CR 1 – Approches sociologiques et féministes sur des thématiques de corps, de santé et de pouvoir médical

Par Leslie Fonquerne (Certop, UT2J)

En sociologie, de nombreux-ses chercheur.e.s travaillent sur des thématiques de corps et santé mais très peu ont une approche critique féministe systématique. L’approche critique concerne surtout le pouvoir médical, le système de soin et ses inégalités d’accès (Sylvie Fainzang, Didier Fassin, Alain Giami, Claudine Herzlich) etc.

En France, la question du corps dans les revendications féministes a commencé à être visibilisée lors de la Deuxième vague féministe portée par le MLF (mouvement de libération des femmes). À cette période, la médicalisation est remise en question et cela se traduit notamment par la création de groupes de self-help au sein desquels il s’agit d’apprendre, par exemple, à faire des auto-examens gynécologiques. Ces femmes ont donc « court-circuité » le savoir médical dominant – masculin – et ont produit des savoirs sur leurs propres corps qu’elles se sont réappropriés.

Le corps et la santé sont transversaux à nombre de thématiques : travail, alimentation, violences (Dominique Fougeyrollas), sexualités, contraception, etc. Seule une partie d’entre elles est abordée ici.

Une première thématique : santé, corps, alimentation

Priscille Touraille (socio-anthropologue) a travaillé sur les conséquences d’une alimentation différenciée chez les femmes et les hommes. Cela est animé par une idée biologisante selon laquelle les hommes auraient besoin de plus manger que les femmes.

Suite au visionnage de la vidéo ci-dessus, get_couverture-phpnotons qu’il n’est pas nécessaire de parler de protéines « animales ». L’accès à la nourriture et aux protéines en général est différencié. L’idée même que la viande et les protéines animales rendraient fort et qui a pour conséquence la promotion d’une alimentation carniste, découle d’une logique viriliste.  À ce titre, nous pouvons citer l’ouvrage La politique sexuelle de la viande de Carol J. Adams.

De plus, la production mondiale d’aliments animaux participe des inégalités entre les femmes et les hommes

  • d’une part de par la répartition différenciée des tâches qu’elle incombe
  • d’autre part parce-que les femmes sont victimes avant les hommes des conséquences (notamment environnementales) d’une telle alimentation.

Plus largement, cette alimentation différenciée peut-être due au fait que les corps des femmes sont plus exposés, et donc plus jugés. Une des conséquences de cet état de fait est que les femmes sont plus touchées par l’anorexie. Ce rapport au corps différencié profite alors à la médecine : les femmes sont plus nombreuses à avoir recours à la chirurgie bariatrique. À ce titre, Olivier Lepiller a montré que la décision de recourir à cette chirurgie est motivée par le fait de pouvoir continuer d’assurer le travail de care. Il cite une de ses enquêtées qui justifie sa décision : « ça m’a frustrée, je ne pouvais pas courir après mon petit-fils ». Ainsi, pour les femmes, la capacité à effectuer le travail de care et « La capacité physique à effectuer des tâches ménagères, entre[nt] en jeu dans la décision de se faire opérer » (2015).

Une deuxième thématique : santé, corps, vieillissement

Le vieillissement est vécu différemment pour les femmes et les hommes. En effet, les femmes sont invitées à contrôler leur corps vieillissant. Elles sont même incitées à ne pas vieillir en ayant recours à des traitements hormonaux de substitution (THS). Ce recours a généralement lieu au moment de la ménopause – moment qui, rappelons-le, correspond à la sortie de la sexualité pour les femmes, qui est plus précoce que pour les hommes.

Ce sont aussi plus souvent les femmes qui s’occupent des membres vieillissants de leur famille, ce qui peut avoir des conséquences sur leur propre santé.

De plus, en continuant d’assurer ce travail de care aux moments de leur propre vieillissement, les femmes deviendraient robustes, tandis que les hommes vieillissants se fragiliseraient. Le vieillissement est alors un processus social particulier en ce qu’il inverse des caractéristiques sexuées. Pour aller plus loin sur ce sujet, consulter l’article de Ingrid Voléry et Monique Legrand.

Enfin, Monique Membrado (que nous citerons un peu plus longuement dans une thématique ultérieure) fait également office de référence sur ce thème.

Une troisième thématique : santé sexuelle et santé reproductive

Nous abordons ici ces deux thématiques ensemble mais notons que nous pouvons parler de santé sexuelle sans parler de santé reproductive. D’une manière générale, dans ces thématiques les critiques féministes montrent que les corps féminins sont assignés à la reproduction. Les thèmes ci-dessous sont présentés du plus large au plus spécifique : de la biopolitique vers la contraception.

         

          BIOPOLITIQUE DES CORPS FÉMININS

Delphine Gardey, sociologue et historienne, travaille sur des thématiques de corps et biopolitique. Elle montre que les sexes sont des objets médicaux et politiques lourdement investis car la médecine :

  • d’une part différencie les sexes en ayant par exemple développé la gynécologie mais pas l’andrologie,
  • d’autre part elle différencie les corps des femmes selon leur origine, notamment raciale (Angeloff et Gardey 2015).

Il s’agit d’une analyse féministe des techniques médicales. Ce type d’analyse est aussi menée par Arlette Gautier qui signale par exemple des programmes autoritaires de planifications familiales, des tests contraceptifs effectués de manière contrainte sur des femmes dans certains pays pour ensuite les diffuser dans d’autres (Informations recueillies lors de sa communication : « Santé reproductive et intersectionnalité » à la journée d’étude Santé reproductive, inégalités et discriminations : des savoirs et des pratiques, organisée par Alfonsina Faya et Anaïs Garcia, le 15 avril 2016).

         

          QUELQUES TERRAINS FRANÇAIS9782707154293

En France, Michel Bozon, Nathalie Bajos et Michèle Ferrand ont participé à de grandes enquêtes sur des thématiques de sexualités et de contraception.

Michel Bozon travaille sur les inégalités de genre dans la sexualité. Il montre par exemple que les hommes ont plus de partenaires que les femmes, commencent leur vie sexuelle plus tôt, sont plus âgés que leurs partenaires sexuelles, etc. (2002).

Nathalie Bajos et Michèle Ferrand montrent que la contraception participe d’une vision différenciée entre les femmes et les hommes en renforçant l’idée d’une maternité naturelle et responsable qui permettrait finalement une émancipation relative pour les femmes (2004).

Tout comme Delphine Gardey, elles mettent aussi à jour le traitement différencié des corps des femmes selon leur origine raciale : par exemple, en France, une contraception plus définitive et demandant une moindre observance (type implant) est plus facilement proposée à des femmes d’origine subsaharienne (Bajos et al. 2012).

Brigitte Lhomond a également contribué à ce type de grandes enquêtes et ce, en contexte de sida. Elle s’intéresse également aux violences faites envers les femmes. Pour ce qui est de la médecine, elle précise qu’elle a remplacé l’Église au XIXème siècle pour encadrer la sexualité en définissant comme perversion sexuelle tout usage de la sexualité détournée de son but coïtal (In Hirata et al. 2004).

Sur des thématiques de genre et sida, on peut également se référer aux travaux de Stéphanie Mulot (socio-anthropologue) et notamment à son article : « Comment les représentations des rapports de sexe influencent-elles la prévention du VIH/sida ? L’exemple des multipartenariats sexuels antillais « , Revue française de sociologie, 2009, volume 50, n°1 : 63-88.

         

          LE POINT DE VUE DE LA MÉDECINE : MASCULIN GÉNÉRALISANT ET PARTICULARISATION DES CORPS DES FEMMES

Toujours sur la manière dont la médecine participe à la différenciation des corps des femmes et des hommes, on peut se référer à Monique Membrado, Kate Hunt et Sally Macintyre. Chacune, à travers leurs propres études, expliquent que dans le domaine de la santé les hommes sont pensés comme généralisant et le corps des femmes est particulièrement médicalisé quand il s’agit de contrôler la reproduction (Hunt, Macintyre 2000).

Monique Membrado dénonce ce traitement différencié en ce qu’il particularise les femmes du côté de la maternité et du care et les invisibilise du côté des grands problèmes de santé publique (maladies cardio-vasculaires). Les femmes sont aussi plus responsabilisées que les hommes dans la maîtrise de la fécondité du fait des rendez-vous gynécologiques réguliers et du fait aussi que la plupart des contraceptifs soit à usage féminin (2006).

Charlotte Debest fait un constat similaire. Elle montre en effet que les pères sont relativement exclus par le corps médical au moment d’une grossesse et/ou d’un accouchement. La médecine participe donc activement à ce que les enfants restent une affaire de femmes.

Enfin, Laurence Guyard n’adopte pas explicitement une approche féministe critique mais fait un travail rare d’observation de consultations gynécologiques qui sont des situations favorables au jugement des corps des patientes par les médecins. Elle observe un devoir de beauté et de santé chez des femmes qui arrivent aux auscultations en étant très récemment épilées et avec des sous-vêtements coordonnés. Elle montre aussi que les consultations ne sont pas favorables à une homophilie – intérêt et bienveillance que l’on peut ressentir à l’égard d’une personne de même sexe. Certaines gynécologues femmes en sont dépourvues car elles ont intégré les normes de leurs formateurs hommes et se montrent parfois maternantes envers leurs patientes (2002, 2010a, 2010b, 2010c).

Sur le thème de la contraception, Yaelle Amsellem-Mainguy a réalisé une thèse sur la contraception d’urgence (2007), l’entrée des jeunes dans la sexualité et la manière dont ces deux éléments participent à des constructions identitaires de genre.

Actuellement, Cecile Ventola effectue une comparaison entre la France et la Grande-Bregtagne sur l’influence des professionnel.le.s de santé sur les choix contraceptifs des femmes. Les spécificités de la France sont la médicalisation de la contraception, la non-mixité des consultations et la non-diffusion de la contraception masculine (2014).

Enfin, pour ne pas perdre de vue l’importance de l’intersectionnalité et pour élargir les références au-delà du contexte français, nous pouvons citer les travaux de :

  • Alfonsina Faya : « « Lier ou ne pas lier ». Choix contraceptif et stérilisation chez des femmes en milieu populaire urbain du Nord-est brésilien», Autrepart 2009/3 (n° 51), p. 57-73.
  • la sociologue et activiste pour les droits Humains, Angela Koczé : « La stérilisation forcée des femmes roms dans l’Europe d’aujourd’hui », Cahiers du Genre, 2011, vol. 50, no 1, 2011, p. 133.

 

Bibliographie

Amsellem-Mainguy Yaëlle, 2007, La contraception d’urgence. Analyse sociologique des pratiques contraceptives des jeunes femmes., Thèse de doctorat, Université René Descartes – Paris V, Paris, 481 p.

Angeloff Tania et Gardey Delphine, 2015, « Corps sous emprises: biopolitique et sexualité au Nord et aus Sud », Travail, genre et sociétés, n°34 2015, p. 31‑38.

Bajos Nathalie, Bohet Aline, Le Guen Mireille et Moreau Caroline, 2012, « La contraception en France : nouveau contexte, nouvelles pratiques ? », Population & Sociétés, septembre 2012, no 492, p. 1‑4.

Bajos Nathalie et Ferrand Michèle, 2004, « La contraception, levier réel ou symbolique de la domination masculine », Sciences sociales et santé, 2004, vol. 22, no 3, p. 117‑142.

Bozon Michel, Sociologie de la sexualité, Nathan, Paris, 128, 2002

Guyard Laurence, 2010a, « Chez la gynécologue.  Apprentissage des normes corporelles et sexuelles féminines », Ethnologie française, janvier 2010, vol. 40, p. 67‑74.

Guyard Laurence, 2010b, « Sexualité féminine et consultation gynécologique: la part évincée du plaisir », Nouvelles questions féministes, 2010, vol. 29, no 3, p. 44–57.

Guyard Laurence, 2010c, « Des normes corporelles féminines dans la consultation gynécologique » dans Le corps à l’épreuve du genre : entre normes et pratiques, Presses universitaires de Nancy., Nancy, France, (coll. « Epistémologie du corps »), p. 129‑140.

Guyard Laurence, 2002, « Consultation gynécologique et gestion de l’intime », Champ psy, mars 2002, no 27, p. 81‑92.

Hirata Helena, Laborie Françoise, Le Doare Hélène et Senotier Daniéle, 2004, Dictionnaire critique du féminisme, PUF., Paris, 315 p.

Hunt Kate et Macintyre Sally, 2000, « Genre et inégalités sociales en santé » dans Les inégalités sociales de santé, La Découverte, INSERM., Paris, p. 363‑373.

Lepiller Olivier, « Moi je ne demande pas à rentrer dans une taille 36. Recourir à la chirurgie bariatrique après 45 ans », Fournier Tristan, Jarty Julie, Lapeyre Nathalie, Touraille Priscille, Journal des anthropologues, 2015/1 (n° 140-141)

Membrado Monique, 2006, « Les femmes dans le champ de la santé : de l’oubli à la particularisation », Nouvelles Questions Féministes, février 2006, vol. 25, p. 16‑31.

Ventola Cécile, 2014, « Prescrire un contraceptif : le rôle de l’institution médicale dans la construction de catégories sexuées », Genre, sexualité et société, 1 décembre 2014, no 12, p. 2‑16.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *