Le genre, du rap aux manuels scolaires

L’atelier EFiGiES Aix-Marseille du 18 juin 2013 comprenait deux interventions.

Genre rap, genre du rap

Sous le titre « Une entrée d’hommes dans un “métier féminin” ? Le rap comme pratique professionnelle d’interprétation vocale », Karim Hammou a présenté lors d’une première intervention quelques enjeux relevant du genre dans l’interprétation chansonnière. Le genre était compris ici à la fois comme l’inscription de cette activité dans une division sexuelle du travail au sein des industries musicales ; comme les connotations genrées qui marquent diverses figures historiques de la musique lyrique ; et comme les rapports de pouvoirs que ces phénomènes expriment.

A partir de ce cadre général, discuté à l’aide d’exemples empruntés à l’histoire musicale des deux derniers siècles, l’exposé interrogeait la façon dont des artistes mobilisant une nouvelle modalité d’interprétation chansonnière, la voix rappée, s’inscrivait dans cette histoire.

Éléments bibliographiques :

  • Adorno Theodor W., Le caractère fétiche dans la musique et la régression de l’écoute, Allia, 2001 (1973).
  • Buscatto Marie, Femmes du jazz, CNRS Editions, 2007.
  • Cheyronnaud Jacques, « Les genres de la chanson », Colloque Femmes en chansons, 27 nov. 2010.
  • Dutheil Pessin Catherine, « Chanson sociale et chanson réaliste », Cités n°19, 2004, p.27-42.
  • Dutheil Pessin Catherine, La chanson réaliste. Sociologie d’un genre, L’Harmattan, 2004.
  • Guichard-Claudic Yvonne, Kergoat Danièle, Vilbrod Alain, L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, PUR, 2008.
  • Guilbert Yvette, L’art de chanter une chanson, Grasset, 1928.
  • Hammou Karim, Une histoire du rap en France, La Découverte, 2012.
  • Launay Florence, « Les musiciennes : de la pionnière adulée à la concurrente redoutée », Travail, genre et sociétés n°19, 2008, p.41-63.
  • Lebrun Barbara, Chanson et performance, L’Harmattan, 2012.
  • Lesacher Claire, « “Le rap est sexiste”, ou quand les représentations sur le rap en France engagent une réflexion à partir de l’intrication et de la coproduction des rapports de pouvoir » in Parisot Y et Ouabdelmoumen N., Genre et migrations postcoloniales. Lectures croisées de la norme, PUR, 2013.
  • Marc Isabelle, « Une affaire de femmes : la chanson comique en France », Cédille, Revista de estudios franceses n°9, avril 2013, p.359-373.
  • Mulvey Laura, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », Screen, 1975.
  • Prévost-Thomas Cécile, Hyacinthe Ravet, 2007. « Musique et genre en sociologie. » Clio n°25.
  • Ravet Hyacinthe, « Professionnalisation féminine et féminisation d’une profession : les artistes interprètes de musique », Travail, genre et sociétés n°9, 2003, p.173-195.
  • Ravet Hyacinthe, Coulangeon Philippe, 2003. « La division sexuelle du travail chez les musiciens français », Sociologie du travail v.3 n°45.
  • Scott Joan, « Gender: A Useful Category of Historical Analysis », The American Historical Review v.91 n°5, 1986, p.1053-1075.
  • Vian Boris, En avant la zizique, 10/18, 1966.

Usages et mésusages du genre

foto-efigies1

Fig. 1: Le genre à la place du sexe dans le site du département 13

Inspirées par la communication faite par J. Scott au colloque des historiennes italiennes (« The Uses and Abuses of Gender », 14 févier 2013, Padoue) et par une expérience d’enseignement menée sur les manuels scolaires de SVT, Francesca Arena et Perrine Lachenal ont interrogé les usages et des mésusages du genre dans la deuxième moitié de l’atelier.

Les manuels de SVT en question

Nous ne voulons évidemment pas faire appel à une orthodoxie de l’emploi du « genre ». Néanmoins certains des usages de ce mot demeurent problématiques, ambigus et risquent finalement de desservir la cause féministe et la tentative de déconstruction de savoirs dominants qui nous semblent être un de ses objectifs. Ainsi est-il surprenant de constater le silence qui règne au sein des sciences humaines et sociales concernant la publication et la circulation de nouveaux manuels scolaires de SVT. Ces mêmes manuels avaient, rappelons-nous, déclenché un tollé au moment de leur sortie, notamment au sein des milieux conservateurs et dans l’enseignement catholique.

En effet la lecture des trois nouveaux manuels qui traitent du genre (Bordas, Hachette et Hatier : dont vous avez des extraits ci-joints, en PDF) sont loin d’être révolutionnaires ! Bien au contraire ils reproduisent d’anciens stéréotypes sur la différence de sexes (fig 2) et ils contribuent à une confusion remarquable autour de la question du genre.

 

fig. 2 : Hachette : Immobilisation de la femelle….chez le mammifère non primate ?

fig. 2 : Hachette : Immobilisation de la femelle….chez le mammifère non primate ?

 

Identité de genre, sexuelle ou sexuée ?

L’une des questions les plus ambivalentes est celle de la confusion faite entre sexualité, sexe et genre. Faisant appel aux expressions d’« identité de genre », « identité sexuelle » et « identité sexuée » ces manuels s’inscrivent dans la tradition des scientifiques du genre (http://biosex.univ-paris1.fr/) qui opposent au sexe biologique une présumée identité de genre (sexuelle ou sexuée selon les auteurs : fig. 3).

Ainsi, si la tentative d’intégrer la question du genre dans les manuels scolaires de SVT était noble, il est plus difficile d’en saisir les conséquences : le risque est grand de voir inscrit la « différence des sexes » dans une dichotomie qui n’a changé que de visages et qui, à la place de sexe, mobilise l’identité.

fotoefigies3

Fig. 3 : Hatier, p. 182.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.