Présentation du Groupe de Recherche sur les Féminismes

Séminaire « Genre, féminismes et mobilisations collectives »

Master Pratiques de l’interdisciplinarité en sciences sociales – (ex-ETT) – EHESS-ENS, EFiGiES

http://www.master-ett.ens.fr/hoparticle.php?id_art=37

Coordination : Laure Bereni (CNRS-Centre Maurice Halbwachs), Marion Charpenel (Sciences-Po, CEE), Magali Della Sudda (Institut universitaire européen de Florence), Alban Jacquemart (EHESS, IRIS), Camille Masclet (Université de Lausanne, IEPI), Bibia Pavard (Sciences Po, Centre d’histoire)

Contact : albanjac[at]wanadoo.fr ; bibia.pavard[at]sciences-po.org ; laure.bereni[at]ens.fr ; magalids[at]gmail.com ; camille.masclet[at]unil.ch ; marion_charpenel[at]hotmail.com

Face à la dispersion des doctorant-e-s travaillant sur les féminismes, le séminaire a pour vocation de faciliter l’échange, la réflexion collective et la visibilisation de ces travaux. Il se donne également pour objectif de construire des pistes méthodologiques pour l’étude des mouvements féministes.

Thématique 2006-2007

« Les mobilisations féministes dans des collectifs et organisations non spécialisés dans la défense de la cause des femmes»

Au cours de l’année 2006-2007, on poursuivra les réflexions engagées sur les frontières du mouvement des femmes – entre féminisme et militantisme féminin, d’une part, entre le mouvement des femmes et les mouvements politiques et sociaux qui lui sont contemporains, d’autre part –,  en prêtant une attention particulière aux mobilisations féministes à l’intérieur de collectifs et organisations généralistes ou non spécialisés dans la défense de la cause des femmes (partis, mouvements sociaux, institutions…). Quelles sont les conditions d’émergence de telles mobilisations et les caractéristiques des acteur-rice-s qui les portent ? Comment ces revendications au nom de la cause des femmes s’articulent-elles avec l’horizon de lutte du collectif à l’intérieur duquel elles émergent, et avec celles du mouvement des femmes, perçu comme extérieur à ce collectif ? Comment, réciproquement, ces collectifs s’approprient-ils – ou non – l’appellation « féministe » ?

Thématique 2007-2008

« Les féminismes de l’après-68 en France »

Au cours de l’année 2007-2008, on poursuivra les réflexions engagées sur les frontières du mouvement des femmes – entre féminisme et militantisme féminin, d’une part, entre le mouvement des femmes et les mouvements politiques et sociaux qui lui sont contemporains, d’autre part –, en prêtant une attention particulière aux mobilisations féministes qui ont émergé à la suite de mai 68. Ces mobilisations ont marqué le renouvellement du militantisme féministe et ont constitué un moment crucial dans l’émergence du féminisme dit de la « Deuxième vague », tout autant qu’un aspect fondamental des années 1968.

Thématique 2008-2009

« Mouvements des femmes : perspectives comparées et mobilisations transnationales »

Le séminaire s’intéressera cette année aux mouvements des femmes dans une perspective transnationale et comparée. Comment aborder les mouvements des femmes dans une telle perspective ? Quels sont les effets de transfert, de traduction, d’adaptation et de domination d’un contexte national à l’autre ou d’une aire culturelle à l’autre ? Le « féminisme » veut-il dire la même chose dans tous les contextes nationaux ? Comment la cause des femmes se définit-elle dans des mouvements et organisations internationaux, et quels sont les effets de ce féminisme international sur les mobilisations au niveau national ? Comment les mouvements nationaux utilisent-ils l’international comme ressource ? Telles sont les principales questions qui seront abordées lors du séminaire de cette année.

Thématique 2009-2010

« Penser l’intersectionnalité dans les mobilisations collectives »

Dans le prolongement des réflexions menées depuis sa création en janvier 2004, le séminaire s’intéressera cette année à la question de l’intersectionnalité des rapports de pouvoir dans les mobilisations collectives, et en particulier dans les mouvements féministes. Comment relire ces mouvements en tenant compte de l’imbrication du genre, de la classe et de la race, mais aussi d’autres rapports de pouvoir fondés sur la sexualité, l’âge, la religion, le handicap ou la maladie ? Quelles sont les conséquences de ces hiérarchies sur les répertoires d’action, les cadres de formulation des causes et les résultats des mobilisations collectives ? Telles sont les principales questions qui seront abordées lors du séminaire de cette année.

Thématique 2010-2011

« Mémoires féministes et transmission »

Dans le prolongement des réflexions menées depuis sa création en janvier 2004, le séminaire s’intéressera cette  année à la question de la mémoire dans les mobilisations collectives, et en particulier dans les mouvements féministes. Entre usages collectifs du passé et souvenirs individuels des militantes, comment se constitue une mémoire collective féministe ? Quels sont les sujets de cette mémoire (actrices, collectifs, dans le mouvement et hors du mouvement) ? Quels sont ses contenus (événements ou figures commémorés) ? Au travers de quelles formes concrètes cette mémoire se manifeste-t-elle (commémorations, témoignages écrits ou oraux, colloques etc.) et comment s’inscrit-elle dans le temps et dans l’espace ?

Par quels biais la transmission, interpersonnelle comme collective, de l’histoire des luttes s’effectue-t-elle ? Quels mécanismes de réinterprétations, de relectures et de réécritures de l’histoire sont à l’œuvre dans l’évocation des combats passés ?

Telles sont les principales questions qui seront abordées lors du séminaire de cette année.

Thématique 2011-2012

« Genre et mobilisations professionnelles »

Dans le prolongement des réflexions menées depuis sa création en janvier 2004, le séminaire interrogera cette année les mobilisations professionnelles au prisme du genre. Il s’agira alors de saisir la manière dont le genre éclaire l’activité syndicale et les actions collectives professionnelles, mais aussi de questionner les effets des mobilisations professionnelles sur les rapports sociaux de sexe dans le monde du travail. De même, nous nous demanderons dans quelle mesure les mobilisations professionnelles participent à ou au contraire remettent en cause la dimension genrée d’une identité professionnelle. En outre, le séminaire s’efforcera de saisir la nature des interactions entre mouvements féministes et collectifs militants fondés sur une base professionnelle et de comprendre les effets réciproques des un-e-s sur les autres. Enfin, l’attention sera portée sur les conditions d’émergence d’une conscience de genre voire d’une conscience féministe au sein des associations professionnelles, particulièrement celles qui sont exclusivement composées de femmes.

 http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/601/

Programme disponible :

dans la rubrique “Programmes” du carnet

sur le site de l’association EFiGiES



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.