Compte-rendu de l’intervention de Renaud Chantraine. « Un aperçu de la trajectoire des mémoires de la lutte contre le sida à partir du cas du MuCEM »

Bonjour,

 

Vous trouverez ci-après le compte-rendu rédigé par Renaud Chantraine, doctorant CIFRE (IIAC/MuCEM), de son intervention intitulée Un aperçu de la trajectoire des mémoires de la lutte contre le sida à partir du cas du MuCEM. Cette intervention a été réalisée dans le cadre de la 2e séance de l’atelier « Archives, mémoire, transmission du féminisme et LGBTQ+ » qui a eu lieu le 15 décembre 2017.

 

Dès 1994, le Musée des arts et traditions populaires (MNATP), précurseur du Mucem, organisait dans ses locaux deux débats sur le thème « Sida, deuil, rituels et mémoire ».
Fruit de ces rencontres entre le musée, la recherche en sciences humaines et sociales et le monde associatif, une vaste entreprise de collecte, menée entre 2002 et 2006 a permis au musée de constituer un patrimoine plus ou moins représentatif de l’histoire et des mémoires des luttes contre le VIH-sida en France et dans de nombreux pays de la zone euro méditerranéenne (environ 12 000 artefacts).
En offrant un espace de parole et de réflexion aux personnes concernées et en collectant une mémoire fragile et pourtant si nécessaire de la lutte contre l’épidémie, le musée cherchait à se placer au service de la société et posait la question de la légitimité, pour un musée, d’être acteur dans la lutte contre le sida, et selon quelles modalités.
Aujourd’hui le Mucem souhaite rendre public le fruit de ses collectes et la mémoire des luttes sociales qui ont accompagné l’histoire récente du VIH-sida dans une exposition, envisagée à l’horizon 2020.
Celle-ci pourra mettre en lumière les inégalités sociales de santé face à la maladie, l’ampleur des mobilisations collectives, les nouveaux rapports à la sexualité ou à la mort ainsi que toutes les questions relatives aux droits humains que le VIH-sida a fait émerger.
Comment identifier les manques et les silences de cette importante collection ? Comment (re)mobiliser les communautés sources et les personnes concernées afin de les associer à ce projet de valorisation de ces mémoires encore actives ?
Comment conjuguer la diversité des points de vue de la multitude d’acteurs engagés dans la lutte (malades, soignant.es, chercheur.es, volontaires associatifs, artistes, etc.) dans le cadre d’une mise en récit muséal ? Comment rendre compte au sein d’une exposition de la complexité des échelles de l’épidémie, qui concernent aussi bien des enjeux géographiques, géopolitiques que de temporalités ?
Ces premières questions invitent à prendre la mesure des enjeux et des défis d’un tel projet. En France, aucune exposition significative n’a été présentée sur les dimensions sociales et culturelles du sida.
Co-construire des savoirs sous la forme d’une démarche participative et interdisciplinaire semble dans ce contexte la meilleure méthode pour élaborer cette exposition qui devra, aussi, laisser une empreinte au delà de sa propre temporalité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.