EFiGiES contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étrangèr-e-s hors UE

Le 19 novembre 2018, le Premier Ministre Edouard Philippe a annoncé une hausse des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s : 2770 euros en Licence, 3770 en Master et Doctorat. Mesure pour le moins contradictoire puisqu’elle aurait pour objectif d’augmenter le nombre d’étudiant-e-s étranger-e-s extra-européen-ne-s en France. En tant qu’association de jeunes chercheur-ses, EFiGiES souhaite faire part de son indignation face à une réforme à la fois injuste et précarisante, qui va à l’encontre des valeurs portées par l’association.


La mesure ne concerne pas les étudiant-e-s de l’Union Européenne qui bénéficient d’accords, ce sont les extra-européen-ne-s non résident-e-s en France qui sont visé-e-s par cette réforme. C’est donc une nouvelle discrimination liée à la nationalité des personnes qui est institutionnalisée par cette réforme.Pour justifier cette mesure, le gouvernement dit vouloir favoriser la venue en France d’étudiant-e-s de pays émergents, mais dans le même mouvement il pénalise les étudiant-e-s les moins aisé-e-s, engendrant ainsi des inégalités qui n’ont pas lieu d’être dans un système qui, il n’y a pas si longtemps, se targuait d’encourager l’égalité des chances. Les étudiant-e-s étranger-e-s de milieux les plus modestes seront donc pénalisé-e-s, et en premier lieu les étudiant-e-s issu-e-s du continent africain qui représentent 45% des étudiant-e-s étranger-e-s en France. Cette mesure, comme toute autre forme de discrimination, engendre donc un tri de plus parmi les étudiant-e-s, générant des inégalités d’accès aux ressources scolaires et, in fine, économiques.Par ailleurs, il s’agit d’un coup porté au maintien d’une francophonie universitaire et scientifique alors même que le président présentait en mars 2018 son grand plan pour la francophonie. L’augmentation des bourses annoncée par le gouvernement ne suffira pas à compenser les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur que crée cette mesure. Enfin, cette réforme augure une augmentation générale des frais d’inscription pour les étudiant-e-s en France, qu’elles et ils soient étranger-e-s ou de nationalité française. L’État se défausse ainsi de ses responsabilités et prépare le transfert du financement de l’université, déjà exsangue, sur les étudiant-e-s.
EFiGiES s’oppose à l’augmentation des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur pour les étudiant-e-s étrangèr-e-s, quel que soit leur niveau d’études. Ces étudiant-e-s sont en grande majorité déjà dans des situations précaires L’association tient également à préciser que l’inscription au doctorat devrait être gratuite, dans la mesure où un-e doctorant-e est un-e travailleur-se et ne devrait pas avoir à payer pour pouvoir travailler. À ce titre, il est ubuesque que les doctorant-e-s étrangèr-e-s voulant s’inscrire en doctorat l’année prochaine aient à payer presque 4000€ pour pouvoir ce faire.


À celles et ceux qui prétextent que la mesure est juste car les parents des étudiant-e-s internationaux ne paient pas d’impôts en France (ce qui ouvre d’ores et déjà la voie vers une justification de l’augmentation des frais d’inscription à l’université à d’autres publics), l’association EFiGiES souhaite rappeler que la principale ressource de l’État est la TVA et que les étudiant-e-s étrangèr-e-s rapportent tous les ans 1,6 milliards d’euros à la France.


Pour toutes ces raisons, les membres du bureau d’EFiGiES appellent à rejoindre les mobilisations en cours contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étrangèr-e-s. 


Le bureau d’EFiGiES


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.