Compte rendu Atelier n°2 : « Mélanie Gourarier : sociabilités masculines hétérosexuelles au sein de la Communauté de la séduction en France »

« Mélanie Gourarier : sociabilités masculines hétérosexuelles au sein de la Communauté de la séduction en France »

 

Dans une salle comble, nous avons eu le plaisir d’accueillir Mélanie Gourarier lors de notre deuxième atelier de réflexions autour des rhétoriques [anti]féministes qui s’est tenu le 22 janvier 2016.

Mélanie Gourarier est docteure en anthropologie sociale et en ethnologie. Elle est actuellement post-doctorante à l’EHESS. Toute son actualité ici : http://melaniegourarier.com/

Mélanie Gourarier est venue nous parler des communautés composées d’hommes (communauté de la séduction, associations de pères) qui ont des rhétoriques que nous pourrions qualifier d’antiféministes.

 

Voici le compte rendu de son intervention :

Mélanie a  beaucoup travaillé sur le masculinisme qu’elle différencie de l’antiféminisme : le masculinisme est un phénomène social diffus aujourd’hui organisé autour de causes et de revendications multiples.

On parlera donc de masculinismes au pluriel puisque l’on admet qu’il en existe une grande diversité, tous traversés par des stratégies identifiables.

Dans son parcours de recherche, Mélanie Gourarier a d’abord approché un mouvement qui ne se revendique pas masculiniste (communauté de la séduction) pour ensuite en étudier un qui s’en réclame ouvertement (associations de pères comme SOS Papa).

Historiquement, on situe les premiers mouvements d’hommes à la fin des années 1970. Ils émergent en réponse à la deuxième vague féministe.  Ils sont donc un contre-mouvement, « en réaction et de réaction ».

 

Les ressorts du masculinisme

Mélanie qualifie de masculiniste « toute pensée axée sur la subjectivité masculine, concédant aux homme sinon la place de victime, au moins celle de subordonné. » Ainsi, est masculiniste « toute personne ou groupe de personnes qui travaille à défendre la cause des hommes et  à l’amélioration de la condition masculine, dans un mouvement de confrontation réactive, vis-à-vis des femmes en général et du féminisme en particulier. »

Pour Mélanie Gourarier, contrairement à l’antiféminisme, il existe une particularité et une singularité historique des masculinismes. En effet, ces derniers reposent sur une opposition et une réification du féminisme en constituant les hommes en groupe social spécifique capable de développer des revendications masculines et constitutives de leurs prérogatives.

Le masculinisme est animé par une dynamique de contestation des mouvements de libération sexuelle. Il met au jour une idéologie nouvelle, celle de la « conscientisation de l’identité masculine ». Ce faisant, il fait émerger des éléments qui relèveraient d’une condition masculine et qui nécessiteraient donc d’être défendus en vertu d’intérêts masculins.

Cette défense de la cause des hommes opère une inversion des rapports de pouvoir puisque ce sont cette fois les hommes qui s’estiment victimes de la remise en cause de l’ordre patriarcal. Ils se pensent ainsi comme minoritaires.

Revenons sur la notion de « contre-mouvement ». Il est intéressant de relever qu’elle peut être associée aux mouvements conservateurs  mais aussi réactionnaires. Les groupes masculinistes dénoncent certes les méfaits du féminisme mais ils s’en inspirent pourtant en défendant à leur tour leur condition d’homme.  On observe donc une reprise des mouvements auxquels ils s’opposent à l’origine et à qui ils « doivent » leur existence.

Une fois théorisé, Mélanie Gourarier s’intéresse à la manière dont se constitue cet espace. Une crainte de la perte de privilèges masculins y est sous-jacente. Autour de la notion de « crise de la masculinité », Mélanie Gourarier a constitué deux terrains d’enquête : celui de la communauté de la séduction en France et celui de la défense des droits des pères. Selon les groupes, ces hommes n’appartiennent pas aux mêmes classes sociales et n’ont pas les mêmes revendications. Néanmoins, ils partagent leur intérêt pour ce qu’ils identifient comme une mise en péril de leur condition.

 

La communauté de la séduction en France

Mélanie Gourarier a soutenu sa thèse qui portait sur la communauté de la séduction en septembre 2012. Elle s’intitule : Séduire les Femmes pour s’apprécier entre hommes. Une ethnographie des sociabilités masculines hétérosexuelles au sein de la Communauté de la séduction en France.

Sa publication est attendue en ce mois de janvier 2016 chez Seuil, Éprouver la masculinité. Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes.

A la rencontre d’une communauté…

Cette communauté est composée d’hommes hétérosexuels ayant pour ambition de devenir des séducteurs. Elle a émergé à la fin des années 1990 en Californie sous la forme de groupes de parole entre hommes consacrés à la liberté de leur expression et à l’expérience masculine. Tous se retrouvent autour d’une expérience malheureuse qu’ils seraient empêchés d’exprimer dans et par la société puisque cette dernière dévaloriserait le masculin.

Il est intéressant de noter que la Californie est la terre de naissance du coaching et du développement personnel. Le coaching doit pouvoir reconfigurer les comportements humains et les réorienter dans une trajectoire d’excellence. La communauté étudiée par Mélanie Gourarier récupère cette idéologie pour l’appliquer aux rapports homme/femme (amour et sexualité).

A ses débuts, la communauté comptait environ 200 hommes. Parmi eux, des experts de l’informatique se sont approprié les techniques de communications, les premiers tchats pour diffuser des savoirs échangés en vase clos. Depuis, le groupe se diffuse viralement et de plus en plus d’hommes adhèrent à ce genre de pratiques.

En témoigne le succès auprès des hommes et, chose nouvelle, auprès des très jeunes (collégiens, lycéens), de l’ouvrage de Neil Strauss, The Game.

Thegame

Pour vous faire une idée… : https://www.arte.tv/

et le fameux site du coach : https://www.neilstrauss.com/

Analyse

Mélanie Gourarier précise que pour ces groupes, la séduction hétérosexuelle est la loupe des rapports entre hommes et femmes dans la société et est considérée comme à l’origine des difficultés éprouvées dans ces rapports. C’est d’ailleurs un discours que l’on retrouve dans tous les magazines populaires qui se réclament « scientifiques ». Au moment de la Saint Valentin, par exemple, la presse est inondée d’articles consacrés à l’impossibilité de la rencontre car les sexes seraient de plus en plus indifférenciés. On retrouve l’idée selon laquelle le désir et l’amour devraient fonctionner sur le principe de différenciation.

L’objectif de ces communautés de la séduction est de reconquérir le pouvoir qu’ils auraient perdu. Pour ce faire, la solution est de devenir un parfait séducteur. Les clients se voient donc donnés par les coaches des exercices pratiques censés, au fil du temps, permettre l’intériorisation de normes. Ces dernières devenant peu à peu une seconde nature chez l’homme qui pourra alors enfin être considéré «individu masculin fini ».

Leur idéologie et leurs techniques de séduction masculine reposent sur l’idée d’un contexte singulier à savoir celui d’une égalité acquise entre les sexes et parfaitement entérinée par la société.

Ces hommes ont entre 20 et 25 ans et se disent les enfants des révolutions féministes. Ils considèrent donc que la norme est celle d’une « société post-égalitaire » : l’égalité y serait parfaite et même dépassée puisque l’on assisterait à une inversion des rapports de pouvoir.

Christine Delphy a proposé une conceptualisation de ce discours : le « mythe de l’égalité déjà là ». A écouter ici : 

 

Ce postulat a deux effets. D’abord, les inégalités effectives s’effacent dangereusement. Ensuite, les revendications féministes apparaissent dépassées et perdent leur légitimité sociale.

Il est important de noter que pour la communauté, les revendications féministes ont été positives dans le passé. Dans leur présent, elles deviennent socialement néfastes. Ce discours est à retrouver autour de la notion de « libération sexuelle », aujourd’hui source de nombreuses controverses.

A lire : Alain Giami, Gert Hekma (dir.), Révolutions sexuelles, La Musardine, coll. « L’attrape-corps », 2015, 394 p et son résumé : https://lectures.revues.org/18807

Voici comment un enquêté de 36 ans se confie à Mélanie Gourarier sur notre société : une « société d’hommes frustrés et dominés par les femmes », femmes qui seraient des « bourreaux psychologiques en talons aiguilles »

Dans ce contexte, les hommes sont appelés à s’unir pour une lutte antiféministe.

Un discours du consentement féminin…

Mélanie Gourarier a remarqué un tabou au sein de la communauté, celui de la violence physique. Les membres tiennent donc plutôt un discours du consentement féminin qui tend à masquer la violence physique et morale. Tout l’enjeu est de la mettre au jour, ainsi que les processus qui l’invisibilisent.

Il n’est donc pas anodin que la séduction, qui par définition exclue la violence, représente le moyen le plus efficace pour s’imposer. D’autant plus qu’elle est aux yeux de la communauté, l’arène principale où se jouent les rapports entre les sexes.

L’idéologie est stricte mais dans les faits les membres sont très communs. « Ce pourrait être votre père, votre frère », dit Mélanie Gourarier. Les idées exprimées sont diffuses et banales et n’empêchent pas des pratiques parfois un peu plus dites « égalitaires ».

Néanmoins, ce qui passe pour du progressisme ne l’est pas réellement et, inversement, ce qui semble réactionnaire ne l’est pas entièrement. En effet, pour reconquérir le pouvoir qu’ils auraient perdu, ces hommes doivent  neutraliser le fait que les femmes sont objet de désir et devenir à la fois un objet désirant et désirable. Ils ont donc successivement une position active d’expression du désir au moment de choisir leur partenaire, la cible de leur séduction, avant de se poser en objet, plus passif en voulant être désiré par la partenaire désignée.

Pour aller plus loin, lire l’article de Mélanie : « La Communauté de la séduction. Des apprentissages masculins », Ethnologie Française, vol.43, n°3, 2013, p.425-432.

Cette rhétorique de la remise en ordre du monde social en péril par la remise en ordre du genre se retrouve dans les associations pour le droit des pères.

 

Associations pour les droits des pères

Nous avons tous vu ou entendu parler de ce slogan de 2013 repris en majuscule, de couleur rouge et noir et inscrit sur des draps blancs : « pères bafoués, enfants volés, ça suffit ! ». Des pères se sont hissés en haut de ponts, de grues, à la cime d’arbres (etc.) de façon à en être indélogeables.

Ces manifestations spectaculaires avaient pour but d’exprimer leur mécontentement en lien avec la justice familiale à laquelle les parents qui ne trouvent pas seuls un accord sont confrontés au moment de la séparation.

La médiatisation de ces pères et des associations qui les ont portés a permis leur forte visibilité en France.

Dans ces associations, la mise en péril du masculin n’est pas dans la séduction mais dans la promotion du pater familias qui serait en danger. Les discours traduisent une vision de la paternité comme un enjeu politique et collectif de la cause des hommes.

Mélanie Gourarier a suivi le mouvement de la condition paternelle à Paris. (http://www.fmcp.org/)

Leurs activités se déclinent sous deux formes. Les permanences sont assurées les mardis et les jeudis. Tous les mardis se tiennent des tables rondes durant lesquelles les adhérents se présentent avant que les cas de chacun soient discutés en petits groupes. Des débats sur des thématiques générales autour de grandes questions telles que « Qu’est-ce qu’être père ? », « Qu’est-ce qu’être mère ? », ont lieu tous les jeudis. Ces sessions sont encadrées par des bénévoles

Ces associations se justifient par le fait que la justice et la société seraient favorables aux mères et aux femmes. On cherche alors à reconnaître la paternité comme une constituante d’une cause globale masculine.

A lire : les travaux d’Aurélie Fillod-Chabaud qui a fait une thèse de sociologie sur la paternité post-divorce : « Au nom du père. Une sociologie comparative du militantisme paternel en France et au Québec ».

Au sein de l’association analysée par Mélanie Gourarier, on retrouve des hommes qui considèrent que la justice les a dépossédés de leurs droits. Fait intéressant, ces associations ne fournissent pas que du soutien juridique puisque des discussions et du soutien moral, et même culturel s’y jouent (théâtre, cinéma, livres, actualités des recherches en sociologie, en anthropologie etc.).

Les hommes concernés ont majoritairement été quittés par leur femme. Il y a souvent une absence de communication avec l’ex-conjointe. Beaucoup s’adressent à l’association car ils sont accusés de violences (parfois sexuelles) envers leur ex-femme et/ou leur(s) enfant(s). Ils se considèrent alors les victimes de fausses accusations et dénoncent des stratégies de la justice et des femmes mises en oeuvre pour leur prendre de l’argent et obtenir le droit de garde.

Mélanie Gourarier remarque que la moyenne d’âge de ces hommes est de 40 ans, bac + 3 à bac + 5 et en couple avec des femmes au niveau d’études inférieur, parfois de nationalité étrangère et/ou plus jeunes. Il y a donc une situation inégalitaire en la défaveur des femmes que ces hommes nient en s’envisageant en réelle position de faiblesse.

Leur objectif est d’obtenir le droit de garde du ou des enfants et de faire émerger un « nouveau père », porteur de ce qu’ils appellent le « paternisme », qui s’investit avec et pour ses enfants. Ils stipulent que sans paternité, les enfants sont en danger.

SOS Papa situe le paternisme en opposition avec l’archaïque paternalisme qui est orienté vers le pouvoir familial.

Cette notion est envisagée comme une nouveauté. Ce discours neuf doit pouvoir permettre à ces pères d’obtenir la garde des enfants. Le processus est celui de la dépossession des femmes de leur singularité maternelle en la dévaluant pour se l’approprier.

 

Publications de Mélanie Gourarier

À paraître en janvier 2016, Éprouver la masculinité. Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes, Seuil, Paris.

« Penser l’hégémonie », Genre sexualité et société, printemps 2015.

« L’anthropologie de la parenté aujourd’hui », Journal des anthropologues, premier semestre 2015.

« Quand le trouble amoureux contrarie le masculin : la gestion des émotions amoureuses au sein de la Communauté de la séduction en France », Sociologie et sociétés, vol.46, n°1, 2014, p. 37-57.

« Le « mauvais genre » de l’Internet. Séducteurs des rues/séducteurs de la toile », Hermès, n°69/2, 2014, p. 45-49.

« »Désaffecter » la galanterie masculine. La redistribution des transactions hétérosexuelles au sein de la Communauté de la séduction en France », Pensée Plurielle, n°33-34,2014, p. 213-223.

« La Communauté de la séduction. Des apprentissages masculins », Ethnologie Française, vol.43, n°3, 2013, p.425-432.

« Seducing Women to Assess Each Other : Male Hierarchies within the Seduction Community », InMedia [En ligne], 2, 2013. URL : http://inmedia.revues.org/438

« Négocier le genre ? Une ethnologue dans une société d’hommes apprentis séducteurs », Le Journal des anthropologues, n°124-125, 2011, p.159-178.

 

Toutes les recherches de Mélanie : http://melaniegourarier.com/

 

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/05/2016

    […] de la masculinité », concept clé pour les masculinistes (nous renvoyons ici à l’intervention Mélanie Gourarier). Certaines thématiques reviennent systématiquement comme autant de symptômes du déclin de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.