Atelier Efigies du jeudi 16 février 2017 – Maison de la recherche (ALLSH, Aix)

L’atelier Efigies Aix-Marseille reprendra le thème de l’année en cours lors de sa prochaine séance : « Décoloniser les savoirs sur le genre ». Cette rencontre sera focalisée sur la question du travail :

Décoloniser les savoirs sur le genre
Le travail en question

Le jeudi 16 février 2017 de 14h à 18h

à la Maison de la recherche de la faculté ALLSH d’Aix en Pce
Bâtiment T2 Salle 2.44
29 av. R. Schuman 13621 Aix en Pce

 

Présentation du thème de la rencontre :

Par la thématique de la décolonisation des savoirs, nous nous inscrivons cette année dans un cadre réflexif proposé par les postcolonial studies. Les séances et les travaux présentés sont l’occasion de produire une réflexion méthodologique transdisciplinaire qui propose une mise en pratique de cette décolonisation du savoir. Il s’agit d’engager une réflexion sur les discours, les catégorisations et les pratiques manipulant la catégorie du colonial ou du postcolonial à l’intersection du genre ou des sexualités. Cette rencontre s’articulera autour de deux présentations traitant de la question spécifique du travail : l’une sera proposée par Juana Moreno, anthropologue, sur la féminisation du travail dans le contexte postcolonial marocain et de la culture de la fraise ; la seconde par Mélissa Nayral, anthropologue, sur le travail et les rapports femmes-hommes dans la société kanak postcoloniale.

 

Présentation des interventions :

Juana Moreno, postdoctorante LabexMed, LEST, AMU, CNRS, Centre Norbert Elias, AMU-EHESS-UAPV-CNRS

Etudier la féminisation du travail dans un contexte postcolonial. Rapports au travail, subjectivités et « agency » des ouvrières d’un secteur d’agro-exportation au Maroc.
Cette communication vise à réfléchir sur les apports du féminisme postcolonial à l’analyse du travail des ouvrières dans le secteur de production et exportation de fraises marocaines, tant au niveau épistémologique qu’au niveau théorique.  En même temps, j’essaierai de montrer en quoi l’étude du travail dans l’agriculture mondialisée peut contribuer à déconstruire des regards neo-orientalistes existants sur les femmes maghrébines. Ces questions seront abordées en deux temps. Premièrement, il s’agit d’exposer les questionnements épistémologiques, éthiques et politiques qui ont traversé ma recherche concernant, notamment, mon positionnement comme chercheuse espagnole au Maroc et mes rapports aux sujets de la recherche. Ensuite, je présenterai quelques résultats de la recherche autour de la question des perceptions des salariées sur le travail dans le secteur, la signification qu’elles lui donnent dans leurs trajectoires de vie et les stratégies qu’elles développent pour améliorer leur situation. Le recours à la notion d’agency permet d’échapper au binôme résistance-soumission et d’analyser les pratiques des ouvrières comme des actes complexes incluant la résistance, la négociation, la reformulation et/ou la reproduction des différents rapports de pouvoir.

 

Mélissa Nayral, postdoctorante associée au CREDO (UMR 7308)

Le travail en pays Kanak : changements des rapports sociaux de sexe et enjeux sociopolitiques en contexte de décolonisation laborieuse.
Depuis bientôt 30 ans, la Nouvelle-Calédonie est dans un processus de décolonisation, censée favoriser, depuis 1998 et la signature de l’Accord de Nouméa, le développement du « destin commun », ce devenir collectif façonné jour après jour par tous les habitants du territoire. Or, celui-ci ne renvoie pas seulement aux relations qui existent entre les différents groupes ethniques et politiques qui composent sa population et il concerne également les rapports qu’entretiennent les hommes et les femmes.
A Ouvéa, dans l’archipel des Loyauté, en dépit d’une certaine remise en cause du comportement idéal d’une mère-épouse reposant sur une soumission permanente et sur un rôle de gestion et d’entretien de l’espace domestique, nombre d’activités quotidiennes continuent de séparer les hommes des femmes. Dans la diversité des pratiques qu’il recouvre, le travail constitue ainsi une catégorie au sein de laquelle se jouent des aspects fondamentaux de l’identité individuelle et collective mais aussi des relations de pouvoir.
Tout au long de cette intervention, nous nous demanderons ainsi : Comment les pratiques du travail sont-elles porteuses d’enjeux qui éclairent le statut et la condition des femmes Kanak, en particulier des mères-épouses ? De la même manière, nous tâcherons de montrer comment, le travail, en tant que notion heuristique, permet de saisir plusieurs des changements en cours dans les rapports sociaux de sexe locaux et nous questionnerons enfin leur impact sur l’organisation sociale et politique de la Nouvelle-Calédonie.

 

 

Au plaisir de vous y retrouver ou de vous y rencontrer !

 

Julie Abbou, Fleur Beauvieux, Marion Breteau, Aurélie Fillod-Chabaud, Léa Inconstant, Perrine Lachenal, Anaïs Martin et Manon Vialle,
pour l’atelier Efigies Aix-Marseille.

 

Contact : efigies.aixmarseille@gmail.com

http://efigies-ateliers.hypotheses.org/category/atelier-efigies-aix-marseille

 

affiche-atelier-efigies-aix-marseille-fevrier-2017


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *