Atelier Pro n°3 – « Organiser une journée d’étude »

La séance n°3, qui a eu lieu samedi 5 février, a porté sur l’organisation d’une journée d’étude, à partir de l’expérience menée par Gianfranco Rebucini, et au sujet de laquelle Aurélie Chrestian, Guillaume Roucoux, et les autres personnes présentes l’ont interrogé. La séance s’est donc articulée à la manière d’un entretien collectif, qui est retransmis en substance ci-dessous.

Comment est né le projet de la journée d’étude que vous avez mené ?

A l’origine ce n’était pas mon idée, je me suis intégré à un projet qu’avait un doctorant de mon laboratoire. Puis sont venues une troisième personne et une quatrième. Nous avions un champ de recherche en commun : les sexualités dans le monde islamique. Mais ce champ de recherche n’était pas du tout institutionnalisé.

Au mois de mars 2009, ce doctorant en histoire dont c’était le projet à l’origine avait en tête d’organiser un colloque international, interdisciplinaire avec des chercheurs déjà maîtres de conférences (MCF) ou professeurs. Finalement, on a éprouvé la difficulté de mener un tel évènement scientifique, et cela s’est réduit à quelque chose de plus restreint, car aucun des participants n’avaient ces statuts. Cependant, on avait le soutien de notre directrice d’études, elle nous a conseillé de ne pas envisager un tel format, de ne pas faire intervenir de MCF ni de professeurs, mais seulement des jeunes docteurs et des doctorants.

Quelle(s) différence(s) faîtes-vous entre une journée d’étude et un colloque ?

Une journée d’étude (JE) ou journée doctorale (si elle ne concerne que cette population) est plus petite en moyens et en organisation. Une journée doctorale peut être financée par les institutions, la formation doctorale même (ainsi, faut-il nécessairement être étudiant de l’établissement pour l’organiser). Pour un colloque, c’est différent. Il faut trouver des sponsors plus importants : différentes universités, différents laboratoires, voire des entreprises, parce qu’un colloque nécessite plus d’argent. Un colloque implique aussi plutôt des professeurs ou chercheurs confirmés. Un colloque peut se dérouler sur plusieurs jours, mais une JE aussi.

Combien de temps a duré votre JE ?

C’est une question qui s’est posée tout au long de l’organisation. A l’origine, on voulait que cela dure deux jours. Mais cela s’est réduit à un seul, car nous n’avions pas assez d’intervenants.

Combien avez-vous reçu d’intervenants ?

On a demandé à des professeurs le nom de personnes susceptibles d’intervenir, car nous n’avions pas de grands réseaux nous mêmes. Cela n’a pas donné grand-chose, car peu se connaissait (mais c’était aussi le projet de la journée d’étude de résoudre ce problème et de se faire des contacts). Cinq personnes ont été invitées dont deux ont tout de suite été d’accord sur le principe, trois autres sont venues ensuite. Nous, trois organisateurs, avons aussi présenté notre propre travail au cours de la journée d’étude.

Au total, nous étions donc huit à présenter une communication. Si le nombre avait été plus important, par exemple douze, nous avions pensé que les organisateurs se seraient retirés et auraient laissé tous les intervenants exposer leur travail. Si nous n’avions été que cinq nous aurions sans doute organisé une table ronde, plutôt qu’une JE, sur l’espace d’une matinée, également ouverte au public.

On a donc eu l’idée de faire intervenir uniquement des doctorants et post-doctorants. Mais il faut savoir qu’inviter des professeurs, notamment s’ils sont connus et reconnus, donne aussi plus de visibilité à un évènement scientifique. Mais on a abandonné cette idée car on voulait aussi garder la discussion plus libre de rapports de pouvoir entre personnes de différents statuts. Et on est notamment plus libres quand on invite les gens que l’on souhaite. D’ailleurs, on sait déjà pratiquement ce que l’on va entendre. Il y a des gens qui nous ont demandé de participer et que l’on n’a pas voulus, notamment parce que leur statut ne convenait pas à la norme que l’on s’était fixée.

Les discutants choisis devaient avoir le même statut que les intervenants ou tout au plus être jeunes MCF. On voulait également mélanger des spécialistes du monde islamique (les intervenants) et d’autres spécialistes de la sexualité (les discutants) qui travaillaient souvent sur la France, pour avoir un regard extérieur. On a dit aux discutants ce que l’on attendait d’eux, soit qu’ils avaient dix minutes chacun pour poser des questions sur ce qui avait été dit, plutôt que de parler comme si eux-mêmes présentaient leur travail.

Associer les intervenants aux discutants était un moment compliqué. On a d’abord fait le programme, puis on a proposé les résumés à chaque discutant. Nous n’avions pas une demande très précise à leur formuler, car nous n’avions que le résumé. Le papier final n’a été demandé aux intervenants que seulement une semaine ou dix jours avant. Certains n’ont pu l’envoyer que cinq jours avant l’évènement. S’est aussi posée la question de demander ou pas un papier. Il est en effet possible de ne rien demander aux intervenants, pour laisser les discutants réagir. Les réactions sont différentes selon si le papier a été lu, interrogé à l’avance ou s’il est découvert. De plus, la présentation orale peut varier de la version transcrite.

Donc vous n’êtes pas passé par un appel à communication ?

On a essayé d’en rédiger un, mais finalement on ne l’a pas fait. On a eu besoin de plusieurs mois pour se décider sur le recours à un appel à communication. Une JE ouverte avec un appel à communication nécessite un comité scientifique. Et nous n’avions pas envie d’en être un. Quand il y a une association derrière, cela peut fonctionner plus facilement mais nous n’avions personne, donc si nous avions refusé un résumé, nous nous serions mis personnellement des gens à dos. Or c’était tout l’inverse de notre projet, puisque nous voulions créer un réseau. Très souvent le comité scientifique n’est là que pour paraître sur les documents, ils ne disent rien car ils n’ont pas nécessairement assez de temps pour se consacrer à un tel projet. Très souvent c’est finalement le comité d’organisation qui fait le travail de sélection.

On était partagés sur la question de l’appel à communication, entre rendre visible notre propre réseau et donc travailler avec (le peu de) gens que l’on connaissait déjà voire avec qui on avait des affinités, ou alors se posait un problème de pouvoir et de légitimité. Les deux positions sont délicates. Quand on reçoit un résumé hors sujet, on ne pas dire que c’est hors sujet. Comment peut-on refuser les gens ? Comment leur dire ? Il est possible de fonctionner sous couvert d’anonymat, mais cette méthode montre aussi ses limites. Enfin, s’il n’y a pas beaucoup de réponses à un appel à communication, ça peut être difficile notamment si la plupart est en plus de mauvaise qualité. Mais il est possible de passer par ses réseaux pour combler les manques.

Par ailleurs, s’il y a un conseil scientifique (séparé du comité d’organisation) qui joue réellement son rôle de sélection, cela peut zapper complètement la légitimité des organisateurs qui ne peuvent pas intervenir sur le choix des participants. On ne voulait pas s’engager dans des rapports de pouvoir, et avoir dans ce comité des personnes qui se seraient imposées et auraient détruit le projet. En l’occurrence, notre projet était de faire émerger des idées nouvelles et ne pas revenir sur celles de professeurs déjà bien connues. Il faut faire attention aux possibles biais d’une production de savoirs.

On a donc mis plusieurs mois à trouver les intervenants. On a demandé assez vite un résumé (une demi-page), que l’on a reçu en décembre/janvier 2010. On n’a connu qu’un seul problème à sujet : un intervenant en fin de thèse qui nous a envoyé son papier très tard.

Les JE sont faites par certains chercheurs dans le but de créer des réseaux. Donc chaque membre du comité organisateur peut se permettre de présenter son travail. Au début du projet, on savait déjà que nous allions présenter une communication. EFiGiES étant déjà un réseau, on observe alors le fait inverse, qui est d’être soit membre organisateur soit intervenant de la JE, mais pas les deux à la fois.

Avez-vous tout organisé vous-mêmes ou vous êtes-vous faits aider ?

On ne savait absolument pas comment faire pour organiser une JE. Et c’est très bien de faire ce qu’EFiGiES propose, parce que cela permet d’apporter les réponses qui auraient pu nous être utiles quand nous avons monté notre projet. On a fait des demandes à plusieurs personnes sur la manière de faire telle ou telle chose, on a envoyé nos nombreuses questions à des contacts plus expérimentés. Il faut se faire aider la première fois, parce qu’il y a une forme normative de présentation du colloque, par exemple.

Comment doit être rédigée la présentation du colloque ?

On a voulu partir sur les bases d’un mélange de sources : académiques, artistiques et activistes. Cette idée a été remise en cause très rapidement par notre directrice. Pour elle, si une JE a lieu dans un cadre académique, alors il ne faut se référer qu’à des sources académiques. Mais je ne suis pas sûr que cela se passe toujours comme ça. Je pense que l’on peut inviter des artistes, par exemple, lorsque l’on a déjà une certaine reconnaissance dans le milieu académique.

Pour la présentation du colloque, que ce soit pour les dossiers de financement ou pour en faire la promotion, le sujet doit paraître urgent, d’actualité, voire incontournable. En l’occurrence, on avait évoqué le retour de la morale, l’homophobie en pays islamiques. On avait fait une introduction sur l’état de la question (la pauvreté des études vis-à-vis de ce que produisent les Etats-Unis et la Grande Bretagne). On a posé les bases de ce qui nous intéressait. On a présenté deux pistes de lecture : à partir des terrains et sur les pratiques d’une part, et d’un point de vue théorique d’autre part. Nous n’avons pas fourni de bibliographie, mais il est possible de citer des références.

Rédiger un projet est utile et nécessaire pour les demandes de financement. Mais pour ce faire, il faut déjà avoir une salle, une date et un budget prévisionnel. Ce n’est qu’ensuite que la demande de financement peut être formulée. En l’occurrence, nous avons rédigé notre argumentaire pendant l’hiver 2009, pour le présenter ensuite à la formation doctorale de notre établissement pour financement.

Quelles ont été vos sources de financement et votre budget?

On a fait la demande de financement au mois de février pour une JE en mai 2010. On a seulement eu un budget de 300 euros offert par l’EHESS. Une telle demande de financement à l’Ecole se fait à deux moments, aux mois d’octobre et février. On a voulu essayer de demander une aide à l’Institut Emilie du Châtelet mais il était trop tard. Il faut le demander plus d’un an à l’avance. L’EHESS est assez favorable à ce type d’évènement scientifique, organisé par ses étudiants. Il faut ensuite conserver les factures, pour se faire rembourser sur une enveloppe toujours maximale de 300 euros. Et en contrepartie, nous devions utiliser les logos de l’Ecole et faire la JE dans ses locaux.

Ce financement nous a permis de faire des affiches avec le programme (50 euros), un petit déjeuner et un quatre heures. Pour le repas de midi, il est possible de déjeuner à la cantine de l’Ecole, d’acheter des tickets pour les intervenants, ou sinon d’être servis par un traiteur (qui a une convention avec l’Ecole), mais cela coute plus cher.

On n’a pas eu à payer de déplacements. La plupart des intervenants habitaient à Paris, et nous savions cela avant même d’avoir pensé au budget. Deux qui venaient de plus loin ont pris en charge leurs propres frais de transport. On a eu finalement 275 euros de frais.

L’information a très bien circulé, à travers l’Ecole, les laboratoires, mais notamment par internet via Calenda, et le site LGBT Yagg. Un doctorant français de l’Université de Columbia avait même reçu l’information.

En ce qui concerne le programme, comment avez-vous réfléchi à la succession des interventions ?

On a voulu organiser la journée selon un déroulement thématique. C’était compliqué car les résumés d’intervention se référaient à des choses très différentes. On a donc fait une première partie historique, le matin, car il nous semblait intéressant de commencer par une approche généalogique. L’après-midi était divisée en deux temps : d’abord les terrains, puis les théories. Dans la journée, on est donc partie du point de vue historique, pour arriver au particulier et aboutir au général. On a eu une discussion sur une division en aires géographiques ou en pays, mais certains étaient surreprésentés et d’autre pas.

Comment la JE s’est finalement déroulée ?

L’introduction a été faite par un membre organisateur. On avait un président par chaque session. On peut s’organiser de différentes manières: avoir un président pour toute la journée, ou pour chaque panel. On a choisi d’avoir deux discutants pour deux ou trois interventions. On aurait pu avoir un discutant pour chaque intervention, mais la manière dont nous avons procédé était plus intéressante, car elle permettait d’avoir plusieurs points de vue sur une même communication.

Chaque intervention a duré 20 – 25 minutes (on était flexibles). Personne ne finit plus vite. Nous avions 30 minutes pour la discussion. Les intervenants parlaient au début, puis les discutants revenaient sur leur intervention en 10 minutes. Il est plus intéressant de grouper deux/trois interventions, car si elles sont très différentes, plus ou moins bonnes ou structurées, ou si l’une d’elles ne montre rien à être discuté, tout regrouper donne l’impression d’un moindre vide. Pour autant, nous organisateurs avions pensé à des questions, si jamais il n’y en avait pas eues. Ensuite les intervenants répondaient aux discutants. Il faut faire attention, ou au mieux éviter que certains discutants ne se mettent en scène à ce moment, et ne parlent que d’eux-mêmes, ce qui arrive parfois, et ce que nous ne voulions pas. En ce sens, il était plus sûr d’avoir un discutant qui n’avait pas beaucoup produit.

La salle a une fois très mal réagi à la réponse à une intervenante. Quand cela se produit, il faut laisser répondre cette personne à la salle, puis la discussion se conclut d’elle même.

Quelles ont été les réflexivités de l’après-JE ?

Nous n’étions pas tellement contents de la journée, mais la JE a eu un bon succès notamment en termes de public ; on a reçu un public de 30 – 40 personnes. On a atteint les objectifs que nous nous étions posés. C’était un premier pas pour la visibilité de notre champ de recherche, la création d’un réseau.

La JE nous a confirmé qu’il ne fallait pas en refaire une identique, car son cadre ne convenait pas (alors que notre directrice pensait qu’il fallait en réorganiser une mais plus centrée sur la théorie, ce qui avait été très faible). Nous n’étions pas tous favorables à l’idée d’un nouveau projet.

Juste après la JE, nous avons pensé créer des ateliers pour continuer à discuter en comités plus restreints et avancer sur ces questions. Notamment parce que les communications lors d’une JE sont très courtes et les discussions partent dans tous les sens, alors que sous ce nouveau format on aboutirait sans doute à mieux avancer. En fait, grâce à la JE on acquiert de la visibilité mais il n’y a pas de vraies avancées. Une JE permet d’avoir plus de réseaux, des gens autour de soi qui travaillent sur les mêmes thèmes. Dans la salle il y avait des gens qui s’étaient intéressés à la question, mais il n’y avait pas spécialistes.

Avez-vous envisagé une publication ?

Notre projet initial était de publier. D’ailleurs, il faut s’y prendre très à l’avance. Les actes de colloque n’intéressant pas vraiment, nous avions demandé à une revue de nous publier. Nous en avions trouvé une qui était intéressée, mais il fallait transformer la production de la JE en un projet éditorial et pour ce faire, rédiger un appel à communication, selon les règles de la revue. On n’était pas certains que tous les intervenants auraient été repris dans ce numéro.

Finalement, nous ne l’avons pas fait car la JE, après réflexivité, ne paraissait pas très cohérente. Elle était inégale en qualité, et pas de très haut niveau. Avec un résumé c’est très difficile de savoir si c’est intéressant. On a, par exemple, reçu un résumé qui nous avait plu, mais la communication qui en émanait était nulle… Donc nous ne nous sommes pas lancés dans un projet ultérieur, qui nous aurait pris beaucoup de temps.

On avait aussi pensé à créer un site internet pour y déposer les textes des participants, voire même les traduire en langues arabes. Mais cela n’a pas été fait. On avait pensé à filmer la JE, mais cela implique beaucoup d’autres conditions. Certains ne voulaient pas été filmés car cela aurait pu leur créer des problèmes, comme ne plus avoir accès à leur terrain. Enfin, la vidéo peut aussi gêner le public.

Avez-vous une réflexion finale sur l’organisation d’une JE ? Quelles ont été les plus grandes difficultés ?

L’organisation prend du temps. Mais en fait, plus il y a de monde dans le comité organisateur, plus ça prend du temps, car il faut se mettre tous d’accord. C’est sans doute la plus grande difficulté. On a passé des semaines à se décider pour envoyer ou non un appel à communication. Il faut savoir faire des concessions.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *