L’expérience sérielle des adolescents : d’une initiation à la grammaire amoureuse à l’analyse de sa propre expérience

Cécilia Germain, Doctorante en sociologie à l’Université de Grenoble sous la direction de Sébastien Schehr et réalisant une thèse intitulée « L’entrée dans la sexualité, entre scénario idéalisé et réalité vécue », est venue nous présenter l’une de ses recherches portant sur la série télévisuelle Glee. Elle s’est intéressée non seulement au contenu de cette dernière, mais également à la réception de ce programme par de (jeunes) adolescent.e.s.

Après nous avoir présenté – dans ses grandes lignes – cette série télévisuelle, Cécilia Germain s’est attachée à exposer le caractère « antihéroïque » de la plupart des personnages y tenant un rôle important. Peu populaires au sein de leur lycée, ces protagonistes appartiennent en effet, à la chorale de l’établissement, club faisant l’objet d’une relative stigmatisation. En usant, par la mise en scène de ces personnages, d’un mode mimétique bas, la série permet alors aux jeunes téléspectateurs de se reconnaître plus facilement dans les expériences vécues de ces « antihéros ». La série Glee propose de surcroît – à chaque nouvel épisode – aux « jeunes » la regardant, une véritable « leçon de vie ». Les diverses expériences des personnages se font en effet le support de messages prônant tolérance et acceptation de soi. Les régulières coupures musicales (6 ou 7 par épisode) sont enfin un espace de visibilité pour les monologues intérieurs des personnages, offrent la possibilité de traiter plus légèrement des thématiques jugées « délicates », et permettent un accès privilégié aux points de vue des différentes protagonistes

Bien que mettant en scène une certaine diversité (origines sociales et ethniques ou encore orientations sexuelles), cette série télévisuelle diffuse toutefois une vision relativement normative du genre et de la sexualité. Les filles affichant une sexualité « active » souffrent en effet, par exemple, d’une image fortement négative, quand les garçons dans la même situation semblent pouvoir la vivre et l’exposer plus librement. La série offre par ailleurs une place non négligeable à la question de la « fidélité » comme à celle de l’ « abstinence ». Les jeunes filles connaissant une grossesse non désirée sont en conséquence bien souvent rejetées et font l’objet d’une forte stigmatisation. L’adultère « commis » par une femme hétérosexuelle ou un homme homosexuel est enfin davantage stigmatisé que lorsqu’il est « réalisé » par un homme hétérosexuel – laissant ainsi transparaître des formes de « domination masculine ».

Il est également possible de mettre en évidence l’existence, dans cette série télévisuelle, d’un « schéma » des relations amoureuses. Initialement dans une quête d’un « amour romantique », les personnages se tourneront (à la suite de déceptions plus ou moins nombreuses) vers une période de succession de « relations pures » – testant de la sorte différents partenaires à la quête de l’ « élu.e » –, avant de trouver la « bonne personne », avec laquelle ils pourront alors envisager de construire leur avenir, dans le cadre d’une relation à nouveau « romantique ».

Les témoignages d’adolescent.e.s sur la série télévisuelle Glee révèlent la manière dont ces dernier.e.s ont une très bonne connaissance des différents épisodes.

Il est toutefois possible de mettre en lumière des réceptions « contrastées » de la série Glee. Si certain.e.s adolescent.e.s semblent en effet l’apprécier en ce qu’elle donne à voir des personnages ayant sensiblement le même âge qu’eux/elles, tombant amoureux et se démêlant parfois d’histoires complexes ; d’autres lui reprochent au contraire son manque de réalisme. Cette dernière opinion apparaît comme étant principalement partagée par des jeunes ayant déjà connu des relations amoureuses et étant dès lors en mesure de mettre à distance, au regard de leur(s) propre(s) expérience(s), les relations mises en scène dans la série.

Abordant des thématiques qui intéressent les adolescent.e.s, mettant en scène des « antihéros », et fonctionnant sur un mode « mimétique bas », la série Glee permet aux jeunes téléspectateurs de se reconnaître dans les différentes expériences des personnages.

Si la série met en avant une grande diversité de pratiques, y demeurent néanmoins un certain nombre de stéréotypes de genre. Une distinction quasiment manichéenne est en effet par exemple opérée entre « bonnes » et « mauvaises » pratiques (nombre de partenaires, fidélité, etc.), et les comportements « déviants » féminins font plus facilement l’objet de stigmatisation que les mêmes attitudes masculines.

Des témoignages d’adolescent.e.s sur la série permettent de mettre en lumière l’écart de réception entre les « jeunes » n’ayant pas encore connu de relation – appréciant ainsi la série en ce qu’elle leur donne à voir des expériences – et ceux ayant déjà connu une ou plusieurs relation(s) – mettant dès lors plus facilement en évidence le manque de réalisme de la série.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.