(IN)VISIBLES – femmes et art

Nous publions les résumés des interventions du colloque « Critiques féministes des savoirs : créations, militantismes, recherches » qui s’est tenu à Toulouse le 17 mai 2018.

 

(IN)VISIBLES – femmes et art

Comment mettre en évidence les femmes artistes par des procédés ludéo-participatifs ?

Par Solène Voegel, designer graphique et didacticienne

«On nous demande avec une indulgente ironie combien il y a eu de grandes artistes-femmes. Eh, messieurs, il y en a eu, et c’est étonnant vu les difficultés énormes qu’elles rencontrent.» expliquait en mars 1881 la sculptrice Marie Bashkirtseff dans les colonnes du journal La Citoyenne. En effet, qu’on les voie comme muses ou collaboratrices de l’ombre, le statut des femmes dans l’art s’est souvent limité à celui de « créature ». De plus, à de nombreuses reprises dans l’Histoire, les « attributs de la féminité » ont été utilisés pour conserver l’action et la création autonome comme des privilèges masculins. Pourtant, nombreuses ont été les créatrices de talent, redoublant d’efforts et de courage pour vivre de leur passion et de leur art. À chaque époque et dans chaque discipline, elles étaient présentes, créant avec détermination ; et plus encore quand ce droit leur était refusé.

Il faut dévoiler et valoriser les femmes artistes qui sont cachées dans l’ombre des hommes afin de leur rendre hommage et populariser le fait que les deux moitiés de l’humanité existent et créent depuis la nuit des temps. L’éveil des consciences est important et nécessaire : dans chaque discipline il devrait y avoir des références masculines et féminines pour varier les représentations que notre éducation nous inculque afin de mieux apprécier le monde et sa diversité. Pour cela, il est nécessaire de déconstruire le discours actuel de l’histoire et plus spécifiquement, ici, de l’histoire de l’art. Il s’agit de sortir des sentiers battus d’un sexisme ordinaire et de trouver des éléments pour un passage à d’autres valeurs, dans lesquelles les femmes s’affirment et cessent d’être ignorées. Il est important de se questionner sur l’effacement, presque systématique, des femmes de l’histoire et sur l’absurdité de cette mise en sourdine. De même, il est essentiel de rendre visibles les créatrices du passé, du présent et celles qui ont farouchement défendu la culture et les arts pour former les générations passées, actuelles et à venir à d’autres rôles sociaux. Où sont ces créatrices ? Qui sont-elles ? Qu’ont-elles accompli ? Quels sont les mécanismes de leur effacement et invisibilisation ? Comment, surtout, rendre à ces femmes leur place et l’attention qui leur sont dues ?

L’exposition interactive et participative (IN)VISIBLES- Femmes et art, créée pour un DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) option communication, spécialité didactique visuelle, présente des femmes artistes en 6 dispositifs tangibles ou numériques.

Femmes de génies

Des femmes de génie peuplent l’histoire de l’art, mais sont souvent reléguées aux rôles de muse, modèle, épouse ou élève. Et pourtant, nombreuses sont celles qui furent mariées à de grands noms tout en ayant une production artistique dans laquelle elles furent aussi novatrices que pionnières quand, d’autre part, elles jouaient également un rôle déterminant dans l’oeuvre de leur conjoint. Dans tous les couples d’artistes, les influences et les découvertes sont réciproques et se mêlent, même si la majorité reste, de nos jours, attribuée à l’homme. Entre le duo inséparable signant ses œuvres à deux noms, la relation de protection pour tenir au loin les démons de l’un ou de l’autre ou encore le couple qui emprunte des voies divergentes, tout en se nourrissant mutuellement, les modèles sont variés. Cependant, être l’épouse, la maîtresse ou la modèle d’un artiste n’est pas toujours une stratégie gagnante pour les femmes : spoliées, oubliées, elles doivent souvent servir la carrière de leur mari (allant même jusqu’à sacrifier la leur dans ce but) et leur nom reste souvent à la postérité en tant que « femme de… ». Ainsi, leurs productions sont souvent interprétées, de façon réductrice, exclusivement sur un plan autobiographique et comme expression de l’état de leurs relations amoureuses.

Dans ce module, retrouvez les couples d’œuvres et associez à chacune d’entre elles son créateur. Qui trouverez-vous en premier ? Enquêtez sur les influences et les ressemblances entre les différentes œuvres, puis faites tourner vos méninges afin d’identifier les créateurs de ces dernières.

Lumière sur…

«Les femmes doivent-elles être nues pour entrer au Metropolitan Museum ?» C’est ce que demandent en 1989 les Guerrilla Girls sur leur affiche aujourd’hui la plus célèbre. Elles y exposent alors les statistiques de l’époque à propos de la représentation féminine au sein du MET, grand musée américain : « Moins de 5 % des artistes exposés sont des femmes, mais 85 % des nus sont féminins » affirment-elles. Il peut en effet paraître difficile, dans un premier temps, de remarquer l’absence des femmes dans les musées tant elles sont présentes sur les tableaux des expositions permanentes, mais bien rares sont les cartels à afficher un nom féminin. La faible représentation des femmes dans les institutions artistiques n’est donc pas flagrante et ne nous choque pas outre mesure étant donné que cela fait partie intégrante de notre expérience muséale. Néanmoins, petit à petit, nous avons pris la fâcheuse habitude de ne pas noter leur négligeable présence. La moyenne globale de représentation des femmes artistes dans un espace muséal est de 5 %, ce qui est égal au pourcentage d’œuvres de femmes exposées dans les salons de l’Académie avant la Révolution française. Que dire de ces chiffres vis-à-vis des 80 % d’étudiantes en écoles d’art ? C’est un fait, les femmes sont mal représentées dans le monde des institutions muséales et culturelles : peu mises en avant, peu achetées ou commentées, leur visibilité en souffre cruellement. Elles sont généralement sous-représentées dans les collections et les expositions des musées, quand elles n’en sont pas complètement absentes. Cet accrochage peu flatteur donne souvent l’impression qu’il y a eu peu de créatrices et que celles qui existent ont souvent travaillé dans l’ombre de leur compagnon ou dans des domaines considérés comme secondaires ou mineurs.

 

Dans ce dispositif, mettez en lumière la présence des femmes artistes dans différents musées français. Saisissez-vous des lampes torches et explorez-en les collections. Qui est le grand perdant ? Qui est celui qui représente le mieux les femmes ? Est-ce suffisant selon vous ? Titillez votre curiosité lors de vos prochaines visites de musées et repérez-y les femmes exposées.

À travers le filtre

Il suffit de regarder brièvement l’histoire de l’art pour se rendre compte que l’on peut remettre en question l’objectivité avec laquelle est représenté le passé. En tant qu’institution officielle établie dans les universités, la presse et les musées, elle a fait disparaître les femmes du discours dominant. Cet effacement, presque systématique, affirme une relation directe entre créativité, culture, vérité et masculinité. Cependant, l’existence des femmes artistes a été reconnue dans l’histoire écrite jusqu’au XIXe siècle, puis pratiquement déniée par les auteurs modernes. Reconnaître l’histoire des femmes dans l’art revient donc en partie à reconnaître la façon dont est écrite l’histoire de l’art avec ses silences et ses préjugés. Giorgio Vasari est l’un des premiers historiens d’art, au XVIe siècle, à avoir documenté et critiqué les œuvres des femmes de son époque. Par la suite, au XIXe, apparurent des textes importants sur les femmes artistes ayant créé depuis la Grèce antique. Cependant, le XXe siècle a presque complètement passé sous silence les femmes d’autrefois, donnant l’impression qu’elles ont toujours été absentes de la scène culturelle. La pratique artistique féminine fut, au cours de l’histoire, déterminée par la consolidation puis l’érosion de l’idéologie d’une «féminité» reposant sur une assignation «naturelle» des femmes au foyer et à leur identification avec la domesticité. Comme le dit Griselda Pollock, historienne d’art, «(…) il est important d’analyser la place des femmes dans la culture et ses récits pour construire un nouveau discours qui dépasse ce sexisme, sans le remplacer par son contraire». De plus, Linda Nochlin, elle aussi historienne d’art, affirme que ce qui empêche une femme de devenir «un grand artiste» n’est pas un problème de génie ou de talent, mais un problème lié à la structure de la société.

 

Découvrez les femmes oubliées de chaque mouvement. Qui sont celles qui ne trouvent pas les faveurs des historiens d’art actuels ? Soulevez les feuilles afin de mettre un terme aux écrans qui excluent les femmes de l’histoire de l’art, passez derrière le filtre d’une histoire écrite au masculin. Dans un même temps, comparez les évolutions sociales auxquelles les femmes ont dû faire face, et comment elles ont pu, peu à peu, gagner des droits dans le monde des arts et dans la société.

Odyssée à l’ombre

Quand on veut tracer les contours d’une histoire des femmes dans l’art, on se heurte souvent à différentes problématiques. On peut tout d’abord constater qu’il n’y a pas ou très peu de données biographiques et l’on découvre souvent un anonymat des créatrices, voire la dégradation de certaines de leurs productions. De même, l’abandon du nom de naissance lors d’un mariage ou la réappropriation du travail féminin par les hommes n’aident pas les historiens à les suivre de près. Tout cela n’encourage pas le grand public à se renseigner sur toutes ces artistes qui passent alors souvent à la trappe. Ce vide biographique est flagrant car, pour de nombreuses époques allant de l’Antiquité à nos jours et en dépit de certaines citations nominales dans quelques essais, la recherche se confronte à une pénurie d’informations sur les artistes féminines. Il faut donc ouvrir un temps et un lieu de mémoire, dans lesquels les hauts faits et les actes des nombreuses femmes artistes, aux vies trépidantes, mais oubliées, sont retranscrits. Il y a toujours eu des femmes artistes, la question qui se pose est plutôt celle des conditions dans lesquelles elles ont pu travailler malgré toute les contraintes relatives à leur genre. Et elles ont travaillé dur ! Chaque oeuvre de femme est différente pour des facteurs spécifiques de sexe, de classe, de lieu ou de période historique. Néanmoins, elles ont toutes créé des formes et des langages dans l’art selon leur appartenance à une société et une culture donnée. Bien qu’elles aient toutes des parcours de vie différents, les femmes artistes possèdent un grand nombre de similitudes entre elles, qui ont forgé leurs productions : leurs vies sont faites de combats, de croyances, de réussites, mais aussi d’échecs et d’obstacles qu’elles ont dû surmonter.

Ici, formez les parcours de vie de quelques femmes artistes. Découvrez les items et celles qui y sont rattachées. Re-créez, pas à pas, les biographies de celles qui sont bien trop souvent oubliées, et des autres qui sont, ponctuellement, mises en lumière. Prenez conscience de la richesse de leurs vies et de leurs productions afin de transmettre à d’autres ces connaissances nouvellement acquises.

Où sont-elles ?

Les arts ne sont pas la seule discipline où les femmes sont oubliées et mises de côté. Les formes d’exclusion sont nombreuses malgré les diverses contributions des femmes au monde, peu importe le domaine. Il suffit de regarder autour autour de vous pour en faire l’expérience : levez la tête et intéressez- vous aux noms des rues, des stations de métro. À Paris par exemple, 97% des rues portent un nom d’homme et, sur 300 stations de métro, seules trois portent le nom d’une femme, dont deux qui doivent d’ailleurs partager cet honneur avec leur mari : Pierre et Marie Curie et Barbes-Rochechouart. (Heureusement que l’ouverture du tram T3B met à l’honneur 7 femmes sur ses 18 arrêts.) Que dire du Panthéon, ce lieu ayant pour vocation d’honorer les grandes figures de l’histoire de France ? Sur les 76 personnes y étant inhumées, seules 4 sont des femmes, dont deux qui y reposent pour ne pas être séparées de leurs maris… Les femmes n’ont-elles donc rien accompli de suffisamment extraordinaire pour recevoir ce privilège ? Penchons-nous à présent sur le contenu éducatif : entre 2001 et 2014, aucun texte de penseuses, philosophes ou écrivaines n’ont été mis à l’honneur dans les programmes du BAC (toutes sections confondues). Serait-ce parce que les femmes n’ont pas d’avis sur la société de leur époque ? Ne sont-elles bonnes qu’à écrire des histoires à l’eau de rose ? S’il faut s’intéresser aux prix internationaux, il suffit de regarder du côté des prix Nobel. Ces derniers ont été accordés 49 fois à des femmes (dont 2 fois à Marie Curie), ce qui représente 4% des lauréats de ce prix (contre 833 hommes). De plus, les femmes sont majoritairement primées dans des domaines tels que la littérature et la paix (seules 3% des 49 femmes ont été primées pour le domaine scientifique).

Lisez attentivement les différentes biographies qui vous sont proposées et tentez de deviner qui d’un homme ou d’une femme a vécu cette vie. Comment le découvrir? À l’importance des découvertes réalisées ou bien aux embûches posées sur le chemin ? Pariez, découvrez et réalisez ce que les femmes ont accompli durant des siècles d’histoire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.