Introduction au colloque « Critiques féministes des savoirs II »

 Critiques féministes des savoirs : créations, militantismes, recherches

Par Emilie Blanc et Marine Rouch

 

En guise d’introduction nous allons rapidement explorer l’impact des positionnements féministes des chercheuses dans les deux grands champs de ce colloque, la littérature et les arts. Avant tout, un rappel sur les savoirs situés s’impose puisque ce colloque revendique son positionnement dans la lignée de ces réflexions à la fois épistémologiques et méthodologiques.

Les savoirs situés

Dans les années 1970, les critiques énoncées par des mouvements militants et des universitaires à l’encontre du savoir scientifique ont permis la formulation des théories des « savoirs situés ». Selon Sandra Harding (1986, 1991), Donna Haraway (1991) ou encore Patricia Hill Collins (1990), la construction de « savoirs situés » doit permettre non seulement d’expliciter les biais du point de vue masculin, de classe supérieure, blanc, eurocentré et cis-hétérocentré à partir duquel sont, pas seulement mais majoritairement, produits les savoirs scientifiques. Il s’agit ensuite de favoriser l’émergence de nouveaux savoirs, des savoirs situés, à partir desquels les rapports de domination pourront être mis en évidence pour être ensuite déconstruits. La posture réflexive que chacun·e est invité·e à avoir sur son expérience et sur l’impact que celle-ci a sur sa production scientifique doit fournir les ressources pour critiquer et renouveler la pensée produite par les dominants, tout en prenant conscience de ses propres privilèges (McIntosh, 1989 ; Kebabza, 2009). Loin de constituer un frein à la progression de la connaissance, les théories du positionnement (standpoint : Harding, 1986) permettent de produire une « objectivité forte » et de visibiliser des savoirs et des sujets historiquement invisibilisé·e·s. Depuis, les théories du positionnement ont été alimentées, notamment à l’aune du développement des perspectives intersectionnelles (Dorlin 2009 ; Bentouhami 2015 ; Collins et Bilge 2016) et féministes décoloniales (Mohanty, 1986, Espinosa-Miñoso, 2010, 2014), aussi bien dans le champ universitaire que militant, qui de plus se rejoignent et s’entremêlent parfois.

Un point sur les études littéraires et l’histoire littéraire

La question des femmes en littérature a commencé à être débattue avec l’émergence de la pensée féministe et a rencontré l’intérêt des chercheur-e-s avec l’affirmation des études sur les femmes à partir des années 1980. Elles sont parties d’un triste constat, qui prévaut encore aujourd’hui  : les femmes manquent à l’appel de la postérité littéraire. En 2003, Christine Planté remarquait l’étrange paradoxe selon lequel la présence des femmes dans la culture vécue était largement perceptible et pourtant, leur faible visibilité dans l’histoire littéraire, en l’occurrence du XIXe siècle, n’était que trop avérée. Il existe pour cette chercheure deux façons de se poser la question des femmes dans l’histoire littéraire (Planté Christine, « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique ? », Revue d’histoire littéraire de la France, 2003/3 (Vol. 103), p. 655-668.) :

  • La première concerne leur rôle dans la production et dans l’institution littéraires dans une période donnée. Les travaux pionniers de cette problématique sont intervenus au début des années 1980 avec notamment la publication en 1981 de L’écriture-femme de Béatrice Didier et de La petite sœur de Balzac de Christine Planté en 1989. Dans le premier, il était question de montrer qu’en dépit de l’abondance des écrits des femmes, ces dernières n’occupent pas la place qui leur revient au sein de l’histoire littéraire. De plus, Béatrice Didier soutenait qu’il n’existait pas de genre spécifiquement féminin mais que l’entrée massive des femmes en littérature à partir de la seconde moitié du XXème siècle, accélérée par la seconde vague féministe à partir de 1970, s’était faite selon des choix et des influences propres à l’époque en question qui ont mené les femmes à faire des choix quant aux formes et aux sujets d’écriture. Christine Planté, elle, analysait la place réservée à la femme auteure du XIXème siècle au sein de l’institution littéraire masculine et antiféministe. Aujourd’hui, Maëlle de Brouwer explorera pour nous ce qu’elle appelle une « double marginalisation » à partir de l’étude de cas de deux écrivaines belges des XIXe et XXe siècles.
  • La seconde problématique des femmes dans l’histoire littéraire proposée par Christine Planté est celle du traitement des femmes au moment où l’on écrit l’histoire littéraire française d’une époque donnée. Le constat est sans appel : si les femmes sont nombreuses dans l’histoire culturelle (on les croise au détour d’un salon, dans l’histoire de l’éducation et celle de la lecture), elles sont presque absentes des histoires littéraires en tant que créatrices.

Ainsi l’histoire littéraire menée par des féministes a développé des réflexions méthodologiques et épistémologiques sur la meilleure façon d’intégrer les femmes à une histoire littéraire mixte et commune. Citons le numéro de Fabula en 2010 qui se demandait : « Y a-t-il une histoire littéraire des femmes ? ». Parallèlement, les années 2000 voient fleurir des tentatives pour comprendre les origines d’un tel évitement. Sociétés contemporaines tentait de penser la relation entre le genre et l’activité littéraire en menant des études de cas sur quelques écrivaines francophones. On tentait alors de comprendre les conditions et les manifestations de l’intégration des femmes dans le champ littéraire. Les travaux de Delphine Naudier et de Martine Reid s’inscrivent par exemple dans cette tendance. La première est sociologue et s’est penchée dès le début des années 2000 sur les conditions d’entrée, de création et de publication de la littérature produite par des femmes à partir des années 1950 et plus particulièrement durant les années 1970. Martine Reid, professeure de littérature, propose dans ses ouvrages des hypothèses quant à la place très secondaire qu’occupent les femmes dans la littérature. Une de ses principales propositions est que dans l’institution littéraire se joue une sexuation implicite qui engendre des différences. Ces dernières impliquent une forte hiérarchisation de la production et des genres littéraires. L’étude de la place des femmes dans la production des genres littéraires est d’ailleurs une entrée intéressante. Nous aurons aujourd’hui l’exemple des autrices de romans policier, par Caroline Granier.

Du côté des arts

Des problématiques comparables au champ de la littérature sont à souligner dans le domaine des arts visuels et vivants, et plus largement de la création. Par exemple, dans son article pionnier « Pourquoi n’y a-t-il pas de grands artistes femmes ? » publié en 1971, l’historienne de l’art Linda Nochlin a montré comment la figure de l’artiste associée au génie était inscrite dans un modèle patriarcal et a mis au jour les mécanismes d’exclusion des femmes du champ de l’art. D’autres historiennes de l’art, comme Griselda Pollock, Fabienne Dumont, Elvan Zabunyan et Giovanna Zapperi, se sont également attachées à dévoiler les manières dont l’historiographie de l’art est associée à l’idéologie sexiste, mais aussi classiste et raciste en s’appuyant notamment sur les pensées féministes, postcoloniales, intersectionnelles et queer. Les mouvements féministes ont ainsi profondément transformé l’écriture de l’histoire de l’art principalement par des recherches menées sur des artistes issu-e-s de groupes minorisés afin de lutter contre les processus d’invisibilisation tout autant que par la remise en question du canon et des hiérarchies artistiques. Mentionnons à ce sujet l’ouvrage Femmes artistes, artistes femmes de Catherine Gonnard et Elisabeth Lebovici paru en 2007, la récente exposition Body Talk, Féminisme, sexualité et corps organisée par Koyo Kouoh entre 2015 et 2016 ou encore les travaux de l’association AWARE. Ces questionnements se retrouvent de la même manière dans les histoires du cinéma, du théâtre ou encore de la musique qui sont également encore largement associées à des discours patriarcaux. Il s’agit aussi de repenser les espaces artistiques et culturels aussi bien que les pratiques militantes, pédagogiques et scientifiques à partir d’outils et de dispositifs créatifs qui déploient des formes de savoirs féministes. A cet égard, Solène Voegel nous présentera son travail de création d’une exposition sur les femmes dans l’art basée sur des procédés ludéo-participatifs et Louise Barrière nous parlera de ses recherches sur les festivals punk-féministes en France et en Allemagne en tant que stratégies de résistance au sein d’une subculture à domination masculine. De plus, les féminismes ont notamment amené à penser la création non pas comme une forme autonome des questions sociétales, mais comme ancrée au cœur des enjeux politiques et théoriques contemporains. Par l’identification, le détournement, le symbolique, le sensible ou encore l’imaginaire, la création est ainsi mobilisée dans ses potentialités transformatrices comme une tactique favorisant les prises de conscience tout autant que le pouvoir d’agir sur les rapports de domination et les violences dirigées, et souvent légitimées, vers les personnes marginalisées. A ce titre, Virginie Foloppe nous rejoindra par Skype en clôture du colloque afin de discuter de sa vidéo Hollywood est un cercle de famille réalisée en 2015 dans laquelle elle explore le sujet de l’inceste à partir de témoignages de Dylan Farrow et d’un discours de Diane Keaton louant la carrière de Woody Allen.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.