CR « Genres & Costumes : les super héros sur leur 31 » avec Sylvain Rimbault

Les super héros voient le jour aux États-Unis avec les premiers comic books à la fin des années 1930 : Superman d’abord (1938), puis Batman (1939) ou encore Wonder Woman (1941) et bien d’autres encore. Comme les autres médias, en particulier lorsqu’ils sont destinés aux enfants, ils ne tardent pas à faire l’objet d’une vive controverse. Jugés dangereux pour les jeunes publics auxquels ils s’adressent, ils connaissent alors une période de répression visant à en exclure tout contenu violent ou à caractère sexuel. Jusque dans les années 1980 dans les comics, le Comics Code Authority assurera ce contrôle et attestera de la conformité des contenus par la présence d’un sceau sur les couvertures, qui ne disparaîtra officiellement qu’en 2011.

À la lumière de ce contexte historique, Sylvain Rimbault s’intéresse aux représentations de genre et de sexualités présentes dans les comics, les séries et les films, en s’attachant plus particulièrement à ce qui fait le super héros : son costume. Ancré dans les Cultural et Fashion Studies et dans la continuité des théories queer, son travail analyse les rapports de pouvoir à l’œuvre à travers ces figures de l’héroïsme, sans prendre ces objets de haut et en abandonnant toute posture légitimiste.

Il montre ainsi comment, depuis les années 1980, plusieurs super héros sont sortis du placard : Northstar d’abord, personnage de Marvel Comics dont l’homosexualité ne fût que suggérée jusqu’à son coming out de 1992, puis le couple de DC Comics Apollo et Midnighter (1999), ou encore Batwoman, à l’origine créée en 1956 pour réaffirmer l’univers hétérosocial de la « Bat-family », qui devient un personnage lesbien en 2009. Désormais explicites, l’homosexualité et le coming out deviennent constitutifs de l’identité superhéroïque en formation. Tout récemment, et alors que Barack Obama s’est déclaré favorable à l’union de deux personnes de même sexe, les éditeurs n’ont pas hésité à mettre en scène des (demandes en) mariages, comme celui de Northstar et Kyle, ou la demande de Green Lantern. Bien sûr, ces représentations ne sont pas dénuées d’ambivalence. En plus de réintroduire la normativité du cadre du mariage, cette démarche controversée est aussi (et avant tout) liée à des intérêts commerciaux, la promotion des albums étant largement assurée par les débats.

Même s’il a fallu attendre des années pour y voir se multiplier les références explicites à l’homosexualité, les comics, mais aussi les séries et les films de super héros ont pu donner lieu à des lectures queer, et ce dès leurs origines. Le psychiatre états-unien Fredric Wertham, qui avait fait campagne contre les comics, avait lui-même repéré et regretté la présence de ce qu’il appelait à l’époque des « connotations homosexuelles ». Ces connotations transparaissent par exemple à travers la relation qui unit les super héros et leurs sidekicks (comme Batman et Robin) ou dans la mise en scène d’une minorité réprimée (comme les X-Men).

Elles passent aussi très largement par l’utilisation des costumes, qui, soulignant les attributs masculins virils, sont à la fois un symbole de la puissance du héros et d’une masculinité hégémonique, mais érotisent aussi le corps par leur aspect moulant et leurs couleurs vives. Cette ambivalence, que l’on retrouve dans l’histoire des codes vestimentaires homo, est d’ailleurs au cœur de l’esprit très camp des premières séries (comme la série Batman de 1966) et des films de Joel Schumacher (comme Batman et Robin, 1997). Néanmoins, il semblerait qu’on assiste à une hétérosexualisation du personnage de Batman, déjà présente dans les films de Tim Burton et sans doute encore accentuée chez Christopher Nolan par le côté sombre et sérieux de sa trilogie. Celle-ci est notamment marquée par ses relations avec des figures féminines, mais passe aussi beaucoup par son costume à l’aspect d’armure, qui fait disparaître le second degré au profit d’une vision de la masculinité plus traditionnelle et plus rigide. D’une manière générale, la masculinité superhéroïque fonctionne toujours selon un modèle hétéronormatif, qui relègue dans les marges ou dans une « homosexualité de quotas » les autres protagonistes.

Bibliographie :

Best, Mark. « Homosociality and male power in superheros comics of the 1950’s », in Iowa Journal of Cultural Studies 6. Disponible à l’adresse : <http://www.uiowa.edu/~ijcs/comics/comics.htm> (18/12/13)

Lendrum, Rob. « Queering Supermanhood: The Gay Superhero in contemporary mainstream comic books », in Journal for the Arts, Sciences, and Technology, Vol 2, N°2, 2004, pp.69-73.

Medhurst, Andy. “Batman, Deviance, and Camp.” The Many Lives of the Batman: Critical Approaches to a Superhero and His Media. Londres, Routledge, 1991, 149-163

McKay & al. « Gentlemen, the lunchbox has landed. Representation of Masculinities and men’s bodies in the popular medias », in Handbook of Studies on men and masculinities, California, Sage, 2009, 270-288.

Wertham, Friedrich. Seduction of the innocent, New York, Reinhart, 1954.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bruno Agar dit :

    Bonjour Sylvain. Je suis Bruno Agar, nous nous sommes rencontrés au congrès de l’AFEA à Paris 3. J’ai assisté à ta présentation mais tu n’as pas pu venir me voir samedi, sur Madonna. Dommage, tu m’aurais donné ton avis. Je voulais te remercier encore une fois de ton travail que j’ai trouvé très intéressant. En effet, tu ouvres des portes autant sur un contenu culturel que sur notre société contemporaine, et faire ceci à partir de la culture populaire est un puissant ressort de changement: 1- les Cultural Studies sont entraînées à révéler les rapports de force idéologiques dissimulés sous le couvert d’une “naturalisation” des contenus, et 2- la culture populaire est en évolution permanente, jamais définie, jamais circonscrite. Tu as donc la possibilité de travailler pour un monde meilleur, une société moins aveugle à ces forces agissantes de l’intérieur qu’il est si facile (et risqué) de ne pas regarder, de ne pas prendre en compte. J’ai des choses à te dire sur ton contenu de présentation si cela t’intéresse, mais le présent support ne s’y prête pas. Il me faudrait ton adresse. Voici la mienne: bagar01@yahoo.fr. Restons en contact si tu veux, je travaille aussi sur un aspect de la culture populaire contemporaine à travers les documentaires de Madonna, en civilisation américaine. Nos sujets sont limitrophes. Très cordialement, Bruno.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.