CR “Les stéréotypes de genre dans la littérature de jeunesse à l’épreuve de l’interprétation des enfants”

Longtemps méprisée en tant qu’objet sociologique, la littérature de jeunesse fait aujourd’hui l’objet de travaux qui mettent au jour les stéréotypes de genre qu’elle véhicule. Doriane Montmasson, doctorante au CERLIS (Centre de Recherche sur les Liens Sociaux, Université Paris 5) a choisi, pour appréhender cet objet particulier, une approche originale à double titre : étudier la façon dont est traitée l’alimentation dans la littérature de jeunesse à partir de sa réception par les enfants eux-mêmes. Elle est venue nous présenter ses résultats dans une intervention intitulée : « Les stéréotypes de genre transmis par la littérature de jeunesse à l’épreuve de l’interprétation des enfants ». Sa présentation s’est déroulée autour de trois axes principaux.

Tout d’abord, il semblait nécessaire de revenir sur la méthodologie adoptée dans ce travail. En plein essor éditorial, la littérature de jeunesse n’a acquis sa légitimité en tant qu’objet sociologique que depuis peu ; pourtant, quoi de plus pertinent pour éclairer les normes, les valeurs et les représentations en cours à une époque donnée que cette littérature présentée comme un véritable « miroir de la société » ? Tout l’intérêt vient du public ciblé, la jeunesse, considérée comme particulièrement réceptive aux normes véhiculées par les médias. Mais, loin d’en faire un groupe passif et malléable, le pari proposé par Doriane repose sur une enquête qualitative menée auprès des élèves de deux groupes scolaires de la région parisienne. Leur présentant trois ouvrages délivrant des normes alimentaires différentes, elle s’attache, par le biais de 120 entretiens semi-directifs, à interroger la capacité réflexive des enfants à partir de leur interprétation des normes transmises.

La littérature de jeunesse, on l’a dit, se prête particulièrement bien à l’étude des stéréotypes de genre. Comment y sont caractérisés les personnages féminins et masculins ? Quels sont les rapports de genre à l’œuvre dans ces albums ? Dans l’étude de ces représentations, l’alimentation – et les rôles sociaux qui y ont trait-, a toute son importance, puisque ce sont principalement les mères qui cuisinent, mettent la table, servent, font la vaisselle… Autant d’activités présentées le plus souvent comme féminines. Garants d’une cuisine familiale, les personnages féminins évoluant dans le cadre quotidien, sont surreprésentés ; à l’opposé, si, dans ces albums, les hommes font la cuisine, ils agissent soit dans un cadre professionnel, soit à l’intérieur d’une sociabilité amicale. Bien que le constat d’une inégale répartition des tâches soit encore valide, on peut néanmoins percevoir des évolutions significatives : le rôle de la mère en cuisine y est moins accentué, moins explicite qu’il y a quelques décennies. Aujourd’hui, à l’intérieur de l’offre peuvent donc se côtoyer des visions différentes : « traditionnelles » lorsqu’ils associent explicitement le rôle de la mère à la préparation du repas ou aux courses alimentaires (et que la présence du père y est « discrète ») ; « égalitaire » si le père se trouve à l’initiative de la préparation du repas.

Mais la principale difficulté reste de comprendre qu’elle peut être l’interprétation faite par les enfants ? Comment reçoivent-ils ces normes ? Les intègrent-ils uniformément ou peuvent-ils entretenir un rapport davantage réflexif avec le message transmis ? Doriane Montmasson présente deux ordres de résultats. A la lumière des entretiens, la réception des enfants apparaît marquée par deux facteurs principaux, le milieu social et l’âge. Les plus jeunes enfants -grande section de maternelle- semblent appliquer une vision unique de la répartition des rôles sociaux, se révélant moins celle proposée par les ouvrages que celle, sans doute, issue de leurs propres modèles familiaux. Toutefois, une variable notable apparaît déjà, puisque les jeunes enfants issus d’un milieu social défavorisé adhèrent davantage à la vision « traditionnelle » proposée dans les albums. De manière fine, l’analyse proposée par Doriane met ensuite en lumière que la variable du milieu social s’efface au fur et à mesure que les enfants grandissent (CP / CE1); ils adoptent alors une posture plus réflexive qui leur permet d’ajuster leur réception des normes transmises, de proposer leur interprétation des comportements proposés, faisant davantage appel à la mémoire, à l’intuition ou à des références extérieures.

On voit bien tout ce que ce travail apporte à l’étude de la réception des normes chez les enfants, que l’on ne doit pas voir de façon trop passive ou figée. Cette présentation a soulevé de nombreuses questions, portant à la fois sur la difficulté à enquêter auprès de jeunes enfants – et sur la posture à adopter en tant que sociologue – et sur les autres variables pertinentes pour l’analyse, ce qui montre bien que l’étude de la littérature de jeunesse est un sujet riche, loin d’être épuisé.

Bibliographie :

 Bonnéry, S., « Les modèles sociaux du rapport à la culture véhiculé par la littérature de jeunesse », Colloque International Enfance et Cultures, Paris, Décembre 2010.

Brugeilles, C., Cromer, I., Cromer, S., « Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés, ou comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre », Population, Vol. 57, n°2, p. 261-292, 2002.

 Brugeilles, C., Cromer, S., Panissal, N., « Le sexisme au programme ? Représentations sexuées dans les lectures de référence à l’école », Travail, genre et sociétés, nº21, p. 107-129, 2009.

 Cadolle, S., « Séparation et recomposition familiale d’après les livres pour enfants », Recherches et Prévisions, n°64, p. 19-34, 2001.

 Chamborédon, J-C., Fabiani J-L., « Les albums pour enfants, le champ de l’édition et les définitions sociales de l’enfance »,Actes de la recherche en Sciences Sociales, n°13 et n°14, 1977.

 Cromer, S., Dauphin, S., Naudier, D., « Les objets de l’enfance », Les cahiers du genre, n° 49, 2010.

Salvat, E., « La vision de l’alimentation dans la littérature enfantine », Sociologie et anthropologie de l’alimentation, Tours, XVIIème congrès de l’AISLF, 2004.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.