Double marginalisation des écrivaines belges (XIXe et XXe siècles) : les cas Marie Nizet et Hélène Legros

Nous publions les résumés des interventions du colloque « Critiques féministes des savoirs : créations, militantismes, recherches » qui s’est tenu à Toulouse le 17 mai 2018.

Double marginalisation des écrivaines belges (XIXe et XXe siècles) : les cas Marie Nizet et Hélène Legros

Par Maëlle de Brouwer, Interuniversité, Fédération Wallonie-Bruxelles

 

Cette communication a présenté l’intersection et les points communs entre les rapports de force centre-périphérie et masculin-féminin opérant sur deux écrivaines belges de la Fin de Siècle : Marie Nizet (1859-1922) et Hélène Legros (1874-1933). Ces deux femmes de lettres vivent dans une Belgique littéraire en pleine phase centrifuge (1830/56-1920) qui, dès 1880, voit la multiplication des revues littéraires et des débats sur l’autonomie de la littérature ainsi que l’acquisition d’une autonomie nationale du sous-champ littéraire belge (Denis & Klinkenberg, 2005). Dans les dernières décennies du xixe siècle, en même temps que l’apparition des féminismes organisés, apparaissent des pratiques associatives féminines ainsi que l’institutionnalisation des « lettres féminines » et la mise en place d’un réseau littéraire féminin (Gemis, 2009).

Toutes deux issues d’un milieu libéral et ayant joui d’un enseignement féminin novateur, Marie Nizet et Hélène Legros suivent des trajectoires qui démontrent comment, de différentes manières, des femmes belges ont fait de la littérature, avec ou sans prétentions. La démocratisation et l’amélioration de l’enseignement a parmi ses conséquences la mise en relation, l’amitié et la possibilité de réseautage entre intellectuelles. La professeure Augustine de Rothmaler (1859-1942) joue un rôle essentiel pour Hélène Legros. Marguerite Van de Wiele, qui fréquente aussi l’école ouverte par Isabelle Gatti de Gamond rue du Marais, écrit sur les premières œuvres de Marie Nizet. Plus qu’un réseautage, c’est un soutien entre femmes que permettent ces rencontres. Ces écrivaines peuvent jouir d’une solidarité hors de la domination masculine, sans pour autant être à l’abri de stéréotypes de genre, entre autres. Dans le cas de Marie Nizet, a été remarqué comme la critique reproduit la division de genre, à la fois dans la nomination (poète, poétesse, etc.) et la filiation littéraire de celle-ci, selon les œuvres et leur moment de publication. Marie Nizet et Hélène Legros signent différemment leurs œuvres, le nom (et donc l’identité littéraire) étant plus complexe chez les femmes artistes : nom du père, nom du mari, mélange des deux, pseudonymat, anonymat voire effacement du nom de l’autrice. Si Marie Nizet a démontré une réelle volonté d’être une écrivaine reconnue, Hélène Legros, outre ses traductions, n’a porté qu’un projet littéraire à termes (la publication). Des textes manuscrits inédits attendent encore d’être édités. Finalement, les deux femmes témoignent de stratégies différentes afin d’être acceptées dans leur pratique littéraire par leur pairs.

 

Denis Benoît et Klinkenberg Jean-Marie, La littérature belge. Précis d’histoire sociale, Loverval, Labor, 2005.

Gemis Vanessa, Femmes de lettre belges (1880-1940). Identités et représentations collectives, thèse en langues et lettres, Université libre de Bruxelles, 2009.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.