Croire Dylan Farrow, enfin !

Nous publions les résumés des interventions du colloque « Critiques féministes des savoirs : créations, militantismes, recherches » qui s’est tenu à Toulouse le 17 mai 2018. Il s’agit ici d’une vidéo, également disponible sous les liens suivants :  https://vimeo.com/106110389 (version française) et  https://vimeo.com/120227612 (version anglaise).

Croire Dylan Farrow, enfin !

Par Virginie Foloppe, vidéaste, enseignante et psychologue clinicienne
Site internet : http://virginie.foloppe.pagesperso-orange.fr/actualites.html

 

Il faut mettre la hache dans le doute, c’est impératif, parce que Dylan a dénoncé Woody Allen sous une pluie de « t’es une menteuse, he’s god« . Elle a été réduite à l’état de créature, de minibibitte qui fait sa petite morsure. On raconte qu’elle voulait se venger, ou pire encore, que c’est sa mère qui l’y a poussée : une autre folle. Elle n’avait pourtant pas grand-chose à gagner, sauf peut-être un peu de dignité et, même ça, on a de la misère à lui donner. C’était sa vie à elle ou celle de Woody Allen, et on aime mieux les films de Woody Allen que les scènes de Dylan.

Pattie O’Green[1]

[1]. Pattie O’Green, Mettre la hache. Slam western sur l’inceste, Canada, Les Éditions du remue-ménage, 2015, pp. 25-26.

Virginie Foloppe, Hollywood est un cercle de famille, tablette digitale, images et sons téléchargés sur YouTube, 11mn51, février 2014.

 

Le 2 février 2014, je découvrais, sur les réseaux sociaux, la violence des réactions à la suite de la publication d’une lettre de Dylan Farrow[1] à propos du viol de Woody Allen. À la même période, j’étais stagiaire psychologue dans un hôpital de jour pour adolescent et je participais aux entretiens d’une adolescente violée par son beau-père à l’âge de neuf ans, dès son arrivée en France, et jusqu’à ses 13 ans. Grâce au signalement d’une travailleuse sociale, le beau-père avait été incarcéré et le procès était alors en cours, tandis que nous la recevions pour son premier entretien. De part cette expérience d’écoute, l’histoire de Dylan Farrow me semblait, sur un plan médiatique, emblématique. Car les paroles des survivants d’agressions sexuelles interrogent aussi notre capacité à accueillir l’événement traumatique dans les perturbations qu’il génère[2] en nous, à les croire et à comprendre les troubles qui s’ensuivent. Dans l’hôpital de jour, lors d’une réunion d’équipe, j’ai entendu une psychiatre, extérieure à l’association qui recevait l’adolescente, s’étonner de ce que des tests n’avaient relevé aucune anomalie neurologique. Elle formula même l’envie d’en prescrire d’autres en complément des premiers dont elle était à l’origine avant que l’adolescente ne rencontre son thérapeute, psychologue et psychanalyste. Les perturbations de l’adolescente ne pouvaient s’expliquer que par une lésion cérébrale, non par la violence de l’inceste. Ce qui était une manière de ne pas croire ce que Pattie O’Green nous apprend de l’inceste, c’est-à-dire qu’il est un trou noir[3], qu’il « fuit l’appréhension de l’imagination. À peine commence-t-on à le voir que l’image s’effondre dans des douleurs musculaires, des spasmes et des nausées, mais c’est précisément comme ça qu’on peut se « l’imaginer ». L’inceste est dans le corps qui met tout en œuvre pour le rejeter, pour ne pas voir ses images »[4]. L’incompréhension de cette psychiatre mettait en lumière la tentation de dissocier les perturbations de l’adolescente de l’événement traumatique, dissociation inhérente au trauma. Or rencontrer une incestuée perturbe. Dans le cas de la psychiatre, qui achevait une thèse, le savoir était si perturbé qu’un test neurologique pouvait tout régler.

            Après la découverte de l’histoire de Dylan Farrow, je me suis plongée dans la lecture de ses adresses publiques relayées par la presse. Ses propos rapportés par une journaliste de Vanity Fair[5], la lettre à l’origine de sa condamnation sur les réseaux sociaux et qui était une réaction à l’éloge que prononça Diane Keaton à propos de la carrière de Woody Allen à la cérémonie des Golden Globes[6], et une deuxième lettre de Dylan Farrow[7] en réponse à Woody Allen[8] qui continuait de nier l’inceste. En proie à une grande colère, je me suis souvenue alors de Maso et Miso vont en bateau,[9] de la forme esthétique adoptée, en 1976, par le groupe de femmes féministes Les Insoumuses, Nadja Ringart, Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Iona Wieder. En reprenant les images de l’émission de Bernard Pivot, Encore un jour et l’année de la femme, ouf !, c’est fini, les quatre réalisatrices donnaient à entendre leur voix critique d’un gouvernement patriarcal perceptible jusque dans la voix d’une ministre de l’époque. Pour réaliser la vidéo  Hollywood est un cercle de famille[10], je me suis directement inspirée de leur dispositif en répétant en boucle certains moments du discours de Diane Keaton, car ce sont eux qui participaient de ma sidération traumatique au regard de ce qu’Hollywood savait mais rejetait des dires de Dylan Farrow. J’ai donc téléchargé le film du discours de Diane Keaton sur le web, et j’ai choisi de l’entrecouper des mots de Dylan Farrow[11]. Le montage présente ainsi deux paroles sur le cinéaste.

 

 

 

 

 

Comme Dylan Farrow nous a appris que Woody Allen l’avait violé tout en lui demandant de regarder le train électrique de son frère, je me suis saisie de ses paroles pour figurer la scène de viol, qui revient plusieurs fois dans la vidéo, avec la volonté que le train électrique soit vu à travers les yeux, parfois embués, d’une enfant violée, et à laquelle il n’a jamais été demandé de témoigner dans le procès qui a opposé ses parents au sujet de sa garde. Pour le son de ce même train, j’ai utilisé celui de ceux emportant des êtres vers les camps de concentration, considérant l’inceste comme une extermination dans le cadre familial et à l’origine d’un véritable charnier. Car beaucoup n’ont pas pu parler, ayant intégré l’incapacité de l’entourage ou, de manière plus large, de tout environnement à accueillir leur parole traumatique sur le viol et l’inceste sans la rejeter. Or le silence sur les crimes peut tuer[12].

            Aujourd’hui, après la révélation de l’affaire Weinstein, les paroles de Dylan Farrow prennent toute leur ampleur :

Ce supplice a été aggravé par Hollywood. Tous à l’exception de quelques-uns, précieux, (mes héros), ont fermé les yeux. La plupart ont trouvé plus facile d’accepter l’ambiguïté, de dire « qui sait ce qui s’est passé », de prétendre que tout allait bien.

Aujourd’hui je me considère comme chanceuse. Mais d’autres continuent d’avoir peur, sont vulnérables, et se battent pour avoir la vérité. Le message qu’envoie Hollywood leur importe.

Woody Allen est un exemple vivant de la manière dont notre société est défaillante avec les survivants d’agressions sexuelles et d’abus.

 

Rien d’étonnant alors à ce que son frère, Ronan Farrow, soit, en octobre et novembre 2017, l’auteur des deux articles[13] qui allaient contribuer à l’éclatement des kystes psychiques de femmes violées par l’intermédiaire du hashtag MeToo, expression inventée par Tarana Burke, une travailleuse sociale américaine, pour inciter les victimes de milieux défavorisés à libérer leur parole. Forte de ce mouvement, Dylan Farrow a repris espoir d’être entendue et s’est de nouveau manifestée, lors d’un entretien, filmé[14] cette fois-ci : « I want to show my face and tell my story ».

 

Notes

[1]. Dylan Farrow, An Open Letter From Dylan Farrow, The New York Times, 01 février 2014, https://kristof.blogs.nytimes.com/2014/02/01/an-open-letter-from-dylan-farrow/?_php=true .

[2]. À ce propos, la réalisatrice Nassima Guessoum qui a réalisé, 10949 femmes, un documentaire sur une militante de la guerre de libération algérienne, raconte ce que les paroles sur le viol ont généré en elle : « Pour en revenir au déni. La première fois que Baya m’a parlé de son viol, j’ai lâché la caméra. C’était au tout début. La caméra a quasiment sauté de mes mains. J’étais choquée. Elle me l’a balancé en pleine face, comme ça, en pleine conversation. J’étais en repérage, je filmais quand même, et nous cherchions avec Baya des documents de l’époque dans ses archives personnelles, des papiers. Baya trouve alors son attestation d’élève diplômée d’infirmière. Après la Tunisie, elle a suivi une formation de sage-femme en Suisse. Donc elle me dit que c’est un professeur qui l’a formée, un grand gynécologue, et qu’il « l’a réparée ». Et elle me raconte crûment qu’elle avait toutes les parties génitales abîmées », in De Nassima Hablal à Nassima Guessoum, D-Fiction, 20 mars 2017. Dans ce cas Nassima Guessoum a su, dans son documentaire, accueillir les paroles de Baya. Car, pour la réalisatrice, l’enjeu éthique était de faire entendre les tortures subies par les militantes au péril de son outil de travail.

[3]. Pattie O’Green, Mettre la hache. Slam western sur l’inceste, op. cit., p. 66.

[4]. Ibid., p. 43.

[5]. Maureen Orth, Exclusive : Mia Farrow and eight of her children speaks out on their lives, Frank Sinatra and the scandals they’ve endured, Vanity Fair, 2 octobre 2013,

https://www.vanityfair.com/style/2013/10/mia-farrow-children-family-scandal?mbid=synd_foxnews

[6]. 12 janvier 2014.

[7]. Dylan Farrow, Dylan Farrow Responds to Woody Allen : Distortions and Outright Lies, The Hollywood Reporter, 08 février 2014, https://www.hollywoodreporter.com/news/dylan-farrow-responds-woody-allen-678552

[8]. Woody Allen, Woody Allen Speaks Out, The New York Times, 07 février 2014,

https://www.nytimes.com/2014/02/09/opinion/sunday/woody-allen-speaks-out.html?hp&rref=opinion&_r=0

[9]. Nadja Ringart, Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig, Iona Wieder, Maso et Miso vont en bateau,  55 mn, 1976, http://base.centre-simone-de-beauvoir.com/DIAZ-510-148-0-0.html

[10]. Virginie Foloppe, Hollywood est un cercle de famille, Tablette digitale, images et sons téléchargés sur YouTube, 11mn51, février 2014.

Version française : https://vimeo.com/106110389

Version américaine :  https://vimeo.com/120227612

[11]. J’ai également eu connaissance du compte rendu du procès, téléchargeable en ligne, et de la décision du juge, qui allait retirer à Woody Allen la garde de Dylan Farrow, s’appuyant, entre autres, du témoignage d’une nourrice attestant des gestes déplacés du beau-père sur la fille adoptive de Mia Farrow mais aussi de la réaction de Ronan Farrow qui, pendant le procès, s’est fortement manifesté en faveur de sa sœur.

[12]. À ce propos, j’ai réalisé deux autres vidéos, Le coffre à jouets de J.F. (2004) et à la suite du mouvement des MeToo, Le coffre à jouets de Jacques Foloppe (mars 2018 – mot de passe : alice).

[13]. Ronan Farrow, From Aggressive Overtures to Sexual Assault : Harvey Weinstein’s Accusers Tell Their Stories, The New Yorke 10 octobre 2017, https://www.newyorker.com/news/news-desk/from-aggressive-overtures-to-sexual-assault-harvey-weinsteins-accusers-tell-their-stories et Weinstein army of spies, The New Yorker, 6 novembre 2017,

 https://www.newyorker.com/news/news-desk/harvey-weinsteins-army-of-spies .

Pour ses deux articles Ronan Farrow a remporté le prix Pulitzer en avril 2018.

[14]. Dylan Farrow, CBS This morning, 18 janvier 2018,  https://www.youtube.com/watch?v=ic1kMoM_kPw


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.