Violence structurelle et résistance à la féminisation des noms

L’atelier EFiGiES Aix-Marseille du 22 novembre comprenait deux interventions.

La première, assurée par Catherine Flynn, s’appuyait sur une recherche-action participative explorant la rue comme espace de révolte par l’art pour des jeunes femmes connaissant une expérience de la violence structurelle. Elle présentait et discutait la notion de violence structurelle, conceptualisée et discutée notamment par Galtung (1990) ou Bourgeois et Scheper-Hughes (2004).

Pour ces derniers, violence directe, violence structurelle et violence symbolique (en référence à Bourdieu) forment un continuum. La violence structure est une machine invisible d’inégalités sociales reproduisant des relations d’exclusion et de marginalisation selon le genre, la classe, la race ou toute autre identité sociale. Associée à la violence symbolique, elle naturalise et légitime les inégalités sociales.

Catherine Flynn a également exposé les limites et débats que suscitent ces théorisations, mises à l’épreuve de groupes de recherche-action participative réalisés auprès de jeunes femmes de 15 à 25 ans de la région de Montréal. Les groupes comprennent 6 à 8 personnes autour d’un enjeu de dénonciation faisant consensus auprès du groupe.

Ann Coady a réalisé la seconde intervention. En revenant sur les débats autour de la féminisation du langage en France, et en proposant une comparaison internationale sur cette question, elle a proposé une réflexion autour de la « résistance française » au genre. Son exposé s’appuyait sur une présentation dynamique que l’on peut regarder sur le site Prezi.

Eléments de bibliographie

  • Galtung J., 1990, « Cultural Violence» Journal of Peace Research, vol. 27, n°3, pp. 291-305.
  • Bourgeois P., Scheper-Hughes N., 2004, « Comments on the Farmer text « An Anthropology of structural violence » », Current Anthropology vol. 45 n°3.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.