L’assistance médicale à la procréation face à l’« horloge biologique »

PMAL’atelier EFiGiES Aix-Marseille du 10 avril 2013 comprenait une seule intervention, celle de Manon Vialle, doctorante au centre Norbert Elias (EHESS Marseille). Sa communication, intitulée « L’ « horloge biologique » des femmes » : un modèle naturaliste en question »  interroge les normes et pratiques françaises relatives à la croissance de l’infertilité féminine liée à l’âge.

La croissance de l’infertilité liée à l’âge dans les sociétés industrielles avancées suscite un accroissement de demandes en matière d’assistance médicale à la procréation (AMP) et amène ainsi chaque société à s’interroger sur ses normes et pratiques.

En France, cette question est un révélateur de la spécificité du modèle bioéthique qui encadre les techniques d’AMP, ainsi que de ses tensions et contradictions croissantes. La particularité de ce modèle est de se présenter comme strictement « thérapeutique », et de reposer sur la notion d’« infertilité pathologique ». Or c’est justement la simplicité apparente de cette distinction entre pathologie/convenance que met en question l’infertilité liée à l’âge : elle ouvre vers une approche plus complexe de l’infertilité comme phénomène liant à la fois le somatique et le social. À partir d’une enquête auprès de professionnels qui font face à l’infertilité, l’intervention a montré la prégnance de ce modèle thérapeutique dans leur pratique. Mais elle a également etabli que le contexte sociodémographique contemporain amène à une évolution de la notion même d’infertilité et interroge ce modèle de référence.

De plus, l’apparition de nouvelles techniques telle que la congélation ovocytaire renforce la mise en question du modèle bioéthique et amène à penser autrement l’opposition pathologie/convenance sur laquelle il est construit. La question est de savoir si ce modèle saura évoluer vers une vision plus complexe et moins idéologique de l’infertilité, ce qui s’avère être un enjeu important pour la société française dans les années à venir.

Extrait de la bibliographie

 Antoine J.-M., 2005, « À partir de combien de tentatives votre ticket n’est plus valable ? », « Critères d’exclusion et d’annulation en FIV. Aspects économiques et alternatives. », Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, Volume 34, Pages 42-44.

Bateman Simone, 2001, « La responsabilité médicale aux frontières de l’activité thérapeutique. Le cas de l’assistance médicale à la procréation », in Iacub Marcela et Jouannet Pierre (Dir.), Juger la vie. Les choix médicaux en matière de procréation, Paris, La Découverte, pp.111-126.

Bessin Marc et Levilain Hervé, 2012, Parents après 40 ans, Paris, Mutations.

Boyer P., Tourame P. et Gervoise-Boyer M., 2012, « La vitrification des ovocytes et les changements induits dans nos pratiques d’AMP », Gynécologie, Obstétrique et Fertilité, 40 : 687-690.

Fassin Éric, 2002, « La nature de la maternité », Journal des anthropologues 88-89, p.103-122.

Fine Agnès, Moulinié Véronique et Sangoï Jean-Claude, 2009, « De mère en fille. La transmission de la fécondité », L’Homme, 2009/3, p. 37-76.

Galland Olivier, 2010, « Introduction. Une nouvelle classe d’âge ? », Ethnologie française 1/2010 (Vol. 40), p. 5-10.

Lowÿ Ilana, 2006, « La fabrication du naturel : l’assistance médicale à la procréation dans une perspective comparée », Tumultes, 2006/1 n°26, p.35-55.

Löwy Ilana, 2009, « L’âge limite de la maternité : corps, biomédecine, et politique », Mouvements 3/2009 (n° 59), p. 102-112.

Mehl Dominique, 2011, Les lois de l’enfantement. Procréation et politique en France (1982-2011), Paris, SciencesPo. Les Presses.

Rozée Virginie et Tain Laurence, 2010, « Le recours aux techniques procréatives : des disparités nationales aux circuits transnationaux », in CHASLES Virginie, Santé et Mondialisation (actes du colloque international du 12-13 mars 2009), Université Jean Moulin – Lyon 3, pp.297-314.

Tain Laurence, 2004, « Genre et techniques de reproduction : évidences, alliances et turbulences », L’homme et la société, 2004/2 n°152-153, p.229-246.

Théry Irène, 2011, Des humains comme les autres, Bioéthique, anonymat et genre du don, Paris, EHESS.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.