CR séance 8 octobre 2013 : Sages-femmes au Mexique

Les sages-femmes de Papantla : changements et persistances dans l’offre de soin en santé maternelle au Mexique – Amandine Debruyker (doctorante IDEMEC, rattachée à l’Institut des Amériques)

image.jpeg

Cette photo a été prise lors d’un rituel de preleventamiento, dans un village de Papantla, Etat de Veracruz, Mexique. On y distingue une sage-femme en train de pratiquer une limpia sur une jeune femme enceinte, face à l’autel dressé pour l’occasion.

Dans l’Etat mexicain de Veracruz, le municipio de Papantla s’étend sur près de 2.000 kilomètre carrés entre le Golfe du Mexique et la chaine montagneuse de la Sierra Madre Orientale. Autour de Papantla de Olarte, la principale ville de cette circonscription politico-administrative, plus de 400 villages se retrouvent dispersés sur ce territoire essentiellement rural dans lequel se mêlent populations métisses et indiennes totonaques. Outre cette présence de populations indigènes, la région est loin d’être marginale sur le plan économique, puisqu’elle dispose d’un bassin d’emploi majeur avec l’industrie pétrolière.

Depuis près de trente ans, les institutions médicales tentent de s’implanter dans cette zone en installant, en plus des deux hôpitaux du chef-lieu, un certain nombre de cliniques rurales et de centres de santé. Ces centres, modestement équipés, ont pour objectif de répondre aux nécessités de soin de santé primaire des populations locales. Malgré cette présence institutionnelle, le recours aux services des sages-femmes traditionnelles pour les questions de santé maternelle et infantile demeure encore aujourd’hui fréquent, alors même que la grande majorité des accouchements sont réalisés par un professionnel de santé.

Issue d’un travail de terrain réalisé en 2011, cette communication se propose d’apporter des pistes de réflexion concernant le rôle et le statut des sages-femmes traditionnelles de Papantla dans un contexte de diffusion des pratiques biomédicales modernes. Dans le cadre de programmes gouvernementaux tel que l’IMSS-Oportunidades, dirigé par l’Institut Mexicain de Sécurité Sociale, des ateliers d’habilitation sont mis en place ; les sages-femmes traditionnelles, totonaques et métisses, y sont formées à certaines pratiques médicales, sensibilisées aux questions d’hygiène et équipées en matériel par le personnel soignant des centres de santé. En assignant essentiellement à ces sages-femmes un rôle de médiateur, l’institution médicale ne tient pas compte des particularités de leur activité traditionnelle de soin. La description ethnographique des rituels et pratiques qui accompagnent la grossesse, la naissance et les soins puerpéraux dans cette région permet en ce sens de rendre plus explicite la complexité de la pratique des sages-femmes traditionnelles. Celle-ci se caractérise à la fois par un souci de conformité et d’adaptation aux éléments de modernité et par un parti pris discret de résistance qui témoigne d’une fidélité aux façons de faire traditionnelles et, par-là, à une conception méso-américaine de l’existence.

 Eléments de bibliographie :

Benoist Jean, 1996, « Singularités du pluriel ? », in Benoist (dir.) Soigner au pluriel. Essai sur le pluralisme médical, Karthala, Paris, pp.17-27.

Ichon Alain, 1969, La religion actuelle des indiens totonaques dans le nord de la Sierra de Puebla, CNRS, 424p.

Jordan Brigitte, 1993, Birth in Four Cultures. A Crosscultural Investigation of Childbirth in Yucatan, Holland, Sweden and the United States, Waveland Press, Long Grove, 235p.

Lozada Luz María, 2008, « “Chaleur et odeurs pour nos morts”. La cuisine cérémonielle de la Fête des Morts dans une communauté Totonaque de la Sierra de Puebla, Mexique », Food & History, vol.6 n°2, pp.133-154.

Sesia Paola M., 1996, « « Women Come Here on Their Own When They Need to »: Prenatal Care, Authoritative Knowledge, and Maternal Health in Oaxaca », Medical Anthropology Quarterly, Vol. 10 n°2, pp.121-140.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *