« En finir avec l’hystérie? » (30/04/15) avec Mira Younes

Ras-Ras-N-14-Doris-text

Crédits: Ali Kaaf (Ras Ras N14 – Doris text)

 

La sixième séance de l’atelier EFiGiES «psychanalyse(s) et savoirs situés», aura lieu le jeudi 30 avril à 19h45 à la MIE – Bastille (50, rue des Tournelles, Paris 75003). On discutera une intervention de Mira Younes (UTRPP, Paris 13):  

 

 «En finir avec l’hystérie?»

Imputation (occidentale) populaire plus ou moins empreinte de sexisme et/ou de discrédit, l’ « hystérie » est à ce jour une catégorie usitée par la plupart des praticien.ne.s qui se réfèrent à la psychanalyse. Dans le champ psychiatrique, ou sa version américaine dominante, l’entité ne figure plus dans le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) depuis 1980 [1]. Une aubaine ? Rien de moins assuré, lorsque sa présence cryptée (nombre de « troubles » portent linguistement la trace des reconstructions de l’hystérie à l’aube du XXe siècle [2]) s’allie à un biologisme aussi peu soucieux du sujet que des rapports sociaux. À travers une brève historicisation des définitions neurologiques, psychanalytiques et psychiatriques de l’hystérie depuis le XIXe siècle, cet exposé mettra en relief les assignations genrées et hétéronormatives matérialisées dans les approches successives de l’hystérie, ainsi que les lignes de partage de la classe et de la race qui traversent les définitions de « l’hystérie virile » et de nombre de syndromes apparentés (sinistrose des ouvriers immigrés [3], syndrome méditerranéen, « syndrome nord-africain » [4]). Dans la mesure où le genre est « une façon première de signifier les rapports de pouvoir » [5] – qu’il s’agisse de rapports de domination institués, ou de relations de pouvoir plus contingentes, à partir desquels surgit le sujet – l’air de famille produit par les choix symptomatiques, et surtout par l’accueil qui leur est réservé, invite une lecture critique. Les symptômes de «conversion» semblent adresser les questions de la signification sociale des corps et de leur investissement ; des «idéalisations morphologiques» [6] et des pratiques matérielles différentielles dans lesquelles ceux-ci sont pris.

Nous avons besoin de construire « un discours qui nous permettrait de rendre compte de la manière dont une potentielle rébellion peut être subvertie » ; un discours sensible « aux mécanismes par lesquels le sujet s’empêtre parfois dans une connivence avec les forces qui maintiennent sa propre domination » [7]. En s’appuyant sur les apports de la psychodynamique du travail, ainsi que d’autres resignifications féministes et critiques, il s’agira d’en finir avec l’hystérie comme savoir-pouvoir, qui structure l’interprétation des voix qui se cherchent [8].

 

Les places étant limitées, mieux vaut s’inscrire pour chaque séance en écrivant à l’adresse:

psychanalyses.savoirs.situes@mailoo.org

 

============

[1] Le DSM-III se déleste des psychonévroses freudiennes, l’éclatement nosographique de l’hystérie est déjà sensible dans les « troubles névrotiques » de l’époque.

[2] Après la suppression du « trouble de la personnalité histrionique » , il s’agit notamment dans le DSM-V (2013) des deux entités suivantes : le « trouble dissociatif » (l’amnésie dissociative, le trouble de dépersonnalisation/déréalisation…) et le trouble des symptômes somatiques.

[3] SAYAD, Abdelmalek. « La maladie, la souffrance et le corps » in La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré. Paris: Seuil, 1999, p. 255-303 (coll. Liber).

[4] FANON, Frantz. « Le syndrome nord-africain », Esprit, 1952, p. 237-251.

[5] SCOTT, Joan. « Genre : Une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, nº37-38, 1988, p. 141.

[6] Pour cette notion destinée à déconstruire le phallus de la psychanalyse, voir : « Le phallus lesbien et l’imaginaire morphologique » in BUTLER, Judith. Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe. Paris: Éd. Amsterdam, 2009, p. 69 – 102 (trad. Charlotte Nordmann).

[7] [ma traduction], citation de BORDO, Susan. « The Body and the Reproduction of Femininity » in Unbearable Weight: Feminism, Western Culture, and the Body (chap. 5). Berkeley: University of California Press, 1993.

[8] Cf. MOLINIER, Pascale, « Différences dans les voix différentes » [à paraître], Recherches Féministes, 28, 1, 2015.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.