Il était une fois…le genre Le féminin dans les séries animées françaises

Atelier Genre et Médias – Jeudi 2 Octobre 2014

Compte-rendu de l’intervention de Mélanie Lallet

 Il était une fois…le genre

Le féminin dans les séries animées françaises

N’ayant encore que peu suscité l’intérêt des chercheurs, les séries animées françaises se révèlent pourtant être un objet d’étude particulièrement riche, notamment pour l’analyse des représentations de genre. C’est ce que s’applique à mettre en évidence Mélanie Lallet – doctorante au laboratoire CIM (Communication, Information, Médias) de l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3) – dans son ouvrage intitulé Il était une fois le genre. Le féminin dans les séries animées françaises, paru en Mai 2014 aux Editions de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina). Mélanie Lallet est venue nous présenter cet ouvrage, fruit de son travail de Master 2, qu’elle poursuit actuellement en préparant, sous la direction d’Eric Maigret, une Thèse en Sciences de l’Information et de la Communication. En étudiant, au prisme du genre, les séries animées françaises, Mélanie Lallet se propose de mettre en lumière toute la complexité des représentations que celles-ci soumettent aux enfants.

Après avoir exposé les principaux éléments historiques et théoriques qui sous-tendent sa recherche, Mélanie Lallet s’est ensuite attachée à présenter la méthodologie sur laquelle elle a appuyé son analyse, avant de revenir sur les principaux résultats qui en découlent.

Autrefois considérés comme des adultes en devenir ainsi que comme des êtres uniquement biologiques, les enfants ont, sous l’impulsion des travaux de Philippe Ariès puis avec l’émergence d’un champ sociologique consacré à l’enfance, progressivement été perçus comme de véritables acteurs sociaux, dotés de capacités d’agir. Ayant, à ce titre, acquis un certain nombre de droits, les enfants n’en demeurent pas moins, encore aujourd’hui, sous étroite surveillance. Les dessins animés font en effet notamment l’objet d’un contrôle spécifique et sont fréquemment pointés du doigt pour leurs effets potentiellement délétères (violence, remise en cause du binarisme des sexes ou de l’hétérosexualité, etc.) sur le bon développement des jeunes générations. Du conformisme au militantisme, en passant par l’usage de procédés (humour, satire, etc.) faisant apparaître le caractère construit du genre, Mélanie Lallet souligne alors l’ambivalence des séries animés qui fait, selon elle, tout l’intérêt de cet objet culturel destiné à la jeunesse.

En s’appuyant sur une méthodologie empruntant aux théories féministes déconstructivistes ainsi qu’aux Cultural Studies, Mélanie Lallet a procédé à l’analyse des représentations de genre véhiculées par l’intermédiaire de cinq séries animées françaises : Les Zinzins de l’espace, Totally Spies !, Les aventures de Petit Ours Brun, Il était une fois…notre Terre, ainsi que Les P’tites Poules ; dont elle a, pour chacune, étudié trois épisodes représentatifs.

L’analyse quantitative menée sur les 15 épisodes considérés permet tout d’abord de mettre en lumière la persistance d’une sous-représentation des protagonistes féminins ; et ce, malgré un relatif accroissement de leur nombre, dans les dessins animés, depuis une trentaine d’année.

L’analyse qualitative – qui est au cœur du travail effectué par Mélanie Lallet – révèle toutefois une possible inadéquation entre sous-représentation des personnages féminins et mise en œuvre de conceptions « sexistes » ; et inversement. Ainsi, si les trois épisodes des aventures de Petit Ours Brun choisis présentent une parité parfaite entre protagonistes masculins et personnages féminins, ils soumettent néanmoins, en effet, aux enfants des rôles de genre pour le moins différenciés, stéréotypés et hiérarchisés.

Les quatre autres séries étudiées proposent pour leur part des représentations de genre moins « conservatrices ». Avec le personnage de Candy – possédant une paire de testicules et adoptant des comportements ordinairement considérés comme féminins – la série Les Zinzins de l’espace, bouleverse et dépasse en effet, grâce à l’utilisation de la satire et de l’ironie, les habituelles oppositions binaires entre les genres. Usant de l’humour, la série Totally Spies ! sert quant à elle des représentations de female empowerment et expose notamment les vertus d’un essentialisme stratégique. Si la série Les P’tites Poules présente pour sa part un monde essentiellement masculin, la dérision est néanmoins parfois au service d’une féminité dont les facultés intellectuelles sont alors mises en avant. Enfin, la série Il était une fois…notre Terre, propose des discours explicitement féministes, tranchant toutefois, à certains moments, avec la résurgence de stéréotypes de genre. Mélanie Lallet souligne par ailleurs le fait que la diffusion de discours féministes ne doit pas occulter la mise en scène, dans cette série, d’un certain interventionnisme occidental.

La présentation et l’ouvrage de Mélanie Lallet dévoilent ainsi toute la richesse d’une étude des séries animées françaises au prisme du genre.

Référence bibliographique de l’ouvrage :

Lallet, M., Il était une fois…le genre. Le féminin dans les séries animées françaises, Ina Editions, 2014.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.