Quatrième séance: Psychanalyse et hétéronormativité

Nous avons le plaisir de vous convier à la quatrième séance de l’atelier qui aura lieu le jeudi 5 mars à 19h45 à la MIE – Bastille (50, rue des Tournelles, Paris 75003).

Les places étant limitées, mieux vaut s’inscrire pour chaque séance à l’adresse suivante: psychanalyses.savoirs.situes@mailoo.org

Le thème de la séance sera: « Psychanalyse et hétéronormativité »  avec Tiphaine Besnard (Paris 8)

À partir de mes travaux de recherches doctorales sur la littérature psychanalytique, d’entretiens avec des personnes suivant ou ayant suivi une analyse et des psychanalystes, j’aimerais formuler l’hypothèse que la littérature psychanalytique traditionnelle se caractérise, entre autre, par une pensée hétéronormative. Dans ce cadre, les personnes hétérosexuelles se voient gratifiées de privilèges sociaux, politiques, verbaux et épistémologiques. En me fondant sur l’analyse formulée par la philosophe et psychanalyste viennoise Alice Pechriggl, je développerai l’idée que la pensée hétéronormative, qui se fonde sur une conception binaire du monde et sur des oppositions catégorielles et hiérarchisées, constitue le prototype de toute forme de normativité dans le domaine du sexuel et qu’elle fonde le cadre théorique paradigmatique de la culture « psy » occidentale.

Si les questionnements autour de la différence des sexes sont omniprésents dès les premiers balbutiements de la psychologie au XIXe siècle, ce sont les travaux de John Money dans les années 1950, puis ceux de Robert Stoller à partir des années 1960, sur les enfants présentant une « déviation des rôles de genre » et sur les enfants intersexués, qui feront entrer la notion de genre[1]en psychologie[2]. Il me semble que les théories psychanalytiques freudienne et lacanienne traditionnelles concèdent une trop grande place aux identités sexuelles dans le processus de développement psychique des individus, contribuant ainsi au sabotage de leur puissance thérapeutique et se rendant incapables de comprendre les ratés de l’hétérosexualisation. Cette sur-signification du bimorphisme sexuel me semble préjudiciable aux patient/es qui ne souhaiteraient ou ne pourraient pas se conformer à une apparence physique strictement masculine ou féminine[3] et à tou/tes celles et ceux dont le comportement sexuel n’est pas fondé sur le mythe de la complémentarité des sexes. En outre, il apparaît que la question du langage soit cruciale ici et que les termes dont nous disposons actuellement pour penser le sexuel ne soient pas aptes à définir la pluralité qui s’affirme.


[1] John Money emploie pour la première fois le terme 
de “genre” en 1955, pour désigner l’apparence physique et les caractéristiques psychologiques des enfants intersexués. Son usage sera popularisé en sciences sociales par Robert STOLLER, grâce à la publication de son ouvrage Sex and Gender: On the Development of Masculinity and Feminity, New York : Science House, 1968 et par John MONEY et Anke A. EHRHARDT. Man & Woman, Boy & Girl: The Differentiation and Dimorphism of Gender Identity from Conception to Maturity, Baltimore : Johns Hopkins University Press, 1972.

[2] ANSARA Gabriel Y. et HEGARTY Peter. Cisgenderism in psychology: pathologising and misgendering children from 1999 to 2008, Psychology & Sexuality, 2012, vol. 3, n° 2, p. 3. Sur l’usage du « genre » en psychanalyse, voir l’article de MITCHELL Juliet. Utiliser Winnicott pour comprendre le genre (sexe social),
Figures de la psychanalyse, 2006, vol. 2, n° 14, p. 119-131 et l’histoire qu’en donne Elisabeth YOUNG-BRUEHL dans l’introduction à la revue Gender and Psychoanalysis, 1996, vol. 1, n°1, p. 7-18.

[3] C’est le cas en particulier des intersexes dont les possibilités anatomiques, chromosomiques et identitaires sont presque infinies, comme l’atteste le numéro de la revue Nouvelles questions féministes, consacré à la question de l’intersexuation : A qui appartiennent nos corps ? Féminisme et luttes intersexes, Nouvelles questions féministes. Revue internationale francophone, Antipodes, 2008, vol. 27, n°1, 167 p. Voir aussi à ce sujet le fameux articles d’ Anne FAUSTO-STERLING. The Five Sexes: Why Male and Female Are Not Enough ? The Sciences, mars/avril 1993, p. 20-24.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.