4 juin: « Pluraliser l’œdipe: mythes alternatifs, circulation exogamique d’objets et nouvelles maternités »

La huitième et dernière séance de l’atelier EFiGiES «psychanalyse(s) et savoirs situés» aura lieu le jeudi 4 juin 2015 à 19h45 à la MIE – Bastille (50, rue des Tournelles, Paris 75003).

Sarah-Anaïs Crevier Goulet (UC-Louvain/Paris 3), Nayla Debs (Paris 7), Elsa Polverel (Paris7) et Beatriz Santos (CEV/Toulouse2), y présenteront une intervention collective:

 

« Pluraliser l’œdipe: mythes alternatifs, circulation exogamique d’objets et nouvelles maternités« 

Dans cette présentation à quatre voix, nous aimerions revenir sur la place tenue par le complexe d’Œdipe dans les théorisations psychanalytiques contemporaines à propos de la sexualité et de la famille.

Depuis les années 1980 et l’arrivée des premiers bébé-éprouvettes, toute démonstration d’une possible disjonction entre sexualité et reproduction mobilise les cercles psychanalytiques. L’idée que la parentalité puisse être séparée (voire affranchie) du corps biologique de ceux et celles qui veulent devenir parents interpelle la pensée psychanalytique. Cette idée (présente notamment dans les parentalités par adoption et dans la construction de familles homoparentales) semble menacer aux yeux de certains un ordre fondamental et structurant qui garantirait l’équilibre psychique de chaque sujet. Elle inquiète les tenants des discours normatifs sur la société, qui voient dans des concepts tels que « l’Œdipe »,le « Nom-du-Père » ou « l’ordre symbolique » un argument contre la reconnaissance des schémas familiaux non-hétérosexuels (couples gays et lesbiens), non-fertiles (parents stériles et certains sujets trans-genres), ou non-duels (mère ou père célibataire).

Mais une telle orientation hétéronormative et familialiste est-elle la destinée de la psychanalyse ? Ou de nouvelles théorisations, toujours basées sur des préceptes psychanalytiques, sont-elles pensables comme réponses aux configurations familiales différant de celles connues par Freud ?

C’est sur cette dernière question que nous voudrions concentrer notre  présentation. Il s’agira de i) revenir sur les définitions de l’Œdipe, et le rôle qu’il tient dans la détermination de ce que Michel Tort a appelé la « solution paternelle », décrite comme une sorte de « solution psychanalytique par le père » [Beatriz Santos] ; ii) penser cette remise en question de l’Œdipe que nous retrouvons dans les travaux de Tort avec a) l’analyse du travail des cliniciens qui reçoivent des familles homoparentales [Elsa Polverel] et b) L’analyse anthropologique d’autres modèles de famille, telle que proposée par Maurice Godelier, qui interroge les notions de parenté et de filiation et qui présente l’intérêt sinon de remettre en question les thèses structuralistes de Lévi-Strauss, du moins de les nuancer. [Nayla Debs] ; et iii) proposer des mythes alternatifs à l’Œdipe,fondés sur une autre conception de la parentalité/maternité, comme on le retrouve dans les travaux des psychanalystes américaines Deanna Holzmann et Nancy Kulish [Sarah-Anaïs Crevier Goulet]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.