4ème séance de l’atelier Genre, Normes procréatives et Parentalité

Bonjour,
 
La prochaine séance de l’atelier « Genre, normes procréatives et parentalité » se tient ce mercredi 10 juin 2015, de 9h30 à 12h30, sur le site Pouchet, au 59-61 rue Pouchet, Paris (métro Guy Môquet / Brochant / Porte de Clichy). La salle sera indiquée à l’accueil.
 
Histoire et pratiques de la gynécologie dans l’espace francophone aux XIXème et XXème siècles
Séance coordonnée par Julie De Ganck et Lucile Ruault
Intervenantes :
Julie De Ganck (Aspirante FNRS – doctorante à l’Université libre de Bruxelles, membre de Grabuges – Groupe associatif belge de recherches féministes, de genre et sur les sexualités) : « Questionner l’histoire de la gynécologie dans l’espace francophone »
Aurore Koechlin (doctorante en sociologie et études de genre, Paris 8) : « Les mobilisations professionnelles et politiques contemporaines autour d’une spécialité de la santé des femmes, la gynécologie médicale »
 
Pour toute proposition ou demande de renseignement, vous pouvez nous contacter par mail : gnp.santeetsociete@gmail.com 
 
En espérant vous voir nombreuses mercredi!
 
Les coordinatrices du groupe de travail GNP : Irène-Lucile Hertzog (CERReV, Caen),  Marie Mathieu (Cresppa-CSU, Paris 8/IREF, UQAM) et Lucile Ruault (CERAPS, Lille 2)
Avec le soutien de l’association EFiGiES, de la MSH Paris-Nord et du Réseau des jeunes chercheur.es Santé & Société.
 
GNP 2015, séance 4 : Histoire et pratiques de la gynécologie dans l’espace francophone aux XIXème et XXème siècles
Les travaux à lintersection de lhistoire de la médecine, du genre et des sexualités occupent aujourdhui une place importante au sein des sciences humaines et sociales. Les années 2000 ont marqué un tournant de ce point de vue en francophonie. Les travaux sur les relations entre sexe et genre ont en effet investi le corps pour étudier la construction sociale de l’être sexué et sexuel. Le champ médical constitue de ce point de vue un terrain denquête privilégié. Ces nouvelles approches ont transformé la manière denvisager lhistoire des traitements du corps des femmes et cette évolution est déjà perceptible dans les nouvelles recherches consacrées à la maternité et aux usages des techniques de procréation notamment. Lhistoire des discours et des interventions sur les corps ont en ligne de mire l’étude de la production et des transformations des identités.
Malgré ce contexte historiographique, force est de constater que les travaux sur lhistoire de la gynécologie restent relativement peu nombreux. La consultation des différentes recherches autour de la « médecine des femmes »pour envisager la question très largement laissent en outre pantois. Très peu dentre elles ont jusquici questionné lhistoire de la gynécologie comme discipline particulière, si ce nest à travers des maladies ou des thérapeutiques isolées. Rares sont les réflexions sur la définition même de la gynécologie comme domaine de savoirs et de pratiques. Les travaux historiques régulièrement cités sont le plus souvent soit issus de lhistoriographie anglo-saxonne, soit consacrés à lhistoire de lobstétrique. Or, l’étude de lhistoire de la gynécologie comme spécialité et profession médicale peut apporter un éclairage intéressant sur la production, la circulation et lusage des savoirs et des thérapeutiques appliquées aux corps des femmes dans lespace francophone.
En effet, George Weisz a déjà indiqué dans ses travaux sur la spécialisation la singularité de la gynécologie française qui, contrairement à la situation dans les autres pays occidentaux quil a étudiés (USA, Angleterre, Allemagne), ne sest unie à lobstétrique quaprès la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre dune régulation des spécialités par lEtat. Cette union est néanmoins restée incomplète en France puisquune gynécologie distincte (médicale ou chirurgicale) continue à exister à côté la gynécologie-obstétrique. Lunion de la gynécologie et de lobstétrique na donc rien d’évident ou de naturel. Au contraire, les convergences entre gynécologie et obstétrique ont constitué un enjeu important, donnant lieu à de nombreux débats à lintérieur et à lextérieur de la profession. Par ailleurs, des gynécologues français du Second Vingtième siècle se seraient alliés au mouvement des femmes dans la lutte pour la contraception et lavortement, se distinguant en cela, semble-t-il, de leurs homologues américains. Cette potentielle alliance entre usagères et gynécologues, ses implications politiques, ainsi que la mise en débats des savoirs médicaux qui en aurait résulté, demeure à explorer et à interroger. Ni lhistoire de lobstétrique ni lhistoriographie anglo-saxonne de la gynécologie ne peuvent donc suffire à appréhender lhistoire de la gynécologie. Celle-ci se révèle pourtant être un objet d’étude incontournable pour étudier le rôle de la médecine dans la constitution contemporaine des corps et des identités.
Cette séance de latelier GNP aura pour but denvisager lhistoire de la spécialité et de la profession dans une perspective féministe et de genre. Elle sappuiera sur des études des cas belges et français. En outre, la question de la participation active des usagères à la prise en charge de leur corps et de leur santé est relativement peu traitée dans les travaux évoqués. Un pan entier de lhistoire des soins, et bien sûr de lhistoire des femmes, reste à élaborer de ce point de vue. Il sagirait notamment danalyser les modalités de fabrication des connaissances et instruments aux frontières de linstitution médicale. À partir de données empiriques, cette séance sera loccasion dappréhender certaines des formes contemporaines que prend cette perspective de réappropriationdes savoirs et pratiques médicales.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.