L’écriture scientifique existe-t-elle?

La tradition positiviste, encore largement dominante, fait du texte scientifique, un lieu transparent de fixation et de transmission de représentations adéquates du monde. De ce point de vue, l’écriture scientifique n’a donc pas besoin d’être réfléchie, ni pensée, ni, par conséquent, enseignée…

L’écriture constitue cependant le pivot de la connaissance scientifique, de sa transmission et donc de sa validation, mais aussi, en amont, le médium de sa construction. Elle fait partie intégrante de la construction des connaissances et est donc une forme de production de la réalité et du social.

L’écriture de la recherche est porteuse et productrice de valeurs et de normes en dehors de sa finalité, en dehors de la production de connaissance sur un sujet donné. Concrètement, cela se traduit par le fait qu’un texte de recherche est validé par le sérieux de sa recherche, l’originalité de ses résultats et par son écriture.

Quelle place prend alors l’écriture par rapport à la pensée, mais également par rapport au jugement de la communauté scientifique ?

Pour en savoir plus, l’atelier pro vous conseille la lecture passionnante du compte-rendu de l’intervention de Maryvonne Charmillot sur l’écriture scientifique lors du séminaire Les aspects concrets de la thèse du 5 novembre 2010.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.