Boxe, genre, médias (CR)

Bastion de la virilité, la boxe et en particulier la boxe dite féminine fait peu l’objet de travaux de recherche, notamment en sciences de l’information et de la communication. Boxeuse et blogueuse, Natacha Lapeyroux participe à combler cette carence. Elle s’attache à mettre en exergue les représentations de Myriam Lamare, première boxeuse professionnelle en France. Complexes, les représentations médiatiques de la boxeuse ne correspondent pas aux normes usuelles, elles oscillent entre essentialisation et subversion, féminisation et masculinisation, anonymisation et héroïsation.

Natacha Lapeyroux « Représentations télévisuelles des performances de genre de la boxeuse professionnelle Myriam Lamare »

Longtemps considéré comme un sport de canaille, la boxe performe une masculinité virile (Loic Wacquant, 2001) associée à des valeurs morales fortement valorisées telles que le courage, l’endurance, la volonté, la témérité etc.

Sur le ring, les matchs de boxe assignent aux « sexes » des rôles prédéterminés. D’une part, la mise en action d’une virilité combative, et d’autre part, l’érotisation des femmes via l’exhibition d’un panneau indiquant le numéro du round à venir. Les femmes sont non seulement placées sur un second plan, mais leurs places sont érotisées. En effet, elles servent de gouffre à fantasmes dans le rituel de consécration du héros sportif (Philippe Baillette, 1999).

Outre la boxe, le sport de haut niveau, de manière générale, est fortement marqué par des normes de genre, sous-tendues par des discours sociaux et médicaux, qui assignent aux sexes certains sports. Ainsi les sports dits violents seraient inadaptés à la condition féminine. Inadaptés car menaçant les fonctions reproductives des femmes, détournant alors ces dernières de leur destin maternel.  Par ailleurs, aujourd’hui encore, le sport reste marqué d’une forte différenciation entre les sexes. En effet, femmes et hommes ne pratiquent pas les mêmes sports, comme nombre de statistiques l’indiquent. Ainsi, en boxe anglaise le nombre de licences « féminines » représente 17,2 % des effectifs contre 87,6 % des licenciés en danse. Cette différence statistique s’explique notamment par les représentations sociales associées aux différentes pratiques sportives.

En effet, le sport est fortement impacté par des valeurs masculines, valeurs que les médias contribuent à renforcer et reproduire. D’une part, les représentations médiatiques des sportives sont minoritaires. Minoritaires car ces dernières ne répondent pas aux normes sexuées. D’autre part, le corps des sportives va faire l’objet d’une attention particulière. Celles répondant aux normes du corps esthétisé (sourire, beauté, maquillage etc.) se verront gratifiées, tandis que les sportives « masculines » seront discréditées, en raison d’un hiatus avec leur identité sexuelle.

Cependant, les boxeuses et notamment les représentations médiatiques de Myriam Lamare bouleversent les représentations dominantes, introduisant un conflit de définition sur les pratiques sportives genrées et donnant à voir une nouvelle figure de l’excellence sportive (Nancy Fraser, 1992).

15 émissions d’information et 8 épisodes de Koh Lanta, épisodes dans lesquels Myriam Lamare était une des participantes, constituent le socle du corpus d’analyse.

Il y apparaît que Myriam Lamare fait bouger les frontières en boxant « comme un homme », et parvient à obtenir la reconnaissance de ses pairs. Les termes pour la désigner font état de ses qualités « viriles » : « agressive », elle a le « a le goût de la victoire », elle « s’enrage », « s’acharne ». Par ailleurs, les représentations médiatiques de la boxeuse, tendent à dissocier deux espaces. D’une part, l’espace virilisant de la boxe, d’autre part, l’espace privé féminisant. Les vestiaires sont alors des lieux de mise en récit de cette transformation, elle y arrive en tant que femme et en sort en tant que boxeuse. Sorte de lieu de travestissement, il est nécessaire pour son intégration qu’elle dissimule son identité sexuée, et ce afin d’investir un des lieux les plus restrictifs quant à la présence des femmes. Via différentes actions, Myriam Lamare décloisonne ces espaces. Sur le ring, elle intègre des éléments appartenant aux codes féminins, en combattant en jupe, par exemple. De plus, dans l’émission Koh Lanta, elle participe également à interroger et renverser le leadership masculin, en endossant le rôle de leader, réservé aux hommes.

L’ensemble du corpus démontre que les représentations télévisuelles ont fait de Myriam Lamare une héroïne à la fois pour ses exploits sportifs, et son mental « d’acier » mais aussi pour ses revendications relatives à l’égalité femmes/hommes.

Bibliographie :

Sport et genre :

Arnaud Pierre ; Terret Thierry, Une histoire du sport féminin. Histoire et identité, éditions L’harmattan (Coll. Espaces et Temps du Sport),  1996.

Baillette Frédéric ; Philippe Liotard, Sport et virilisme, éditions Quasimodo & Fils, 1999.

Davisse A. ; Louveau C., Sports, école, société : la différence des sexes, éditions L’Harmattan, (Coll. Espaces et Temps du Sport), 1998.

MENESSON Christine, Etre une femme dans le monde des hommes, socialisation sportive et construction du genre, éditions L’harmattan (Coll. Sports en Société), 2005.

Wacquant Loïc,  Corps et âme, Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, éditions Agone,  2001.

Etudes sur le genre :

BUTLER Judith, Gender trouble : Feminism and the subversion of identity, éditions Routledge, 1990.

DE LAURETIS Thérésa, La technologie du genre. Théorie queer et culture populaires. De Foucault à Cronenberg, éditions La Dispute, 1987

DORLIN Elsa, Sexe, genre et sexualité, éditions PuF (Collection philosophie), 2008.

HABERSTAM Judith, Female masculinity, éditions Duke university, 1998.

SPIVAK Gayatri Chakravorty, Les subalternes peuvent-elles parler ?, éditions Amsterdam, 2009.

Représentations médiatiques :

Macé Éric,  La société et son double une journée ordinaire de télévision, éditions Médiacultures, 2006.

MACÉ Éric, As seen on TV – les imaginaires médiatiques une sociologie post-critique des médias, éditions Amsterdam, 2006.

MAIGRET Éric ; MACE Éric, Penser les médiacultures, éditions Armand Colin/Ina, 2005.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.