Les festivals punk-féministes en France et en Allemagne depuis 2003

Nous publions les résumés des interventions du colloque « Critiques féministes des savoirs : créations, militantismes, recherches » qui s’est tenu à Toulouse le 17 mai 2018.

 

Les festivals punk-féministes en France et en Allemagne depuis 2003 – Stratégies de résistance féministe dans une subculture à domination masculine

Par BARRIÈRE Louise (2L2S – Université de Lorraine)

Dans une dynamique similaire à celle des Riot Grrrls, mouvement qui se développe aux États-Unis dans les années 1990 et qui encourage les femmes à se réapproprier l’espace du concert punk, on assiste en 2000 à Olympia, Washington, à l’organisation de la première Ladyfest, festival punk et féministe ouvert à tous. Le concept se propage par la suite dans le reste du monde et donne lieu à sa première adaptation française à Nantes en 2003. La même année, trois festivals répondant au même nom sont organisés en Allemagne : à Berlin, Hambourg et Leipzig (Zobl, 2005).

Je me suis donc attachée à montrer comment les organisatrices de festivals punk-féministes cherchent à établir, par des moyens aussi bien artistiques que culturels, des « stratégies de résistance » à l’hégémonie masculine telle que celle-ci s’exprime dans la sous-culture punk, et au sexisme tel qu’il peut s’exprimer dans bien des aspects du quotidien.

Tout d’abord, si nous définissons le punk davantage comme sous-culture attachée à une éthique et une manière de faire, celle du « Do it Yourself » abrégé DIY (Hein, 2011), que comme un style de musique à proprement parler, il apparaît que le « punk féminisme » n’en est pas un sous-genre au sens musicologique, mais davantage une réponse politique à la domination masculine qui pouvait régner dans la scène punk.

Les festivals quant à eux et en ce qu’ils constituent des « grands événements de plusieurs jours, qui drainent périodiquement ensemble des amateurs d’une même scène venus d’ici et là, dans un même lieu où ils peuvent apprécier pleinement leur style de musique de prédilection et vivre brièvement le mode de vie qui y est associé » (Bennett et Peterson, 2004 – traduction personnelle), sont alors des éléments d’étude privilégiés si l’on s’intéresse aux dynamiques de cette dite scène. Afin de prendre en compte la diversité du corpus, j’ai élargi la définition proposée par Benett et Peterson aux événements d’un seul jour mais à caractères récurrent (organisés plusieurs années de suites par exemple) et immersif (ici notamment, les festivals sont généralement organisés de sorte que les participant-e-s puissent se rendre à des ateliers et des débats pendant la journée, tandis que les soirées sont réservées aux concerts et à la fête), ainsi qu’aux événements de plusieurs jours qui n’ont été organisés qu’une seule fois.

En ce qui concerne la question de l’engagement politique, j’ai considéré comme féministes les événements qui se revendiquaient comme tels, de sorte qu’il y a parfois, d’un collectif organisateur à l’autre, des idées sensiblement différentes pensées derrière ce terme. Pour autant, une ligne directrice unit la quasi totalité des festivals que j’ai pu recenser.

I- LA SCÈNE PUNK COMME TERRAIN DE LA DOMINATION MASCULINE

Les rapports de genre au sein des scènes musicales alternatives constituent un phénomène déjà analysé à plusieurs reprises, tant par des universitaires que par des individus issus de ces milieux. De nombreux textes de présentation des festivals étudiés mentionnent notamment des manifestations d’une forme de domination masculine. Il m’a ainsi paru important de revenir rapidement sur ce postulat de base avant d’analyser quelles stratégies de résistance y sont opposées.

Différents travaux, comme ceux de Sara Cohen sur la scène indie au Royaume-Uni (Cohen, 1997) ont montré par exemple que les savoirs et les connaissances techniques propres à la musique et à sa pratique circulent essentiellement dans des réseaux masculins, empêchant les femmes d’y accéder facilement. D’autres comme Megan Sharp et Pam Nilan (2015) expliquent que, dans la scène hardcore, les hommes dominent l’espace du concert par le biais de danses violentes (mosh), ce qui leur permet de s’emparer de l’espace central, juste devant la scène, tandis que les femmes sont reléguées sur les côtés ou au fond de salle. Ces réflexions sont également appuyées par des témoignages de femmes et de personnes LGBT/queer investies dans cet univers.

II- STRATÉGIES DE RÉSISTANCE : pédagogie, auto-formation, productions de savoirs

Parmi les stratégies de résistance mises en œuvre au sein des festivals punk-féministes, les débats et ateliers qui ont lieu en journée constituent des espaces de pédagogie, d’auto-formation et de production de savoirs. Leur dimension pédagogique se veut alors à destination de toutes et tous : il s’agit de former largement au féminisme, y compris les hommes de la scène. On trouvera ainsi des ateliers portant sur le consentement ou des ateliers de « masculinité critique ».

En ce qui concerne l’auto-formation, elle prend notamment la forme d’échanges en non-mixité. Une large étendue de sujet en lien avec l’art et la musique est abordée, de manière à permettre aux femmes de se réapproprier l’espace de la scène et de l’organisation de concerts. Il s’agit alors de contrer les dynamiques décrites par Sara Cohen (1997) que j’évoquais précédemment. De cette façon, on trouve notamment programmés au cours des festivals des ateliers autour de la pratique du DJing, de l’utilisation d’appareils de sonorisation, des ateliers pour apprendre à jouer d’un instrument, mais aussi des ateliers autour du fanzine ou de la sérigraphie, deux pratiques qui font partie intégrante de la culture punk (Duncombe, 1997). Mais ces moments de partages de savoirs et compétences concernent aussi des pratiques non-musicales, comme par exemple la mécanique automobile ou la soudure. Il s’agit ainsi de se réapproprier des savoirs et des compétences traditionnellement encodés comme typiquement masculins. De plus, cela permet d’étendre la pratique du « Do it yourself » à d’autres champs de la vie quotidienne

En dehors de ces ateliers pratiques, les participant-e-s aux différents festivals peuvent aussi prendre part à des échanges théoriques divers et variés. En dehors des thématiques musicales on trouve également des échanges sur le capitalisme, le racisme (dans une perspective intersectionnelle), le travail du sexe, les questions LGBT/queer, le consentement, l’écologie, la libération animale, etc. Les deux approches – théoriques et pratiques – sont complémentaires : d’un côté, les participant-e-s sont amené-e-s à comparer leurs expériences, ils et elles réfléchissent à la manière dont ceux-ci s’expriment et à ce qu’ils impliquent, à la manière – en quelque sorte – des « consciousness-raising groups » de la seconde vague féministe ; de l’autre, ils et elles cherchent à mettre en œuvre des techniques concrètes pour contrer ces schémas de domination.

III – STRATÉGIES DE RÉSISTANCE : programmation culturelle et artistique et valorisation de la production féminine et féministe

Nous avons tout d’abord constaté que la majorité des groupes programmés sont au moins mixtes, sinon non-mixtes femmes ou personnes LGBT/ queer. Les groupes non-mixtes d’hommes ne revendiquant aucune identité gay, bi ou trans sont très minoritaires. Les festivals s’inscrivent ainsi dans la lignée de la première Ladyfest d’Olympia – par ailleurs souvent citée en référence dans les tracts de présentation – et dont le but était notamment, comme écrit plus haut, de valoriser le travail féminin au sein des scènes musicales et artistiques.

La volonté de contrer l’hégémonie masculine de la scène punk va parfois de paire avec une résistance face au virilisme, qui se ressent également dans les styles programmés. Ainsi, on retrouve dans les programmations beaucoup de groupes qui se revendiquent de l’indie, ou qui réintroduisent du synthétiseur dans la musique punk, les chanteuses ont généralement recours à un usage de leur voix « claire », ce qui débouche sur des productions plus mélodiques qui viennent contraster avec cette image « traditionnelle » du punk comme étant un style musical avec des guitares très saturées et des chants criés. Mais d’un autre côté, nous assistons aussi à une réappropriation de ces codes qualifiés précédemment de « virilistes » pour appuyer des propos féministes : c’est le cas de groupes comme Anti-Corpos, Respect my Fist, Vagina Dentata, etc. La « violence » de la musique punk/hardcore que l’on retrouve tant dans la musique que dans l’attitude des musiciennes est ici renvoyée contre les structures patriarcales, y compris contre celles qui existent au sein de la scène. Dans certains cas, les paroles des chansons reprennent également des thèmes abordés lors des discussions ou des ateliers de la journée. La programmation participe ainsi à inscrire théorie et production artistique dans une logique de complémentarité, si bien que les deux s’appuient l’une l’autre dans le cadre du festival punk-féministe et de ses stratégies de résistance.

CONCLUSION

En soi, l’organisation d’un festival punk-féministe est en elle-même une stratégie de résistance à l’hégémonie masculine de la scène, en ce sens que ces événements permettent de construire ou de renforcer des réseaux de militant-e-s et de musicien-ne-s. Les festivals déploient pour ce faire en leur sein différentes idées, et inscrivent théorie et pratique dans une forme de continuité. Parce que la domination masculine n’existe pas que dans le punk, les pratiques de résistance qui lui sont opposées et que j’ai analysées ici ne lui sont finalement pas propres non plus et ont été adaptées dans d’autres subcultures, comme par exemple dans le hip hop ou l’electro, mais aussi en dehors de la musique, notamment dans la culture skate.

BIBLIOGRAPHIE :

BENNETT Andy and PETERSON Richard A. (éditeurs), Music scenes : local, translocal and virtual, Vanderbilt University Press, 2004, Nashville

BUTLER Judith, Trouble dans le genre, La Découverte, Paris, 2006

COHEN Sara, « Men making a scene : Rock music and the production of gender » in WHITELY Sheila, Sexing the groove : Popular music and gender, Routledge, New York, 1997, pp 17-36

CONNELL Raewyn W., Masculinities, University of California Press, 2005

CROSSLEY Nick, Networks of sound, style and subversion, The punk and post-punk worlds of Manchester, London, Liverpool and Sheffield, 1975-1980, Manchester University Press, 2015

DOWNES Julia, « The expansion of punk rock : Riot Grrrl challenges to gender power relations in British indie music subcultures » in Women’s Studies, 41/2, Routledge, 2012, pp. 204-237

HEIN Fabien, Do it yourself ! Autodétermination et Culture Punk, Le Passager Clandestin, Paris, 2011

HELMS Dietrich, « Jitterbugs with attitudes : An essay on the problematic relationship of popular music and politics », in Online-Publikationen der Gesellschaft fur Popularmusikforschung, Jahrgang 14 , German Society for Popular Music Studies e. V., 2016

LABRY Manon, sous la dir. de DESSENS-HIND Nathalie & BIRGY Philippe, Le cas de la sous-culture punk féministe américaine : vers une redéfinition de la relation dialectique mainstream-underground ?, thèse de doctorat en études du monde anglophone soutenue à Toulouse 2, 2011

LABRY Manon, Riot Grrrl : Chronique d’une révolution punk féministe, coll. Zones, éditions La Découverte, 2016, Paris

OMMERT Alexandra, Ladyfest-Aktivismus : Queer-feministische Kämpfe um Freiräume und Kategorien, Coll. Queer Studies, Transcript Verlag, 2016

SHARP Megan and NILAN Pam, « Queer punx : young women in the Newcastle hardcore space », in Journal of Youth Studies, 18/4, Routledge, 2015, pp. 451-467

TURBÉ Sophie, « Puissance, force et musique metal – Quand les filles s’approprient les codes de la masculinité », in Ethnologie française 1/2016 (N° 161) , p. 93-102

ZOBL Elke, « Revolution Grrrl and Lady Style, Now! » in Peace Review, 16/4, Routledge, 2005


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.