Séance sur la « maternité »

Séance du 14 décembre 2010 – « Maternité »

Corpus :

Elisabeth BADINTER, Le conflit, la femme et la mère, Paris, Flammarion, 2010.
Christine DELPHY, «L’Etat d’exception : la dérogation au droit commun comme fondement de la sphère privée», L’Ennemi principal 2. Penser le genre, Paris, Syllepse, coll.  « Nouvelles Questions Féministes », 1995, pp. 181-220.
Sarah BLAFFER HRDY, Les Instincts maternels, Paris, Payot, 2004.

Présentation des textes :

A) Présentation du livre d’Élisabeth BADINTER, Le conflit, la femme et la mère, Paris, Flammarion, 2010.

  • Essai en trois parties :

État des lieux : tour d’horizons de la situation des femmes dans l’Europe après la «révolution silencieuse» i.e. résignation des femmes à leur propre statut de «mère». La crise économique des années 90 aurait conduit les femmes à revaloriser la dimension maternité et à moins travailler à leur égalité et leur autonomie. Elle pointe aussi l’essor d’un discours «naturaliste» invitant les femmes à se réconcilier avec leur nature i.e. la maternité. Les couples ne savent pas pourquoi ils font des enfants et les enfants accroissent l’inégale répartition des tâches dans les foyers.

L’offensive naturaliste. Plusieurs faits de société : l’accouchement à la maison ou sans péridurale, les couches lavables et le retour de l’allaitement. La thématique écologique cacherait des régressions de la condition des femmes. Elle pointe l’affaiblissement du paradigme féministe matérialiste (Simone de Beauvoir, la maternité est une construction sociale) pour voir l’essor d’un paradigme naturaliste ou essentialiste (il y aurait une vocation maternelle). Critique vive de l’instinct maternel. La philosophie du «care» ou éco-féminisme masqueraient retour de cette injonction naturaliste.

A trop charger la barque. Recul de l’âge du premier femme et augmentation du couple stérile par choix. La maternité deviendrait donc une «question» et non une évidence de la féminité. Études des femmes sans enfants. Finale sur le cas français, car taux de natalité élevé mais taux bas d’allaitement et taux élevé de socialisation précoce chez la nourrice ou dans une crèche. Un «paradoxe» français : on veut des enfants sans vouloir nécessairement sans occuper. Ce serait un héritage historique s’enracinant dans la pratique de la mise en nourrice au XVIII° ou du travail féminin à l’extérieur. Conclusion, que sans un cadre social incitant à la socialisation infantile précoce, femmes poussées à se replier sur l’espace domestique.

  • Critiques :

Une apparente neutralité de ton qui cache une stratégie d’argumentation, peut prendre la forme de l’ironie, se glisse dans la ponctuation de manière sournoise.

Des problèmes de logique : les prémisses ne sont même pas évaluées de manière critique, ni même reçues pour ce qu’elles pourraient éventuellement être, et entraînent des conséquences qui choquent le sens commun, ex. les couches lavables pourraient être dangereuses pour la santé, ce qui pousserait certaines femmes à instrumentaliser la peur pour imposer les couches lavables. Mais si c’était réellement dangereux ?

Statut du texte : essai philosophique ? essai sociologique ? travaille avec des références assez anciennes. Parfois, entre les considérations personnelles et les notations scientifiques. Sources de seconde main : Wikipédia, Psychologie magazine.

Une critique sans alternative proposée. Dénonciation. Une très vive adversité. Une confrontation sans solution.

B) Présentation de l’article de Christine DELPHY, «L’État d’exception : la dérogation au droit commun comme fondement de la sphère privée», L’Ennemi principal 2. Penser le genre, Paris, Syllepse, coll. « Nouvelles Questions Féministes », 1995, pp. 181-220.

L’espace privé est à penser comme un espace de pouvoir dans lequel enfants et femmes sont mineurs légalement. La sphère privée à ses yeux est éminemment politique mais se cache sous l’évidence du « naturel ».

La société crée tous les rapports sociaux pour Delphy, d’où cette conclusion « ce qui crée les violences conjugales, c’est la conjugalité ». Le judiciaire est compris ici dans une sphère large : non immixtion policière pour ne pas gêner, non régulation policière des violences conjugales, les « traditions et l’usage ».

L’enfance est aussi un construit social et un «état d’exception». Mineur d’âge est justifié par la faiblesse et la vulnérabilité i.e. la nature mais paradoxe : quel rapport entre le nourrisson et l’adolescent de 16 ans. La minorité est vue «statut juridique non questionné» qui rassemble des individus différents. L’égale protection devant la loi leur est refusé. Ex. Jusqu’en 1990, un enfant abusé par un de ses parents devait être représenté par l’avocat choisi par un de ses parents et donc éventuellement de son abuseur.

Double dimension de la domination puisque maris supérieurs aux femmes, et femmes aux enfants. Dominants/dominés.

Conclusion : l’espace privé familial est un construit social.

C) Sarah BLAFFER HRDY, Les Instincts maternels, Paris, Payot, 2004.

Primatologue qui retravaille la dimension de la naturalité des rapports parents/enfants à partir de ses travaux sur les singes.

Elle s’inscrit dans le darwinisme biologique (récuse le darwinisme social). La primatologue réintroduit des théories d’une savante de l’époque de Darwin Clémence ROYER traductrice de Darwin en français ; tombée dans l’oubli dans une profession très masculine. Selon elle, les mâles humains ont des stratégies de reproduction comme les animaux mais aussi les femelles, d’où un certain nombre de conflits. Pour les mâles : progénitures nombreuses, pour les femelles : moins de naissance pour préserver sa vie et assurer meilleure santé aux enfants.

La pratique des nourrices. Partant de la société victorienne, elle veut montrer que le système aurait tourné à l’avantage des hommes. Pratique des nourrices permet d’éloigner les enfants de la mère, la rend plus disponible pour son mari qui peut accroître ses chances d’avoir une progéniture nombreuse. Aujourd’hui, transition démographique traduit un plus grand équilibre entre les projets des hommes et des femmes. Retour à un taux plus normal de fécondité pour l’espèce humaine.

L’instinct maternel. Un potentiel qui s’exprime s’il existe un certain nombre de conditions pour l’activer : un contact rapide entre le bébé et la mère, l’existence d’un réseau social pour aider la mère. Comme chez les primates, l’infanticide est courant dans les sociétés humaines quand les conditions ne sont pas requises pour la survie du nouveau-né. La particularité de l’espèce humaine est que les petits sont élevés en coopération dans la mesure où c’est celle où ils demandent le plus de soin et de temps pour grandir. Sans ce filet social, femmes peuvent être amenées à refuser les naissances. Le maternage n’est jamais totalement prédéterminée génétiquement ni produit par le seul environnement.

Les féministes et la biologie. Les féministes contemporaines n’étaient pas seulement gênées par les théories darwiniennes sur la nature des femmes mais aussi sur les désirs des enfants d’avoir une mère. Thèse de Simone de Beauvoir aurait permis de dépasser la part de la biologie dans les affaires humaines en rendant absolu certains critères comme la culture ou l’éducation.

Discussions :

  • Sur l’allaitement des hommes. Boris porte à notre connaissance un certain nombre d’études d’anthropologie montrant que les hommes peuvent produire du lait par excitation mécanique des tétons. Beaucoup de réactions : demande de précisions, de références, etc. Si avéré, remet beaucoup de choses en question & évidence de l’instinct maternel/paternel.

  • Le naturalisme que pointe E. Badinter est-il à l’oeuvre ?

  • Fait d’actualité : évocation des pilules contraceptives/risques de cancer/perturbations endocriniens des poissons des rivières (Vatican), etc. Un discours puisant sa source dans la «nature» pour condamner avancées sociales de la génération d’avant.

  • Désaccord : on oppose deux séries de phénomènes sans s’intéresser aux solutions alternatives ni intégrant des données plus complexes, un problème toujours social : quel mode de prescriptions de contraceptifs aux femmes ? quel rapport critique aux pratiques sociales et médicales ? quel droit de retour d’un/e consommateur/trice sur contraceptifs par ex. ? Badinter semble le minorer.

  • Exemple: Accouchement naturel/sans péridural : est-ce anti-féministe ? à débattre : se ré-approprier son accouchement, ne pas vouloir intenter à l’intégrité de l’enfant à naître, MS toujours question de la médicalisation de l’accouchement : comment s’organise socialement la médecine ?

  • Défaut de l’oeuvre de Badinter : son statut flou entre l’essai vulgarisateur et l’essai sociologique ; touche malgré tout un plus grand public que Delphy ; a pu générer une certaine déception quant à ce qu’on pouvait attendre d’une philosophe de cette qualité.
  • Mais garde de nombreuses bonnes intuitions :
    • Le rapport fondamental de domination est socio-économique et montée parallèle chômage & repli femmes sur foyer en pays occidentaux,

    • Des outils pour désamorcer les stratégies de culpabilisation et les injonctions à être mère.

    • Travailler avec un cadre de débat plus complexe que nature/culture ; HRDY invite à requestionner les a priori sur l’éthologie ; on manque de cadres épistémologiques pour penser des relations plus complexes entre le biologique et le social. Le poids de modèle tout physiologique/tout social.

  • Et la place des pères ?

    • Ignorance dans l’œuvre de Badinter du mouvement de paternage/paternalité/paternalisme. Évocation des mouvements des pères. Le « parentage » l’emporterait progressivement sur le maternel. Remise en cause par les pères des droits de garde accordés trop souvent aux femmes, désir.

    • Ceux qui vont accéder davantage aux enfants, aux droits de garde ? faux ? vernis ? un aspect du masculinisme ? une réalité, les « nouveaux papas » ?

  • Un débat… manque de chiffres, de données, d’études.

  • Homoparentalité ? Evoquée paradoxalement à travers les travaux de la primatologue et non d’E. Badinter – regrets de ne pas aborder cette question dans le cadre d’une réunion EFiGiES.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *