« Les discours psys de l’intersexuation » CR de la séance de l’atelier présentée par Noémie Marignier le 10/11/14

Lors de cette séance, on s’est intéresséEs à la manière dont les psys traitent la question de l’intersexuation (c’est-à-dire des personnes qui naissent avec des organes génitaux qu’on ne peut assigner au sexe mâle ou femelle) à partir de l’étude d’extraits d’articles médicaux de clinicien.ne.s. concernant l’intersexuation.

Tout d’abord j’ai présenté la prise en charge des enfants intersexes à l’hôpital : la naissance des enfants intersexes est toujours vécue comme un drame par l’équipe médicale, qui estime qu’il faut agir au plus vite pour assigner un sexe. Cette vision dramatique de la naissance a sans nul doute des conséquences sur la manière dont les parents eux-mêmes vont vivre et envisager l’intersexuation de leur enfant.

J’ai ensuite montré un certains nombres de stéréotypes concernant le genre et la sexualité présents dans le discours des psys : leurs discours relaient des idées sexistes, homophobes et transphobes (et bien sûr intersexophobes), ce qui a évidemment conséquences sur la prise en charge psy des parents et des enfants.

Il a ensuite été question du flou conceptuel entourant les notions de sexe, de genre et de sexualités dans le discours des psys, ce qui semble étrange pour des professionnelLEs pour qui les questions de sexes, genres et sexualité sont au centre de leur travail.

Cela m’a permis de montrer une absence de réflexivité problématique chez les psys spécialistes de l’intersexuation : en effet ceux-ci découvrent chez leurs petitEs patientEs et chez leurs parents des troubles identitaires qui reposent sur des concepts eux-mêmes extrêmement troubles de sexe et de genre. En fait, dans leurs discours, les psys tendent à prouver des théories qu’illes ont eux-mêmes forgées : leur raisonnement est souvent circulaire et tautologique. Le concept de bisexualité psychique, par exemple, semble devoir être questionné par rapport à la clinique de l’intersexuation plutôt que perpétuellement démontré.

Finalement, on remarque que dans les discours des psys, l’attention aux patientEs, à leurs souffrances et à leurs paroles est très peu présente : il s’agit bien plutôt de chercher à prouver la difficulté inhérente au fait de ne pas rentrer dans la binarité du sexe (et du genre) et de ne pas (forcément) être hétérosexuelLE.

Les discours psys se montrent alors très rigides, refusant d’accepter les paroles de parents ou d’enfants se vivant autrement que dans la binarité homme/femme et les qualifiant de pervers ou de déraisonnables.

En conclusion, il apparaît que dans ces discours il est très peu question du bien-être des enfants intersexes et de leurs parents ; les psys spécialistes de l’intersexuation semblent ne pas mettre au centre de leurs pratiques la démarche de soin.

Le diaporama de la séance est disponible à cette adresse: discourspsys.pptx – 2.8 MB


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *