3.4 – « Être musulman et sexuellement minoritaire dans la France d’aujourd’hui »

Jean-François Brault a présenté ses recherches de master, démarrées cette année. Le travail de l’intervenant porte sur les minorités sexuelles musulmanes dans la France contemporaine. Inscrit en science politique à l’Université Paris 8, sa perspective reste sociologique. Sur le plan méthodologique, il articule observation participante, entretiens et analyse de contenu. La première partie de son intervention a d’ailleurs cristallisé l’intérêt sur la pratique de l’observation et ses limites en terrain religieux/sexuel, qui seront sans doute à débattre lors d’une prochaine séance de l’atelier.

L’exposé débute par une mise en situation, un rappel du contexte actuel. En réponse à l’exclusion de musulmans « sexuellement minoritaires » de mosquées, le fondateur de l’association HM2F (Homosexuels Musulmans de France) concrétise le projet d’une « mosquée inclusive » à Paris, en novembre 2012. Plus que d’être un espace où identité sexuelle dissidente et religion musulmane peuvent converger, la « mosquée inclusive » revêt une dimension politique en ce qu’elle entend participer à l’émergence d’un Islam « progressiste ». Historiquement, une succession s’observe dans la mise en place de HM2F (2010), la Mosquée Inclusive (2012) et Musulmans Progressistes de France (2013), qui se partagent bien souvent les mêmes membres. Cette succession dénote, dans leur intitulé, une mise au second plan de la dimension homosexuelle au profit de l’identité musulmane. Le nom même d’islam « progressiste », pensé comme l’ « avant-garde » de l’islam, interroge, tout comme le nom de « mosquée inclusive », sans oublier la figure de l’ « homosexuel musulman », appréhendée bien souvent comme un oxymore. Après avoir rappelé combien ce sujet est aussi l’occasion d’étudier la problématique de l’homonationalisme, Jean-François s’est intéressé aux réactions qu’a suscitées en France comme à l’international, l’ouverture de la mosquée inclusive. Celles-ci semblent s’articuler autour d’une fracture musulman/non-musulman. En France comme en Egypte, par exemple, les discours dans les mosquées se multiplient contre ce projet. L’homosexualité y apparaît comme une pratique encore condamnable. Si « homosexualité » et « Islam » sont incompatibles pour certains, des imams gays et lesbiennes, ainsi que des mosquées inclusives existent de par le monde.

L’intervention de Jean-François a été interactive et stimulante, même bien après la conclusion. Elle clôture l’année 2012-2013 de l’atelier sur une participation, certes faible en nombre, mais toujours aussi enthousiaste des membres.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.